Pourquoi le communisme est-il supérieur au capitalisme ?

Publié le 14 avril 2019 - par - 142 commentaires - 1 023 vues
Share

Partout, le « Système » chie sur le communisme de toute la force de ses merdias : ‘a causé des millions de morts dans les années ’30, a réduit en esclavage des millions d’hommes et de femmes dans ses kolkhozes et autres usines « en noir et blanc » (le sépia US, c’est tellement mieux…), a érigé un système concentrationnaire pour des millions de citoyens dans ses goulags…

Aucune excuse ! Le communisme est mauvais parce que c’est sa nature essentielle de faire le  maaâââl, d’incarner le maaâââl sur Terre : la complaisance envers les « maladies de jeunesse » du capitalisme (massacre des indiens d’Amérique du Nord et du Sud, commerce triangulaire, colonisation de l’Afrique…)  se mue en condamnations impitoyables quand il s’agit du communisme…

Et de prendre les traits de nos grand-pères aux cheveux blancs, aux regards sévères mais quant même affectueux (façon Charles Gave), pour dire d’un ton grave et appliqué : « Le capitalisme est un système dur, parfois…un peu…injuste, mais c’est le seul qui fonctionne ». On en pleurerait…

Sauf que tout ça, c’est du sophisme. Le capitalisme est né de l’imagination d’hommes de la Renaissance, en Europe, qui cherchaient avant tout à satisfaire leur cupidité en élaborant un système économique qui rapporte un maximum, sans considération aucune pour les souffrances qu’endurerait la « vulgate populi » !

Révisons cette théorie économique, de prime abord cohérente et optimiste, mais qui est en fait des plus bancales…

Sans entrer dans les détails, le capitalisme divise de fait l’humanité en deux camps : ceux qui possèdent et ceux qui aimeraient bien posséder quelque chose mais qui n’ont que leurs bras à offrir.

Premier écueil : comment justifier que certains naissent « à poil », c’est à dire sans aucun patrimoine ? C’est objectivement la situation patrimoniale de plusieurs milliards d’êtres humains sur Terre. « Être né quelque part », chante Monsieur Maxime Le F. ; c’est déjà plutôt difficile à justifier lors des prêches au temple ! J’y reviendrai. Retenons que pour les capitalistes, l’Histoire n’existe pas, les rapports économiques étant supposés logiques et donc naturels : une société où les pauvres sont pauvres et les riches (très) riches, comme disait le regretté Louis de F.

Donc, les possédants « proposent » aux non-possédants de travailler sur leurs machines pour produire de petits objets relativement utiles. Ceux-ci seront vendus à des…non-possédants, et le flux d’argent en retour paiera leurs salaires, leur permettant de les dépenser en achetant des biens produits par des…non-possédants…et caetera.

Deuxième écueil : pourquoi le prolétaire doit-il produire par exemple 100 chaises, pour pouvoir s’en payer une seule ? Les possédants disent que c’est parce que la machine ne leur appartient pas. Moi, je dis que si la machine est amortie après un certain temps de travail, alors elle appartient à l’usine, c’est à dire surtout aux prolétaires. Bien que (plus que bien) remboursés de leur apport initial, les possédants ne sont pas d’accord…et font donner la gendarmerie. Le prolétaire est comme une loutre domestiquée par des pêcheurs de Sibérie (qui n’était pas d’accord, vous en conviendrez, de « partir à la pêche » avec eux) : elle doit ramener 5 poissons de la rivière glacée pour pouvoir en manger un seul. Mère-nature n’avait pas prévu que ça se passe comme çà : encore une loi des hommes qui viole celle(s) de Dieu, ça…

Les possédants « confirment » : ils ont travaillé dur pour se payer la machine-à-faire-des-chaises et donc ce n’est que justice que le statu quo prévale, sauf qu’ils n’en apportent jamais la preuve. Quel travail les premiers colons anglais ont-ils bien pu réaliser pour pouvoir se payer les terres des indiens d’Amérique ?

De fait, certains possédants un peu plus malins (au sens biblique ?) ont très vite lâché les tracas de la conduite des affaires industrielles, pour se consacrer entièrement à l’apport de capital pur, à savoir des espèces ! Et là, on fait face à ce qu’on pourrait qualifier de plus gros écueil (ici listé en troisième position) de la théorie capitaliste : la création de ressources financières à partir de rien !!! C’est tellement énorme qu’il n’y a pas la place dans ce billet pour l’expliquer, veuillez donc vous diriger vers ce lien (https://www.youtube.com/watch?v=bREBZ1WWfSk). Ça  vous coûtera certainement quelques heures de rêverie, mais tôt ou tard vous saisirez qu’un banquier, au jeu capitaliste, ne peut jamais perdre ; aberrant, je vous dis !

Ce qui nous amène au quatrième écueil : le taux d’intérêt. Saint Thomas d’Aquin enseignait qu’un prêt peut faire l’objet d’un intérêt quand sa finalité est de rétribuer la patience bienveillante du prêteur (qui ne peut consommer son patrimoine, puisqu’il le prête…). Sauf que les possédants parlent quant à eux de « rémunération du risque » :…c’est-à-dire ? Celui dont le dommage auquel il est lié se manifeste 1 fois sur 10 ? On paie un intérêt parce qu’on a calculé une probabilité d’occurrence d’un événement, sans certitude aucune qu’il survienne ? Une prime à l’ignorance, en somme… et non remboursable !!! Les possédants objectent qu’il faut voir l’intérêt à payer, plutôt comme une rémunération financière à bien vouloir risquer « son » argent dans le projet d’un autre. D’abord, celui qui prend le risque, c’est l’entrepreneur, pas le prêteur, en cause les garanties exigées par le créancier : à moins de vivre au pays des rêves, la banquier exige toujours des garanties. Mais plus grave, si l’entreprise du débiteur est un succès, pourquoi honorer le paiement de cet intérêt puisque le risque était artificiel/illusoire/exagéré ? (biffer les mentions inutiles) Puisque l’objectif dudit projet s’est nécessairement accompli conformément aux lois de la thermodynamique et autres généralisations de sciences humaines ; c’était écrit, diraient les musulmans. Si on voulait vraiment encourager les prises de risques, on les mutualiserait : on rembourse une quote-part de l’investissement quand le projet est un échec. Et pas quand il est un succès, comme aujourd’hui ! En vérité, derrière la rémunération du risque se cache la pratique inavouable de l’usure, car comment associer LOGIQUEMENT un taux d’intérêt à une perception approximative du risque ? Le possédant qui pratique l’usure, en réalité, veut abuser de sa position pour imposer des contraintes de remboursement de l’emprunt, à sa guise…Le risque (et les emmerdes) pour les uns, une part du bénéfice pour le « fait-néant » de banquier.

