Poursuivons la logique raciste jusqu’au bout

En France, de plus en plus de minorités réclament une vie séparée.
L’Unef veut des réunions racisées sans Blancs.
Les musulmans veulent leur quartier islamique où la seule loi reconnue sera la charia et le Coran.
Les Turcs veulent rester entre Turcs.
Les Maghrébins n’en pincent que pour leurs pays d’origine et n’ont aucune intention de s’assimiler.
Jusqu’aux féministes qui ne veulent plus d’hommes blancs mais qui ne crient jamais quand des mains d’ébène…

Les politiciens de couleur embrayent sur le même thème, Audrey Pulvar veut que dans les réunions racisées le Blanc se taise. Participer à une réunion avec obligation de se taire pour jouer les potiches, c’est sans moi, on est loin du slogan progressiste macronien qui nous demande d’être les acteurs de notre propre vie au lieu d’en être le spectateur muet.

Remarquez que les Blancs peuvent faire le ménage à fond dans leur propre pays sans forcément avoir besoin de parler : il n’est pas nécessaire de l’ouvrir pour passer le lance-flammes ou le karcher, l’acte parle suffisamment pour l’ouvrier qui œuvre pour le bien commun.
Mais curieusement, tous ces forces de la vie à part et de l’apartheid ne veulent pas aller jusqu’au bout de la logique.

C’est donc aux Blancs de pousser au bout en faisant valoir leurs propres revendications désormais légitimes, puisque plus personne n’a l’air de vouloir d’eux, il faut donc acter juridiquement le divorce, avec ou sans consentement puisque dans les faits l’être à part est maintenant une réalité.
Comme on ne peut pas vivre avec des gens qui vous haïssent, il est plus que temps de faire vie à part, de repartir de zéro, de refaire sa vie sans intolérants ni peine-à-jouir.
Peut-être même que sans diversité, la vie sera beaucoup plus belle pour les Blancs, probablement aussi plus sûre quand on voit les couleurs majoritaires qui squattent nos prisons.
Ainsi on pourrait exiger la création de lignes de transports en commun réservées aux Blancs, des prisons pour Blancs exclusivement, des plages réservées aux Blancs.

Certaines entreprises ne pourront embaucher que des Blancs, et les chaines publiques de télévision devront être partitionnées de manière à ce que les Blancs puissent accéder à des programmes exclusivement blancs avec des acteurs et des actrices blancs et blanches, les divers étant cantonnés exclusivement à des rôles de figurants quand l’action se déroule dans un pays exotique, en Afrique par exemple.

Il va falloir faire la séparation des écoles, des lycées et des universités bien évidemment, tout comme
il faudra une police de Blancs, une police de Noirs et bien d’autres unités spécialisées chacune dans ses divers.
Pour s’occuper des féministes il ne faudra aucun Blanc mais tous les autres pourront être éligibles et participer, comme les féministes plébiscitent la diversité, rien ne s’oppose à ce qu’on les satisfasse.
Bien entendu, il y aura nécessairement une justice de Blancs, une justice de Noirs et une justice de Maghrébins par exemple, avec pour chacune une échelle des peines différenciée, le musulman étant quant à lui sous le régime de la charia.

Il va falloir aménager l’espace des villes : le quartier blanc sera clairement délimité et sécurisé avec l’obligation de présenter un passeport-attestation pour tout non-Blanc qui voudrait y entrer. Il y aura fouille obligatoire pour empêcher l’entrée de non-Blanc armés, et ainsi limiter les risques.
Mais le nec plus ultra va être l’établissement de budgets à part.
Normal, pourquoi les Blancs iraient-ils payer pour les dépenses de ceux qui les haïssent ?
Les prélèvements obligatoires faits sur les Blancs doivent servir exclusivement aux dépenses de Blancs.
Il faudra donc que l’État lève l’impôt sur les Blancs pour les dépenses publiques, sociales ou autres, exclusivement réservées aux Blancs.

Il y aura les impôts levés sur les Noirs pour leurs seules dépenses publiques et aides sociales, sur les Maghrébins de même, sur les Turcs de même, sur les féministes également, sur les…
Et ceci à tous les niveaux : État, régions, départements, communautés de communes et communes.
Il est plausible que le Blanc y trouve de substantielles économies, compte tenu de l’ethnicité actuelle de la population carcérale, à ce que les divers prennent en charge eux-mêmes les dépenses d’incarcération de leurs coreligionnaires.

D’ailleurs la ville de Lyon vient de donner le « la » du départ avec son budget genré, sauf que la municipalité ne va pas jusqu’au bout de la chose en restant au milieu du gué.
Ce ne se sont pas seulement les dépenses qui doivent être genrées, mais aussi les recettes.
Ainsi les hommes n’ont pas à payer pour les dépenses, qu’elles soient somptuaires ou non, des femmes, et l’impôt doit être levé séparément : prélèvements hommes pour dépenses hommes, et prélèvements femmes pour dépenses femmes, il convient de rester cohérent avec les principes que l’on entend défendre.
Chaque échelon de collectivités devra donc établir des feuilles d’impôt en fonction de la population concernée pour les dépenses séparées desdites populations.

Tout le monde sait que les bons comptes font les bons amis, des budgets séparés ne peuvent donc qu’être le ciment d’une nouvelle unité tant nationale que locale.
Bien entendu il va falloir remanier pour partie la comptabilité publique du pays en créant de nouvelles lignes budgétaires : la ligne blanche, la ligne noire, la ligne féministe, la ligne maghrébine, etc.
On va m’objecter : quid de la ligne jaune que vous avez l’air d’omettre ????
C’est que tout aussi curieusement, les Asiatiques forment une population qui n’a pas l’air d’avoir de revendication spécifique sauf à avoir la paix, comme la majorité patriote des Blancs de souche de ce pays, et cette communauté ne fait pas vraiment parler d’elle, surtout pas en mal, au contraire de toutes les autres.

Du coup comme elle a les mêmes aspirations que les Blancs de souche patriotes, plus particulièrement travail, étude et tranquillité sans harcèlement et emmerdements de tous les autres divers, rien ne s’oppose à ce que la ligne jaune soit intégrée à la ligne blanche pour n’en former qu’une seule dans les comptabilités.
C’est encore bien la seule population avec laquelle le Blanc de souche de France peut faire budget commun.

Vous en voyez, des tonnes d’Asiatiques dans nos prisons, vous ?

Jean d’Acre

https://www.fdesouche.com/2021/03/27/audrey-pulvar-nest-pas-choquee-par-les-reunions-interdites-aux-blancs-organisees-par-lunef-jaurais-tendance-a-dire-aux-blancs-de-se-taire/

image_pdf
0
0