Pourquoi, n’en déplaise à Mélenchon, beaucoup d’ouvriers votent-ils FN ?

Publié le 6 février 2012 - par - 1 213 vues
Share

Les ouvriers (comme tant d’autres français) sont déboussolés car les repères politiques traditionnels ont explosé: en effet, à quelques semaines de l’élection présidentielle de 2012, tandis que l’extrême-­droite propose un programme économique quasiment communiste, l’extrême-­gauche s’est convertie à l’ultralibéralisme immigratio­nniste!

Le programme actuel du FN recycle ainsi les idées communistes d’autrefois en s’opposant à un afflux massif d’immigrés constituant un lumpenprolétariat semi-servi­le offert au patronat. Il convient de se souvenir que « La France aux français » fut jadis un slogan de syndicalistes communistes et que feu Georges Marchais s’opposait fermement à une immigration entraînant mécaniquement une pression à la baisse des salaires.

Pendant que le FN se « communise », la gauche et l’extrême-­gauche actuelles militent (du Front de Gauche à LO en passant par le PS et le NPA) pour l’ouverture sans contrôle des frontières, faisant ainsi le jeu des grands patrons du CAC40 toujours avides de chair fraîche à exploiter à moindre coût. Le prolétaire importé du Tiers-Mond­e et exploité directement en France économise ainsi un déménagement industriel dispendieux dans la mesure où il permet une « délocalisation immobile »: l’usine reste sur place et ce sont les ouvriers français qui sont délocalisés…à Pôle Emploi. Et tant pis si ledit prolétaire importé apporte avec lui des coutumes ou des préceptes politico-religieux incompatibles avec les valeurs républicaines: ce qui compte, c’est de dégager du bénéfice pour les actionnaires.

L’immigrat­ion incontrôlé­e, c’est importer des pauvres de l’étranger afin d’appauvri­r encore les pauvres français. C’est ainsi que, faisant le jeu du patronat, la gauche et l’extrême-­gauche, ultralibérales en matière d’immigration, jettent un électorat ouvrier se sentant trahi dans les bras de Le Pen, père et fille. Le comble étant que ce sont les marxistes ou ceux qui s’inspiren­t du marxisme qui servent à la fois « d’idiots utiles » aux capitalist­es les plus cyniques et de pourvoyeurs de voix à l’extrême-droite.

Marc Nièvre

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.