Pour une approche raciale de l’immigration

Guerrecivileraciale.jpg

Partout dans les médias sont célébrées toutes ces peuplades exotiques et leurs spécificités respectives.
On s’indigne qu’en Chine de gigantesques déplacements de population Han viennent submerger ces braves Ouïgours musulmans, parés de toutes les vertus.
Concernant l’Afrique, il est de bon ton de tomber en adoration devant ces multitudes d’ethnies, chacune avec sa langue, ses coutumes, sa religion. Tout le monde convient du fait qu’il faut les respecter, les protéger.
Quant aux indigènes d’Amazonie, ce sont tout simplement des divinités.

Tous ces gens se caractérisent par une approche de la société qui est ethnique (qu’on peut même qualifier de micro-ethnique pour certains, tant ils sont morcelés), tribale et même clanique pour bon nombre d’entre eux.
Quiconque oserait ne serait-ce qu’insinuer de près ou de loin que bon nombre de ces tribus se ressemblent comme deux gouttes d’eau, serait immédiatement excommunié par la gauche, taxé de raciste et de xénophobe.

Ces structures sociales ethno-tribalo-claniques existent depuis des millénaires et doivent être respectées, promues et sanctifiées. Elles incarnent l’Homo sapiens dans toute sa pureté originelle et, accessoirement, permettent à des professeurs d’université d’avoir un emploi et à des étudiants de faire des thèses au lieu de pointer à Pôle Emploi.

Ces gens n’ont que très rarement une pièce d’identité. Ils n’en ont pas besoin, ils se reconnaissent entre eux d’un simple coup d’œil. D’un simple regard un Utu sait s’il doit découper à la machette un Tutsi ou saluer un de ses frères. Même dans des pays racialement homogènes comme la Chine, les différences ethniques sont évidentes pour tout le monde.

Les Africains et les Maghrébins présents sur notre territoire catégorisent les humains en quatre catégories : les Blancs, les Chinois, les Arabes et les Noirs. Cette distinction est pour eux évidente, et personne n’aurait l’idée saugrenue de la remettre en doute. À l’intérieur de leurs communautés respectives, les Noirs et les Maghrébins se subdivisent tout aussi naturellement en nationalités, en tribus, en villages d’origine. Tout cela est parfaitement normal à leurs yeux.

En Europe, à quelques heures de vol de la France, se trouve un pays artificiellement créé par l’ONU, les États-Unis et l’UE, qui se nomme Bosnie-Herzégovine. Beaucoup l’ont oublié mais ce golem est né sur le cadavre de l’ex-Yougoslavie en 1992. Des esprits malades y ont voulu jouer à l’apprenti sorcier en forçant trois ethnies (les Serbes orthodoxes, les Croates catholiques et les Bosniaques musulmans) à partager un même territoire. Un rapide examen de la carte montre le niveau de démence de ces démiurges à deux sous.

Ce pseudo-pays n’est plus ni moins qu’un protectorat, avec une sorte de gouverneur nommé par l’ONU, sous le contrôle de l’EUFOR, une force militaire européenne d’environ 14 000 soldats.
Trente ans après sa création, ce monstre est un échec. Les courants sécessionnistes sont plus forts que jamais et les antagonismes interethniques à leur paroxysme. Les versions les plus intégristes de l’islam y prospèrent, et toute la mafia journalistique continue de passer sous silence le fait que des camps d’entraînement terroristes pullulent sur le territoire.

L’inénarrable Jean Quatremer, pourtant vendu corps et âme à l’Europe, a déclaré sur Arte que ce projet était voué à l’échec car ON NE PEUT PAS FORCER DES GENS QUI NE LE VEULENT PAS À VIVRE ENSEMBLE.
Si Jean Quatremer, gauchiste, européiste et immigrationniste est obligé de l’avouer, lui qui traitait jadis de beaufs tous les Français qui avaient osé voter contre le traité de Maastricht, on peut le croire sur parole.

Quatremer nous explique doctement sans sourciller qu’il est tout de même impensable de faire cohabiter de force au sein d’un même pays trois ethnies de race blanche, qui parlent toutes plus ou moins le serbo-croate et dont deux sont chrétiennes !
Tout ceci est indiscutable. Il faut tenir compte de toutes les spécificités et des divers desiderata de ces populations.

Ouïgours, Bantus, Peuls, Aborigènes d’Australie, Utus, Tutsis, Serbes, Croates, Kosovars, Berbères, on leur reconnaît à tous le droit à affirmer leurs spécificités ethniques et/ou raciales, à les faire valoir et même à en être fiers.

