Pourquoi l'Allemagne veut accueillir toute la misère du monde

bateau émigrés
L’Allemagne semble bien décidée à accueillir toute la misère du monde. Obsédée par l’effondrement de la natalité allemande, qui se situe autour de 1,3 enfant par femme, Angela Merkel mise sur l’immigration de millions d’étrangers au cours des prochaines années pour soutenir son économie en mal de main d’oeuvre. Le budget de ce vaste programme d’accueil est annoncé à 10 milliards d’euros, pour héberger, soigner, éduquer et former les salariés allemands de demain.
Car la formidable locomotive allemande, qui suscite envie et admiration chez ses partenaires englués dans le chômage et les déficits, souffre d’un handicap majeur qui pourrait bien se révéler dévastateur à long terme. Les Allemands ne veulent plus d’enfants. Alors que la France avec 65 millions d’habitants, annonce 813000 naissances pour 555000 décès en 2014, l’Allemagne connaît un solde négatif des naissances avec 670000 nouveaux nés pour  870000 décès, malgré une population de plus de 80 millions d’habitants. Selon Destatis, l’INSEE allemand, le croisement des courbes de population se fera vers 2060, la France devenant le pays le plus peuplé d’Europe.
Le souhait d’Angela Merkel, qui ne se soucie que des critères économiques, est donc de retarder le vieillissement de la population, qui s’est gravement accéléré après la réunification allemande. Car le poids des retraites et de la dette deviendra insoutenable si rien n’est fait. L’âge de départ à la retraite fixé à 67 ans s’avère déjà insuffisant. On comprend donc pourquoi l’Allemagne annonce haut et fort qu’elle accepte 800000 demandeurs d’asile cette année.
Mais en réclamant des quotas imposés à tous les pays européens, Angela Merkel joue sa carte personnelle. Et c’est là que rien ne va plus. Car la France n’est pas l’Allemagne. Celle-ci manque cruellement de main d’oeuvre, la France manque désespérément d’emplois. L’Allemagne a un budget équilibré et engrange chaque année plus de 200 milliards d’euros d’excédent commercial, la France accumule les déficits depuis dix ans et sa balance commerciale est déficitaire de 70 milliards. Par conséquent, s’aligner sur la position allemande en défendant les quotas par pays, comme le fait François Hollande, est une totale aberration qui va nous coûter très cher. Déjà ruinée et totalement incapable de se réformer pour améliorer sa compétitivité et créer des emplois, la France n’a nullement besoin d’un fardeau supplémentaire. N’avons nous pas nos paysans et nos six millions de chômeurs à aider en priorité, avant d’accueillir des centaines de milliers de migrants supplémentaires qui  iront gonfler le flot des assistés, puisque, contrairement aux Allemands, nous n’avons ni logements ni emplois à leur offrir ? Avons nous les moyens de jouer les grands seigneurs alors que nous sommes incapables d’équilibrer notre budget 2016 et que notre dette dépasse les 2000 milliards d’euros ?
La légitime émotion qui a gagné le monde après la diffusion d’une insoutenable photo du petit corps d’un enfant de trois ans, échoué sur une plage turque, ne doit pas prendre le pas sur l’esprit d’analyse, bien au contraire. Un minimum de lucidité s’impose, car les décisions d’accueil de centaines de milliers de migrants, comme le fait l’Allemagne, seront lourdes de conséquences une fois retombé le choc émotionnel. Le message d’accueil envoyé par Angela Merkel a déjà fait le tour du Moyen Orient, dont l’embrasement généralisé va durer des années. Ce qui signifie que le flot de migrants n’en est qu’à ses débuts et que toute politique d’accueil de grande ampleur ne peut qu’encourager l’exode de millions de réfugiés politiques chassés par la guerre, mais aussi économiques, venus de l’Afrique de l’Ouest.
La France ne peut évidemment pas se soustraire à son devoir de solidarité. Mais ce devoir doit s’exprimer en fonction de ses moyens limités et de ses problèmes d’emploi. Car tout excès supérieur à nos capacités d’accueil, ne pourrait que conduire à la déstabilisation du pays, durablement embourbé dans le chômage de masse et soumis à une montée des communautarismes porteuse de graves divisions de la société.
Un sondage récent montrait que 56% des français se disaient opposés à l’arrivée de migrants. Confrontés aux exemples quotidiens du ratage de l’intégration, nombreux sont les citoyens qui ne souhaitent pas charger davantage la barque et on les comprend.
Par conséquent, suivre la voie d’Angela Merkel est une erreur majeure. Encore une fois, la France n’est pas l’Allemagne. Cette affaire de quotas illustre une fois de plus la grande illusion de cette Europe utopique, qui veut à tout prix chausser petits et grands avec la même pointure.
Nos généreuses largesses sociales distribuées à tout va, constituent déjà un formidable attrait pour tous les déshérités de la planète. Attention de ne pas aggraver les maux du pays  avec un nouvel appel d’air.
Jacques Guillemain

image_pdf
0
0

15 Commentaires

  1. les prix des loyers vont s’envoler en Allemagne au fur et à mesure que la disponibilité de ceux-ci baissera par l’immigration de masse…
    On verra quelle gueule vont faire les allemands quand ils paieront des loyers à la Française, soit trois fois plus cher, et avec un salaire en dessous de notre SMIC !
    et encore il ne s’agit là qu’une des nombreuses conséquences des décisions de Merdekel…

  2. C’est sans compter sur les allemands! Merkel est issue de l’Allemagne de l’est, elle n’est pas représentative de la pensée allemande. Le nationalisme allemand va rebondir et je l’espère sincèrement

    • non , hélas! les seuls qui semblent réagir (un peu) sont les néonazis. Infréquentables par définition. Même les gens de Pegida sont devenus inaudibles! quant aux bavarois soi disant si « conservateurs », ils sont les premiers à se coucher!
      Quant au dernier « carré de résistants » (Hongrie, Tchéco-Slovaquie, Pologne) ils ne pésent rien face au reste de l’UE collabo.