Pour rappel, Adam Smith était un moraliste qui disait vouloir la paix en Europe, et de proposer le commerce de spécialisation entre les Nations, avec son copain Ricardo (L’Angleterre, la laine ; Le Portugal, les vins alcoolisés ou porto…et on échange les biens dont le savoir-faire est le plus abouti). Des nations qui commercent ne pensent pas à la guerre, et somme toute n’ont aucun intérêt à la faire : elles obtiennent ce qu’elles veulent par l’échange. Ils sont considérés comme les pères du libéralisme en économie (sans pour autant être gays, comme quoi…). Un autre théoricien, John Locke, a lui aussi contribué à poser un jalon remarquable dans l’élaboration de ladite théorie. Son œuvre est surtout connue (en tout cas, de moi) pour un principe souvent résumé par la formule dite de la « clause lockéenne ». Pour faire simple, un futur possédant doit être reconnu naturellement (cf le droit naturel) maître ou propriétaire d’une terre (et assimilés : mines, puits, carrières…) si cette appropriation ne porte pas préjudice à la collectivité. L’argument étant qu’un homme peut toujours prendre « sa bite et son couteau » pour défricher de nouvelles terres arables : il est libre de le faire et personne ne l’en empêchera. À terme (et on y est déjà depuis quelques décennies) « toutes » les terres sont dans les mains de possédants, et les nouveaux arrivants restent « Gros-Jean comme devant». L’astuce de Locke est de compenser l’accaparement d’une ressource (désormais rare) par un service rendu à la collectivité, afin de maintenir cette pratique d’accaparement « naturel » relativement acceptable, donc relativement légitime (ou inversement). À notre époque, les idéologues du capitalisme ont utilisé la formule dite de « l’ascenseur social » pour désigner cette compensation : dans le salaire versé, il y a une part qui peut être consacrée à l’épargne pour (à terme) « racheter la captivité de la loutre ». Sauf que, et c’est le cinquième écueil, l’ascenseur social est aujourd’hui hors service (qui peut encore épargner une part de son salaire, de nos jours ? Demandez donc aux gilets jaunes, tiens !), et de toute manière, la « terre des Indiens » est impayable : 50.000 euros l’hectare agricole, en Belgique !!! Le discours méritocratique des tenants du capitalisme résidait précisément dans le caractère dynamique de la propriété : on peut naître « à poil » et à force de travail, se hisser tout en haut pour devenir possédant… Mais cette idée est fausse car invalidée  (en tout cas à notre époque). Quelle fortune s’est faite ou se fait encore à la force du poignet (…du travailleur) ? Et comme les banques ne prêtent qu’aux riches…les pauvres resteront pauvres !

Est-il nécessaire d’évoquer le sixième écueil : l’absence de véritable et loyale concurrence entre les possédants (législation ad hoc à l’avantage d’une poignée d’entreprises, un avantage concurrentiel irréductible, la fraude au fisc, des coûts d’entrée sur un marché à haut niveau de capital  à mobiliser…). Par voie de conséquence, le caractère imparfait du Marché pulvérise le mythe de l’allocation optimale des ressources, prêté au capitalisme. C’est comme une course de voitures où l’un pilote une formule 1, et l’autre une voiture-sans-permis : inutile pour la formule 1 de passer la troisième pour terminer premier !!! Inutile aussi d’évoquer les ententes de bonne intelligence entre « gens de bienS » pour cocufier les con-sommateurs : le gaspillage (!) ou le stockage de nourriture pour maintenir des prix agricoles élevés, pour l’exemple. Ayons tout de même une pensée émue pour tous ces jeunes entrepreneurs pleins de rêves qui ont fini par comprendre (mais bien trop tard) que les banquiers ne font pas de bons amis…

La dynamique du marché (tronqué) engendrant une concentration du capital, on se retrouve avec de moins en moins de riches et de plus en plus de pauvres, comprenez des gens très riches (le fameux 1%) et une masse incommensurable de gens très pauvres (les autres…). En outre, la robotisation fait son œuvre, et les seuls emplois qui subsistent se rencontrent dans les services, singulièrement dans la domesticité.

Pour maintenir l’ordre social (a minima), les gros riches doivent donc, et c’est le septième écueil, consommer comme des satrapes du 21ème siècle : luxe et volupté en 24/7 (cf théorie du ruissellement). Sinon…c’est le chômage des prolo’, et donc la Révolution, mais n’anticipons pas. Une vie de débauche pour les uns, des jalousies jamais satisfaites pour les autres, les damnés de la terre… : où qu’il est passé, l’optimum capitaliste, et le bonheur  qui devait en découler ? Les gens sont éperdument malheureux…

Enfin, huitième écueil qui défait la théorie capitaliste : Mère-Nature a confié un jardin d’Eden à notre garde, ce n’était pas pour en faire une décharge, résultat de cette course illimitée visant la jouissance déraisonnable, voulu par les possédants. Raser des millions d’arbres, polluer des millions de m³ d’eau, des millions d’hectares de terres arables en passe de retourner à l’état sablonneux, ça n’a qu’un temps, qui semble révolu d’ailleurs…

Donc, le capitalisme ne se maintient que par sa force d’inertie et par la matraque. Ses défauts structurels (chômage, épuisement des ressources, incohérences doctrinales et autres désillusions…) sont des signes avant-coureurs de faillite imminente.

Et pourtant, il faudra encore manger tous les jours, quand le capitalisme tombera. C’est là qu’intervient le communisme salvateur. En deux mots ? Il n’y aura plus de possédants ni de non-possédants, il y aura par contre une planification scientifique de la production de petits objets strictement utiles ; et ce afin de limiter et l’effort de production et la pollution corollaire, en neutralisant par-là même la dynamique exploitatrice du capitalisme puisque tous égaux en droits, tous équivalents en besoins. Une civilisation du temps et de l’énergie libérés des basses contraintes (manger, se loger, se soigner…) se fera jour pour permettre de réaliser ce que chaque individu, redevenu une personne à part entière, veut librement réaliser dans sa vie : ne rien réaliser, peindre, faire de l’alpinisme, photographier des femmes à poils, du jardinage, accumuler de l’or (car que ce soit bien clair, on ne se débarrassera jamais totalement des gros cons)…

Geoffrey Delavallée

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Ulysse 67

Concrètement, ce que vous appelez planification scientifique n’est rien d’autre qu’une sombre dictature totalitaire dictée par des Petits pères des peuples et autres Grands Timoniers, ou par une clique d’idéologues, d’illuminés vivant dans un monde fictif.

C’est toujours ce qui s’est passé, et il ne peut en être autrement.

Pauvre fou.

Ulysse 67

Il existe donc encore des archéo-communistes, de ces ahuris qui continuent à croire dans un système qui a donné toutes les preuves historiques et expérimentales de son ineptie, et restent aveugles à toutes les évidences qui contredisent leurs utopies fumeuses. Vous avez raison de vous intéresser aux sophismes, mais vous devriez commencer par débusquer tous ceux qui figurent dans votre tissu d’inepties. Quand on me parle de « planification scientifique », je me marre. Enfin, tant qu’on ne l’applique pas. Autant parler de ‘ »planification magique », car c’est de la pensée magique. Vous faites appel à une « solution miraculeuse » censée résoudre par magie… lire la suite

Ulysse 67

Ce qu’il y a justement de bien dans le capitalisme, c’est qu’on peut naître à poil, et néanmoins vivre longtemps,correctement et dignement de son seul travail. Tout en restant libre.

Notre imbécile d’auteur veut un paradis communiste d’esclaves gérés « scientifiquement » (selon la « science » marxiste de la servitude), où, à la différence du capitalisme où une minorité possède « tout » (dans leur caricature), personne n’a rien.