Eh bien ce qu’on célèbre pour les peuplades du monde entier, on le dénie aux Français.
Personne ne nous demande jamais notre opinion. Notre propre Président, l’égyptologue de l’Élysée, nous explique qu’il n’y a pas de peuple français, que la culture française est un mythe historique. Il n’y a même plus de « Nous ». Le Français est un ectoplasme qui n’a vocation qu’à se dissoudre en silence dans ces peuplades qui viennent envahir notre territoire. Se dissoudre oui, mais pas trop quand même, afin de continuer à payer les impôts qui serviront à gaver les nouveaux venus.

Le commissaire européen Thierry Breton nous l’a d’ailleurs signifié très clairement, ce sera l’immigration ou rien. Pas le choix. C’est comme ça. C’est pour votre bien.
À nous qui existons depuis plus de mille-cinq-cents ans, on explique que n’importe quel Subsaharien étant parvenu à rentrer illégalement sur le territoire, et à s’y cacher suffisamment longtemps, doit être considéré comme l’un des nôtres car l’État français lui a délivré un morceau de papier avec un tampon.

Si Macron et ses mignons ne savent pas ce qu’est un Français, nous, nous le savons.
À l’instar de tout peuple, nous savons si quelqu’un est l’un des nôtres et aucun bout de papier, même tamponné en bonne et due forme par Macron et l’UE n’y changera rien.
Même si le raisonnement peut apparaître comme circulaire, un Français est simplement quelqu’un qui est reconnu comme tel par ceux qui le sont.

Un Français est un Français car il se sait français et les Français le reconnaissent comme français.
Si les journalistes et autres gauchistes feignent de ne pas comprendre ce que cela signifie, ou en contestent la validité logique ou légale, cela n’a aucune importance à nos yeux. Un clandestin, même avec une carte de séjour en règle, ne sera jamais considéré comme l’un des nôtres.
Pour combattre ce remplacement, il faut l’aborder avec les mêmes grilles d’analyse que les envahisseurs. Pour un Malien qui arrive en France, vous êtes avant tout et surtout, un Blanc. Et lui se définit comme un Noir. Seulement dans un deuxième temps il se définira comme un musulman, par opposition à vous, l’Européen de tradition judéo-chrétienne.

Il faut avoir le courage intellectuel d’affirmer que l’enjeu majeur, dont tous les autres ne sont que des corollaires, c’est la disparition pure et simple de l’Européen blanc. Les mêmes qui vont s’émouvoir, la larme à l’œil, de la disparition des tribus d’Amazonie ou des Esquimaux n’ont que faire du funeste avenir qui nous est réservé : l’extinction pure et simple.

Si aucune mesure drastique n’est prise, nous finirons dans le meilleur des cas très rapidement dans des réserves, alcooliques et obèses, à l’instar de ceux que l’on nomme cruellement « Les indiens d’Amérique ». À condition bien entendu que les nouveaux maîtres aient la magnanimité et la mansuétude de conserver quelques spécimens, sinon nous deviendront plutôt les Dodos du continent européen.

Manuel Valls lui-même, plus connu ici sous le nom de Manolito, premier responsable de par sa circulaire éponyme de l’envahissement de la France, s’était ému de la disparition totale des Blancs de sa ville d’Évry alors qu’il visitait le marché et l’avait énoncé en ces termes mémorables : « Ils sont où les Blancs, les White, les Blancos. Quelle image de la ville d’Évry ! ». Oui Manolito, même toi, toi le traître, toi le fossoyeur, tu es sous le choc. Le Golem que tu as contribué à créer échappe à ton contrôle.

Dans le camp dit « national » ou « souverainiste », plusieurs écoles de pensée s’affrontent quant aux solutions à apporter au problème du Grand Remplacement, si c’est encore possible.
La première, incarnée par Éric Zemmour, entend mettre en place une solution politique à ce que les gauchistes nomment, en utilisant un doux euphémisme, « une mutation de la population française », en prenant des mesures drastiques quant à l’immigration.

C’est bien entendu la voie la plus démocratique et la plus efficace à long terme, mais le moins que l’on puisse dire c’est que cela pourrait prendre du temps, beaucoup de temps, trop de temps peut-être. De plus elle suppose une confrontation brutale avec les institutions européennes ainsi qu’avec notre Constitution. Cette approche présente toutefois l’inconvénient de ne pas aborder frontalement le problème ethnique et racial tel qu’il se pose réellement au quotidien en le noyant dans une optique civilisationnelle et le mythe de l’assimilation.

