Pourquoi je n’apprendrai pas l’arabe

Publié le 27 juillet 2013 - par - 2 672 vues
Share

Au sujet de la critique selon laquelle le fait que je ne parle pas arabe invaliderait ma condamnation de l’islam, je réponds qu’il y a suffisamment d’éléments de base à exploiter aux niveaux historique, anthropologique, philosophique, sociologique, moral et théologique, pour montrer la fausseté de l’islam, sans qu’il soit nécessaire de recourir aux arguties de la langue arabe. Cette connaissance pourrait même éloigner de mes conclusions les personnes qui, ne maîtrisant pas l’arabe, ne pourraient vérifier les prémices de mes raisonnements. Ma critique de l’islam, parce qu’elle s’adresse à tout le monde, et que tout le monde ne parle pas arabe, ne requiert que la logique et la bonne foi. La critique affirmant la nécessité d’apprendre l’arabe pour critiquer l’islam vise un triple but :

  1. Invalider a priori tout ce que je puis dire au sujet de l’islam, ce qui relève de la technique de l’enfumage ;
  2. Me faire perdre mon temps en espérant me voir le dépenser dans cet apprentissage, alors que le temps presse ;
  3. Servir l’islamisation. En effet, l’imposition de la langue arabe a toujours fait partie des moyens mis en œuvre pour islamiser les peuples soumis, en les rendant ainsi progressivement étrangers à leur propre culture (cf. Le zèle de certains « Responsables » à enseigner aux immigrés arabes leur langue d’origine – même s’ils sont en France depuis trois générations – plutôt que le français[1] !).

Pour ces raisons, je me refuse absolument à apprendre l’arabe.

Bien que je ne nie évidemment pas l’intérêt que puisse représenter la connaissance de cette langue, je soutiens que son ignorance n’est pas un handicap, et je le prouve : si la connaissance de l’islam est liée à la maîtrise de la langue arabe, alors, de deux choses l’une : soit Allah est raciste en ne voulant s’adresser qu’à des Arabes, soit il est incapable de parler une autre langue. Mais dans les deux cas, mérite-t-il d’être regardé comme Dieu ?

Encore un petit raisonnement montrant qu’il n’est pas nécessaire de connaître l’arabe pour prouver que ceux qui cherchent leur salut dans l’islam se damnent : le Coran dit qu’il est lui-même la Parole de Dieu telle qu’elle est au Ciel (Coran 3.7 ; 13.39 ; 43.4 ; 85.21-22). Or, si le Coran est la Parole de Dieu telle qu’elle est au Ciel, cela signifie que la langue parlée au Ciel est l’arabe, que Dieu pense donc et parle en arabe, c’est-à-dire en un langage humain… Mais si Allah pense et parle en arabe, Allah est-il autre chose qu’un Arabe, un homme ? En effet, les hommes ne parlent pas le langage des poissons, ni les poissons le langage des oiseaux, et Dieu parle le langage de Dieu, qui n’est pas le langage des hommes. Chaque être vivant a son propre langage. Si donc Allah pense et parle en arabe, c’est qu’il est un Arabe… De plus, les musulmans n’ont pas d’autre ressource que leur intelligence humaine pour comprendre le Coran… Or, l’intelligence humaine ne peut pas, par elle-même, sortir de ce qui est humain pour entrer dans le divin. Où alors il faut dire que l’homme est Dieu, s’il est vrai que l’intelligence humaine suffit à comprendre Dieu… Qu’est-ce qui est donc le plus acceptable pour un musulman : dire que le musulman est Dieu, ou dire qu’Allah est un Arabe ?

Abbé Guy Pagès      http://www.islam-et-verite.com/ l

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.