1

Poutine, ni isolé, ni bunkerisé, s’exprime devant 100 000 Russes

En ce 18 mars 2022, la Russie célèbre le 8e anniversaire de l’annexion de la Crimée, en organisant une immense fête au stade moscovite de Loujniki, où les Bleus ont été sacrés champions du monde en 2018. Images retransmises sur BFM TV.

Au 23e jour de guerre, alors que toute la presse occidentale et les fins stratèges de plateaux TV nous rabâchent que l’armée russe est enlisée et que le maître du Kremlin se terre dans son bunker, toujours plus isolé, c’est un Vladimir Poutine en personne que l’on voit débarquer en pleine forme, devant un stade de 100 000 personnes, qui n’ont vraiment pas l’air d’être hostiles à leur président.

C’est vraiment la presse du n’importe quoi.

Une fois de plus les Occidentaux à la botte de Biden prennent leurs désirs pour des réalités. Il n’y aura pas de révolution pour renverser le maître du Kremlin, puisque 73 % des Russes soutiennent leurs soldats. Soldats auxquels Poutine rend hommage pour leur héroïsme.

“Je fais tout pour notre peuple”, a-t-il souligné sur scène, saluant le courage des forces russes.

Rappelant que soldats russes et forces du Donbass se battent ensemble, Poutine a affirmé : « Nous allons réaliser tous nos plans ».

Puis le président de la Fédération de Russie a réitéré la thèse d’un génocide commis par les forces ukrainiennes dans le Donbass, justifiant « l’opération militaire » en cours. Un pouvoir ukrainien « nationaliste » et « nazi ».

« Il y a eu un pilonnage constant dans cette région depuis 2014. Cela représente un véritable génocide », a déclaré le maître du Kremlin.

Derrière le président russe s’affichait une banderole, indiquant “non au nazisme”.

Puis la transmission du discours de Poutine s’est brutalement arrêtée.

En attendant, voici le dernier bilan des opérations.

https://youtu.be/qYJq5gyvijI

Contrairement à toutes les niaiseries entendues sur les ondes, l’armée ukrainienne est totalement désarticulée, encerclée et sans aucune capacité de contre-attaque.

Les milices néo-nazies retranchées dans les villes résistent désespérément, car elles savent que Poutine ne leur fera aucun cadeau pour les crimes de guerre commis depuis 8 ans dans le Donbass contre les populations pro-russes.

Drapeau nazi et drapeau de l’Otan  côte-à-côte, l’Amérique complice.

Rappelons que ces groupes nazis ont été entraînés et armés par les Américains, qui refusent de reconnaître qu’il y a bien des nazis qui combattent au sein de l’armée ukrainienne, comme le régiment Azov. La preuve en images.

https://odysee.com/@Vivresainement:f/ukraine:ec

Poutine ne souhaitant pas raser les villes ukrainiennes et faire de Kiev un nouveau Grozny, il va de soi que les combats peuvent encore durer deux ou trois semaines, selon les plans russes.

Rappelons qu’il a fallu un mois aux Américains pour arriver jusqu’à Bagdad et 78 jours de bombardements intenses de l’Otan pour faire plier la petite Serbie. Par conséquent, il n’y pas l’ombre d’un enlisement. Les Occidentaux mentent et entretiennent la guerre pour affaiblir la Russie.

Il est assez sidérant d’entendre les stratèges américains parler d’enlisement dès le 15e jour des hostilités, alors que la puissante armée américaine s’est enlisée pendant 20 ans en Afghanistan, pour finalement  capituler devant 50 000 va-nu-pieds armés de kalachnikovs.

Un peu de réalisme ne ferait pas de mal chez nos fins stratèges des plateaux TV. Prendre Poutine et les généraux russes pour des idiots, alors que les Occidentaux cumulent fiascos sur fiascos, relève de l’irresponsabilité la plus totale.

Jacques Guillemain