Même si ce candidat propose des solutions crédibles, il n’ose pas, pour des raisons électorales probablement, mentionner le plus important ; le remplacement brutal d’un peuple autochtone par des ethnies africaines. Et pour être encore plus brutal, d’une race par une autre.

Un deuxième courant, dont le représentant est le Cercle Aristote, propose une approche purement intellectuelle, consistant à repenser la souveraineté sous tous ses aspects. Il considère que les institutions nationales et européennes bloqueront toute initiative allant dans le sens d’un arrêt ou même d’un contrôle de l’immigration galopante que nous subissons. L’aspect religieux, ethnique ou racial y est bien entendu non seulement ignoré mais même raillé.

Même s’il convient de saluer toutes les initiatives visant à nous élever intellectuellement, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à force de repenser la souveraineté, bientôt il ne nous restera plus qu’à la panser. Il n’est pas certain que passer son temps à faire des vilaines choses à des coléoptères soit une solution à la hauteur de l’urgence de la situation.

Enfin, il existe une troisième approche qui, elle, propose une solution concrète applicable au quotidien. Elle est proposée par Daniel Conversano. Elle a le mérite d’offrir aux plus jeunes d’entre nous une porte de sortie.
Conversano a le courage de traiter l’invasion migratoire dans des termes appropriés en considérant que l’approche raciale et ethnique est la seule qui traite le mal à sa racine, proposant des possibilités immédiates d’action à l’échelle individuelle. Pour les plus jeunes, afin de ne pas devenir les victimes expiatoires de la gauche, l’expatriation vers les pays de l’est, peuplés par une population blanche et de tradition chrétienne, est une solution envisageable. Pour les autres, la pratique au quotidien, sur le sol français, d’une préférence communautaire à tous les niveaux.

On pourrait cependant légitimement lui objecter que vider un pays de ses forces vives, c’est indirectement favoriser l’envahisseur et affaiblir encore un peu plus ceux qui sont obligés de rester. Cela s’apparente plus à une échappatoire qu’à une solution globale au problème migratoire en France.

Cet angle d’attaque semble un peu avant-gardiste pour l’instant, mais il y a fort à parier que d’ici quelques années, l’approche ethno-raciale qui, pour le moment, peut vous envoyer devant la dix-septième chambre correctionnelle, sera parfaitement légitime dans le débat public. Rappelons-nous qu’il y a ne serait-ce que cinq années en arrière, la notion même de Grand Remplacement n’était mentionnée que par les sinistres « nazis » de Riposte Laïque.

Il faut que chacun parvienne à se convaincre, même après des décennies de lavage de cerveau forcé, que les nuées d’Africains et de Maghrébins qui débarquent chez nous n’ont pas la moindre intention de s’intégrer en encore moins de s’assimiler. Ils ne veulent pas faire société avec nous mais faire société chez nous.

Ce n’est pas seulement une invasion, c’est une véritable « marabunta » que nous subissons, qui détruira toutes les institutions sur son passage.
Nous ne représentons à leurs yeux qu’un accès à un logement, à de l’eau, à de la nourriture et à des soins gratuits. Rien d’autre.
À leur approche ethnico-raciale et religieuse du monde, nous leur opposons nos misérables « Valeurs de la République » et notre humanisme universel.

Un Sénégalais qui choisit de porter des babouches et une djellaba nous signifie en nous crachant à la gueule qu’il rejette notre mode de vie et ce que nous représentons. Il s’est probablement égaré ici, et le vrai humanisme consisterait à l’aider à retourner dans son biotope d’origine.
Il y sera certainement beaucoup plus heureux, et nous aussi.

Comme le dit ce vieil adage, si vous mettez des cochons dans un château, vous n’en ferez pas des châtelains. Par contre, du château vous ferez à coup sûr une porcherie.

