Poutine philosophe, l’imperium

Poutinegeneral.jpg

La race, alpha et oméga rassurant et étouffant du wokiste, partage la même évidence immédiate avec la jouissance chérie du bobo, et l’immédiateté aussi simplette de la Nature. Alors ne vous étonnez pas que benêt biobio bobo soit racialiste, écolo et branleur du Caddie tout à la fois. Cohn le tripoté est vert, multiakultiste et prébendier urocrate au jouir sans entrave du Capital. Hegel l’a dit en son temps, parlant des romantiques naturalistes et des libertins, même veine de la pensée de l’immédiateté.

L’empire anglais ne se préoccupait pas de donner, comme le faisait l’empire romain, un imperium transcendant les différences claniques, seul lui importait d’encaisser les impôts et de dominer par la force militaire, et non par l’esprit. Ainsi fait de même Cosmopolis, l’idéologie multiculturaliste occidentale, c’est dominer les tribus de l’Archipel de Fourquet juste par le Caddie et quelques pensées naturelles débiles (Bamby où Gaïa) pour les bobos qui se voudraient intellectuels (vivisection des arbres de Noël, la puce votre colocataire etc.)

Les mœurs communes qui transcendent l’ethnie, ethnos, les Grecs l’appelaient hexis, les Romains habitus.

« L’âme individuelle soupçonne à peine tout ce qui entre en elle de vie sociale, par les oreilles et par les yeux, par les habitudes collectives, par la communauté du langage, du travail et des fêtes, par les tours de pensée et de passions communs à tous les individus d’un même groupe… » Jaurès, l’armée nouvelle

Ainsi « aux pauvres ne reste que la nation », rajoute-t-il. Et comme le Capital national enlevait au prolétaire de Marx sa nation qu’il devait reconquérir (« les prolétaires n’ont pas [plus] de patrie »), la Cosmopolis capitaliste multiakulti occidentale a carrément détruit celles des souchiens, qu’ils ne retrouveront donc probablement jamais.
Pour Hegel l’État incarne et garantit donc une forme de vie : « la liberté n’est possible que dans un peuple ayant l’unité juridique d’un État ». Et l’État d’un troupeau arlequin devient artificiel : c’est l’urocrassie technocratique désincarnée.
Si la démocratie existe par le gouvernement du peuple pour le peuple, de soi pour soi, elle ne peut exister que si le sujet, le peuple, existe. Un d’une manière où d’une autre (par les mœurs, l’histoire notamment) ; à dire aux lotocrasses chouardinistes, ça n’a rien à voir avec un papier-cul constitutionnel où le RIC.

Alors détruire l’Un du peuple c’est détruire l’État « par le peuple pour le peuple », ennemi trop puissant de l’oligarchie. Quand Warren Buffet affirme :

« Il y a une guerre de classes, c’est un fait, mais c’est ma classe, la classe des riches qui la mène, et nous sommes en train de la gagner. »

Il aurait pu ajouter, « en purinant les peuples », en multipliant les tensions ethniques, en ramenant l’individu vers lui-même, sans solidarité car au milieu d’Autres. Et cette classe est un vrai Kominterm occidental. Des ethnies non politiquement organisées, un empire à l’anglaise, sous mandat oligarchique, le rêve de Soros.

« Tuer le holisme autoritaire du Blanc », la formule des conférences de Macy, résume tout.

https://dailymotion.com/video/xdvnx8 ..
https://www.youtu.be/Dbbh9aymEx4?t=271
Extrait du documentaire Arte « Das Netz »

La boucle est bouclée, en dessous du cadavre de la nation, c’est l’arlequin racialo-civilisationnel, au dessus c’est Cosmopolis féodale des super-riches.

Mais scier les branches holistes qui ont fait la puissance des nations occidentales est pour les vraies nations, Chine, Inde, Russie, suicidaire,.


Ces grandes nations restées elles-mêmes choisissent donc de garder un imperium transcendant. Pour Poutine il est très lié à l’Histoire, c’est ce qui déconcerte nos journalopes et mimes politiques sur les plateaux merdiatiques. L’histoire bolchevique, la grande guerre patriotique, l’invasion polonaise du Temps de troubles au XVIIe siècle, il les vit comme un contemporain. Z cite souvent la même chose à propos de De Gaulle de l’ancien monde occidental. Alors que la mémoire de notre Sissy des Caraïbes boobalandaise est bien plus courte, et très soucieuse de respecter la bien-pensance cosmopolitaine masochiste boboiste nouvelle : chier sur la France moisie dès qu’on va en Afrique en résumé. Au contraire Poutine affirme :

« Nul n’a le droit de tenir la Russie coupable des grandes épurations menées par Staline. Il est vrai que notre histoire a connu des périodes terribles, que nous devons nous rappeler. Personne ne peut cependant en tenir la Russie actuelle pour responsable et chercher à la culpabiliser. »

Et il est donc fier même de l’histoire soviétique.

