1

Poutine aux nouveaux Russes : bienvenue chez vous…

« Bienvenus chez vous »… c’est avec ces mots que Vladimir Poutine a accueilli les républiques de Louhansk et de Donetsk, ainsi que les régions de Kherson et de Zaporijia au sein de la Fédération de Russie, le 30 septembre dernier. L’intégration de ces quatre nouvelles entités qui a fait suite aux résultats des référendums locaux sous la surveillance de scrutateurs neutres venant de divers pays, a été entérinée en présence du dirigeant de la région de Kherson, Vladimir Saldo, du chef de la région de Zaporojié, Evguéni Balitsky, du chef de la République populaire de Donetsk, Denis Pouchiline et de celui de République populaire de Lougansk, Léonid Passetchnik,

Publiés et entrés en vigueur dès leur signature sur le portail officiel d’informations juridiques russe, les décrets n° 685 et n° 686, signés par le président Vladimir V. Poutine, reconnaissent ainsi l’indépendance des régions de Zaporijia et de Kherson. Ces derniers faisant suite aux référendums organisés dans les républiques indépendantes de Donetsk et Lougansk, ainsi que dans les régions de Kherson et Zaporijjia, qui se sont terminés mardi 27 septembre et dont les résultats avaient montré un soutien écrasant à l’adhésion à la Russie (oui à 99,23 % dans la République populaire de Donetsk, 98,42 % dans celle de Lougansk, 93,11 % dans la région de Zaporojié et enfin 87,05 % dans la région de Kherson).

Une adhésion que Kiev et ses alliés occidentaux refusent de reconnaître et pour cause… Ces annexions constituent en effet une superficie de plus de 90 000 km2, soit environ 15 % de la superficie totale de l’Ukraine, où vivent 4 millions de russophones martyrisés par Kiev depuis 2014. Bombardements, coupures d’eau, refus de payer les retraites et les prestations sociales, assassinats, tortures, interdiction de parler russe… l’imagination de Kiev et de ses alliés n’avait de cesse que de multiplier les exactions et les brimades.

Outre le fait qu’il s’agit de la plus grande annexion de territoire européen depuis la Seconde Guerre mondiale, c’est un formidable potentiel économique, industriel et agricole, qui entre ainsi dans le giron de la Russie. Rien qu’à Lougansk, la Russie obtient cinq mines de charbon des sociétés Lisichansk Ugol Mining and Chemical Combine, la raffinerie de pétrole Lyssytchansk, la mine Matrosskaya, une usine de caoutchouc. Et dans les autres régions des centrales nucléaires, des barrages hydroélectriques, les ports d’Azov, de Marioupol et bien d’autres, constituent une richesse qui représente à elle seule 60 à 70 % du PIB de l’Ukraine. De quoi faire hurler de rage les puissances occidentales qui ne pourront plus piller impunément ces régions, désormais parties intégrantes de la Fédération de Russie.

Commentant les résultats des 4 référendums, Vladimir Poutine a évoqué un « choix parfaitement clair », conduisant à valider l’intégration de ces quatre nouvelles entités au sein de la Fédération de Russie, en application du droit               « imprescriptible, fixé par l’article Ier de la charte de l’ONU qui parle clairement du droit des peuples à l’autodétermination ».

« Les victimes des attentats organisés par le régime de Kiev, les femmes, les enfants, les vieillards, c’est un véritable peuple qui a défendu cette terre. Ce sont des millions de personnes qui ont manifesté leur attachement à la Russie », a souligné Vladimir Poutine.

Dans son discours Vladimir Poutine a appuyé le fait « qu’il n’y a rien de plus important que la volonté exprimée par des millions de personnes qui veulent revenir dans leur patrie historique. Durant huit longues années cette population a fait l’objet de tirs, de bombardements, de haine anti-russe… Désormais, en raison du référendum, le régime de Kiev a annoncé vouloir se venger sur ces millions de personnes qui ont exprimé leur volonté. »