Martin

« car que ce soit bien clair, on ne se débarrassera jamais totalement des gros cons… » Sympa, mais cet article n’en n’est-il pas la preuve…? Cet article est « inespéré ». Il y a très longtemps que je n’avais pas eu sous les yeux pareil rhétorique utopique qui se joue des réalités comme un magicien fait sortir des foulards de son chapeau… Mais en fait pas grand chose d’exact et d’exploitable. Que le capitalisme ait des défauts cela ne fait pas de doute. Mais, de là à sombrer corps et âmes dans l’univers communiste, sa dictature, son moralisme idéologique, ses apparatchiks, ce serait… lire la suite

Paul

La réalité, sac à merde c’est que 1% de la population mondiale possède autant que la moitié la plus pauvre des habitants de la planète, alors ton système capitaliste que tu veneres, tu peux te le tailler en pointe et te le fourrer……

Geof'

restons courtois…, je déteste la grossièreté gratuite, c’est le fait des faibles (et je ne veux pas être de cette multitude).
je répèterai juste une idée-force : le communisme a fait des millions de morts, et la capitalisme bien plus…seulement, il faut savoir compter (honnêtement). On a fait dire à staline : « dans les élections, ce qui compte, ce n’est pas le nombre de voix, l’important, c’est celui qui compte les voix ». pas faux…

Martin

La réalité, pauvre bouffon pathétique, c’est que t’es dans le slogan, la propagande à deux balles ; un bon petit perroquet…!
Avec ton  » 1% de la population mondiale … bla bla bla,… bla bla bla … « , refrain « massue » pour ignares qu’on connaît par cœur…
Avec les communistes, dans les faits, ce serait pire, camarade !
Quant à  » Vénérer  » ça c’est pour toi.
Moi je préfère agir dans la vie.

Ulysse 67

La réalité, pauvre con, c’est que tu répètes comme un bourricot arriéré mental les âneries débiles d’ONG gauchistes qui comparent des patates et des automobiles et racontent N’IMPORTE QUOI, des balivernes que les journaleux des torchons gauchos reprennent sans vergogne et sans vérifier (ils le feraient, ils le reprendraient quand même, car ils font dans la propagande et pas dans l’information objective). J’ai vérifié leurs allégations, en plus d’être ineptes à tous points de vue (comparer des PIB et du patrimoine, c’est débile, prendre ceux des pays pauvres c’est aussi idiot), elles sont fausses : si c’était vrai, 4 milliards… lire la suite

Martin

Cet article dans ses pseudos esquisses d’explications à vagues colorations économiques, financières, juridiques, comptables est fondamentalement erroné. C’est d’ailleurs pour cela que cette utopie enfantine, mais néanmoins mortelle et catastrophique pour l’Homme, s’est toujours cassé la gueule, après d’immenses souffrances, parce qu’elle repose sur 1grand à peu près brinquebalant. Ses adeptes nous sortent des théories et raisonnements mal ficelés, mal étayés, comme s’ils étaient capables avec cela de nous produire une FERRARI 488Pista alors qu’en vérité ce ne sont que des élucubrations avec lesquelles ils ne pourraient même pas produire la bicyclette de ma grand-mère ! Ex: L’intérêt d’1prêt rémunère… lire la suite

Martin

2) l’intérêt compense l’inflation. Contrairem. à ce que dit l’article, il y a bcp de créances irrécouvrables dans les cptes annuels des banques malgré les garanties ; cf la crise des subprimes et les maisons en garantie qui ne valaient plus un pêt ! Les considérations de l’article sur le risque st ridicules, farfelues, complètement fausses : par définition « le risque » c’est avant les évènements ! Sinon essayons de ns faire rembourser la prime auto qud on n’a pas eu d’accident ! Puis, ça glisse sur 1mélange, 1confusion entre prêt et investissement (« on rembourse une qp de l’investissement » !). Non,… lire la suite

Martin

3) Donc le banquier doit être prudent. Si on doit « faire parler » St Thomas d’Aquin sur cette question de l’intérêt, alors c’est mal parti. Ou alors pourquoi pas les errements de la finance islamique qui interdit l’intérêt mais prévoit des contorsions pour arriver au même résultat. « Certains naissent « à poil »…Et alors ! Il vaut mieux naître à poil que pas naître du tout. Il n’y a aucune comparaison possible. Demander à quelqu’un s’il veut naitre « à poil » c’est comme demander à un aveugle s’il veut voir clair ! Il n’y a qu’un néo coco que ça gêne (pour les besoins… lire la suite

Geof'

la prime auto, c’est une mutualisation du risque…CQFD
et le banquier ne prête pas l’argent des déposants – il garantit des emprunts par la création monétaire…
par la force des chose, le banquier prend une part du bénéf’

Geof'

Saint Thomas dit : rémunérer un prêt, c’est de l’usure…, ensuite : le risque, c’est l’entrepreneur qui le prend, pas le banquier !!! si c’est un con qui ne sait pas se prémunir du danger (et non du risque), c’est son problème…
il y a plus d’un âne qui s’appelle Martin…

Martin

V/remarques à mes commentaires sont soit à coté, soit des réponses à des objections que je n’ai pas faites, soit les 2. L’exemple du risque est clair : cela n’a aucun intérêt ici, mais c’est amusant, de savoir que la prime auto est « 1mutualisation », c’est pas le sujet ! J’aurais pu prendre 1 autre exemple. Le sujet c’est la notion de risque et je réponds à l’article qui est dans le déni. On ne vient pas dire APRES COUP qu’il n’y avait pas de risque parce que ce dernier ne s’est pas réalisé !! « Le risque c’est l’entrepreneur qui le… lire la suite

Hoplite

Le capitalisme c’est l’exploitation de l’homme par l’homme. Le communisme c’est l’inverse 😆🤣

leresitant

Excellente remarque ! bravo !!!!

batigoal

Article lunaire pour un site comme RL. Mais au moins plus interessant qu’un article populiste sur les radars. Ceci etant dit, je ne participerai pas au concours sur qui a fait le plus de victimes. Néanmoins on peut noter que quand un nazi exterminait des personnes, il cherchait à réaliser son idéal. Un communiste qui tuait des personnes le trahissait. Ensuite sur l’aspect economique, l’homme etant ce qu’il est, bin ca marche pas. Ca reste une utopie. Le capitalisme, plus basé sur la compétition (comme dans la nature d’ailleurs), marche mieux. On peut le déplorer mais c’est comme ca. Et… lire la suite

Geof'

« ben ça marche pas »..et en Norvège ? ils gèrent le pétrole norvégien pour les norvégiens : sont-ils des crétins ?
et pq ne pas privatiser les aéroports de Paris ? pq ce ramdam ?
je pense que le capitalisme a tué plus de gens que le communisme.
merci pour çà : Néanmoins on peut noter que quand un nazi exterminait des personnes, il cherchait à réaliser son idéal. Un communiste qui tuait des personnes le trahissait.

wika

« tous égaux en droits, tous équivalents en besoins » dites-vous concernant le communisme. D’accord, mais comment réglez-vous le problème de « tous égaux » dans le travail et la rémunération, qui font que, comme il n’y a plus d’émulation ni de promotion, les salariés n’ont aucune motivation et en font donc le moins possible ? Sans compter que le communisme prévoit un travail pour tous, ce qui revient à payer un revenu universel, puisque tout le monde n’a pas de travail. Enfin, le communisme planifie les besoins de la population. Qui dit planification dit effectivement fin de la consommation effrenée, mais aussi pénurie,… lire la suite

Geof'

égaux en travail ? l’important, c’est la fin de l’exploitation ;: si qqn veut travailler 10H/jour, il est normal qu’il ait plus en salaire…mais tous doivent avoir accès à un revenu, donc à un travail. (oui à la compèt’, non à la con-cul-rance).
je travaille en usine : on en parle, de l’envie ? de l’amour du travail bien fait ? vous me posez des questions que vous épargnez au capitalisme.
et je ne vois pas pq planification = ric-rac…,
merci pour ce commentaire constructif (ça manquait !!!)

