Poutou se conduit en négrier avec son unique salariée, noire…

Antoine Boudinet, élu au Conseil Municipal de Bordeaux aux côtés de Philippe Poutou, vient d’annoncer sa démission. Il se « voit plus en militant qu’en homme politique ». Derrière cette explication obscure se cache une tempête dans le marigot de « Bordeaux en lutte ». Il y a du rififi chez les camarades.

POUTOU DÉÇU

Au cours de son premier Conseil Municipal, l’élu  islamo-gauchiste, Philippe Poutou, ex multi-candidat à l’élection Présidentielle sous la casaque du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait fait part de sa déception concernant le montant de son indemnité de conseiller municipal. Moins de 300€ brut par mois! Curieuse réaction de la part d’un communiste ennemi de l’argent. C’est le lot de tous les opposants, à Bordeaux. Les élus majoritaires se partagent les « délégations » avec leurs émoluments consistants, et tous les autres siègent pour 300€. Antoine Boudinet, est logé à la même enseigne. Il doit penser que les contraintes ne valent pas ces 300€. Il a fini par comprendre que l’opposant n’a aucun pouvoir, ni droit sauf celui de subir les railleries de la majorité… de gauche! Dans une interview, le « gilet-jaune gauchiste », a confié ses état d’âme à ce sujet… Celui qui a perdu une main durant une manifestation de gilet jaune à Bordeaux en ramassant une grenade, « trouve assez violent le mépris de classe de la gauche et de la droite »…

UN MANAGEMENT DÉGUEULASSE

Le départ de Boudinet, semble avoir été déclenché par le conflit qui oppose Poutou à l’attachée de groupe. Tout groupe politique du Conseil Municipal a droit à un ou plusieurs employés payés par la collectivité. Ce sont les « attachés de groupe ». Bordeaux en lutte a fait embaucher pour ce poste la première non élue de leur liste de candidats : Myriam Eckert. Aujourd’hui, cette dame est en conflit ouvert avec ses ex-colistiers. Elle dénonce un « management dégueulasse », tandis que Poutou explique, de son côté, qu’il ne veut plus travailler avec elle. Ambiance. L’employée du groupe est en arrêt maladie depuis 2 mois. Un psychiatre a diagnostiqué une dépression sévère… Dans un premier temps Antoine Boudinet s’est déclaré solidaire des élus autour de Poutou. Il est revenu sur cette parole. Il trouve difficile de cautionner un licenciement… « C’est contraire à mes valeurs. » On le comprend !

POUTOU UN PATRON DE CHOC

La position d’employeur révèle le syndicaliste communiste. A peine employeur, Philippe Poutou se lâche. Sa vraie nature fait surface. Celle d’un patron de choc. Pour casser la résistance de son employée, il a eu recours aux méthodes classiques du sale patron : placardisation, absence de missions, réunions de travail programmées sans en informer l’employée etc… une mise mise à l’écart qu’Antoine Boudinet, après réflexion, juge « contraire à ses convictions… » Il veut bien être solidaire du groupe d’élus, mais pas  « si cela est contraire aux valeurs qui ont prévalu à la constitution de notre liste aux élections ». Sollicité par les journalistes très gauchistes du média « Rue 89 Bordeaux», Philippe Poutou a refusé de répondre et promis une conférence de presse… en janvier. Le temps de régler l’affaire, discrètement, en interne ?

