1

Poutine, le parfait bouc émissaire des covidistes

« Grandiose » manifestation contre Poutine à Berlin. Les Allemands qui se seront laissé docilement écraser et asservir par la dictature de l’hygiène (comme du reste les Français et les autres) manifestent maintenant non pas contre leurs vrais tortionnaires mais contre Vladimir Poutine. Pitoyable.

Comme disait Lavoisier (mathématicien français guillotiné pendant la Révolution française), dans la nature rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme. Ainsi la mise en esclavage de l’humanité sous le prétexte d’une pandémie imaginaire a bien évidemment généré une immense quantité de haine dans le cœur des hommes, et cela est bien compréhensible. Il y a eu trop de sang versé (doublement de la famine sur terre, suicides en cascades, millions de personnes âgées mourant seules dans les hôpitaux, centaines de millions de vies brisées pour faillite économique, humiliation « pour tous » avec le masque de soumission et la vaccination obligatoire réservée normalement au bétail…).

Oui, cette haine accumulée est maintenant telle qu’il va bien falloir d’une façon ou d’une autre crever l’abcès. Cela semble inévitable. Or, comme le montre l’histoire, « crever l’abcès » signifie faire payer tôt ou tard les tyrans, oui, faire payer les responsables. Pensons, pour ne citer qu’un exemple, à l’horrible fin de Mussolini (pendu par les pieds avec les yeux crevés). Bien évidemment, les criminels à l’origine cette manipulation satanique des peuples qu’aura été la sinistre farce du covid-19 en sont parfaitement conscients. C’est pourquoi, à un moment où même les plus imbéciles d’entre nous commencent à réaliser que le corona était en réalité du gros pipeau, il était pour eux (les apparatchiks) si important de trouver un moyen pour contrôler et orienter la soif de vengeance des individus et des peuples en leur donnant « à manger » des personnes « diabolisables ». Or, parmi ces personnes, nous trouvons bien sûr, pour ainsi dire « comme sur un plateau », Vladimir Poutine (d’autant plus qu’il est le seul chef d’État d’une grande nation à s’opposer au mariage contre-nature, outrecuidance qui aujourd’hui est insupportable pour les démons qui nous gouvernent).

Bien comprise, la « bouc-émissairisation » de Poutine a donc pour but de canaliser la haine des esclaves écrasés par deux ans de fake news corona, afin qu’ils ne leur viennent pas à l’idée de faire payer leurs vrais tortionnaires, c’est-à-dire les scélérats de l’establishment mondial et leurs « bobonnes à tout faire » que sont nos présidents interchangeables, journalistes, philosophes et, il faut bien le dire, une grande partie du corps médical, pharmaciens inclus.

Sur le phénomène de l’utilité du bouc émissaire, je renvoie bien sûr aux livres du grand René Girard.

Jean-Pierre Aussant