Vincent L.

Le capitalisme, tel qu’il existe aujourd’hui ne me convient pas du tout (notamment un mondialisme complétement débridé) et il va engendrait à terme une crise majeure mais le communisme n’a jamais fonctionné. Il faut bien faire la différence entre le capitalisme d’entreprise et le capitalisme financier.

François BLANC

mondialisme capitaliste ou internationalisme marxiste solidaire avec la finance halal ?

Geof'

…eet la différence entre communisme politique (les fameux millions de morts) et le communisme économique.
Les catholiques sont-ils responsables de l’inquisition ou des croisades ? Je pense que non, alors pq devrais-je porter la responsabilité du staline ou de pol pot ?
Je rappelle que la Norvège gère son pétrole pour le Bien commun : comment font-ils, vu que « ça ne marche pas » ? https://www.norskpetroleum.no/en/economy/management-of-revenues/
Au temps de De Gaulle, EDF et GDF…des entreprises publiques. merde…

Vîncent L.

Je ne savais pas que la Norvège etait comministe quant à de Gaulle, il vivait bien dans un pays non-comministe. Et il a tout fait pour qu’il en soit ainsi. Maintenant, si vous me dites que le capitalisme d’aujourd’hui doit se réformer… Je serais d’accord avec vous

Geof'

gérer collectivement une richesse collective, c’est çà, le communisme. la Norvège gère son pétrole pour le Bien commun : comment désigner cette praxis ? de la folie ?

Emile

Vous êtes un doux rêveur……
Vous semblez ignorer ce qu’est réellement la nature humaine….
Bien sûr le capitalisme actuel va se casser la gueule
Mais votre dernier chapitre me fait vraiment rire…

Geof'

la société existe parce que la Loi inhibe nos penchants égoïstes, le capitalisme est à cet égard un modèle de décadence et non de civilisation ; en outre, la sous-sol français appartient à la nation française (si seulement y avait du pétrole..), comment le justifier, si le marché est l’expression naturelle de l’humain ?

Francan

Il a fumé quoi le Geoffrey avant d’écrire son article?

OCTAVE

Mr Delavallée, veuillez m’ expliquer pourquoi des gens qui ont travaillés dur toute leur vie et ont reussis à accumuler un petit patrimoine doivent se le faire dépouiller, spolier par des bolcheviks qui ne sont animés en fait que par la rancœur, la jalousie et la haine de la réussite d’autrui. Je prends exemple sur ces milliers de paysans russes qui ont par un dur labeur inter-generationnel, donc transmis par le biais de l’heritage, réussis à accumuler un patrimoine (terre, ferme, materiel agricole).

Geof'

merci pour ce commentaire constructif. l’Histoire est la reine des sciences : c’est Alex’ 2 qui a libéré les moujiks du servage, pas le capitalisme naissant ; perso’, je pense que l’agriculture doit être administrées par des familles et non dans des kolkhozes (mais pour des raisons écologiques) : mon modèle, c’est Walnot Grove, si vous voyez ce que je veux dire. Ce que vous appelez réussite, c’est l’abus de position dominante : à lire, « La terre » de Zola. Je suis catho’, à la base (y en reste encore), vendre au-delà de la valeur du bien, ça a qqch d’immoral…;… lire la suite

André Léo

Les « bolcheviks » qui dépouillent les pauvres, les paysans, les classes moyennes ont un nom: il se nomment capitalistes, banquiers, financiers… et ils ont des complices: les gouvernements des états -croupions des US et leurs bateleurs de foire médiatiques que l’on ose encore nommer « journalistes »… où sont-ils vos bolcheviks, Octave? à Bruxelles? Au palais Bourbon? à Washington?

OCTAVE

S’il vous plait,restons à l’endroit meme de la naissance du communisme. Tout simplement les gardes rouges, rouge du sang de victimes innocentes et la police politique criminelle bolchevik nommée Tcheka.

Paskal

« Le capitalisme est né de l’imagination d’hommes de la Renaissance, en Europe, qui cherchaient avant tout à satisfaire leur cupidité en élaborant un système économique qui rapporte un maximum, sans considération aucune pour les souffrances qu’endurerait la « vulgate populi » ! »
N’importe oiq ! Pour le coup, vous n’avez même pas compris le matérialisme historique. Le capitalisme est né des progrès techniques, particulièrement dans l’industrie. Il n’est né de l’imagination de personne.

OCTAVE

Un rappel historique, les premiers banquiers étaient lombards et non pas juifs.

Geof'

je suis très déçu par les commentaires : pas un seul n’attaque l’un ou l’autre point exposé (y en a 8, quant même). ça parle des morts du communismes comme une antienne, comme si les colonisations occidentales (des Amériques aux Indes en passant par l’Afrique) avaient été sympa’…facile quand on est blancs et du bon côté du fusil. je ne vois pas en quoi mourir de soif ou de diarrhées (eau non-potable) dans un bidonville de Lagos est un bienfait, ni le travail d’enfants dans un sweat-shop bengali… ; ça ne compte pas, quand ce sont des « noirauds » ? petit… lire la suite

Paskal

Que voulez-vous prouver ?

Sophie Durand

@Geof
« je ne vois pas en quoi mourir de soif… »
Vous n’allez quand même pas comparer les aléas certes très très malheureux de la vie en bidonville, ou de la colonisation, avec la mort voulue, organisée, systématisée dans les goulags communistes…Ni la famine organisée en Ukraine en 1932 pour la collectivisation…

Geof'

d’abord comparer n’est pas assimiler…comme d’ailleurs expliquer n’est pas justifier.
ensuite, la famine/la malnutrition en Afrique n’est pas due à un « aléas » mais est la csq de stratégies délibérées de prédateurs cupides et psychopathiques. Mon texte parle du communisme économique, pas de sa praxis politique (Allende, c’était un tyran ?). Napoléon, c’était un fils de pute, comme Louis 14 ou Pétain: arrêter de trouver des excuses quand ce sont des français qui font couler le sang (pq les français ont-ils soutenu les russes blancs en 1919 ?). Un goulag n’est pas un camp nazi, qui plus est…

Sophie Durand

@Geoff
Votre réponse est incohérente. Je ne vous parle pas de l’Afrique ni de Napoléon. Ni des Russes blancs. Vous faites du hors sujet. Un goulag est assez assimilable à un camp nazi.