Comme répète à loisir Z, la nation exige l’assimilation, dépasser son appartenance raciale et religieuse par des mœurs à la française, et donc ça sous-entend une bonne volonté que nos colons arabes n’ont pas pour la plupart, car méprisant dorénavant le Boobaland comme un pays de dégénérés glands remplacés sans même se battre, pédérasto-gouino décadents, de mauviettes à voler où droguer etc. Et nos Nain, Flamby où Sissy, administrateurs coloniaux mondialistes, n’ont évidement ni la volonté et fermeté pour l’imposer.

Mais de part la grande géographie de la Russie, assemblage de territoires aux peuples déjà différents, sa tradition d’empire multinational, de larges concessions d’autonomies civilisationnelles y sont admissibles, alors qu’impossible à l’ex-nation Boobaland qui cède ses morceaux de cadavre aux colons. Et de part le régime des plus viril, loin de Sissy des Caraïbes amourachée de dealers, l’État tsariste très « orthodoxe » a pu se permettre de laisser leurs religions aux peuples conquis, à commencer par les musulmans (à noter que l’islam est arrivé avant le christianisme en « Russie », par la Volga. Islam russe actuel, jadidisme, très édulcoré). De plus la religion orthodoxe tend vers une sorte d’ « ethnocentrisme spirituel », à une admiration des diverses communautés particulières créations divines, contre l’universalisme paulinien. Tant qu’elles restent chez elles, pas dénaturées… C’est le quiproquo entre le multiculturalisme occidental du melting-potes purinant, et l’État-civilisation radieux et spirituel dont Poutine est si fier.

« Nous devons bâtir notre avenir sur des fondations solides, et ces fondations sont le patriotisme. C’est le respect de son histoire, de ses traditions, des valeurs spirituelles de nos peuples, de notre histoire millénaire et de l’expérience unique de cohabitation de centaines de peuples et de langues sur le territoire de la Russie. »

« Chez nous les musulmans sont russes » peut-il ainsi affirmer, formule incompréhensible à un boobalandais. De plus il y a sous-entendu la prééminence du grand Russe… faut pas déconner quand même… Et je ne vous parle pas de l’évangélisme américain et autre judéo-protestantismes pas compatibles avec cet imperium orthodoxe russe, donc réprimés.
On pourrait appeler cette vision un multi-nationalisme enraciné dans l’empire, une arme spirituelle de puissance très loin du morcellement de nos colonies mondialistes de Cosmopolis vénérant la branlette consumériste.

Comme l’empire américain reposait sur un credo wasp-protestant/libéral-entrepreneurial, qu’il perd dans l’invasion migratoire hispano-catholique, il y a aussi en Russie une sorte d’égalitarisme hiérarchique rousseauiste : le Russe accepte l’oligarque économique s’il travaille dans l’intérêt de l’État. Aussi ne pas s’étonner des fameuses vidéos où le tsar remet à sa place le gros capitaliste qui veut licencier, ou le conseiller qui ne sait pas ce qu’il dit. Et Z aime citer Staline et ses ministres en beuverie où de Gaulle est invité, mais gare à celui qui ne fait pas bien son boulot… Le passage de Khrouchtchev avec ses commissaires politiques, qu’il dit gavés au caviar mais qui risquent de mal finir s’il ne trouvent pas une solution, du film Stalingrad.

Bref, le Politique, défense de l’intérêt commun, le super-riche à sa botte, fait accepter les inégalités et le pouvoir fort. Alors qu’au contraire dans Cosmopolis, les mimes politiques sont le petit sérail privé de l’oligarchie, et ainsi bonniche de la caste crasse est méprisé par le peuple des glands remplacés, plus qu’une pute même, car cette dernière ne fait pas semblant d’être une sainte ni-touche intègre. Pour compliquer inutilement le CT, Dekra va juste s’en payer quelques-unes au bordel de Bruxelles. Chez Xi où Poutine il finirait au goulag.

Joh Fredersen


image_pdfimage_print

1 Commentaire

  1. les russes ne veulent pas mourir, ni du wokisme ni des lgbt ni de l’islamisme !voilà pourquoi les ricains veulent les éradiquer

Les commentaires sont fermés.