Pourquoi les versets du coran forment un fatras désorganisé

Publié le 9 mai 2015 - par - 1 540 vues
Share

LE CORAN NUIT A LA SANTE MENTALEEn écho à l’excellent article du professeur Sami Aldeeb sur l’organisation des versets dans le coran, je souhaite partager une réflexion avec les patriotes.

www.ripostelaique.com/sami-aldeeb-il-faut-interdire-la-diffusion-du-coran-dans-sa-forme-actuelle.html

Je pense que le fatras dans l’organisation du Coran est voulu et même nécessaire. Je m’explique : Que verrait-on si on organisait les sourates chronologiquement voire si on ne montrait pas celles qui sont abrogées ?

Comme le montre magistralement le professeur Aldeeb on verrait clairement les deux périodes de l’islam et surtout que l’islam définitif est le funeste islam de la Mecque.

Le stratagème du coran actuel fonctionne à merveille, même avec les esprits soi-disant brillants. Lors d’une récente confrontation télévisuelle dans le Grand Journal de Canal+, Michel Onfray en esprit rigoureux, a reproché à Alain Juppé de ne pas avoir lu le coran. Ce dernier a piteusement avoué ne pas y être arrivé parce que « c’est très difficile » et a finalement promis de le lire.

Outre l’aveu de légèreté de ce monsieur Juppé qui a la prétention de nous gouverner la question de l’organisation du coran se pose. On voit qu’un homme si intelligent a été noyé dans le texte et n’en est pas arrivé au bout. Le fatras permet donc aux islamistes de rebuter la lecture du coran. Pire, ils peuvent se défiler en citant des versets abrogés. S’ils ne disposent pas de clés de compréhension telles que celles apportées par les sites de réinformation les français se font ainsi rouler dans la farine par les adeptes de la religion de « tolérance et de paix ».

Enfin le fatras permet aux musulmans de cacher la vraie nature de leur idéologie représentée par la période mecquoise : guerrière, misogyne et surtout d’une infinie tristesse.

D’où un point de désaccord avec M. Aldeeb, je pense qu’il faut impérativement lire le coran tel qu’il existe pour comprendre le mécanisme de pensée des musulmans, et ainsi pouvoir les contrer. Il faut que les gens sachent les raisons qui conduisent les musulmans à se montrer d’abord séducteurs, ouverts et tolérants quand ils sont en infériorité, puis sanguinaires et implacables quand ils sont en supériorité. Cela à toute échelle : au niveau de la famille c’est la terrible histoire de « Jamais sans ma fille » vécue par l’américaine Betty Mahmoody et dans bien d’autres cas de jeunes français, au niveau d’une population avec le drame des Yezidis en Syrie.

Au final je pense qu’il faudrait agrafer une note de lecture – rédigée par le pr. Aldeeb – à tout exemplaire du Coran.

Robert Durand

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.