1

Poutine est du côté des chrétiens, Obama soutient les musulmans

Hollande-Obama-2
Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une invasion de musulmans venus de tous les coins d’Afrique et du Moyen Orient.
Et, même si certains Français croient encore que la vie est faite de bonbons et de caramels mous, la grande majorité des Français qui refuse ce grand remplacement en est arrivée à la conclusion que seul un Etat suffisamment arrogant pouvait être à l’origine de cette situation guerrière.
Nous sommes obligés, pour cela, de remonter dans le temps. Mais nous ne parlerons pas des pays comme l’Afrique, l’Algérie, l’Amérique latine ni même l’Afghanistan.
Nous allons essayer de nous cantonner dans les guerres plus récentes auxquelles nous (la France) avons peu ou prou participé, selon les présidents en exercice et les conséquences de celles-ci sur l’islamisation actuelle de la France.
En Europe, tout a commencé après la dislocation de l’empire soviétique. Puisque l’URSS est partie intégrante de notre continent, parlons-en.
Jusqu’en 1912, le Kosovo et l’Albanie étaient sous domination turque.
Les Serbes chrétiens et les Albanais musulmans revendiquent le Kosovo.
Depuis 1989, (c’était hier !) s’affrontaient les deux communautés, l’une dirigée par Milosevic, l’autre par Ibrahim Rogova. Ce dernier reçoit immédiatement l’appui de l’OTAN.
La guerre est donc « consommée » grâce à l’OTAN et le Kosovo devient, en 1999, le premier théâtre de l’islamisation forcée de l’Europe (de l’Est), aidé par les forces américaines qui ne s’encombrent pas des lois. Bill Clinton était leur président.
Pour faire court et pour une meilleure compréhension de la suite, nous dirons que les Serbes, chrétiens, étaient soutenus par les Russes et que les Albanais, musulmans, étaient soutenus par les Américains.
Nous passerons très vite sur les guerres du Golfe, en Irak, les printemps arabes en Afrique du Nord, en Egypte, lesquels, tous, ont été initiés par la CIA sous couvert des USA. Que ce soit en se déplaçant sur le terrain des opérations ou, plus souvent, en formant les « rebelles » qui se sont opposés aux régimes.
La position d’Obama, après le printemps arabe en Egypte ne laisse aucun doute sur son soutien ouvert aux Frères musulmans qui ont pris, un temps, le pouvoir en Egypte et ont été balayés par Sissi. Le général Sissi est, lui, un admirateur inconditionnel de Poutine.
Il ne fait, non plus, aucun doute que les USA souhaitent voir ces pays arabes soumis à une islamisation pure et dure. D’une manière générale, ce sont des pays qui ont eu une préférence affichée pour la Russie puisque c’est avec les communistes qu’ils se sont débarrassés des colonisateurs occidentaux.
Que se passe-t-il en Syrie ?
La CIA, services secrets étatsuniens, qui est un Etat dans l’Etat, a créé le chaos en permettant aux « rebelles », qu’on appelle modérément l’opposition, de déstabiliser Bachar el Assad.
Elle les a formés. Elle les a entrainés. Elle les a armés et elle continue de leur fournir des armes par largages intensifs sur le terrain des opérations.
Sauf que…
Les Syriens rebelles, aujourd’hui, ne sont autres que des membres de El Qaïda, terroristes s’il en est, dont nous avons, tous, pu voir les crimes et autres attentats odieux perpétrés contre les Occidentaux.
Mais la Syrie n’est-elle pas l’alliée de la Russie ? Oui. Poutine soutient Bachar et c’est certainement pour ça que les Américains ne l’ont pas encore « suicidé ».
Plus proche de nous, encore, depuis qu’Obama est président de ce pays, l’affaire s’est aggravée. Outre ses racines musulmanes, ce criminel qui fait le forcing pour que nous acceptions l’entrée de la Turquie dans l’Europe, a déplacé sa guerre à notre porte, en fomentant la guerre ukrainienne.
Coup d’Etat en Ukraine, les pro-russes sont évincés du pouvoir. Poutine, qui a oublié d’être idiot, annexe immédiatement la Crimée qui abrite la base principale de la marine russe. Or, la Crimée est revendiquée par les Tatars. Lesquels Tatars sont d’origine Turque. Donc, musulmans.