Geof'

et une réserve indienne dans le Dakota, aussi…
ce n’est pas parce qu’un hô est de peau noire qu’il n’a pas pu être une victime du capitalisme (cfr les plantation de coton en Alabama), pareils – mutatis mutandis – pour les indiens : chasser les bisons de la plaine (et donc affamer les indiens) pour mettre des vaches afin de nourrir Chicago et Détroit en bonne viande rouge, ça a fait de smorts ; je vous invite à chercher un tableau très moche, la destinée manifeste… ; percevez-vous la correspondance ?

Huineng

Combien de Prix Nobel scientifiques communistes : ZERO
Combien de Prix Nobel scientifiques non-communistes : TOUS

Spipou

Vous êtes sûr de ça ?

Paskal

Paul Langevin était (dans une acception très large du terme) « communiste ». Il disait même que plus il se sentait instruit, plus il se sentait « communiste » !

Vincent L.

Un communiste qui a été formé dans un pays capitaliste, ça compte pour du beurre. La plupart des remises en cause ou des inventions se sont déroulées dans des pays où le capitalisme est dominant.

Paul

Le premier homme envoyé dans l’espace en 1961 fut le soviétique Youri Gagarine, comment y est il arrivé selon toi, avec un trampoline?

Dès 1970, c’est le professeur Sviatoslav Fiodorov, chirurgien ophtalmologiste russe, qui réalise les premières kératotomies radiaires sur les myopes. Tiens! encore un soviétique!

Après la 1ere guerre mondiale L’URSS est devenue en quelques décennies la seconde puissance économique mondiale alors que le pays était ruiné.

Que ton système capitaliste ultralibéral euro-mondialiste immigrationiste te fasse crever, mouton docile et malléable!!

François BLANC

Ceux qui prônent L’immigration au nom de de l’internationalisme me paraissent pourtant bien rouges nonobstant leur acharnement à tenter de faire porter leurs turpitudes par la droite selon le réflexe qui caractérise cette idéologie débile de traitres
Ceci étant je préfère mourir en vivant correctement de mon travail en pays capitaliste que dans la misère marxiste spolié par des parasites

Paskal

Un Russe (dès les premiers mois de 1918, les soviets n’avaient plus aucun pouvoir réel).

Geof'

les russes sont des « castards » en terme de science…
si ce commentaire entend démontrer que le système de conduite scientifique de l’économie (=le communisme) ne produit rien de sophistiqué, je rappellerais qu’en 1940, le char russe T40 était le plus puissant des chars de l’époque – le panther ? de la gnognote.

patphil

communisme, capitalisme???
il n’y a qu’une réalité, le gueux reste pauvre et doit trimer
les zélites se gavent, regarder les retraites chapeaux qu’ils reçoivent, une vie ou deux de labeur d’un sansdent

ezno

je connais un sondage qui répond à cette question très précisément(sondage effectué sur environs 40 millions de personnes) : pc 2%

Hagdik

Le principal défaut du capitalisme est l’inégal partage des richesses.
La qualité du communisme est l’égal partage de la pauvreté.

Paskal

Le capitalisme, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme, le « communisme », c’est exactement l’inverse.

Geof'

le principal défaut du capitalisme, c’est l’exploitation
il n’y a de communisme que démocratique, façon pays scandinaves.

Hagdik

Dans les pays capitalistes, les gens ont de plus en plus de voitures.
Dans les pays communistes, ils ont des parkings.

Geof'

en Afrique, ils vivent comme des rois, c’est bien connu…
dans un commentaire, on m’a parlé de la prostitution à Cuba…car à Rio de Janeiro, y en a pas…
le communisme, tout est mauvais, le capitalisme, c’est le joie de vivre…quelle bande de crétins, ces gilets jaunes !!!

Capri

Taux d’intérêt de l’article : 0%

Geof'

cet article est un roc indestructible…une forteresse imprenable. J’attends des arguments solides, mais je ne vois rien venir…

Mauricette

Geoffrey je suis tellement d’accord avec vous …sauf que tant que vous ne changerez pas l’homme et ses tares ancestrales ( jalousie, avidité, culte de la personnalité) aucun système, le plus vertueux soit-il ne fonctionnera. C’est pour cela que le communisme n’a jamais fonctionné.
Regardez plutôt du coté de Proudhon (Ni Dieu, ni maitre, ni tribun) ☺ !

André Léo

Ce que vous écrivez est juste, Mauricette. Le socialisme, qui est l’expression « temporelle » de l’utopie communiste, a cherché à s’imposer par la « dictature », non pas du prolétariat, mais d’une caste dominante sous la coupe d’une dictature de pouvoir personnel. Le communisme -utopie généreuse- s’appuie sur l’Homme pour transformer la société. Le capitalisme met en place des règles et des lois afin de contraindre les hommes… on ne voit pas trop de différence dans les faits. C’est la finalité de chaque système qui permet de choisir. Les deux systèmes s’opposent frontalement: de chacun selon ses moyens à chacun selon ses besoins… lire la suite

Geof'

Mauricette, si c’était ça la vérité ultime, qu’importe hitler ou pol pot puisque rien n’a d’importance. je n’accepte pas d’être exploité, je n’accepte pas d’exploiter mon frère ou ma sœur.
l’humain est autant cupide que généreux, c’est une question d’éducation, de sagesse…à quoi bon les religions, dès lors que l’hô est condamné jusqu’à la fin des tps ?

Eric des Monteils

Un chien qui enterre son os est déjà sur la voie du capitalisme, un écureuil aussi avec ses noix, et la liste serait longue.MÉDITER LÀ-DESSUS !
La propriété, contenue ou non, (çà se discute), est le fondement même de l’affirmation de son désir de vivre, si l’on a pas compris çà, on a rien compris.
Alors, votre communisme, même modéré, vous pouvez vous le mettre au . . . . .

Geof'

un chien ou un écureuil n’exploite personne.
au temps primitifs, la forêt, la mer ou la plaine n’avaient pas de proprio’ : le pêcheur possède-t-il la mer ? si on doit posséder pour vivre, alors 90% de la population vont sortir un couteau pour arracher des titres de propriété…médite sur ça, bilou’

Martin

Geof

« un chien ou un écureuil n’exploite personne »…!
Pire c’est la sélection naturelle, les plus forts survivent, les autres sont éliminés…
On n’en est pas là dans la société dite « capitaliste »…
Des milliers d’années derrière nous…la nature et le temps ont parlé…
La liberté n’a pas de prix.
Le communisme : un délire, un cauchemar, un enfer pour l’Homme.
Et des raisonnements erronés, bancales, approximatifs, comme dans cette article.
Faut vraiment pas être regardant du tout…pour croire à ces billevesées !
Faut être prêt à gober un lointain semblant de démonstration…

Marnie

De partout où le communisme s’est implanté c’est la ruine et la pauvreté qui se sont installés. Il faut y ajouter environ 100 millions de morts, le goulag ou autre nom. Une bien vilaine perspective. Beurk !

bernard

J’accepte – à la différence d’un communiste quand il a le pouvoir – qu’on ne pense pas comme moi et soit encore communiste (après 100 millions de morts, moins que les musulmans depuis 14 siècles mais quand même!), j’abrège la lecture de ce pensum lourdingue dont je me demande ce qu’il fait chez RL sauf leur indécrottable respect de la liberté de penser…

Savinien

On peut noter que la Chine a commencé à se développer … quand elle a abandonné le marxisme et qu’elle a laissé revenir l’économie de marché.
Avant, c’était la famine.

