Pourquoi la demande du PS d'enseigner l'arabe dès le collège est une ineptie

Lors du Congrès national du PS en novembre, certains membres du parti ont renouvelé leur souhait de voir l’arabe enseigné dès le collège. Que le PS veuille se livrer à un nouvel exercice de danse du ventre pour charmer l’électorat d’origine immigrée peut se comprendre, mais on ne voit pas en quoi la langue arabe serait devenue incontournable dans notre pays. Rappelons que la littérature arabe ne représente que 1% des livres écrits chaque année dans le monde et que 99% des ouvrages sont consacrés au domaine religieux. Aucune revue scientifique occidentale n’est traduite en arabe. Et si le train de la mondialisation a conduit vers la prospérité d’innombrables pays d’Amérique du Sud, d’Asie ou d’Europe de l’Est, qui sont sortis du sous-développement et de la dictature, le Grand Moyen Orient quant à lui, est resté sur le quai. 570 millions d’habitants, héritiers d’une des plus grandes civilisations si l’on en croit les historiens, vivant dans une zone ensoleillée au patrimoine culturel inestimable, gorgée de pétrole et de gaz, restent désespérément à l’écart de tout progrès économique et social. Le Grand Moyen Orient cumule toutes les tares et les chiffres sont accablants. 22 pays ne représentent que 4% des exportations mondiales, on y investit 10 fois moins qu’en Asie, leur poids dans le PIB mondial n’atteint pas 3%, soit moins que le Mexique, le niveau de vie y stagne depuis 30 ans malgré l’envolée des cours du pétrole, le chômage y est le plus élevé du monde, dépassant même celui de l’Afrique sub-saharienne et enfin le taux d’analphabétisme est supérieur à 50% dans la plupart des pays.
Difficile de faire pire à l’heure du boom économique planétaire. Sans analyser les multiples causes de ce naufrage, rappelons simplement aux doux rêveurs du PS que la langue arabe n’est certainement pas un vecteur du progrès scientifique et social, pas plus que le ouolof ou un de nos patois régionaux. Par conséquent, mettre cette langue au même niveau que l’anglais à l’école, n’est qu’une escroquerie intellectuelle de plus.
Jacques Guillemain

image_pdf
0
0