AntoineBoudinetantifaBordeaux.png

LE PRIX DE LA TRAHISON

La démission d’Antoine Boudinet n’est pas forcément une bonne nouvelle pour l’attachée de groupe victime d’harcèlement moral. Etant la suivante sur la liste, elle se trouve brusquement élue, et ce titre est incompatible avec le statut d’attaché de groupe. Elle sera démissionnée d’office. La démission met fin automatiquement à son contrat de travail. Elle ne peut être à la fois élue et employée de la collectivité. C’est peut-être le sens de la décision de Boudinet. Nous le saurons en janvier, quand le patron Poutou fera sa conférence de presse, si Boudinet collabore avec Poutou. Nous saurons si cet artifice lui permet d’éviter le licenciement de Myriam Eckert, et la comparution devant le Tribunal des Prud’hommes. Il serait délicieux que ce soit Boudinet, qui remplace l’attachée de groupe sur ce contrat payé 2500€ brut, par mois. Un coquet salaire comme prix de la trahison de ses principes…

François Jay

image_pdfimage_print
18

10 Commentaires

  1. Poutou est un figurant dans ce conseil municipal payé au prorata de ses compétences c.a.d. avec des clopinettes. Encore un stalinien qui s’ignore qui n’applique pas pour lui ce qu’il exige des autres. Lui et ses amis ne sont que des pauvres types.

  2. un excellent exemple du faites ce que je dis pas ce que je fais de la gauche, extrême gauche, écolos qui méprisent l’argent que les autres peuvent gagner mais revendiquent pour eux même!
    n’oubliez pas d’aller voter pour dire votre opinion dans les urnes

  3. Ca ne m’étonne pas. Dans le genre exploitation des salariés, il parait que Mélenchon est fort lui aussi.
    Il fait travailler ses salariés, comme des malades, mais après quand il faut les payer, là……

  4. «[…] l’Irlande envoie son surplus de population vers le marché du travail anglais, et fait baisser ainsi les salaires, et dégrade la condition morale [!!!] et matérielle de la classe ouvrière anglaise.
    Et le plus important de tout! Chaque centre industriel et commercial en Angleterre possède maintenant une classe ouvrière divisée en deux camps hostiles [et oui !!!], les prolétaires anglais et les prolétaires irlandais […] [le prolétaire anglais] nourrit des préjugés religieux, sociaux et nationaux contre le travailleur irlandais. […] le secret de l’impuissance de la classe ouvrière anglaise [souchienne], en dépit de son organisation. C’est le secret grâce auquel la classe capitaliste maintient son pouvoir. Et cette classe en est parfaitement consciente »

    Marx «La situation de la classe laborieuse en Angleterre» 1845

    • Oui, c’ est un constat fait par Marc, qui on fait encore aujourd’hui. La classe capitaliste s »y connaît pour semer la division, et elle a de bons petits soldats pour cela : tous les politicards, y compris maintenant à gauche, les le Pen, Zemmour et consorts.

  5. Mon Dieu!!! Comment ceci est-il possible?… Philippe Poutou est pourtant membre du Camp du Bien! Tous les manichéens bornés de France et de Navarre doivent en perdre leur latin.

  6. J’ai connu en temps qu’employé municipal sous deux mandatures de socialistes le mépris et l’arrogance de ces gens ,en presque totalité issus du corps enseignant ou fonctionnaires .( Travail dans des conditions déplorables,absence de matériel, commandements dignes d’un caporal aigri , non reconnaissance ou reconnaissance d’accident du travail, mépris des arrétés préfectoraux ,aucun respect des conditions de sécurité ) etc etc etc … Quand on sait que LE délégué syndical CFDT était invité aux anniversaires personnels des élus et autres DST ,on a compris!!!!

  7. Poutou est hyper surpris !!! Jamais personne ne s’est plaint de Joseph STALINE. Les cocos ne sont plus ce qu’ils étaient…

  8. il est pour la libre circulation des peuples et l’abolition des frontières, mais pourquoi il reste en France si le systéme ne lui convient pas, il est lmamentable je dirais même arrièré mental profond, mais lui le système fera en sorte qu’il ait ses 500 signatures vu qu’il n’est pas dangereux pour la Mafia en place depuis un demi siècle en France et ainsi le semblant de démoratie français sera sauvé.

  9. Comment ce mec a l argent pour se payer ses campagnes electorales depuis des années ?

Les commentaires sont fermés.