Alain Falento

 

 

 

 

image_pdfimage_print
24
2

32 Commentaires

  1. Souchien, Soros t’a foutu une baffe, en bon chrétien tends ton cul.

    « Cette débandade du monde blanc… Cette désertion à travers l’univers… Quand nous voyons dans nos propres pays la décomposition des mœurs, la chute de la patrie, la chute de la famille, la chute de l’ordre social… Quand nous voyons cet appétit des biens matériels qui a succédé à la grande flamme de l’idéal qui nous animait… Eh bien, vraiment, entre les deux, nous avions choisi le bon côté ! » Léon Degrelle

    https://youtu.be/K-tkIykM-mk?t=4314
    https://www.dailymotion.com/video/xuhrbi

    • Sith rouge fermes ta gueule tu n´as plus rien à dire d´intéressant.
      Zemmour président
      Suédois des Cévennes ex. camisard

  2. Vous voulez dire que Zemmour n’est pas assimilé parce qu’il n’est pas un européen blanc ? Et que dire des ultramarins dans les Caraïbes qui sont des immigrés de force ? Car à la vérité, les migrants forcent les frontières mais de l’autre côté, ce sont bien des européens blancs qui considèrent qu’ils constituent une chance pour leur continent. Dernier point, fuir son pays pour aller dans un autre, c’est être un migrant. Que l’on demande l’avis des pays de l’Est sur la venue en masse de français avant de parler de solution d’avant-garde. Il faut être con pour penser qu’il y a une solidarité de race en Europe. Il suffit de voir les 2 guerres mondiales ou plus simplement la manière dont les immigrés italiens (au passage, Conversano en est un descendant, il me semble) ou polonais étaient perçus en France.

    • C’est vrai @Heraklite,

      Mes grands parents maternels, polonais, arrivés en 1922 en France, se faisaient insulter de boches.

    • Heraklite parle de choses qu ´il ne connait pas. En Suède, en voie d´islamisation complète déjà 500 000 individus ont fait le choix du départ.
      Population de la Suède 10,5 millions dont 8 millions de souchiens. Fait une
      règle de trois et tu constateras que la proportion des gens qui partent ce
      n´est pas marginal. Et le phénomene s´accélére. Oú partent les souchiens
      suédois : Iles Canaries et sud de l´Espagne, Portugal, Australie , Etats-Unis Hongrie et Pologne.J´ai des amis en Hongrie qui m´ont offert un refuge.
      On revient aux guerres de religions du 16 siècle quand les Cévennols protestants étaient accueillis en Brandenburg par l´électeur de Prusse.
      Suédois des Cévennes

      • Tu comptes encore fuir et changer de nationalité, parce que tu as fait le mauvais choix, JC ? Mais non si les européens de l’ouest débarquent en masse à l’est ils ne seront pas les bienvenus. Tu rêves ! Ne pas savoir défendre son pays n’a jamais été un titre de gloire dont on pouvait se prévaloir. Par ailleurs, les migrants en Europe, quelle que soit leur couleur de peau, restent des migrants. Quand tu vois ce qui s’est passé avec la Biélorussie avec les migrants tu comprends ce que veut dit la solidarité de race. Tente ta chance aux États-Unis. C’est une terre d’immigration. Bon courage avec les BLM et les wokes !

  3. J’ai deux désaccords mineurs avec votre article interessant, mes racines sont chrétiennes mais pas du tout judéo-chrétienne.
    Le sénégalais est surement plus heureux en France actuellement qu’au Sénégal.
    Pour le reste c’est très clair, manque le POURQUOI souhaiter la survie de la France blanche.
    En plus est ce seulement la France blanche ou l’Europe blanche ?
    Je pense qu’en l’exprimant clairement on s’expose à des ennuis et à des bannissements et c’est la raison pour laquelle certaines lois son faites.
    Jusqu’à présent Conversano ne m’a pas beaucoup intéressé mais j’ai peut être eu tort.

    • A ma connaissance, il ne reste que Conversano dur le net pour affirmer le monde blanc. Des sites ont été fermés récemment, « démocratie participative », « eelb » et « breizatao ». Depuis le temps qu’on veut la peau de Boris le Lay ! Même si la philosophie de ces sites est très éloignée de, par exemple, RR ou RL, je suis suis surpris de ne voir mentionné nulle part cette opération qui date du 3 février. Internet + quelques combines, incensurable, c’est fini.

  4. L’approche ethno-différentialiste présentée ici ne me choque pas. Il se trouve qu’elle est interdite par l’Onu, L’UE, l’Etat. de plus elle prête le flanc à l’accusation de racisme, c’est à dire d’inégalités raciales. Or que voulons nous en priorité ? Sinon de redevenir des citoyens libres d’un peuple libre de se définir comme communauté ? Il existe une voie plus simple, moins polémique, et fondé au plan juridique. Il s’agit des notions de PROPRIETE INDIVISE des COMMUNS (espace rural, villes, églises) et de LIGNEES CONTRIBUTRICES ou non. Sur ces fondements universellement acceptés, il sera aisé de cibler puis d’écarter toute lignée d’immigration parasitant le corps social. Ceci sans se faire aucun ennemi dans l’immigration contributrice, au contraire.