Paskal

Il y avait toujours eu hélas ! des famines en Chine sans que le « marxisme » n’y soit pour rien.

Savinien

Renseignez-vous : le « Grand bond en avant » qui a débouché sur une grande famine (des millions de morts) c’était une directive de Mao-tsé-toung.
Par contre le redressement de la Chine après Teng-hsiao-ping est bien dû au recours à des recettes « capitalistes ».

Geof'

non…
la famine a tjs sévi en Chine – cfr la pratique de l’échange d’enfants…pour les bouffer !!!
mais la Chine n’est pas capitaliste, elle est nationaliste.

Paskal

Disons que le « marxisme » de Mao (qui a dit lui-même ne pas avoir lu Le Capital) était fortement teinté de nationalisme.

André Léo

Marx et Engels avaient passé un demi siècle à analyser la société industrielle dans sa phase expansive. Depuis, aucun scientifique n’a eu l’audace de « réviser » ce constat d’il y a 150 ans pour l’adapter à la finance mondialisée d’aujourd’hui, à ses 50 Soros qui possèdent la moitié de la planète, à cette « intelligence » artificielle numérique et à ces big data qui sont en train d’emprisonner les Peuples d’un village mondial communautarisé, sans culture autre que celle imposée par nos guvernants et les médias complices. Dans les « écoles fédérales » du PC, on apprenait que les états allaient tomber comme des fruits… lire la suite

Emile

Si si , des tas de ´´ tronches ´´ universitaires , essayistes , écrivains ont revisité, comme vous dites , la société de la finance mondialisée
Je ne vous citerai qu’un exemple : Michel Geoffroy ; bouquin : ´´ la super classe mondiale contre les peuples ´´
Il y en a plein….
Peu invités sur les plateaux TV radio journaux , évidemment…..

Sophie Durand

«  »Sauf que tout ça, c’est du sophisme » » Ce qui n’est pas du sophisme mais la triste réalité, c’est l’échec économique le plus total du communisme (sans parler de ses millions de morts ou d’emprisonnés au goulag). Je l’ai vu de mes yeux ayant vécu en Russie à l’époque de la chute de l’URSS. Les 70 ans de communisme ont été pour les Russes un malheur abominable et je pèse mes mots. Comment peut-on encore être communiste après cela ?…Le dernier paragraphe est particulièrement surréaliste : le communisme « neutraliserait la dynamique exploitatrice du capitalisme » : vous en avez de bonnes !… lire la suite

Paskal

Le communisme n’existe pas en dehors du domaine spéculatif, il n’a ni réussi ni échoué. L’échec économique bien réel provient de la démotivation des travailleurs qui ne supportaient plus les privatisations de droits. Ça n’a rien à voir avec le « communisme ».

Paskal

Je voulais dire « privations » évidemment.

Sophie Durand

@Paskal
Oh si ça a à voir avec le communisme le plus foireux. Des « Plans » quinquennaux économiques irréalisables parce que soumis à l’idéologie. L’incompétence et aussi la corruption. Le gaspillage industriel. Les meilleurs envoyés au goulag, toujours par idéologie. etc etc. La privations de droits arrivant en dernier ou presque.

Geof'

pffff… comment expliquer qu’en 1989-1991, des milliers de millionnaires apparaissent comme des champignons, du jour au lendemain ? ce qui s’est passé, c’est que le manque de démocratie a permis la corruption et donc la pourriture de l’économie soviétique. la nomenklatura a accaparé les richesses de la nation russe – que dire de plus ? ce qui me fascine, c’est qu’une victime du communisme, c’est LA victime éternelle mais qu’une victime du capitalisme (par ex un syndicaliste colombien), ça se discute…, il y aurait une bonne torture et une mauvaise, en somme. Einstein en était…communiste, et ce n’était pas un… lire la suite

Pit

Il me semblait que le premier avril était déjà loin…

Eric des Monteils

A moi aussi !

Geof'

pi-pit : élève le niveau, stp..Geof’

Patrick Z

Le capitalisme en effet nous conduit à une impasse, car les ressources ne sont pas extensibles. Mais le communisme a démontré, partout où il était appliqué, qu’il aboutissait au totalitarisme et à l’inefficacité, et lui aussi a pillé les ressources naturelles. Finalement le régime qui a le mieux réussi économiquement est celui de l’Allemagne du IIIème Reich qui a spectaculairement remonté le pays en moins de 5 ans. Si Hitler était mort en 1938 il serait considéré aujourd’hui comme le sauveur de son pays. Mais à cause de la guerre et de tous les évènements que l’on sait, on l’occulte… lire la suite

Geof'

tu liras Jacques Sapir : il t’enseignera que le système soviétique (celui mis en place en urss) tenait plus d’un capitalisme modéré qu’à une planification en bonne et due forme – Geof’

Paskal

« Modéré » ? Extrêmement brutal surtout !

Paskal

Le communisme n’a été appliqué nulle part, il est inapplicable.

le Franc

pourquoi un communiste comme mélenchon dit que la dette c’est du pipi de chat ? parce qu’il s’est enrichi -par le biais d’un détournement étatiste- grâce au capitalisme spéculatif sur le dos des travailleurs productifs…..pareil pour les syndicats ouvriers richissimes.

Celtilos

houla il faut arrêter le délire la, le communisme a tué plus de monde en un siècle que toutes les guerres des 19ème et 20ème siècles réunis.
le communisme, le nazisme et l’islam ont tous le même but, la même doctrine, seule la méthode change!

Geof'

ridicule – quelle différence entre être au goulag en 1952 et esclave en Alabama en 1852 ? tu choisis quoi ? es-tu cognitivement capable de saisir que la ruée vers l’ouest a été un projet ET capitaliste ET meurtrier ? donne une mitrailleuse à Napoléon, et il aurait conquis la Chine – autre temps, autre moyens (l’argument du nombre de morts est fallacieux) ; en outre, visionne Hervé Rhissen, il t’indiquera QUI a donné les ordres…

Spipou

Je choisis l’esclavage en Alabama.

Sophie Durand

@Geof
Aucune comparaison possible. Vous n’êtes pas sérieux de comparer le goulag et l’Alabama. Le goulag, c’était à grande échelle. Les prisons des tsars étaient des paradis à côté. Toutes les familles russes ont été touchées, ou presque.

Paskal

N’existant pas en dehors du domaine spéculatif, le communisme n’a pu tuer personne.
Le nazisme n’était qu’une idéologie au service de l’impérialisme allemand. Comme le « communisme » (comprendre une forme dégénérée et simplifiée d’un marxisme transformé en une sorte de succédané de religion) n’était qu’une idéologie au service de l’impérialisme russe.
L’islam est différent, ne serait-ce parce que hélas ! il aura duré beaucoup plus longtemps que le « communisme » et le nazisme. Il peut, dans une large mesure, être assimilé à un impérialisme en soi.

Sophie Durand

@Paskal
Le communisme n’a pu tuer personne ?… Vous n’êtes pas sérieux. en Ukraine le génocide a tué au moins 8 millions de personnes en 1932 pour la collectivisation des terres.