« Toutes les personnes vivant dans ces régions sont désormais considérées comme des citoyens de la Russie.
Nous appelons le régime de Kiev à cesser immédiatement les hostilités, tous les combats, car la guerre qu’il a lancée en 2014 s’est poursuivie trop longtemps et de revenir à la table des négociations ; nous y sommes prêts, je l’ai dit à plusieurs reprises, mais le choix de la population de Louhansk, Donetsk, Kherson et Zaporijia ne sera pas discuté, la Russie ne les trahira pas. »
« Les autorités de Kiev aujourd’hui doivent respecter ce choix libre de la population. Ce n’est qu’ainsi que ce fera le chemin vers la paix. Nous défendrons notre terre à l’aide de tous les moyens dont nous disposons et nous ferons tout ce qu’il faut pour assurer la sécurité de nos citoyens. C’est la mission libératrice de notre peuple. Nous reconstruirons toutes les villes, les localités détruites, les écoles, les hôpitaux… Nous allons développer les entreprises industrielles, les infrastructures des services sociaux, de formation, d’enseignement, et nous allons travailler avec les services militaires pour assurer la sécurité du peuple russe de toutes les régions de notre grand pays. »

Vladimir Poutine s’est ensuite adressé à tous ceux qui ont été mobilisés sur le front des combats, ainsi qu’à leurs familles, les saluant comme des héros, accusant à juste titre les pays occidentaux d’avoir voulu que la Russie se désintègre à leur seul bénéfice.

« Les pays occidentaux ont tout fait pour affaiblir la Russie et la démanteler en suscitant la zizanie entre les peuples qui la composent. Les Occidentaux ne peuvent supporter qu’un grand pays, grand par ses richesses naturelles, grand par son peuple, refuse leur système néocolonial qui veut parasiter l’ensemble du monde via la dictature du dollar.
 Nous devons tirer une leçon historique contre cette hégémonie. L’intérêt des pays occidentaux est de supprimer la souveraineté nationale et d’imposer des valeurs aux pays indépendants pour supprimer leurs propres valeurs. »

« Il faudrait que tous les pays indépendants renoncent à leur souveraineté au bénéfice des États-Unis pour en devenir les vassaux. Ils détruisent parfois des États entiers, laissant des catastrophes humanitaires derrière eux, pour leurs seuls bénéfices. Dans ce but ils mènent des guerre hybrides comme ils le font actuellement contre notre pays pour faire de nous une colonie composée d’esclaves. »
« Les prétentions à vouloir dominer le monde se sont toujours écrasées contre un mur. Les pays occidentaux comptent sur leur impunité, les accords de désarmements finissent à la poubelle, les rappels historiques que nous faisons sont considérés comme des fables… L’Occident défend un ordre mondial sur des règles ? Quelles règles ? C’est du délire total. De la tromperie. »

« La Russie est une civilisation qui ne vit pas sous de fausses règles. »
« Les Occidentaux bafouent toutes les frontières et décident qui a le droit de déterminer son avenir ou pas ? Qui n’est pas digne de bénéficier de son autodétermination ? Qui leur a donné ce droit ? Personne !
« Ils traitent les autres de barbares. Ils donnent des étiquettes à tous les peuples. Les élites occidentales restent ce qu’elles ont toujours été : des colonisateurs. Elles discriminent les peuples selon les critères qu’elles veulent. C’est une forme de racisme qui se traduit par une xénophobie et notamment par une russophobie. Partant du principe que la culture néolibérale doit être le modèle imposé pour tous. De quel droit ?
En intégrant ces quatre régions nous rétablissons ainsi l’unité nationale. »

Le Président ukrainien Zelensky, Stoltenberg, le chef de l’OTAN ou encore de Conseil de l’Europe ont tous affirmé qu’ils ne reconnaissaient pas les résultats des référendums et dénoncé leur tenue. La France – ou plutôt ce qui lui sert de président en la personne d’Emmanuel Macron – a condamné fermement les actions de la Fédérations de Russie sur l’annexion de l’Ukraine. Le Conseil de l’Europe s’est même fendu d’un communiqué disant que la Russie « en tant que pays occupant devrait être tenue pour responsable du respect des droits dans les territoires annexés, ainsi qu’en Crimée ». Pourtant, lorsque ce sont les USA qui spolient la Serbie du Kosovo, bizarrement cela ne gêne personne. Mais il est vrai que l’OTAN et l’Amérique c’est le camp du Bien !

