Pourquoi je n'écris plus dans Riposte Laïque et pourquoi je vais m'en désabonner

Très rapidement et peu de temps après sa création j’ai proposé des articles pour parution dans le journal en ligne « Riposte Laïque ». De septembre 2007 à mai 2010, ce ne sont pas moins de 36 articles de ma rédaction qui ont donc été proposés, acceptés et jamais censurés à « Riposte Laïque ».
Depuis plus d’un an, par choix personnel et volontaire, je n’écris plus dans ce journal que je reçois toujours afin de continuer à en appréhender le contenu et afin d’affiner mon opinion sur ce dernier directement par moi-même, et non indirectement par des chemins détournés. Aujourd’hui, je prends la décision de m’en désabonner. Pourquoi ? C’est ce que je vais tenter d’expliquer, le plus succinctement et le plus synthétiquement possible.
Tour d’abord, et ce depuis le début, je n’ai pas toujours été d’accord avec certaines prises de positions de certains rédacteurs de ce journal, alors consacré de manière quasi exclusive à la laïcité. A ce propos, il convient de reconnaître l’existence, dans ses colonnes, de la possibilité d’une intéressante liberté d’expression. Mais, la somme de mes désaccords étaient, alors, moins importante que la somme de mes accords. Sachant que j’ai toujours considéré qu’un accord total avec une organisation, un groupe et même un individu quels qu’ils soient était difficile, voire dangereux, car pouvant être assimilé à une démarche totalitaire et sectaire.
Globalement, et ce depuis la fin des années 1980, je viens de la lutte pour la défense des droits de l’Homme (adhésion pendant de nombreuses années à Amnesty International et revendiquant pour moi-même l’appellation de « droit de l’hommiste »), du syndicalisme (adhésions à la CFDT, puis à la CGT) et du politique (adhésion chez les Verts et maintenant au Parti de Gauche), sans parler de tous mes engagements associatifs divers et variés, anciens ou actuels. Je suis venu à la laïcité, pour défendre le principe de la loi de 1905, depuis environ 2003, année qui a marqué mon entrée au « DROIT HUMAIN ». Avant cette date, la laïcité et la défense de son principe n’étaient, pour moi, pas quelque chose de primordial au sens où cela représentait un acquis constitutionnel inattaquable et inébranlable, cela ne faisait donc pas partie de mes priorités. Politiquement, je me considère et me situe donc comme n’étant ni au centre, ni à droite et encore moins à l’extrême droite. Cependant, dire que je suis à gauche serait par trop réducteur et demande une précision : je ne me reconnais comme n’ayant pas grand-chose en commun avec le Parti Socialiste et encore moins avec l’extrême gauche révolutionnaire, notamment représentée par le Nouveau Parti Anticapitaliste et Lutte Ouvrière. Adhérent au Parti de Gauche depuis sa création, à ce jour, je fais donc partie de ce qu’il est convenu de nommer « la gauche de la gauche », ni extrémiste révolutionnaire, ni sociale démocrate, mais bien républicaine, citoyenne, sociale, laïque et écologique.
Ces précisions sont pour moi importantes, non pas par rapport à mon ego, mais parce qu’un bon nombre de rédacteurs de Riposte Laïque se revendiquent comme venant de « la gauche », se servant de cette provenance réelle comme d’un alibi pour dire qu’il n’ont pas « changé de bord ». Cependant, ces mêmes rédacteurs montrent bien, par leurs écrits, qu’ils ont opéré une mutation idéologique et politique les amenant « au mieux » vers une radicalisation droitière et au pire vers une extrême droitisation affichée et revendiquée, bien qu’ils s’en défendent, justement à l’aide de l’alibi décrit plus haut. Une provenance ne peut pas être considérée comme un gage de fidélité, ce qui compte étant le cheminement et la destination à laquelle on souhaite arriver qui parfois n’a plus rien à voir avec le point de départ (les exemples sont légions), ce qui est le cas ici. Pour ce qui me concerne, les choses sont claires, une telle transformation n’a pas et n’aura pas lieu à court, moyen ou long terme, même si d’autres ont été effectuées. C’est une des raisons majeures de ma rupture avec Riposte Laïque.
J’ai donc décidé de couper le seul pont qui me restait avec Riposte Laïque car les choses se sont inversées et la somme de mes désaccords avec la globalité du contenu de ce journal est devenue plus importante que la somme de mes accords, sachant que ces mêmes accords ne sont pas de l’ordre du rien (sur la question de la préemption de certains espaces publics, sans aucune réponse républicaine, par certaines religions par exemple et pas seulement par une seule).
En effet, je considère, de mon point de vue qui ne prétend certainement pas détenir « La Vérité » que Riposte Laïque n’est plus ni républicain, ni laïque.
Plus laïque car l’Islam (même si ce n’est pas une religion comme les autres, mais aucune religion n’est comme une autre) est la seule cible, virant à l’obsession et à la monomanie. Le concept de laïcité a été transformé en lutte et combat contre une seule religion. Alors que cette même laïcité ne peut ni ne doit être assimilée, au risque de lui faire perdre sa substantifique moelle, un combat contre les religions (ce que j’ai dénoncé dans un de mes articles) et encore bien mois contre une en particulier. La laïcité ne doit absolument pas faire de particularisme. La laïcité ne doit pas cliver, mais rassembler dans un pacte social et commun pour un mieux vivre ensemble dans le respect de la constitution et des lois républicaines. D’autre part, il suffit de lire ce journal pour se rendre compte que la spécificité laïque du début fait de plus en plus place à une dimension plus globale et politique avec des prises de position de plus en plus marquées sur des sujets divers et variés, alors que la laïcité est un concept qui tend plus vers la neutralité. Ce n’est donc plus un journal laïque mais politicien.