FCC Cercle Légitimiste de France

suite … naturelles et dont les peuples crèvent de faim dans la misère la plus absolue grâce au communisme. Amateurs de communisme, allez vous épanouir dans ces paradis communistes vous tendant les bras!!!
Au fait, pourquoi ne pas rappeler que les bourgeois avaient organisé la pénurie des grains dans les années 1780 pour en faire monter les prix et générer les famines et ainsi soulever les peuples de France contre leur roi légitime Louis le XVIe??? merci pour tout coco!!!
Fernand CORTES de CONQUILLA Cercle Légitimiste de France Tél.: 06 04 08 46 36 fcdc@bbox.fr

Geof'

je préfère être coco’ que caca’… ; des arguments, bilout’ ; en outre, si la royauté française est tombée, c’est parce qu’elle était pourrie de l’intérieur !!! les irlandais du 19ème n’étaient pas communistes, ils sont quant même crevés la gueule ouverte : explique donc !!!

FCC Cercle Légitimiste de France

Que le capitalisme ait de très graves défauts, chacun en convient aisément et les banquiers modernes font partie de ces défauts, notamment en leur qualité de faux monnayeurs. hélas, le communisme est bien connu pour sa nomenklatura et ses magasins réservés quand le peuple n’ a droit qu’ à la famine. Alors, après le socialisme utopique, voici le communisme utopique grâce auquel on rase gratis et on fornique à tout va! Quel dommage que la Russie et la Chine aient laissé tomber le communisme… comme aussi le Viet Nam et bientôt la Corée du Nord… Cuba se recycle dans les… lire la suite

Geof'

pffffffff…, la Chine n’est pas capitaliste !!!! elle réussit là où la Russie a merdé… ; pas de contre arguments !!! je vais finir par croire que les français sont faibles…

Paskal

La Chine n’est pas capitaliste ? Elle est quoi ?

AA52

la Chine n’est pas capitaliste, à oui, alors pourquoi factures t’ils aux familles les balles des condamnés à mort, les organes des condamnés à morts en bonnes santés sont revendus comme pièces détachées dans le monde entier pour se faire du fric, si c’est du capitaliste c’est quoi.

Paskal

Si vous me démontrez que cela fait du prolétariat la classe dirigeante, je vous tire mon chapeau !

Paul

Punaise le niveau, ça fait peur!
AA52? ne me dis pas que tu as reussi à t’en servir avec un cerveau aussi petit.

Garde Suisse

Où comment écrire des conneries en se donnant l’air intelligent. Je parierai que vous avez des lunettes rondes. Le communisme est une saloperie qui a toujours été traître à la Patrie. Le capitalisme non encadré ne vaut pas mieux. Les deux se rejoignent dans le mondialisme où les humains interchangeable ne sont que des numéros dans leurs mondes matérialistes. Ces deux faces de la même monnaie sont exactement ce que les monarchistes combattent.

Geof'

réponds sur le fond, bilout’…
et puis, si tu n’es ni capitaliste, ni communiste, qui possède quoi ? la troisième voie, c’est du vent !!!!!!

Garde Suisse

@Geof
Cette « troisième voie » étant d’essence spirituelle, placée sous le règne du Christ représenté dans le royaume de France par son serviteur, le Roi, la France étant un ensemble dont chaque français composé une parcelle et le monarque la tête, je doute que vous compreniez les bases du royalisme es qualité de coco matérialiste !

Paskal

On peut le regretter d’un point de vue philosophique mais il n’y a rien d’autre que le capitalisme. Ce n’est pas à la carte !

Denys

Votre article est à charge contre le capitalisme. Le problème c’est qu’il est contredit par la réussite incroyable de certains américains. Si on regarde parmi les fondateurs des GAFA, je ne suis pas sûr qu’on puisse classer Jeff Bezos et Steve Jobs parmi les « possédants » pour lesquels l’ascenseur social aurait été en panne. Pour autant, je vous rejoins le capitalisme ne peut se maintenir en l’état. Mais il renaitra de ses cendres car le sens de la propriété est inscrit à mon avis dans la nature humaine. Et le communisme est sans doute « contre nature ». Voilà pourquoi faut-il sans doute… lire la suite

Geof'

l’économie, c’est du collectif , la réussite de qquns avec du sang sur les mains, c’est facile (je vais en Ukraine, je fais dans le trafic d’organes ou la prostitution de très jeunes filles; et je suis millionnaire en 6 mois). A lire : « les milliardaires de légende »,https://www.cultura.com/les-milliardaires-de-legende-tea-9782047603031.html – édifiant !!!!

Denys

A moins d’être anarchiste, vous aurez toujours une élite qui dominera le peuple. Tous les régimes communistes le montrent. Si vous pensez que cette élite communiste vit comme le peuple c’est une erreur. Ceux là sont l’equivalent de vos possedants et ils se sont avérés pire que les possédants capitalistes. Je préfère un système imparfait susceptible d’évoluer qu’un système « idéal » gravé dans le marbre.

François BLANC

Le Problème c’est qu’il n’y a aucun exemple de pouvoir marxiste qui ait conduit à autre chose que la misère et la mort; c’est un fait comme dirait Zemmour

Geof'

ce n’est pas un argument : pq ces tentatives ont-elles été vouées à l’échec ? parce que le communisme ne fonctionne pas ou pour d’autres raisons ? La Norvège possède (en partie) son pétrole et le gère pour le Bien commun (non, ce n’est pas un gros mot), alors quoi ? elle gère collectivement une richesse collective…et ça marche (vrai ou faux ?) ! on peut compter sur les doigts des 2 mains les pays à tendance communistes, certes tous des dictatures (mais à qui la faute ?) ; quid d’Allende ? ; les débuts du capitalisme, c’est très cruel… lire la suite

François BLANC

votre argutie de formaté est du style, « le marxisme cela ne marche pas mais l’intention est bonne », bonne peut être mais contre nature sinon cela marcherait

Paskal

La Norvège ne serait pas capitaliste ? C’est un scoop !
Je ne suis pas sûr que le sort des mineurs lorrains était beaucoup plus enviable que celui des esclaves aux Antilles.

Geof'

Paskaaaaal : ai-je suggéré que la Norvège était communiste ? je dis qu’ils gèrent le pétrole pour payer les retraites des norvégiens – pq ne pas avoir privatiser le pétrole norvégien si le marché est omnipotent ?

Paskal

Il n’y a jamais eu de pouvoir marxiste et pour cause !

Francois BLANC

Ah bon, Lénine et Cie, Mao, Pol Pot, Castro, Maduro,….

Spipou

Le problème, c’est que l’expérience a montré que le communisme ne marchait pas, sauf à l’échelle de toutes petites communautés : il aurait fallu pour qu’il fonctionne que l’on arrivât à forger un homme nouveau, mais la nature humaine est ce qu’elle est, c’est-à-dire, entre autres, avide de biens, et l’on n’a pas trouvé un moyen de la changer. Peut-être que cela adviendra dans l’avenir, avec quelques manipulations génétiques permettant de rendre possible la planification scientifique que vous appelez de vos vœux, qui sait ? Mais le communisme étant une idéologie basée sur la haine, il y aurait aussi quelques… lire la suite

Geof'

le communisme, c’est la haine ? c’est la fin de l’exploitation, bilout’ , la fin du travail des enfants dans les mines, du chantage au chômage par le patronat, des salaires enfin décents…
le communisme n’exige pas une manip’ génétique, il suffit juste que chaque individus dispose de quoi vivre (une terre fertile, par exemple) et de quoi défendre ses droits à la vie (un fusil, par exemple). La collectivisation, à cet égard, est une rationalité du mode productif (la productivité).

