1

Pourquoi la France est-elle la destination préférée des demandeurs d'asile ?

Avec 60000 candidats cette année, la France est devenue la destination préférée des demandeurs d’asile. Comment pourrait-il en être autrement puisque notre pays est de loin le plus généreux ? Pendant les 16 mois que dure l’instruction chaque demandeur est assuré de percevoir l’allocation mensuelle de subsistance ( AMS ) ou l’allocation temporaire d’attente ( ATA ) de 325 euros par mois tout en étant logé. Et s’il est débouté, il entre dans la clandestinité et reste en France sans grand risque d’être expulsé. C’est ainsi que le coût de l’asile dépasse les 500 millions d’euros, le coût de l’hébergement d’urgence en hôtel ayant plus que doublé en quatre ans pour atteindre 135 millions. Entre l’AME qui coûte 600 millions pour soigner 220000 sans papiers chaque année, la CMU et la mutuelle CMU qui profitent largement aux étrangers alors que 5 millions de Français n’ont pas de mutuelle, la retraite de 740 euros accordée aux étrangers n’ayant jamais ni travaillé ni cotisé en France, sans parler du déficit économique de l’immigration légale évalué entre 35 et 70 milliards suivant les études, il est clair que la France est devenue en quelques années l’ État providence de toute la planète. Tout est fait pour attirer toute la misère du monde. Avant d’être une chance pour la France, l’immigration est surtout une chance pour les immigrés et pour les patrons voyous qui encouragent le travail au noir, mais certainement pas pour les contribuables ou les générations futures qui supporteront ce fardeau. Et en la matière, la droite promet beaucoup mais ne fait rien. L’immigration a augmenté de 10,6% entre 2009 et 2010 et le gouvernement vient d’augmenter le budget AME de 11%, tout en diminuant les remboursements des salariés qui cotisent. Plus la France est ruinée et plus elle encourage l’immigration. La grande différence entre droite et gauche réside uniquement dans le discours. La gauche dit qu’elle va ouvrir les frontières, la droite dit qu’elle va les fermer. Mais tout empire depuis trente ans. C’est irresponsable.
Jacques Guillemain