Ni républicain car il y est prôné la défense exclusive des valeurs judéo chrétiennes, un communautarisme clivant et à l’envers avec les apéros saucisson pinard où l’on voit bien apparaître la dimension d’exclusion, la défense de l’intégration/assimilation plutôt que l’intégration/insertion, la critique et la lutte contre le multiculturalisme dans le respect des valeurs républicaines de rassemblement. En fait, Riposte Laïque est un journal dont le contenu est fait pour diviser, faire s’affronter une partie de la population contre d’autres et non pas pour rassembler. Certains articles parlent même de « guerre civile » en France … Notion d’affrontement interne qui est favorisée, voire encouragée, comme une néo guerre de religions plus ou moins larvée entre les chrétiens et les musulmans quels qu’ils soient sans aucune distinction, procédant ainsi par dangereux amalgames.
Pour moi, plusieurs autres points de désaccords idéologiques sont à pointer vis-à-vis de ce journal et de ses rédacteurs (encore une fois, il suffit de lire la très grande majorité des textes) :
Le fait de fustiger la droite, la gauche, le centre, de reprendre à leur compte l’expression « d’UMPS » bien connue et utilisée par les démagogues d’extrême droite. En fait, pour Riposte Laïque, la politique c’est « tous pourris » sauf le Front National et Marine Le Pen.
Le fait de mettre tous les maux de notre société sur l’immigration légale aussi bien qu’illégale et, donc, de prôner une immigration zéro, chose démagogique et irréalisable s’il en est, ne faisant que renvoyer à la peur de l’étranger, de celui qui n’est pas pareil, de l’autre, mettant ainsi à mal la notion d’éthique de l’altérité. Cette éthique du face à face que nous enseigne Emmanuel Lévinas et que je fais mienne, dans laquelle, pour faire très court, je suis responsable de l’autre, quel qu’il soit, dans toute sa faillibilité et sans attente de réciprocité.
Le fait de mettre, de plus en plus souvent, en avant des accointances, de plus en plus fortes, avec le Front National (sans même citer le Bloc Identitaire qui est encore un cran au dessus …), notamment en désignant Marine Le Pen comme seule vraie alliée de la laïcité. Ce qui est un comble car le Front National ne fait pas autre chose que de prôner les valeurs judéo chrétiennes contre l’islam et, donc, d’être exactement sur la même ligne que Riposte Laïque. Qui plus est, pour un parti politique qui compte une composante importante de catholiques traditionalistes et intégristes (eh oui, l’intégrisme n’existe pas que dans l’islam …) c’est un comble tout de même. En fait, il faut bien le dire et le reconnaître, Riposte Laïque est progressivement devenu un journal d’extrême droite. Alors, soyons clairs, prônant un élargissement de la notion de liberté d’expression et étant encore dans un régime politique démocratique, ils en ont le droit, mais, pour ma part, c’est une ligne blanche rédhibitoire.
Le fait d’être complètement favorable à la politique de l’ État israélien, qui n’est pas laïque soulignons le au passage, à la colonisation qu’il effectue sur des terres qui ne sont pas les siennes et au blocage du processus de paix qu’il effectue quotidiennement dans cette région du monde. Cependant, indiquons bien ici que, du coté palestinien, le Hamas doit être combattu et que ses positions ne sont, pour moi, pas soutenables.
Le fait d’accepter et de défendre l’idée qu’une église représente plus la référence symbolique d’un village qu’une Mairie.
Le fait d’écrire que les catholiques ont beaucoup fait en faveur du plaisir des femmes.
Le fait de donner une trop large place aux anti IVG.
Le fait que l’association « Résistance Républicaine », qui n’est qu’une filiale de Riposte Laïque, ait été créée en citant explicitement, dans ses statuts, la lutte exclusive contre l’islam.
Le fait de dire, à longueur d’articles, que seul l’islam met en danger la laïcité et qu’il faut défendre les racines chrétiennes de la France, ce qui est bien un discours lepéniste, communautariste et anti républicain.
Le fait de défendre un ultra nationalisme ne renvoyant qu’à du recroquevillement, de la fermeture et du repli sur soi. Sachant, là aussi, que je ne suis pas un mondialiste effréné et que la notion de République française est à défendre, mais dans l’ouverture et le rassemblement.
Tous ces points demanderaient à être développés, mais cela serait beaucoup trop long pour un simple article.
Depuis un certain temps maintenant, il apparaît donc clairement, à mon sens, une dérive sémantique et idéologique extrême droitière dans les colonnes de Riposte Laïque. L’intolérance et l’anathème y sont régulièrement pratiqués (ce qui est pour le moins curieux pour un journal qui se dit laïque) et le débat d’idées, contradictoire et respectueux d’autrui, y est de plus en plus souvent absent. Un exemple d’actualité : un avocat défend des jeunes filles voilées (avant toute législation à ce sujet), cela en fait-il un islamiste convaincu ? Non, au même titre que Fanny Truchelut n’était pas d’extrême droite, ni une partie de celles et ceux qui la soutenaient, parce qu’elle était défendue par un avocat venant de cette mouvance là. Il convient de ne pas appliquer aux autres ce que l’on ne veut pas se voir appliquer à soi même.
Voila pourquoi je n’y écrivais plus depuis plus d’un an et voila pourquoi je m’en désabonne maintenant.
Hervé BOYER

image_pdf
0
0