Spipou

La haine du riche, oui.

Celui qui possède une vache est riche pour celui qui possède une poule.

Celui qui possède une poule est riche pour celui qui possède une pomme.

La productivité des exploitations collectivistes ? Ah ?

Paskal

Ce serait la fin de l’exploitation s’il était applicable. En Europe, en Amérique du Nord, il y a longtemps que les enfants ne travaillent plus dans les mines sans qu’il y ait eu de communisme. Les salaires décents dépendent de la force des syndicats.
Aux USA, en Amérique latine, en Suisse, beaucoup de gens sont armés, ça ne fait pas du prolétariat la classe dirigeante.

Mohamem

… je viens de poster précédemment un commentaire , il est où tovaritch ?
et la démokrassie alors ?

Geof'

au Brésil, il y a des individus qui possèdent des MILLIERS d’hectares – tu penses qu’ils les ont rachetés aux indiens (par l’épargne de toute une vie) ou qu’ils les ont chassés de leurs terres séculaires, pour s’en emparer ?
tu dirais quoi ?
es-tu seulement cognitivement capable de saisir ta bêtise ?
tu es un ignorant de l’Histoire, LA maitresse des sciences…
je ne nie pas les morts du communisme, je dis que le capitalisme a fait bien pire..1 partout, balle au centre (parce que les communistes sont grand seigneurs). et ne réponds pas en écrivant saigneurs…merde !

Paskal

On en revient toujours là, pour que le communisme ait tué, il faudrait qu’il existe. Sauf élément nouveau, ce n’est pas le cas.

Sophie Durand

@Paskal
si ça vous plaît de jouer sur les mots…

kalidas

Si le communisme vous attire tant, il reste queques paradis où vous pouvez aller vous établir: Corée du Nord, venezuela, Cuba, etc…Mais je ne vous recommande plus la Chine ou le Vietnam, car ils sont devenus capitalisto-communistes (si, si c’est possible…).

ann

Rejoindre la discussion…eccelant !

Paskal

Vous retardez ! La Corée du Nord ne se réclame plus du communisme (d’ailleurs dès 1945, Kim Il-sung disait qu’on pouvait admettre au parti quelqu’un qui n’était pas marxiste, il aurait eu mauvaise grâce à dire le contraire !) mais du « Juche », une idéologie coréenne non seulement nationaliste mais prônant le repli sur soi. Pas franchement communiste !
Le Venezuela ne s’en est jamais réclamé.
Juan Perón a soutenu la « révolution » cubaine et Cuba a pris fait et cause pour l’Argentine pendant la guerre des Malouines !
La Chine et le Vietnam ont toujours été capitalisto-capitalistes.

quiditvrai

Que vient faire ce sujet, ici à Riposte Laïque, si ce n’est que d’ajouter une nouvelle distraction à l’essentiel de notre combat soit L’Islam.
Fichez-nous la paix avec ces distractions qui ne font que diminuer l’impact de notre combat.
J’en suis saturé , je viens sur ce site pour combattre l’Islam et rien d’autre.
Pour d’autres combats je vais sur d’autres sites , chacun sa spécialisation, est-ce si difficile à comprendre ?

ann

Rejoindre la discussion…tres bon ,,,

claesen

affirmatif :quidivrai vous dites vrai

Geof'

l’islam n’est que le véhicule/vecteur de la haine anti-blanche des populations du sud, qui en ont marre de se faire piller par les kapitalistes ; tu vis dans un monde illusoire où les données économiques ne seraient pas déterminantes, tu es une sorte de bisounours en fait (praxis : la guerre en Syrie pour le pipeline du gaz qatari).

Paskal

Si on est fouetté en Arabie saoudite, en Iran, si des castes de ripoux se gavent pendant que leurs peuples crèvent la dalle, si les esclavagistes musulmans ont ravagé une partie de l’Afrique, c’est la faute aux Blancs toutes classes confondues ?

Geof'

je parle de l’islam en Europe ou en interaction avec des occidentaux, Paskal…reste avec nous.
quant ils nous traitent d’infidèles, c’est pour ne pas dire « sales colonisateurs », ils sont hors-modernité, ils ne comprennent pas la lutte des classes…

Geof'

autre chose : combattre l’islamisation par l’internet interposé, c’est comme vider la mer avec une cuillère…c’est crétin !
élève ton niveau…

Spipou

C’est vrai. C’est comme combattre le capitalisme par l’internet interposé.

Mohamem

Il y a une autre solution camarade caricaturiste , travailler à l’école , puis au cours du soir des Arts et Métiers par exemple , je peux t’indiquer la marche à suivre , et ensuite le patrimoine arrive …
Le marxisme fabrique surtout des revendicateurs professionnels , tout commence à l’école camarade , c’est bien la seule bonne parole que Tonton avait prononcée …

Geof'

je suis électronicien, et je travaille en usine – tu ne connais pas la vie…

dupuis

Les arguments sont moins stupide que ceux qu avancent generalement les communistes. Les lois de l economie meme si elles ne sonr pas parfaotes sont les seules qui permettent de creer beaucoup de richesse et xe reduire la misere. Les communistes vivent d illusions. Pour se depasser l homme a besoin de motivation et la plupart la trouve l argent.. En fait le comminisme c est le bonheur pour les dictateurs .

Geof'

pfffff…., et Saint Thomas d’Aquin, c’est un pédé ? et la clause lockéenne, c’est du flan ? au 19ème siècle, en Angleterre, les patrons avaient le droit de fouetter (!) leurs ouvriers, si ils ne fournissaient pas le travail exigé…
la société humaine ne crée pas de richesses, elle transforme la matière – …eeeet on ne doit pas notre mode de vie au capitalisme, mais aux techniques de production, donc à la science.

Spipou

A la science… et au capital qui permet de l’exploiter.

Paskal

Être envoyé au goulag dont on pouvait ne pas sortir vivant si on ne marchait pas droit ou qu’on était pas assez productif, était ce beaucoup mieux qu’être fouetté ?

Geof'

staline, c’est staline, et Allende, c’est Allende……..

Spipou

En fait, ceux qui en sortaient vivants, à quelques exceptions près, étaient les moins productifs. C’étaient les droits communs, à qui l’état avait donné tout pouvoir pour rançonner les zeks du peu qu’ils avaient (nourriture, vêtements) et qui faisaient toutes sortes de trafics … capitalistes … Les autres, productifs ou pas, mourraient en masse. A la Kolyma, le taux de mortalité était de 80%, je crois, zeks et truands confondus. Il faudrait que je relise Soljénitsyne. Le goulags ont duré plus longtemps que les camps de la mort nazis, mais ils ont fait beaucoup plus de victimes. Evidemment, comme on… lire la suite

Geof'

il faudrait que vous lisiez des livres pour connaître mieux l’histoire humaine : vous êtes des naïfs si vous croyez qu’on peut se bâtir un empire économique dans le respect de l’humain.
le capitalisme, c’est un tombereau de sang…