Pourquoi Pegida émerge surtout dans l’ancienne Allemagne de l’Est ?

Publié le 18 janvier 2015 - par - 240 vues
Traduire la page en :

Pegida12Au vu du succès rencontré en Allemagne par le mouvement PEGIDA, qui commence à disséminer en Europe, et alors qu’un tel mouvement a rencontré, jusqu’à présent, très peu d’impact en France, on peut sérieusement se demander pourquoi cela a marché là-bas, et ce qui l’empêche de se développer en France.

PEGIDA est né à Dresde qui était la plus grande ville située dans l’ex RDA.

Dresde a joué un rôle important dans les évènements de 1989 qui ont précipité la chute du mur de Berlin, puis la fin de la RDA, En parallèle avec les manifestations du lundi à Leipzig. D’importants affrontements entre la police est-allemande et des habitants eurent lieu à Dresde, d’abord le 4 octobre lors du passage d’un train de réfugiés cherchant à atteindre la RFA, puis le 8 octobre où environ 20 000 manifestants réclamèrent la liberté d’expression et de circulation (vers l’ouest).

Par conséquent non seulement les habitants de DRESDE ont déjà subi la dictature et ont déjà combattu pour retrouver leur liberté, mais surtout, même si la réunification de l’Allemagne n’a que 25 ans, les habitants de l’ex RDA, pour cette fois, protégé du lavage de cerveau occidental pro islam sur l’accueil de l’autre (même si par contre, une réflexion sur le rôle de l’Allemagne durant la guerre envers les juifs leur a également été épargnée) n’ont pas subi un certain endoctrinement islamophile ;

Par conséquent, c’est parce que les habitants d’ex RDA de plus de 40 ans ont échappé à la bien pensance gauchiste tiers mondiste et au profit de l’Islam politique, qu’ils ont pu garder un cerveau en état de fonctionner et de se rebeller contre ceux qui leur veulent du mal.

Tout le travail de déconstruction tiers mondiste « au profit de l’autre » opéré depuis la petite enfance par la bien pensance, n’avait pas eu lieu, voire a été combattu, car le communisme est également un combat au profit de l’autre, et de tous, et ils en ont vu les ravages.

Ils ont bien entendu d’autres séquelles, et d’autres scories dans leurs mémoires, mais face à la menace de l’Islam, et de la prétendue islamophobie, contre laquelle ils n’ont heureusement pas été vaccinés, ils ont pu activer naturellement leur réflexe de survie.

Eu égard à l’ampleur que prend leur mouvement, ils commencent à décomplexer les autres européens.

Par ailleurs, dans tous les pays occidentaux, les pétromonarchies ont dépensé des milliards pour acheter les politiques et journalistes, et tout ce qui peut compter dans les canaux officiels de la propagande.

Par conséquent, au vu de la « tiédeur » des réactions des politiques, et de leur retards à l’allumage, et des efforts considérables des médias pour nous vendre des histoires d’illuminés, de loups solitaires, sans jamais prononcer le mot islam (même le nom califat islamique doit être remplacé par Daesh), il ne faut pas être grand clerc pour savoir qui finance les médias et les politiques.

Cependant, si, même un homme politique chevronné comme Alain Juppé, pour qui l’Islam était les contes des mille et une nuits (Ali Baba, Shéhérazade, ….) commence à prendre ses distances en disant aux musulmans que si ils sont protégés, ils doivent eux aussi « prendre leurs responsabilité », c’est qu’en bon politique, il sent le vent tourner, et qu’il est prêt à retourner sa veste pour sa réélection.

Raison de plus pour ne rien lâcher et maintenir la pression populaire, car même si le peuple français ou européen, a été désinformé, formaté, infantilisé, et quasi lobotomisé, il n’a pas lui été acheté par l’argent des pétro dollars (sinon, chacun de nous s’en serait aperçu….).

N’ayant pas bénéficié des largesses du Qatar, et autres Arabies, c’est pour ça qu’il peut se réveiller. Il n’a rien à perdre mais tout à gagner.

Plus que jamais, la pression populaire doit s’exercer sur nos représentants politiques et médiatiques, car il n’est pas du tout avéré qu’ils soient si courageux…

Albert Nollet

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi