Pourquoi le FLN, désastre absolu, conserve-t-il tant d’adeptes ?


C’est un mystère : nombre d’observateurs et de commentateurs, dès qu’on aborde la question algérienne, s’interdisent toute remise en cause fondamentale dudit Front de libération nationale.
Romantisme, incapacité d’accéder à la maturité intellectuelle qui sied à un jugement raisonnable ?
Je suis enclin à le penser, ne serait-ce qu’en songeant à la réaction de mon ancien prof de « philo » prénommé Jean-Luc, aujourd’hui octogénaire, qui lors de notre dernier entretien téléphonique dévia vite la conversation lorsque j’abordais le sujet de l’actuelle répression sévissant en Algérie, TEBBOUNE régnante.

L’esprit F-L-HAINE (contre la France avant tout) n’a jamais cédé un pouce de terrain sur le devant de la scène politique et médiatique, alors que le peuple algérien reste imprégné et malade de la France.
Jean-Luc, le ci-dessus prof de « philo » au « Bartho » lycée d’excellence des fils (ou non) des bonnes familles colmariennes, nous tartinait plus que de raison de la prose des pères « verts » (1) SARTRE et Paul RICŒUR (le mentor – tiens ! tiens ! de QUI – VOUS – VOYEZ !).

Je ne peux assurer qu’à l’époque il faisait effrontément l’éloge du « facho » BLANCHOT, qui lui s’est dédouané de son attitude pendant l’Occupation ou pensait le faire en assurant la rédaction du fameux manifeste des 121, qui déboucha en Algérie sur la paix (des cimetières) que l’on sait.
Encore aujourd’hui tant d’esprits se trouvent imprégnés par ce discours apologiste du FLN.
Il en est ainsi également pour mes deux détracteurs à ma contribution à RL du 3 mai 2021 (relative à BLANCHARD et Mohammedi SAID) : un dénommé CARRASCO et un incertain RUD LAROSSI.

Je leur réponds brièvement et ils seront bien en peine de me répliquer car mes références sont des articles de l’Humanité, Quotidien, peu suspect de nostalgie « Algérie française ».
L’Humanité du 15 février 2021, article de Nadjib TOALBIA : « Walid, torturé par les barbouzes du régime » (il est question même de sévices sexuels : pour une simple manifestation de rue) et non pas pour des actes de terrorisme, comme à Alger en 1957, l’armée et la police française étaient-elles allées aussi loin ?
Cher M. CARRASCO (qui semblez le plus accessible à un véritable débat) croyez-vous vraiment que (je vous cite) la France a fait mille fois pire ?

Rud LAROSSI comment, quant à vous, osez-vous avec un extraordinaire toupet défendre l’indéfendable et écrire que Mohammedi SAID était « un grand soldat honorable » ?
Relisons un article de l’Humanité du 30 juillet 1997 : « Algérie la hache, le couteau et le gaz ».

« En 1991, Mohammedi SAID, ancien officier SS et membre de la direction du FIS, déclarait que pour assainir le pays, il faudra liquider deux millions d’habitants. Les massacres perpétrés par le GIA s’inscrivent bien dans une telle optique ».
Tout autre commentaire paraîtra superflu !

Jean-Michel WEISSGERBER

(1) « Verts » du drapeau algérien, représentant comme on le sait la couleur de l’islam !

0
0

12 Commentaires

  1. Des souliers …. Pour nous botter les fesses.

    Ils avaient de l’esprit en ces temps-là ! et sans mots grossiers

  2. Pardon petit fellagha…(écrit en 1958 par Pierre Jean VAILLARD).
    Il y avait, à l’époque, des gens qui avaient de l’esprit.
    En 1958, déjà la repentance… pour les crimes contre l’humanité. Quel talent !

    Eh, petit Fellagha, c’est à toi que je pense
    En voyant ta rancune à l’égard de la France.
    J’ai beaucoup réfléchi et ma méditation
    Me décide à venir te demander pardon….
    Oui, pardon, Fellagha, pardon pour mon grand-père
    Qui vint tracer des routes et labourer la terre.
    Il est venu chez toi, il a tout chamboulé.
    Où poussaient des cailloux, il a planté du blé.
    En mettant après ça, Ô comble de l’ignoble,
    Où poussaient des cailloux, il a fait un vignoble.
    Pardon, cher petit Fellagha,
    Oh, pardon de tous ces dégâts.

    • Et mon affreux grand-père (il faut qu’on le confesse)
      N’était, bien sûr, pas seul à être de son espèce.
      Ces autres scélérats ont bâti des cités.
      Ils ont installé l’eau et l’électricité
      Et tu n’en voulais pas, c’est la claire évidence
      Puisque on sait que, avant que n’arrive la France,
      Tu n’avais en dehors de la Casbah d’Alger
      Que la tente ou bien le gourbi pour te loger.
      Et pour ton éclairage, tu n’avais que de l’’huile.
      Alors nos maisons, bien sûr, c’était la tuile.
      De l’électricité, là encore soyons francs,
      Tu ne demandais pas qu’on te mette au courant
      Tu t’es habitué à ces choses infâmes,
      Mais c’est à regret et la mort dans l’âme …
      Stoïquement d’ailleurs, tu supportes ces malheurs,
      Avec force courage et tant de belle humeur.
      Donc, tu as engraissé, mais de mauvaise graisse.

      • Car tu prenais le car (une invention traîtresse)
        C’est ce même car que, pris d’’un délire divin,
        Tu devais, un beau jour, pousser dans le ravin.
        Je comprends ta rancœur, je comprends ta colère,
        Tu n’es pas au niveau des arabes du Caire.
        Tu glandes et tu vis mieux qu’un fellah égyptien.
        A quoi Nasser … Nasser à rien.
        Nous avons massacré tes lions et panthères.
        Nous avons asséché tes marais millénaires.
        Les moustiques sont morts … Les poux … De Profundis.
        Nous avons tout tué, jusqu’à la syphilis.
        Ah pardon Fellagha pour tous ces carnages.
        Nous avons fait tout ça, c’est bougrement dommage.
        Bien pardon Fellagha, de t’avoir mieux nourri,
        De t’avoir vacciné pour le béribéri.
        Et d’avoir, à tes pieds nus, mis (oh maladresse)

  3. « Que les Français, en grande majorité aient, par referendum, confirmé, approuvé l’abandon de l’Algérie, ce morceau de la France, trahie et livrée à l’ennemi, qu’ils aient été ainsi complices du pillage, de la ruine et du massacre des Français d’Algérie, de leurs familles, de nos frères musulmans, de nos anciens soldats qui avaient une confiance totale en nous et ont été torturés, égorgés, dans des conditions abominables, sans que rien n’ait été fait pour les protéger. Cela je le pardonnerai jamais à mes compatriotes :
    La France est en état de péché mortel.
    Elle connaîtra un jour le châtiment. »
    Maréchal Alphonse JUIN, 2 juillet 1962
    https://chardon-ardent.blogspot.com/2012/05/la-malediction-du-marechal-alphonse-juin.html#:~:text=La%20mal%C3%A9diction%20du%20Mar%C3%A9chal%20Alphonse%2

  4. pour rentrer dans l’admintration algerienne ,en 1962, il fallait la carte du FLN, A la tele ,aussi,

  5. Ce qui est fascinant c’est de constater que certains partis politiques, et ils sont nombreux, à vouloir et permettent que nos ennemis envahissent la France. La question est la suivante : un amour démesuré pour ceux qui leur ont fait et leur font encore tant de mal? Une autre question se pose : C’est par haine de la France qu’ils permettent que nos ennemis nous envahissent toujours et encore ?

  6. l’idéologie sectaire de l’épuration ethnique ne peut que réjouir les déconstructeurs de la france

  7. Envoyez donc vos con-tradicteurs au Merdistan, le pays dont ils rêvent !

  8. Disons que si Alcapone avait été a la tete de l’algérie en 62 il aurait été dix fois moins mafieu que ceux qui y sont depuis cette date !!! Leur fond de commerce est le mensonge qu’ils inculquent a leurs compatriotes sur le sois disant désastre provoqué par la France dans ce pays pour se donner un visage de sauveur tout en escroquant les ressources pétrolieres et gazieres qui sont loin d’etre réinvesties ou redistribuées
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/02/15/en-algerie-comment-l-industrie-automobile-a-tourne-au-fiasco_6069989_3212.html
    https://webdoc.france24.com/bentalha-algerie-massacre-gia-terrorisme-victimes/
    La honte
    https://www.lefigaro.fr/politique/en-algerie-darmanin-a-depose-une-gerbe-tricolore-aux-martyrs-du-fln-q

  9. Quand en 62 Le FLN arrivé au pouvoir a liquidé 300 000 Harkis sur un population de moins de 10 millions d’habitants après les départs massifs des européens et quelques autres, le peuple se tient tranquille !
    C’est très simple .

Les commentaires sont fermés.