Praud vs Perronne : faut-il brûler Pascal Praud ?

Cette question se rapporte au débat tendu qui a opposé jeudi dernier Pascal Praud et sa bande de bras cassés au professeur Christian Perronne, invité (convoqué ?) par le meneur de jeu dans son émission L’heure des Pros à l’occasion de la récente sortie aux éditions Albin Michel des 33 questions auxquelles ils n’ont toujours pas répondu  :

https://www.dailymotion.com/video/x8fsf4r

(à partir de 50’00 » de la vidéo ci-dessus). La question se pose à la lecture des commentaires que de nombreux lecteurs ont bien voulu faire à l’article que j’ai commis en date du 24 novembre sur cette même émission :

Perronne : + 20% de mortalité pour les vaccinés covid chez les 20-50 ans

Le pauvre Pascal Praud y est dûment étrillé, plus souvent qu’à son tour.

C’est aussi le cas dans l’article ci-dessous de l’ami Jean Sobieski, dans lequel Praud en prend pour son grade, ainsi que dans les commentaires :

Christian Perronne seul face à Pascal Praud et sa meute

Au risque de vous décevoir, chers lecteurs, ma réponse à cette question inquisitoriale sera non ! Pourquoi laisser la vie sauve à l’histrion Praud ? C’est ce que je vais tâcher moyen – comme on dit dans ma bonne ville de Lyon – de vous expliquer dans ce modeste papier.

J’ai parlé de débat alors que l’émission ressemblait à s’y méprendre à un procès stalinien de la grande époque. « Debout camarade Perronne ! Dans ton étron nauséabond, tu écris que, etc. Comment oses-tu, vipère lubrique, chien immonde, détritus humain, élément asocial irrécupérable ?! »  Evidemment, c’était juste un peu moins caricatural quant au vocabulaire, mais le ton y était : ainsi quand le procureur Jakubowicz a affirmé que Perronne fricotait en vérité dans le complotisme le plus crade (« Pardon, mais là, Monsieur (sic) ne frôle pas le complotisme, il est à fond dans le complotisme puisque l’explication qu’il donne c’est : « C’est le lobby pharmacieutique (sic) qui n’a pas voulu d’un produit qui ne coûte rien et qui pouvait marcher, simplement pour pouvoir vendre leur daube ». (…) On est au tréfond, dans l’épure-même, du complotiste »). Une accusation à laquelle Perronne a répondu, avec l’humour discret qui est le sien – discret et malheureusement inefficace étant donné le caractère punching ball parfaitement assumé de l’émission – : « J’assume totalement, donc je suis complotiste ». On imagine Karl Radek répondant au grand accusateur public Vichynski« J’assume totalement, donc je suis une vipère lubrique ». On m’objectera que Perronne ne risquait pas le peloton d’exécution. La raison en est simple, et est donnée par le chef de bande, Pascal Praud soi-même : « Si vous n’aviez pas le CV que vous avez, je ne vous écouterais pas » assène-t-il au Pr Perronne. Les aides-soignants, infirmiers, médecins hospitaliers et pompiers qui ont été suspendus en septembre 2021 pour « complotisme épuré » n’avaient pas le CV de Perronne : à eux en revanche la mort sociale, et parfois la mort tout court.

Et que dire de l’ultime saillie du même Jakubowicz (in cauda venenum…) : « Vous avez convenu tout à l’heure que vous êtes dans cette théorie selon laquelle c’est dans l’intérêt des lobbies, etc., donc le complotisme. Mais là, vous allez une strate plus loin en disant qu’on a volontairement inoculé le virus à la population ». Protestation de Perronne : « Je n’ai pas dit ça ! ». Réplique de Jacubowiz : « Vous dites que vous n’avez pas la preuve que ce ne soit pas le cas ! C’est la théorie des négationnistes ! ». Superbe reductio ad Auschwitzum, mon cher Maître…

Alors, la cause semble entendue : il faut brûler Pascal Praud ? Que nenni ! Et voici pourquoi : à la différence de ses trois petits camarades de jeu, Praud jouait manifestement le rôle du Grand Méchant.