  3. Enfin un article de qualité qui ne diffuse pas la haine.
    Il existe nombres de solution pour pallier au soucis de la baisse de la démographie parmi ceux ci la robotisation! à moins que les protestants Allemands s’y refusent comme le fait le Japon.
    Pour assurer l’avenir de l’humanité une maitrise de notre procréation est indispensable sur Terre; après on verra, plus loin Mars et pourquoi pas une ou plusieurs exoplanètes.

  4. il y a plusieurs facteurs qui entrent en ligne de compte :
    – comme chez nous, le matraquage pro ouverture des frontières des médias (le Spiegel en premier lieu), de la classe intellectuelle , artistes, églises, etc. et des nouvelles élites, souvent issues elles mêmes de l’immigration (milieu du foût)
    – comme vous l’avez souligné, le déficit démographique à combler
    – l’hubris du monde économique allemand qui veut à n’importe quel prix que l’Allemagne continue à être la puissante économique dominante de l’Europe
    – le facteur psychologique : les Allemands en ont assez d’avoir à payer le prix moral du nazisme qui les suit comme une casserole, ils ont dû en plua jouer les « bad guys » avec la Grèce, voilà une occasion unique de se refaire une « virginité » en jouant les « good guys »!

  5. Pourquoi l’Allemagne veut accueillir toute la misère du monde ?
    Tout simplement pour, conformément aux ordres de Bruxelles, établir une tête de pont au cœur de l’Europe (à défaut de la Turquie dans l’immédiat) et par la suite écouler le trop-plein dans toutes les directions une fois que les papiers seront en règle. Ainsi le grand remplacement sera quasi invisible. Nous n’accueillerons plus des clandestins mais des Allemands.

  6. @Jan , je trouve cet article d’une grande sagesse et d’une étude de la situation tout à fait objective.Ne pas jouer la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf est une bonne stratégie, que malheureusement nos politiques ne comprennent pas. On veut à tout prix être les premiers surtout dans la c… et on y reussit grâce aux socialos . Mais si on regarde sur une mappemonde la grandeur de la France et celle de l’Allemagne , rien que ça nous fait comprendre qu’on est pas de taille à jouer les fanfarons.

  7. 3 remarques: les « accueillis » en Allemagne viendront ensuite en France: cf. Schengen et la libre circulation de la main d’œuvre…
    le patronat allemand est demandeur car ça lui permet d’avoir une main d’œuvre à bas prix, taillable et corvéable, remplaçable et soumise ( il lui faut remplacer celle qui venait des anciens pays de l’Est et payée 4 sous…)…
    nous n’avons aucun devoir de solidarité avec des illégaux téléguidés par les réseaux mafieux et islamistes d’Afrique et du Moyen Orient et qui ne sont que masses migratoires venant peser comme un fardeau terrible sur le Peuple de France: dehors! et fissa…

    • Pour croire que ces arabo-musulmans constituent une main d’oeuvre fiable il faut n’avoir jamais dirigé une entité opérationnelle
      Je n’ose croire que les vrais chefs d’entreprise, ceux qui connaissent leur métier et pas les pantouflards, se laissent piéger par cette stupidité de syndicaliste marxiste (vous savez ceux qui ont détruit l’industrie française)

      • c’est vrai qu’en Allemagne il n’y a pas une main d’œuvre étrangère payée trois fois moins que l’allemande pour le même travail (voir les chaînes Volkswagen, par exemple, ou les abattoirs industriels!)…même la Merkel l’a reconnu, et le patronat allemand, qui réclame ces « migrants » a cors et à cris, veut certainement s’autodétruire…..

        • Moi je constate es qualité de patron de grands travaux en activité aux quatre coins de la planète
          1- Que le marxisme a détruit l’industrie française comme il l’a fait partout ou il est passé
          2- « pour le même travail  » ! Non Monsieur le communiste.
          un chef d’entreprise du métier ne fait pas confiance a cette main d’oeuvre qui n’a en rien la capacité des compagnons européens
          3- Si effectivement, ce dont je doute fortement pour en fréquenter quelques uns sur mes chantiers, les vrais chefs d’entreprise allemands croient trouver chez ces gens l’équivalent des Polonais, ils vont au delà de graves désillusions comme d’autres avant eux et vers leur autodestruction

  8. Ca suffit !
    ca suffit avec ce genre d’article tiède… intéressant certes mais tiède
    je dis :
    Clandestins illégaux , TOLERANCE ZERO
    Quand à ceux qui sont entré illégalement RETOUR à L’ENVOYEUR !
    C’est mon programme !
    Tous avec Jan !

    • Tiède, peut-être. Mais une analyse qui reflète la vérité. Tout ce qui est excessif est inutile. J’ajoute que, pour la France, c’est une double peine. D’une part nous n’avons pas de travail à offrir aux migrants qui seront dont à la charge d’un État surendetté. D’autre part l’Allemagne qui manque de main-d’oeuvre et dont la législation du travail permet de sous-payer les arrivants, va y trouver des avantages pour son industrie qui est déjà plus compétitive que la nôtre.

Les commentaires sont fermés.