Pourquoi je suis contre la prison…

Publié le 7 décembre 2014 - par - 3 192 vues
Share

ISLAM EN PRISON, MISSIONS D'URGENCE POUR AUMONIERS MUSULMANSPetit rappel schématique.
Un individu ; une personne ; homme ou femme
Un délit ; un crime
Une victime
Une arrestation
Un jugement
Une condamnation
Une peine
Et l’exécution de la peine !!

Regardons ces étapes chronologiques, au pas de course, au travers de l’empire romain et de la période médiévale, voire jusqu’à l’ancien régime. et quand je dis au pas de course, c’est un euphémisme.

La prison n’est à ces époques que le lieu d’attente du jugement puis de l’attente de l’exécution de ce même jugement.

Souvent rapide ; expéditif et définitif…

(en toute chose, des exagérations sont possibles ! l’homme est un grand passionné).

Les peines prononcées ne sont pas principalement des peines d’emprisonnement mais aussi des châtiments corporels, des bannissements et des humiliations en place publique.

Voire dans certains cas, sous Rome, la déchéance de la citoyenneté pour l’état d’esclave (dettes d’argent, emprunt à la banque…, quoi trop tôt le système bancaire ? Ok je vous l’accorde).

Au Moyen Age, la privation de liberté n’existe pas comme peine. Tout condamné est puni d’une amende, de bannissement, de mutilation, voire de la peine capitale. Toutefois, la peine de mort reste rare.

Toutes ces peines ont été aujourd’hui remplacées par uniquement des peines d’emprisonnement ou des peines d’amende pécuniaire (le reste est du folklore ; bracelet électronique…etc).

D’où le nombre exponentiel de personne qui sont accueillies dans cette institution qu’est la prison.

et la volonté de notre garde des sceaux de la vider cette prison toujours surpeuplée. (par qui ? Chut..).

La peine de prison EST devenue la peine, et non plus le temps d’attente de l’exécution de la condamnation.

Glissement dû aux droits de l’homme. (bonheur ou malheur des hommes ?)

Fini les expositions publiques au pilori ou le carcan, la peine afflictive et infamante de l’Ancien Régime, plus grave que le blâme et l’amende honorable, mais moins que le fouet, la mutilation, les galères ou le bannissement.

On s’est civilisé, tous en prison aux frais des contribuables, tous la même peine, celle de passer du temps en prison avec aucun objectif viable durant ce temps. (je vais un peu vite sur les entreprises de réinsertions, mais vous me pardonnerez au vu de leur taux de réussite avec nos deniers.)

Quand la révolution qui se prépare aura emporté la V° république, il sera temps de remettre au moins une peine au goût du jour avec exécution immédiate, celle du bannissement définitif du sol national.

Je ne comprends pas pourquoi, aujourd’hui que nous avons les technologies suffisantes pour le faire, chaque visa délivré à un étranger ne soit pas lisible par code barre avec lecture à l’entrée sur le territoire nationale et seconde lecture obligatoire à la sortie du pays ou au pire en cas d’impossibilité de lecture à la sortie de France, lecture sous les huit jours à l’ambassade de France dudit pays d’origine.

Histoire de réaliser des statistiques sur le respect des entrées/sorties réelles.

Quelles populations ne les respectent pas et pourquoi….

(question délicate qui en France ne peut être traitée que par des sociologues bien pensant

sous peine d un retour au passé nauséabond de l’histoire de notre pays.)

Avec à l’idée que la peine de prison pour les étrangers avec ou sans visa doit être définitivement remplacée par une peine de bannissement à vie de ces personnes indésirables.

La double peine, celle de la condamnation en France pour un crime ou un délit et celle du renvoi chez lui du fautif doit redevenir la norme !

Un sociologue pourrait-il faire une étude des économies qui seraient réalisée par cette simple mesure.

Une autre source d’économies

Pourquoi mettre des personnes en situation irrégulière en prison ? On le fait plus depuis bien longtemps je sais.. mais parlons-en quand même.

La prison pour eux, aucun intérêt !!!!

Il faut simplement changer la procédure.

Une personne arrêtée par la police en situation irrégulière est dans l’heure ou le jour  reconduite dans son pays avec la possibilité pour elle de saisir la justice française, par l’intermédiaire de l’ambassade de France de son pays, via les formulaires 3053b-2 et 3054-f délivrée seulement  les 3° lundi, matin entre 10h30 et 11h15, des mois impairs, les années non bissextiles et les mois pairs les autres.

L’accès à la justice pour tous est préservé, le tribunal administratif sera légalement saisi de la demande et la personne pourra mandater un avocat français avec un droit d’accès par timbre fiscal de 650€ pour la représenter dans le ressort du tribunal administratif ou le niveau de juridiction suivante duquel les forces de l’ordre qui ont procédé à son arrestation dépendent (procédure très simple visant à accélérer le traitement des dossiers…).

Vous voyez pour des cas simples la prison n’est pas nécessaire et les droits fondamentaux pour les individus sont conservés avec cerise sur le gâteau des économies pour vous et moi et nos impôts.

Demain, je vous dis pourquoi, je suis pour l’inégalité des individus avec le retour d’une échelle de classe entre citoyen de la nation, métèques et esclaves avec forcément la disparition des sacro-saints droits de l’homme. Attendez avant de jeter tous mes arguments aux géhennes. Quelque uns pourraient être recevables qui sait ???

Plus sérieusement arrêtons de faire de la prison le lieu de l’exécution de la peine pour la faire redevenir le lieu d’attente du jugement.

Restent le cas des individus qui sont et resteront un danger pour la société et qui doivent être éloignés de celle-ci.

Les mettre entre 4 murs ne présente aucun intérêt, il faut payer un gardien, entretenir les murs etc.

Encore une fois le bannissement à vie dans une zone de non droit doit être étudié, moi je n’ai pas parlé du fin fond de la forêt amazonienne.

C’est vous qui l’avez dit….

Il est temps de penser aux institutions nouvelles que nous allons créer au sortir de cette république qui agonise, au moins je suis d’accord avec notre acteur Monsieur Mélenchon.

Vive la nouvelle constitution et l’absence de prison dans cette nouvelle société !

Je n’ai pas dit d’absence de condamnation ou de peine de réparations des crimes et délit…

Carl Pincemin

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.