Pourquoi la droite française est-elle en crise ?

Publié le 20 octobre 2020 - par - 22 commentaires - 1 028 vues
Traduire la page en :

Qu’est-ce que la droite française ? Sur le plan sociétal, on se dirige vers un dogme plutôt traditionaliste et conservateur. Il y a aussi une chose qu’on oublie trop souvent, à savoir la chrétienté. Elle est très importante dans notre société. En réalité, définir la droite n’est pas trop possible dans l’État d’aujourd’hui et j’irai même plus loin, la redéfinir est le plus grand défi. Nous avons souvent conspué les Républicains, le Rassemblement National, l’UPR, Debout La France mais à juste titre. D’un point de vue électoral, l’échiquier politique actuel ne semble pas favorable. Je doute que les patriotes espèrent ou croient que la droite l’emportera. Le peuple est tourmenté par des questions qui n’ont pas lieu d’être. Marine pensera-t-elle aux Français ? Un général de Gaulle dans les années à venir ? Même au sein du camp patriotique, les gens ont des idées divergentes. Les factions sont en perdition. Pensez-vous que la gauche ne s’autodétruit pas ? L’époque des héros est révolue. Il fut un temps où nous avions des Léon Daudet, des Charles Maurras et des Maurice Barrès. Qui a repris le flambeau ? Personne…

L’ambiguïté de l’idéologie tient sur deux logiques qui permettent de la caractériser, non pas simultanément, mais alternativement. L’une, celle à laquelle on pense le plus spontanément, s’inscrit dans un ordre traditionnel donnant du sens à la vie. L’autre correspond à la volonté de puissance. Elle fait en sorte que l’individu ou l’entreprise s’émancipe, d’avoir contrôle sur son existence, son environnement etc. La gauche se soucie en général des autres et exprime ce soucis de manière très forte, démontrant ainsi un certain égoïsme visant au contrôle et à la puissance. La droite est tout simplement divisée parce qu’elle compte, au sein de sa famille, des descendants véridiques et des autoproclamés. Derrière cette grande étiquette, il y a des imposteurs et des intrigants. On doit avoir une définition clair au même titre que la gauche, qui soit, elle aussi, philosophique. Qu’est-ce que l’Homme d’une nation ? Qu’est-ce que la société ? Qu’est-ce que l’engagement ? Nos adversaires savent nous définir. Voilà une belle ironie du sort ! De la même façon que nous les désignons. Au commencement était 1789, et à l’origine avant la victoire définitive de la République, le clivage fut posé. Les républicains contre les monarchistes. Et pourtant une question universelle… Faut-il prolonger l’Histoire ou la chambouler ? François Furet écrivit : « La Révolution est rentrée au port. » L’Action française a longtemps soufflé sur les braises de la monarchie au début du XXe siècle.

Eh bien, elle se trompe car le retour n’est plus possible. Le fruit des événements décide des principes d’une doctrine. Ici, on parlera d’aspiration à l’ordre, la crainte de la subversion, la peur face au contexte de mutation sociale apporté, les évolutions économiques et d’un tas de préoccupations primordiales. On trouve là une noblesse d’esprit à travers l’acceptation des hiérarchies naturelles et de la diversité des êtres, tandis que les héritiers de Robespierre ont énormément de mal avec ces lois incréés. Cette dispersion amène un vide aux discours. Le fond se voit dépasser et perd de sa consistance. On joue sur les mots, on est sur du sentiment, on défend les valeurs de la République et on parle des territoires. En bref, des sujets qui s’installent partout. Du programme politique à la culture. Draguer une frange de la population plutôt que d’être dans une espèce de force unificatrice où finalement on s’adresserait aux Français et non pas à chaque citoyen. En 2015, souvenez-vous, l’Express a popularisé une expression. Le journal parle en effet de la droite « hors les murs ». Un terme utilisé afin de catégoriser les idéologues tels que Zemmour, Philippe de Villiers et Patrick Buisson. On apprenait que ces trois hommes se rencontrent, discutent et philosophent entre eux. Et alors, l’Express imagine des dîners à La Rotonde dans le quartier Montparnasse. On ajoute bientôt Geoffroy Lejeune avec son ouvrage Une élection ordinaire dans lequel il donne les clés de l’Élysée à Éric Zemmour. Toujours est-il qu’ils se connaissent depuis les années 90 et ont collaboré à plusieurs reprises. Comme on le sait, Zemmour ne souhaite en rien s’investir en politique, il réalise avant tout un combat culturel. La culture a complètement été abandonnée.

