1

Pourquoi l’antisémitisme perdure-t-il ?

Après mon 1er article sur l’antisémitisme et certains commentaires, je me dois d’ajouter quelques précisions. Premièrement nous devons rejeter l’antisémitisme car c’est un piège grossier tendu par l’ennemi. Honnêtement ils n’attendent que cela: un article antisémite sur Riposte Laïque, je vois déjà leur visage s’illuminer avec un sourire jubilatoire : enfin, ça y est, on les tient, ils ont craqué, ils ne s’en remettront pas, on pourra éternellement les attaquer là- dessus, faisons péter le champagne, on a gagné.

Ajouter une réflexion antisémite dans un texte, une pensée, cela les fait disparaître : ainsi dans « La fin d’un monde » Édouard Drumont critique vertement le capitalisme du XIXe siècle. Mais comme cette critique est accompagnée en permanence de propos antisémites, personne n’a retenu cette critique. Il en va de même pour Alain Soral qui a peut-être raison sur certains sujets, mais comme cela est joint à des propos anti-juifs récurrents, plus personne ne retient quoi que ce soit d’autre de ses livres. Souvenons-nous qu’avant qu’il ait franchi le Rubicon, il était régulièrement invité dans les médias car sa pensée était jugée intéressante même si elle était vertement critiquée par des détracteurs. À partir du moment où il n’a parlé principalement que de l’axe américano-sioniste, il a cessé de passer à la télévision.

Si vous glissez un propos antisémite dans un raisonnement juste, ce raisonnement s’effondre. Et cela rassure les adversaires de ce raisonnement juste qui, soulagés, se disent : Heureusement que ce type est antisémite, on était mal.

Au-delà du côté immoral de l’antisémitisme, on en oublie souvent sa stupidité : mettre Albert Einstein, Zemmour, BHL, Léon Blum, Jerry Lewis et Lou Reed dans le même sac, c’est d’une bêtise crasse. Quoi de commun entre ces personne à part leur baptême ? Va-t-on faire de même entre Claudel, Mitterrand, Louis XI et Pierre Dux pour les catholiques ? Non, c’est idiot. Dites- vous bien que ça l’est aussi pour les Juifs.

Cette bêtise s’illustre particulièrement dans l’holocauste. On comprend aisément que l’aspect criminel ait été principalement retenu jusqu’ici mais la bêtise de ce génocide est, elle aussi, évidente. Croire que tuer six millions de Juifs va résoudre un problème, améliorer une situation économique, historique ou politique, quelle stupidité !

Alors pourquoi l’antisémitisme perdure-t-il néanmoins (même si en Occident il a connu des périodes de plus grand succès) ? Je vois une explication, c’est une théorie simpliste monocausale. Les théories  monocausales ont souvent rencontré un succès rapide (marxisme, prédestination) même si elles étaient erronées. Pas d’effort pour les comprendre et les appliquer et elles donnent une option de vie à laquelle on peut facilement se tenir.

Pour cette raison, on peut penser que l’antisémitisme ne disparaîtra pas même si ce n’est plus la pensée dominante dans l’extrême droite française.

Platon du Vercors