Pourquoi Joffrin, Apathie et d'autres journalistes veulent-ils la peau de Philippe Cohen ?

Dans le dernier numéro de Riposte Laïque, avec ironie, Christine Tasin se demandait si Laurent Joffrin ne voulait pas envoyer Frédéric Taddéi et Philippe Cohen en camp de rééducation, accusés par le commissaire politique du Nouvel Obs d’avoir brouillé les repères et les pistes, et d’avoir « décontaminé la pensée du FN ».
https://ripostelaique.com/quand-joffrin-reve-denvoyer-frederic-taddei-et-philippe-cohen-en-camp-de-reeducation%e2%80%a6.html
Cette attaque suivait, toujours dans Le Nouvel Obs, un autre article de Joffrin, associé à Ariane Chemin, qui s’en prenait, outre Philippe Cohen, à Zemmour, Finkielkraut, Elisabeth Lévy et Rioufol, accusés eux aussi d’être des agents secrets de Marine Le Pen !
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=10589
Naturellement, dans Marianne 2, Philippe Cohen avait répondu, avec quelques références historiques des plus intéressantes.
http://www.marianne2.fr/Le-Pen-le-Nouvel-Obs-et-Marianne-une-lecon-d-histoire_a203664.html
C’est à présent autour de l’inévitable Apathie de sonner la charge. Et c’est encore Philippe Cohen qui dérouille, à cause d’un article qu’il a écrit en compagnie d’une autre journaliste, Laureline Dupont.
http://blog.rtl.fr/aphatie/20110315/marianne-le-pen-15-03.html
Leur crime ? Avoir présenté une « équipe secrète » de Marine Le Pen comme étant de gauche, « de la vraie gauche, la seule qui vaille, la gauche française, c’est-à-dire la gauche chevènementiste », oeuvrant dans un « cabinet secret », qui est, autre tare, « truffé de personnages présentés tous comme plus intelligents les uns que les autres ».
Apathie s’étrangle : « Le but de ce papier est assez simple. Marine Le Pen n’est pas celle que vous croyez, Marine Le Pen est une femme en pleine évolution, Marine Le Pen, écoutez cela, lecteurs de Marianne, l’hebdomadaire de la vraie gauche, est comme vous, comme nous. Ce papier est, au choix, un papier de dévoilement, un papier de blanchiment, ou bien encore un papier d’illuminés. »
Sans doute, dans la logique Apathie, ne peut-on qu’être « illuminés » quand on écrit qu’il puisse y avoir des gens de gauche et intelligents auprès de Marine Le Pen… L’intelligence, version Apathie, serait d’écrire qu’il n’y a que des gros bovins nostalgiques de l’Algérie française, des camps de concentration et des commandos anti-IVG !
Le système Apathie est aberrant : on peut ne pas être d’accord avec Marine le Pen, critiquer ses origines, son programme, mais en arriver à ne pas accepter qu’un autre journaliste fasse son métier et rende compte de la réalité, tout simplement, de la provenance de l’équipe de conseillers rapprochés de la candidate du FN renvoie à des techniques de manipulation indignes. D’ailleurs, au lieu de s’offusquer que Cohen ait pu dire que le « cabinet secret » était constitué de gens qui, à un moment donné ont été proches de Jean-Pierre Chevènement, Apathie aurait dû faire un vrai travail de journaliste, se pencher sur leur itinéraire, leurs livres, leurs discours, leurs articles, pour dire qui ils sont exactement. Or, de cela, rien. Seuls des anathèmes : ils aident Marine Le Pen, ce sont donc des traîtres à l’idéologie apathiste et c’est faire une faute grave que de rappeler qu’ils sont intelligents. Déni de réalité. Procès en diabolisation. Sans craindre le ridicule, Apathie accuse carrément Marianne – qui, sous la houlette de Jean-François Kahn, ne l’a pas toujours épargné – de virer en faveur de Marine Le Pen : « Ce papier serait-il annonciateur d’une ligne nouvelle de l’hebdomadaire fondé par Jean-François Kahn, une ligne que l’on pourrait appeler la ligne « Marianne Le Pen »? »
Pourquoi tant de haine contre Philippe Cohen ? Pour plusieurs raisons. Il ne fait pas partie du système, il ne sort pas des écoles de journalistes, et il a commis le crime d’écrire quelques articles peu sympathiques sur cette corporation. D’autre part, il a osé commettre le livre « La face cachée du Monde », avec Pierre Péan, un ouvrage qui a montré la réalité des pratiques du trio Minc-Colombani-Plenel, qui n’a pas survécu à cette torpille. Cela laisse des traces et quelques inimitiés, surtout quand on sait qu’Ariane Chemin travaillait au Monde à l’époque, et a toujours été proche idéologiquement d’Edwy Plenel. Enfin, chacun constate que Philippe Cohen, qui n’a jamais caché ses convictions républicaines et laïques, est sans doute le dernier rescapé de poids de cette tendance, dans l’équipe originale de Marianne et de sa ligne de l’époque. Plus personne ne reconnaît aujourd’hui l’hebdomadaire de Jean-François Kahn. Le fait que cela soit Jacques Julliard, qui a fait sa carrière au Nouvel Obs, qui en dirige la rédaction, et qu’on entende les inepties bobos dignes du Nouvel Obs de Nicolas Domenach sur les plateaux de télévision, parachève une évolution que notre lecteur, Michel Uciani, avait relevée dans ce courrier d’une grande lucidité.
