1

Poutine reconnaît les Républiques sécessionnistes du Donbass

***

Ce lundi 21 février, Vladimir Poutine a reconnu les Républiques sécessionnistes de Luhansk et de Donetsk

***

Le 26 août 2008, la Russie avait déjà fait échec et mat à l’Otan, aux USA et à l’UE, en reconnaissant officiellement l’indépendance de l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie, deux provinces séparatistes de la Géorgie, se déclarant prête « à assurer la sécurité de ces deux États ». Le 21 janvier 2021, la CEDH dénonçait de prétendues violations des droits de l’Homme, dont se serait rendue coupable la Russie, alors même que ce conflit avait été sciemment attisé par les Etats-Unis et leurs valets européens.

***

Dans son allocution de ce 21 février, Vladimir Poutine dénonce la politique de « containment » poursuivie par les Occidentaux après l’effondrement de l’URSS en 1990. Il pointe à nouveau du doigt la corruption qui règne au sein du gouvernement ukrainien et rappelle que les actuelles frontières de l’Ukraine sont une construction totalement artificielle datant de l’ère soviétique.

A l’issue de son intervention, le président Poutine annonce que son pays reconnaît officiellement les deux Républiques sécessionnistes du Donbass.

Quelques heures plus tard, le maître du Kremlin donne l’ordre à l’Armée russe d’assurer le maintien de la paix dans ses deux nouveaux Etats, pilonnés depuis plusieurs jours par l’armée ukrainienne avec l’aide logistique des Etats-Unis.

Les Etats-Unis, appliquant à la Russie leur propre schéma stratégique (invasion de l’Irak en 2003, destruction la Libye en 2011) espéraient un scénario classique, la Russie envahissant l’Ukraine, ce qui leur aurait donné toute légitimité d’y intervenir militairement.

Fin stratège – et joueur d’échecs émérite – Poutine n’est évidemment pas tombé dans ce piège grossier. La subtilité russe a pour l’instant laissé l’administration Biden sans voix…

On lira avec grand intérêt cet article du Courrier des stratèges sur l’affrontement américano-russe via l’affaire ukrainienne.

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni