Pourquoi Najat Belkacem ne dit-elle pas que l’excision fait partie des coutumes de l’islam ?

Publié le 4 juin 2012 - par - 2 737 vues
Share

La condamnation par la justice d’un couple d’origine guinéenne qui avait excisé ses quatre filles, a permis à Mme Najat-Vallaud-Belkacem, ministre chargée de l’égalité des femmes de saisir cette occasion pour dire: » que l’excision est un crime grave et une atteinte intolérable à la dignité des femmes… »
Mais elle n’a pas précisé d’où cette coutume de la mutilation génitale barbare d’un autre âge pratiquée à l’encontre des fillettes sur le territoire français, tire son origine. Et en plus, sans le verdict de la cour d’assises de Nevers, elle n’aurait sûrement pas soulevé le problème de l’excision qui fait un ravage, surtout dans certains pays dont la population est à majorité musulmane. A l’heure actuelle, le nombre d’excisées à travers le monde s’élève à plus de 140 millions selon l’organisation mondiale de la santé ( OMS).
Elle refuse de dire ouvertement que que l’excision prend sa source dans les enseignements de certaines pratiques de l’islam. Apparemment, elle ne veut pas heurter la sensiblité des français musulmans qui sont un réservoir de voix pour la gauche lors des législatives prochaines. Et je la comprends parfaitement…
Il est aussi vrai que dans les pays du Maghreb, l’excision est totalement méconnue et les français de confession musulmane dont la plus part y sont originaires refusent d’admettre qu’elle est recommandée par l’islam. Pourtant dans des pays comme l’Egypte, le Soudan, les pays de la Corne de l’Afrique, les pays africains subsahariens sont confrontés à cette pratique barbare de domination des femmes depuis fort longtemps et fait partie de leurs moeurs, et sans oublier les pays du sud-est asiatique à majorité musulmane à l’exemple de la Malaisie ou de l’Indonésie.
L’origine de l’excision remonte à l’époque pharaonique mais elle fut adoptée par l’islam car elle se pratiquait couramment à Yathrib ( Médine) suite aux influences éthiopiennes sur l’Arabie Heureuse avant l’apparition de la religion de Mahomet.
Mme la Ministre aurait pu dire que l’excision fait partie des coutumes (sunnah) de l’islam mais elle n’en a pas soufflé un mot si comme la pratique de l’ablation du clitoris est arrivée en France sur un tapis volant, un soir du vingt quatre décembre!
Que certains oulémas tentent de dédouaner l’islam de cette coutume barbare, c’est de bonne guerre mais ils sont vite rattrapés par la dure réalité du terrain, surtout depuis que l’OMS s’en est saisie.
En effet, il y a des hadiths de Mahomet qui plaident pour l’excision des fillettes.
« Si les deux khitân ( parties circoncises) entrent en contact, le bain rituel s’impose, » rapporté par Aïcha, l’épouse favorite de Mahomet.
« Effleure et n’abuse pas, car elle rend le visage plus rayonnant et plus agréable pour le mari, avait dit Mahomet à Um Athiyyah, une exciseuse de Médine, » rapporté par l’imam Abou Dawoud ( 817-888, grand érudit de la science des hadiths).
« La circoncision est une tradition louable (sunnah) pour les hommes et un honneur (makrumah) pour les femmes. »
Il y a eu un consensus ( ijmas) chez les compagnons du prophète Mahomet, après sa mort, sur l’excision en s’appuyant sur le hadith suivant: » Ma communauté ne s’accordera jamais sur une erreur. »
Certains oulémas notamment l’imam Châfi’i ( 767-820 fondateur de l’une des quatre écoles du sunnisme) s’est appuyé sur le verset 59 sourate 4 ( les femmes) pour rendre licite l’excision: »Ô croyants! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager d’Allah et ceux d’entre vous qui détiennentle commandement. Et puis si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation.. »
la clitoridectomie fait partie des pratiques sociétales de l’islam dans de nombreuses contrées où il est majoritaire, car elle permet un contrôle strict de la femme dont le rôle est de produire des enfants en grand nombre et de satisfaire les besoins sexuels de son mari. Par le mariage islamique( nikah, contrat sexuel entre l’homme et la femme), elle n’est plus maîtresse de son corps, elle n’a plus droit à sa sexualité.
Certaines sociéts musulmanes considèrent l’excision comme un remède efficace pour faire échec au manquement de la morale, car certains fanatiques islamistes, voient le péché, le diable en la femme en se référant au hadiths suivant:
« L’Enfer m’apparut en rêve et je remarquais qu’il y avait des femmes qui n’avaient pas été reconnaissantes. » Etait-ce envers Dieu qu’elles n’avaient pas été reconnaissantes? » Elles n’avaient pas montré la moindre gratitude envers leur époux pour tout qu’elles avaient reçu de lui. Même quand durant toute la vie vous avez comblé votre femme de vos largesses, elle trouvera quelque chose d’insignifiant à vous reprocher et un jour elle dira: » Tu n’as jamais rien fait pour moi. »
En islam, la femme est mineure de sa naissance jusqu’à sa mort, par conséquent les théologiens ( surtout salafistes) utilisent l’excision pour mieux l’asservir en la privant de son désir sexuel.
Actuellement, les salafistes qui ont le vent en poupe dans de nombreux pays musulmans, font de la mulilation du clitoris une priorité sociétale de la plus haute importance et la France n’échappe pas à ce phénomène d’un autre âge.
Il est écrit dans le coran sourate 2, verset 223: » Vos épouses sont pour vous un champ de labour; allez à votre champ comme ( et quand) vous le voulez et oeuvrez pour vous-mêmes à l’avance… »
Dans ce verset, tout ets dit. Au lieu de louvoyer, les médias qui sont censés informer au mieux les Français, doivent étaler la vérité au grand jour, même si elle n’est bonne pas à voir et à entendre, car dans divers quartiers des villes françaises, les coutumes islamiques sont en train de s’y imposer pour durer.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.