Les Russes ne font jamais les choses à moitié et c’est un spectacle grandiose, attendu par des milliers de personnes enthousiastes sur la place Rouge, qui a suivi la signature d’annexion des régions d’Ukraine à la Fédération russe. Au pied de la cathédrale Basile-le-Bienheureux, une grande scène, des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Donetsk, Louhansk, Zaporijia et Kherson- Russie ! », des écrans géants… la Russie a célébré avec faste l’arrivée des quatre nouvelles régions avec un concert visiblement très attendu, le long des murailles du Kremlin. Une fête qui s’est également propagée dans d’autres villes du pays.

Un spectacle devant une foule en liesse qui a fait dire aux médias occidentaux que Poutine voulait ainsi démontrer au peuple russe qu’il était en train de gagner la guerre, alors qu’en fait il l’avait déjà perdue…
Que la majorité des Russes présents pour ces célébrations avaient été « forcés » d’y assister. Une fois encore, la propagande anti-Russie bat son plein avec un Occident mauvais perdant.

Lorsque l’on voit le résultat des sanctions appliquées qui n’ont fait qu’enrichir la Russie et détruire les économies de l’UE, on peut se demander d’où ces médias aux ordres tirent leurs informations. Au lieu de répéter comme des perroquets ce qui leur est soufflé, ils feraient mieux d’analyser objectivement la situation.

Soyons clairs… l’UE ne cesse de répéter qu’elle nous apporte la démocratie. Or, c’est exactement le contraire que nous constatons chaque jour dans nos pays respectifs et Vladimir Poutine dans son discours a raison : « Au lieu de la démocratie, c’est l’exploitation. Au lieu de la liberté, c’est l’asservissement. C’est un monde unipolaire qui est non démocratique, hypocrite. Les USA sont les seuls à avoir utilisé à deux reprises l’arme nucléaire, qui plus est sur des civils à Hiroshima et Nagasaki., sans nécessité militaire. C’était uniquement fait pour effrayer le reste du monde. Alors lorsque les USA nous parle « d’alliés » qui sont surveillés, qui font l’objet d’écoutes, se retrouvent esclaves d’un pays qui se veut méprisant vis-à-vis de leurs vassaux. Ils mènent une politique de guerre et de pillage.
« L’élite américaine utilise la tragédie des peuples pour affaiblir leurs concurrents. Encore aujourd’hui, les USA s’organisent pour désindustrialiser l’Europe et n’en laisser que des ruines. Les élites européennes comprennent bien tout ça mais elles préfèrent trahir leurs peuples pour obéir aux USA. »

« Non content d’asservir les peuples, les Anglo-Saxons sont passés au sabotage des infrastructures énergétiques avec le sabotage de nos gazoducs. Pourquoi ? Parce que tous les pays qui veulent avoir leurs propres infrastructures militaires sont automatiquement considérés comme des ennemis. C’est sur ce principe que se construit la doctrine militaire des USA et de l’OTAN qui veulent une domination totale sur notre monde. »

« L’Occident se moque des milliards de personnes dont il est responsable. Suppression des valeurs familiales, suppression des valeurs religieuses, théorie du genre, perversité des mœurs, esclavage des peuples soumis. »

« Aujourd’hui, nous nous battons pour une voie juste et libre (…) il faut que cette voie honteuse de l’hégémonie de l’Occident s’arrête. Nous n’allons pas revenir à ce qui était par le passé. (…) La bataille qui se déroule aujourd’hui est pour la grande Russie historique, pour les futures générations, pour nos enfants, que nous devons protéger contre l’asservissement, contre les expérimentations perverses qui visent à déformer leurs esprits, leur âme, nous devons faire tout pour que notre peuple, notre pays, notre langue, ne soient supprimés de l’Histoire. Ce sont la liberté, la prospérité et la justice qui doivent régner. »

Ce sont des paroles de sagesse que Vladimir Poutine a prononcé dans son discours. La liberté, la prospérité et la justice, les Français aimeraient pouvoir en bénéficier à leur tour mais, ne rêvons pas, tant que nous serons prisonniers du régime de l’UE, dirigée par les USA, nous ne serons plus jamais considérés comme des humains mais seulement comme des numéros. Et un numéro… ça s’efface !

Valérie Bérenger