https://ripostelaique.com/je-quitte-marianne-indigne-par-son.html
Esprit libre dans ce milieu, Philippe Cohen a toujours combattu le discours politiquement correct de nombre de ses confrères. Il n’a jamais accepté la régularisation des clandestins, et, dans un ouvrage « Protéger ou disparaître », il n’hésitait pas à combattre les démissions de l’Etat, notamment sur le terrain de la sécurité, qu’il refusait d’abandonner au Front national.
Quoi d’étonnant que ce journaliste essaie de faire son métier, en s’intéressant de près à l’entourage de Marine Le Pen, et en montrant qu’autour d’elle, il y avait des vrais républicains laïques ? Qu’y a-t-il d’illogique, quand on use d’un discours républicain et laïque comme le fait la nouvelle présidente du Front national, à s’entourer de républicains laïques ? Eh bien, la bien-pensance, exerçant ce qu’il lui reste d’intimidation, a décidé que tout journaliste qui, à l’instar de Philippe Cohen, ferait son métier, au lieu de faire de l’idéologie, serait immédiatement qualifié de « Le Pen ». Nous avons d’ailleurs remarqué la nouvelle stratégie des communicants, qui essaient, quand ils en parlent, de ne plus dire « Marine Le Pen », mais seulement « Le Pen », pour essayer de la rendre moins proche des Français en la renvoyant à son ascendance !
Bref, affolée par les sondages, la bien-pensance a sommé ses chiens de garde de sonner la charge, et de traquer tout journaliste qui serait, par ses articles ou ses interviews, jugé trop complaisant avec le Front national de Marine Le Pen. D’où la tentative de lynchage de Philippe Cohen par Joffrin et Apathie, fidèles cerbères du système.
D’autre part, si, en exerçant cette pression contre Philippe Cohen, les Apathie-Joffrin arrivaient à convaincre Domenach-Szafran-Julliard, qui incarnent la nouvelle ligne de Marianne, de se débarrasser de Philippe Cohen, qui incarne l’ancienne, nul doute que l’ensemble de la bien-pensance y savourerait une belle revanche contre une de ses bêtes noires.
On notera en passant que ce qui arrive au rédacteur en chef de Marianne 2, Philippe Cohen, accusé de faire le jeu du Front national, ressemble beaucoup à ce qui est arrivé à notre journal, à l’occasion de l’apéro saucisson-pinard, où Marianne 2 ne fut pas le dernier à nous calomnier, voire à nous classer à l’extrême droite…
http://www.marianne2.fr/Dossier-apero-saucisson-et-pinard-interdit-a-la-Goutte-d-or_a194148.html
Mais nous n’aurons pas la mesquinerie d’écrire que Philippe Cohen, aujourd’hui, est un arroseur arrosé. Nous souhaitons simplement avoir encore longtemps le plaisir de le voir écrire dans Marianne 2, dans l’hebdomadaire, et de lire une plume de qualité, tenue par un vrai républicain laïque. Au-delà de nos divergences, et de quelques querelles passées, nous lui apportons donc toute notre soutien, les vrais esprits libres sont trop rares dans ce milieu pour qu’on les laisse se faire lyncher sans réagir.
Paul Le Poulpe

image_pdf
0
0