On comprend mieux, dès lors, pour quelles raisons Obama et Poutine (Amérique et Russie) s’affrontent dans ces deux guerres, en Syrie et en Ukraine.
Obama, allié des Turcs, aide ceux-là à reprendre la Crimée. Il ne pouvait pas le faire directement donc, il a déstabilisé l’Ukraine. Avec l’espoir, en créant ce foyer insurrectionnel, que les ex pays du bloc soviétique, en majorité musulmans, suivent cet exemple et livrent eux aussi la guerre à la Russie.
Certes, la Russie serait isolée au milieu de pays musulmans et, surtout, isolée des Européens que l’Américain a rallié à sa cause.
Et soyons certains que les USA soutiendront ces pays musulmans comme ils ont soutenu les Talibans en Afghanistan et soutiennent l’Etat islamique – qu’ils n’ont jamais combattu en Syrie ! Sachant que les armes livrées dans ce pays en guerre iront de facto aux combattants de l’EI.
Alors, nous pouvons en déduire que les USA ont, en quelque sorte, l’espoir d’islamiser l’Europe de l’Est et nous, par la même occasion.
Ce qui nous amène à tous ces gens qu’on appelle migrants et qui ne le sont nullement.
Nombre d’entre nous se posent des questions quant aux possibilités financières des clandestins pour payer un passage qui « coûterait plusieurs mois de salaires » chez eux.
En quelques mois, nous sommes passés d’une embarcation de fortune traversant, de temps en temps, la Méditerranée vers l’Espagne ou l’Italie à des ferries transportant des centaines de ces passagers clandestins qui arrivent presque journellement sur nos côtes.
Nous ne sommes pas paranoïaques et nous disons, avec raison, « on » nous les envoie !
Selon des sources que l’on peut considérer comme fiables, l’argent qui sert à transborder tous ces clandestins, en Europe, vient des Américains.
Quoi de plus logique. Si nous avons bien suivi le raisonnement selon lequel Obama dirige d’une main de maître les chefs de l’Union Européenne qui suivent ses directives à la lettre.
Et les voilà prêts, après des mois d’invasion, à se partager ces clandestins musulmans dans toute l’Europe, du Sud au Nord. On les compte par dizaines de milliers. Les voyages n’étant pas suspendus, la manne américaine étant sans limite (ils sont riches), attendons-nous à être totalement submergés dans l’année à venir.
Le seul rempart que nous aurions pu avoir contre cette islamisation forcée était la Russie de Poutine.
Or, nos chefs obéissant à la volonté d’Obama, voilà que la crise ukrainienne et la Crimée à peine cachée sous celle-là, nous plonge dans l’absolu reniement de la Russie que les soi-disant migrants – plus sûrement des combattants islamiques – vont avoir tout loisir d’approcher et, bien sûr, réinvestir la Crimée.
Il faut clouer Poutine au pilori.
Et tous les chefs européens, de concert, suivent cet énergumène américain, islamique avant tout, sans vouloir considérer les conséquences que nous aurons à supporter.
A commencer par voir s’installer, chez nous et durablement, tous ces musulmans en goguette, trop heureux de profiter de cette démocratie mortifère qui les laissera vivre et agir comme ils en ont l‘habitude. Et chaque jour, comme c’est déjà le cas, nous perdrons un peu plus de notre culture, de nos us et coutumes.
Serait-il possible que des hommes dirigeant des pays aussi importants que l’Allemagne, la France, l’Angleterre soient stupides à ce point ?
Nous ne pouvons pas le croire. Et nous avons raison.
Ils savent très bien que ce mouvement irrépressible de « grand remplacement » est irréversible. Et ils n’ont pas envie de le combattre.
Ils savent qu’ils condamnent les peuples européens à une islamisation inexorable, à la misère qui s’ensuivra comme le sont aujourd’hui les pays arabes et africains. Ils savent tout cela.
Ils sont passés de l’assistanat aux pays sous-développés, à la condition honteuse d’assistés par les USA. L’Amérique qui a pour ennemi éternel la Russie.
L’Amérique, ou tout du moins ses dirigeants, dans leur conviction d’être les maîtres du Monde, doivent éliminer la Russie qui les gêne en Europe.
Et nous sommes et ne serons que des dommages collatéraux.
Danièle Lopez