    • Mais se faire des « ennemis » c’est se faire soi-même!!!

      Quelle science pour réaliser « en douceur » la quadrature du cercle! La lâcheté a de beaux jours devant elle…

    • Les races existent et sont naturellement inégales, car la nature n’est que diversité, synonyme de différences, synonyme d’inégalités. Tous ces mots disent exactement la même chose, les différentes valeurs morales qu’on attache à ces différents mots ne sont que des artifices mentaux, des illusions. Il faut accepter la réalité du monde naturel et en finir avec l’universalisme chrétien qui n’est plus adapté aux défis qui nous font face.

  5. Excellent article : toute la bien-pensance admet le patriotisme.. mais à condition que celui-ci ne soit pas Français, sinon c’est facho. RAS LE BOL ! Mais les francons continuent de veauter en continu pour leur propre destruction.

    Si on leur laisse la place, (à la Conversano) ça sera comme en Algérie 40 ans après tout sera détruit.. dans ce cas il faudrait faire comme les Russes à l’époque de Napoléon et pratiquer la politique de la terre brûlée –ou même pourquoi pas vitrifiée–

    Chaque don que vous faites à l’UNICEF est un billet de bienvenue aller simple chez nous pour un afwicain… pensez-y !

  6. Si l’Afrique est noire, l’Asie jaune, logiquement l’Europe est blanche.

    Si chaque continent a le devoir et pas seulement le droit de défendre sa couleur, que l’Afrique et l’Asie l’ont fait par les armes, logiquement, l’Europe le fera aussi par les armes.

    Si donc la solution finale à la question africaine et musulmane en Europe passe par leur génocide, toute solution en deça de la guerre est une trahison, au moins par déseertion.

    Un jour, un blanc, tirera au hasard sur un noie ou un musulman parce qu’il est noir ou musulman.

    Qu’il soit intégré ou assimilé n’a aucune importance du point de vue anthropologique : il n’est pas à sa place dans une Europe que blanche et sue chrétienne.

    Voilà la vérité : il n’y a pas de solution en dehors du génocide des noirs et des musulmans pour éviter le génocide de nos enfants, et ce génocide n’est donc pas seulement notre droit mais notre devoir.

  7. Magnifique texte. J’ai vécu en Bosnie quatre années , en Afrique et dans plein d’autres endroits de cette planète je confirme tout dans ce texte. L’avenir sera racial et religieux . Une France sans français comme disait Jean RASPAIL ne sera plus la France. En Haiti il demandait notre retour pour simplement pouvoir manger.

  8. De toute manière, une fois que la masse critique d’allogène passé, présent et futur sera atteinte, l’effondrement civilisationnel engendrera l’explosion de l’état providence France.
    Que le grand remplacement se fasse rapidement, ou au ralenti, il est déjà en cours, tel un cancer ; et si on ne pratique pas l’ablation de cette tumeur maligne, aucun FDS n’y survivra.
    On est déjà bien intoxiqué à cause de l’acculturation Anglo-Saxone, depuis bien trop longtemps, pour croire à un réveil généralisé des FDS sur ce qu’est réellement l’identité Française.
    De plus, et pour exemple, de voir aussi tous ses FDS soutenir et même aduler cette équipe de France de football, qui ressemble à une équipe d’Afrique, me laisse supposer que les FDS ont perdu totalement leurs anticorps.
    C’est pas tant que le ver est dans le fruit, c’est plutôt que le fruit est pourri de l’intérieur.

  9. Pour appuyer les arguments que vous développez, lisez (si vous ne l’avez pas encore fait) le numéro 71 de la revue radicale « Réfléchir et Agir » (automne 2021), dont le dossier central était justement consacré aux modalités pratiques de la Remigration (y compris son coût chiffré par la revue…)
    Le numéro est disponible sur le site de la revue (7€):
    https://reflechiretagir.com/categorie-produit/anciens-numeros/

  10. La sélection naturelle est en marche. Un peuple qui ne se reproduit plus est appelé à disparaitre. Pas de place pour les faibles dans la nature.

