1

Pourquoi vous ne me ferez pas pleurer sur le Général de Villiers

Vous ne me ferez pas pleurer sur le Général De Villiers, et même s’il fut le chef du 4ème Régiment de Dragon de Mourmelon, cette cavalerie qui m’est chère mais qui a été dissoute dans le cadre de la ruine de l’armée, j’aurai difficilement du chagrin…

S’il est louable qu’un chef d’Etat-major défende les intérêts de l’institution à travers son budget, il convient de s’interroger sur les objectifs récents de celle-ci. Et c’est là le principal, fondamental et douloureux grief, nous ne pouvons que constater que notre armée, nos soldats, nos forces ont été mises à la disposition de mauvaises causes, d’intérêts étrangers et de funestes et terribles destinées. Et alors ce n’est pas de l’irrespect que nous pouvons légitiment nourrir envers les chefs de cette armée mais davantage, une incompréhension et même encore plus une irrévérence, une mésestime, un mépris. Pour ma part, mes amis, mes camarades, mes frères je ne peux plus être solidaire et cautionner sous les faux prétextes de la loyauté et de l’obéissance ou d’une espèce de gloriole crétine, la faiblesse, le suivisme, le carriérisme et « l’intelligence »…

C’est le cœur gros que nous devons revenir sur ces événements peu glorieux. Nous sommes tristes de nous les remémorer mais nous nous obligeons à demeurer libres, francs, honnêtes et sans complaisance…
Les reproches que nous avons à adresser aux généraux et officiers de notre armée ne sont pas minces, car ils ont conduit notre pays au déshonneur et peut-être à l’irrémédiable. Eux ont obéi et ont été partie prenante d’actions sordides et meurtrières œuvrant directement contre les intérêts supérieurs de notre nation, atteignant le cœur d’un pays et d’un peuple amis, meurtrissant le nôtre.

Concernant le Général de Villiers, si nos chers AMX 30, notre cavalerie blindée ont été tenus à l’écart des plus regrettables et détestables opérations étant tournés sur le front de l’Est jusqu’au début des années 90, c’est bien sous son commandement qu’ont été engagés nos chers chars Leclerc dans les plus déshonorantes tâches et charges… Je veux parler de nos frères serbes. Si De Villiers ne semble pas avoir pris part aux plus infamantes actions qui ont conduit à la fin des années 90 l’arme la plus couarde, celle de l’air, à bombarder Belgrade semant la mort et la désolation parmi la population civile, il a été incapable ensuite au Kosovo de garantir la sécurité des serbes sur leur terre spirituelle ancestrale. Lâcheté, infamie, oui camarades, les plaies ne sont pas refermées quand on vous oblige vous et votre mire à cibler vos amis et vos frères les plus valeureux, quand votre pays se fait l’allié et le complice des pires atrocités, quand il sert un ennemi kosovar financé par l’empire du chaos, les Etats-Unis, l’Arabie saoudite pour ne citer qu’eux, quand votre pays ferme ensuite les yeux sur le dépeçage au sens premier du terme des enfants de ceux qui ont mêlé leur sang avec ceux des vôtres en 1914 et avant, quand les membres (reins, poumons, et cœurs, foies et jusqu’aux yeux) de ces enfants sont vendus par un Etat mafieux et extrémiste en Orient et au Proche-Orient.
Nous ne pouvons en conséquence soutenir Monsieur De Villiers qui d’autre part a servi docilement tout ce que cette République a produit dernièrement de plus nul, de plus vulgaire et de plus nocif. Je veux parler ici de Messieurs Sarkozy et Hollande. Horreur est le mot qui nous vient et nous aurions démissionné mille fois…

Le plus infâme est la Serbie, le plus dramatique est la Libye. C’est une erreur de respecter ces chefs étoilés, qui se complaisent à faire une cour obséquieuse pour quelques breloques, pour quelques grades en chocolat, et plus sûrement pour un traitement, à ceux qui ont voué une haine à la civilisation européenne et premièrement à son phare, la France. Je veux dire ici tout le dégoût que m’inspirent ceux qui ont servi au plus haut car ils ont de fait honteusement obéi comme des brutes à la pire créature, l’apôtre du mondialisme (mais aussi de son « tribalisme » privé exécrable) Bernard Henri Lévy. Les faits sont accablants. Notre armée a obéi en réalité en Serbie, et en Libye à Bernard Henri Lévy porte-voix et porte-flingue. Et nous savons ce qui motive cet état dans notre Etat, sa haine des peuples et des nations, sa haine du pays réel, la France, son obstination à détruire ses bases ethniques et cultuelles, ses liens irréductibles avec d’autres intérêts que les nôtres. A sa suite tous ont accouru pour participer à la curée du peuple serbe puis du peuple libyen… Par de grossières manœuvres, notre armée a été le bras de ces crimes. L’invasion en cours de notre continent est directement en lien avec le chaos organisé violemment en Libye par les mondialistes ou cosmopolites. Ce sont les mêmes qui ont voulu détruire la Syrie, et ce sont les mêmes qui ont semé la mort en Irak sous des prétextes fallacieux. A chaque fois nos chefs serviles ont obéi avec un zèle consternant. Il n’y a rien à attendre d’eux.

Pour en revenir à ces chefs, il faut avoir peu d’honneur et même aucun pour endurer ce défilé du 14 juillet 2017 grotesque où, par ailleurs, un siècle après les plus effroyables sacrifices (et je pense aux miens), cette institution a été ridiculisée sous le regard goguenard et inquiétant ou débile d’Emmanuel Macron. Voir se trémousser nos militaires comme des folles, les voir réduits à « village people » faisait pitié… Il ne leur manquait plus pour boire le calice jusqu’à la lie, pardonnez-moi cette image mais elle me semble la plus adaptée, que des plumes d’autruche dans le derrière. Pour reprendre les propos du Général De Villiers, cela fait plus de 20 ans que notre armée maintenant directement aux ordres de l’Otan et de Bernard Henri Lévy et sa clique se fait « baiser » et nous avec… C’est à l’aube de sa retraite et au crépuscule de sa carrière qu’il peut se retirer, ne risquant plus grand-chose et même plus rien.

François-Xavier Laisne