Personnellement, je trouve dérangeant le fait qu’on déballe un constat sans apporter de réelles solutions. Si on veut comprendre les plaques tectoniques et les rapports de force qui sont à l’œuvre, on doit prendre du recul et s’attarder davantage sur les principes. Patrick Buisson pointait du doigt une différence importante entre être de droite et être à droite. Le contexte du moment présent a la capacité de ramener le peuple à droite, maintenant être de droite, c’est autre chose. Un individu de droite correspond à la grandeur. Un retour aux sources, un retour à un ordre ancien. Les électeurs du RN votent par dépit. Pensez-vous qu’ils l’ont choisi ? Le paysage médiatico-politique offre rarement une tribune à l’héritage maurrassien. Un homme de droite, qui le veuille ou non, est un homme de la tradition. Rappelons que le premier homme de droite face à la Révolution fut Edmund Burke. « L’individu est sot, mais l’espèce est sage. », disait-il. Il y a, dans l’être de l’homme de droite, ce traditionalisme et cette idée que nous sommes avant tout des héritiers et qu’il ne naît pas libre comme le prétend Rousseau. Il naît impuissant, il naît dépendant. L’homme reçoit des autres, de ses proches, de ses contemporains mais aussi des aïeux. Il reçoit ses mœurs, il reçoit sa génétique, il reçoit l’essentiel de son savoir et de son être. Finalement, l’acte fondamental de la vie sociale aux yeux de l’homme de droite, il est conforme au modèle de la nature.

On revient à la transmission d’Aristote. Chacun est donc un maillon dans la chaîne des générations liées à tous les autres par la tradition. Robert de Lamennais écrivait dans son Essai sur l’indifférence en matière de religion : « Recevoir et rendre, voilà donc en quoi consiste la vie et le moyen par lequel elle se conserve. » Notre nation va à l’encontre de la tradition, elle laisse triompher la modernité exacerbée. Mais quand bien même il y a un développement de l’individualisme forcené, quand bien même il y a un développement d’une tolérance à l’égard du multiculturalisme et une forme de renonciation de l’assimilation, la République, finalement, n’est pas la République dans ce qu’elle a de détestable et c’est tout ce que je viens de vous citer. La République qui invite à faire respecter la loi, une loi stricte. La République qui a des institutions, des institutions fortes. La République qui est une et divisible. On en revient alors à un sujet controversé… Le communautarisme. Nous sommes face à un carrefour, soit la droite choisit de se positionner sur une ligne assimilationniste ferme ou bien elle décide de se radicaliser et de renouer avec la notion de continuité historique. C’est l’une des grandes questions à laquelle on peut être confronté dans les années à venir. Le pouvoir en place doit être un cheval d’action afin de repenser la totalité des revendications. Les principes doivent avancer au détriment du cadre institutionnel. Le cœur du combat mené. « Les morts gouvernent les vivants. », Auguste Comte. Pourquoi est-ce qu’on se bat ? La culture ne réside pas seulement dans l’enregistrement de connaissances, la culture réside dans l’être, nous naissons dans des paysages particuliers et sur une terre particulière avec des odeurs, des saveurs, une Histoire et une langue qui nous impressionne et nous forme, donnant la possibilité de se réunir sur une seule route. Vaut-il le coup de gaspiller son énergie dans le retour du roi ou bien faut-il subvertir l’élite ? Les réactionnaires et les conservateurs naquirent au même moment que les individualistes, le fléau de l’Occident. On a tiré la logique de l’individualisme jusqu’au bout. Si bien qu’aujourd’hui, l’extension des droits individuels vient ruiner la majesté, le pouvoir de l’État. La société périclite avec l’État. La société et l’État périclite avec la nation. Tocqueville et d’autres voyaient l’utopie communiste et l’individualisme arrivaient. Ils pensaient automatiquement que la réaction et la conservation ne pouvaient se trouver qu’au côté de l’individualisme.

De nos jours, nous avons des preuves solides que le moi est beaucoup plus dangereux que l’utopie pour la conservation et la réaction. En premier lieu, l’individualisme affirme sa prédominance en tout temps, c’est pourquoi il détruit de ce fait, la conservation. Une philosophique qui se fonde sur le contrat social. La société de l’individu attribue des numéros tandis que l’approche conservatrice, elle, insuffle l’âme. L’élément de continuité. Les chaînes sont brisées. Maurras parlait de « masse indifférente ». La droite sur ce sujet doit prendre position et renouer peut-être avec des positions qu’elle a abandonnées. Peu importe la Monarchie ou la République. La France ne se limite pas à une couronne ou à un drapeau. Existe-t-il un moyen efficace d’apporter la fibre patriote à une grande partie de la population ? La corde souverainiste se présente à nous, l’Union européenne a montré son visage d’ennemi de la nation et de la solidarité européenne. Elle doit compléter la corde nationaliste, devenir un axe plus puissant de la parole. Les régimes républicains sont de nature à préserver la liberté d’expression. La méritocratie, lorsqu’elle est respectée, est de nature à parler largement aux éveillés. La République écarte tout espoir, une fois qu’elle supprime le mérite. Ce qui marque une élection et c’est là où pour moi il y a un rapprochement entre la déchéance de la pensée et les considérations pratiques, c’est l’abstention. On assiste à une forme de désintérêt de la part de la population.

Hassan Ejaaibi

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Antoine

La droite française, où ça ? :-(

Marnie

Parler de LR comme étant la droite française il faut quand même oser…

enoceram

La droite française ne peut pas être en crise… Elle n’existe plus !!!!

noospheryx

L’incroyable, c’est que l’islam, la oumma, ce collectif hégémonique véritable rouleau compresseur de jihad qui se fout des individus, trouve en face de lui un boulevard, celui de l’individualisme obstiné des occidentaux désenchantés formatés et démotivés…

Paoli

Parce qu’ils sont moumous. et qu’ils changent de veste un peu trop facilement …donc pas crédibles …voter à droite ne veut pas dire rallier les en marche ….bref ils doivent assumer leurs opinions ,,et s’y tenir ….on se souvient du karcher ,,,,,,laissez moi rire ,,,

Decu de tout

La droite française un rassemblement de couille molle certains a droite ont acheté un karcher mais ont oublié de demander le mode d’emploi.

Moi1

“Pourquoi la droite française est-elle en crise ?”
Parce que ce sont des franc-maçons, ouvrant pour satan, sans conviction (et dans leur comfort pendant que ce sont les autres qui bossent), sans honneur, sans foi ni patrie, sans c…
Et pour “l’extreme droite”, Marine Lepen a démissionné (pro vaccins-poison, anti liberté d’expression).
Apparemment le phénomène de foire Attali a déjà vendue la mêche qu’une ‘progressiste’ (encore une suiveuse de psychopathes) a été appointée comme la prochaine Présidente (Young Leaders), donc personne ne bouge, “pas la peine” pour des parasites, puisque ce sont les milliardaires qui commandent (Rothschild, Klaus Schwab, Bill Gates, 100 multinationales dont Google, Huawei, la banque mondiale, Nations Unis, OMS, politiciens corrompus, etc).

L Béra

À côté de la plaque!
Les notions de droite et gauche datent de 1789. Avant, c’était la royauté et la papauté ligués contre le tiers état, un peuple écrasé qui représentait 95% du royaume.
La représentation nationale est passée des montagnards et girondins au jacobins et libéraux, puis, après 2 restaurations des 2 frères de Louis16, et une tentative napoléonienne d’écraser les royautés d’europe, la 2nde république est devenue bipolaire. A droite de l’hémicycle, la bourgeoisie, les banquiers et les évêques, et sur la gauche les représentants authentiques du peuple et les complices de plus en plus nombreux, de la droite.
La trahison des PS, islamo-gauche et zécolos ont acté cette fausse vision bilatérale.
Les Populistes de droite seuls ont leur place à gauche, aux côtés du Peuple.

Fradth

Voilà une pensée typiquement de Gauche, de penser qu’avant 1789 c’était la tyrannie. La Gauche est bel et bien une invention Républicaine et méprise ce qui a eu lieu avant, la Droite n’est pas à 100% Républicaine et respecte la monarchie, sous la République la Droite n’est réduite qu’a un rôle de conservatrice et de traditionaliste, alors que la Droite représente en réalité des valeurs intemporelles qui étaient bonnes hier, le seraient aujourd’hui, le seront demain. La Droite ne vénère pas le peuple comme s’il était tout ce qui compte, elle voit le pays comme un écosystème naturel avec d’un côté le milieu, le pays, et de l’autre côté sa faune, le peuple et ce sont les interactions entre les deux qui font la France éternelle qui surpasse monarchie et république.

L Béra

Eh ben dis donc, fradth, voilà, un discours de technocrate tel qu’on l’apprend dans les grand’zécoles.
Les tenants de la mondialisation nomment cette philosophie de bastringue “la systémique”; Pas moins!.
Pour faire court, ils expliquent que tout est “systèmes” inamovibles, inchangeables, des systèmes qui “échangent “par “intrants et extrants” mais restent tels qu’ils sont, politiquement s’entend.
La tromperie systémique a été inventé il y a un demi siècle et propagée en France par J de Rosnay, pour contourner les règles économiques alors en vigueur dans le marxisme.
Les choses ont bien changé depuis, et la rigueur rationnelle de la Chine l’a fait devenir 1ère puissance mondiale, contre tous les “systèmes”.
Une philosophie de bazar qui va rejoindre le grand cimetière des “ismes”

Dugenou

Un seul tient la route parmi les LR. Il s’agit de Julien Aubert.

amril

Un umps qui fricotte toujours chez lr n’est plus crédible.
Il pourrait prendre exemple sur T. Mariani.

amril

Comment peut-on les qualifier de droite en 2020 après quarante ans passés à filer le train aux gauchiasses, alliances politiques aux moment cruciaux, forfaitures, acceptation de notre perte de souveraineté, délabrement économique, sociétal. enfumage du franchouillard à propos de la lutte contre les ‘envahisseurs’. Drôles de Gaullistes…
Ils sont pires que la plupart des socialauds qui eux assument d’être des cons sans se camoufler sous des airs de fausse droite.
Et ça continue, il suffisait d’écouter ce matin cette vieille baderne de raffarin et sa logorrhée umps qui était invité pour encore distiller son poison sur les plateaux.

Jill

Quelle droite d’abord ? Il me semble que la droite en admettant qu’elle exista est morte avec le président Pompidou ;et encore ce qu’il en restait. Giscard a amené le centre gauche et avec le non identifié Chirac, ils sont responsables de la cause du fléau qui accable notre pays : le regroupement familial qui nous a amené une immigration massive et l’Islam qui va avec.

Joël

Elle n’est pas en crise, elle collabore toujours étroitement avec la gauche :

Au sénat, la droite refuse un amendement visant à refuser automatiquement l’asile aux étrangers condamnés pour terrorisme.

https://www.fdesouche.com/2020/10/20/au-senat-la-droite-refuse-un-amendement-visant-a-refuser-automatiquement-lasile-aux-etrangers-condamnes-pour-terrorisme/

patphil

“Ce qui marque une élection et c’est là où pour moi il y a un rapprochement entre la déchéance de la pensée et les considérations pratiques, c’est l’abstention.”
aux dernière élection partielle le mois dernier à la Réunion, 18% de votants seulement, et donc la parti communiste a une élue supplémentaire

Sniper 338

Putain de charabia de merde !…un tas de connerie sémantique qui se voudrais intello 🤢🤮

Fonzy

Oui, c’est un peu ça. Des grandes phrases, du gros paluchage et pendant ce temps la France disparaît.
Il n’est plus temps de faire parler les mots, mais plutôt de faire parler les flingues.

BobbyFR94

Article très intéressant, et la fin d’autant plus !!

En effet, TOUT, absolument tout a été fait pour que la population se désintéresse de la politique, c’est ce qu’on appelle ” diviser pour mieux régner “…

Parce que multiplier les partis, et surtout multiplier les raisons des désunions des gens, politiquement parlant, étaient bien plus efficaces pour pouvoir diriger le pays, malgré une partie des Français contre le candidat, toujours sur le plan politique !!!

Pourquoi croyez-vous que les minorités, et sur toutes sortes de plan, sociétal j’entends, comme les homosexuels et autres déviants sexuels plus généralement, les ethnies, les communautés, les religions, dont une a un rôle de destruction, instrument des mondialistes, soient toujours plus mises en avant ?

François Desvignes

Pour la définir, il faut revenir à ce qui la caractérisait depuis sa naissance à l’ Assemblée constituante du 17 juin 1789 jusqu’à sa mort à l’occasion du procès de Pétain.

Pendant toute cette période ce qui la distingue de la gauche, c’est la définition que donne la gauche (la république ) de l’Homme.

La droite dit depuis Clovis : l’Homme est Fils de Dieu (et donc la souveraineté appartient à Dieu et l’Homme n’a que son libre arbitre)
La gauche (la république) dit : l’Homme est dieu et Dieu s’il existe ne sert à rien.

C’est dans leurs définitions de la laicité que la droite (la France) de la gauche (la république) se distinguent :

– la droite : le Trône est séparé de l’Autel mais reste sous le Ciel
– la gauche : pareil mais contre le Ciel

BERNARD

La droite ?? pires traîtres encore que la gauche.
J’ai voté une fois Chie et Raque et une fois Sarkome de Kaposy et je me suis fait encxxx deux fois.
Si au second tour de 2022 il y a Sarkome ou autres merde de la droite ripoublikhaine contre Jabot ou Méchantcon, je n’hésiterai pas cette fois ci à voter Jabot ou Méchantcon, ma rondelle n’est pas encore guérie.

.Dupond1

Pourquoi la droite française est-elle en crise ?
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Parceque l’internet a pénétré le village le plus reculé de notre belle France …..dévoilant les magouilles de nos nains hongrois et autres copélovici . Ceux qui s’accrochent encore aux dividendes comme escrosie ,retailleau , bertrand ,pécresse ,morano ciotti et qu’on sort n’ont plus la confiance de millions de français qu’ils ont trahi pendant quarante ans tout en se gavant DEHORS

Lire Aussi