    • Le problème est qu’en France, la sélection n’est plus naturelle, puisque les faibles sont incités à se reproduire par tout un système et par des allocations indues. On a créé un eugénisme à l’envers. Et la France fabrique à la chaine des métisses haineux (de futurs Malcolm X qui était métisse et non noir)

  11. l’immigration forcée répond à la préoccupation de Bayrou qui dans son plan officiel prévoit l’importation de 10 millions d’immigrés (virils) pour repeupler la france!
    les filles n’oubliEZ pas d’aller voter

  12. n’utilisez pas les termes faux de l’adversaire. En quoi la sainte lutte de protection contre un envahisseur égorgeur serait une guerre ‘civile’ ???

    • Bonjour Juste.
      Lisez le livre de Guillaume Faye, « Guerre civile raciale » qui sert d’illustration à l’article, et vous comprendrez pourquoi l’auteur par de « guerre civile » raciale: la guerre à venir sur notre sol, en France comme dans le reste de l’Union européenne, sera une guerre opposant deux populations, la population blanche de souche, indigène en Europe, et les populations non-blanches, issues de l’immigration post-coloniale de peuplement, en large partie regroupées (mais pas seulement..) sous la bannière de l’islam…
      « Guerre civile » signifie ici guerre entre populations civiles (éventuellement regroupées en milices paramilitaires irrégulières) et non guerre interétatique, entre Etats souverains possédant des armées régulières et appliquant les lois de la guerre (notamment les conventions de Genève de 1949)…

  13. Merci pour ce bon résumé du processus de mondialisation engagé par la finance mondiale.
    Morceler les Nations pour en faire des foyers de guerre civile permanente, Machiavel l’avait conceptualisé: diviser pour régner!
    De rares pays : le Japon, La Russie ou la Chine, ont conservé leur forte identité nationale, et ils combattent toute tentative de sécession.
    L’ouma islamiste tente de s’imposer par la violence dans le nord de la Chine, et le gouvernement central aide la population Han à conserver sa légitimité contre l’islam « ouigouriste ».
    L’europe du fric et des lobbies impose le contraire à la France.
    La langue, la culture, les traditions millénaires de chaque Peuple sont des outils de rassemblement structurants.
    Pas en France, où la cul-ture, le volapuk, les loisirs, et jusqu’à l’alimentation industrielles américaine nous sont IMPOSÉES par les hollando-macronistes.

  14. Un sociologue qui a beaucoup voyagé pour comprendre les différences entre les sociétés, leurs origines, leurs racines, leurs traditions, tout ce qui différencie un peuple d’un autre
    A écrit :
    – Deux peuples différents ne peuvent pas vivre ensemble sur un même territoire, ça se termine toujours très mal –
    Les Français peureux et lâches ont laissé faire l’invasion migratoire pour vivre tranquilles
    Les Français ont rejeté leurs racines chrétiennes c’était ringard, alors que l’on sait depuis toujours que la religion est le ciment des peuples, regardez les mahométans comme ils sont solidaires avec leur Allah akbar
    Nous allons payer nos erreurs très cher

  15. Certains ne font pas la différence et s’intègrent avec les parasites d’aujourd’hui. Explication : Il faut faire la différence entre les immigrés Polonais, portugais, espagnols, italiens, grecs, arméniens, etc… des années 50. Ces gens la venaient pour travailler, et pour essayer de vivre de leur labeur. Ils ne venaient pas en FRANCE pour profiter du SOCIAL. Je peux aborder le sujet car des membres de ma famille en ont fait partie. Ils avaient aussi les mêmes coutumes, traditions,religion. Maintenant ce sont des extra européens (qui mettent le chaos) qui viennent, poussés par les avantages sociaux et aidés par des assos destructrices qu’il faut faire disparaitre. Sinon c’est la fin de notre civilisation.

  16. Je m’adresse à Micron et sa clique d’idiots européistes : l’europe ma famille et moi mêm nous n’en avons rien à foutre. Le drapeau européen, il peut se le mettre ou je pense. Moi c’est la souveraineté nationale, la nation, le drapeau bleu blanc rouge, la Marseillaise, l’identité FRANCAISE, les français d’abord, nos coutumes, nos traditions, notre religion, nos statues de NAPOLEON, DE GAULLE, VOLTAIRE,etc… etc…. Nous n’avons pas à nous faire diriger par des technocrates européistes , idolatrés par notre macroneux psychopathe. J’espère qu’il sera viré en AVRIL avec son équipe de malades mentaux .

  17. Peut on acquérir le livre : GUERRE CIVILE RACIALE,de Guillaume FAYE par RIPOSTE LAIQUE, ou par un autre canal. Merci pour la réponse .

Les commentaires sont fermés.