Remarquez bien, d’abord qu’il invite Perronne – ils ne se bousculeront pas au portillon, les animateurs de plateaux-télé qui vont donner la parole à ce pourfendeur de la propagande officielle… –, ensuite qu’il rappelle d’entrée de jeu que le Conseil de l’Ordre des médecins a « blanchi » le professeur, et enfin qu’il le laisse développer à loisir ses arguments, avec ce qu’il faut de quant à soi pour ne pas être accusé par ces messieurs du CSA (devenu « l’Arcom », l’art de bien communiquer ?) de « non-maîtrise de l’antenne », une accusation qui peut valoir à la chaîne quelques dizaines voire centaines de milliers d’euro d’amende.

Dans une autre vie, j’ai été patron d’émission d’une radio – Radio Courtoisie pour ne pas la nommer – et j’invitais des gens dont j’avais tout lieu d’imaginer qu’ils risquaient de tenir à l’antenne des propos pas tout à fait dans le sens du politiquement correct. J’ai ainsi invité à de nombreuses reprises un certain Pierre Cassen, bien connu des services de Riposte Laïque. Avant l’émission, je prenais mon lascar entre quat’z’yeux et lui délivrais un message avec le moins d’équivoque possible : « Si tu dis au micro qu’islam et islamisme, c’est du pareil au même [ce n’est qu’un exemple], je te rétorque recta que tes propos nauséabonds n’engagent que toi, et pas l’honnête radio dont je ne suis qu’un modeste bénévole. D’acc ? ». Je prends cet exemple car la Radio a été condamnée à régler une substantielle amende parce que le patron de l’émission peccamineuse – qui plus est le directeur de la station, à l’époque – n’avait pas réagi à des propos de cet ordre tenus par son invité. Verdict du CSA : « Non-maîtrise de l’antenne = 25.000 euros, payables dans les meilleurs délais ». Que la réponse de mon lascar ait été « D’acc » ou « Pas d’acc », je n’en avais cure : je l’avais prévenu.

Voilà comment ça se passe, chers lecteurs, sur les plateaux-télé ou dans les studios de radio au pays de Voltaire. Ne me dites pas que ce vieux singe de Praud ignore les grimaces qu’il lui fait faire pour ne pas heurter le CSA-devenu-l’Arcom. Je ne doute pas qu’il ait préalablement briefé en ce sens le Pr Perronne. Il le lui rappelle d’ailleurs dès le début de l’émission : « D’abord, vous recevoir n’est pas adhérer à tout ce que vous dites, je le précise. J’ai des questions qui fâchent, elles vont arriver ». On ne saurait être plus clair.

Alors, en mémoire de ces temps anciens et des contorsions que je me trouvais dans l’obligation de faire au micro de la susnommée Radio, permettez-moi de répondre par la négative, chers amis lecteurs, à la question posée dans le titre de cet article.

Remarquons néanmoins que les personnalités invitées dans les médias radio-télé sont, dans leur quasi-totalité, suffisamment politiquement correctes pour qu’il soit superflu de leur rappeler les règles de la bienséance en la matière. De même qu’on n’a en général nul besoin de préciser aux invités de ne pas mettre les pieds sur la table ni de mâcher du chewing gum à l’antenne. Perronne n’est pas une de ces personnalités. Je ne fais pas référence aux pieds ni au chewing gum pour lesquels il possède les codes, mais à son message qui est de la dynamite. Encore merci à Pascal Praud de l’avoir invité, même s’il y a mis les formes jusqu’à en devenir parfois un peu lourd…

Et puis il y a ces deux clins d’œil évident, du genre « Moi, Praud, j’emmerde les censeurs jusqu’à la gauche » :

  • En tout début d’émission :« Le Pr Perronne est sur CNews et nulle part ailleurs. Il n’a pas le droit de parler ailleurs, dans les médias (…) C’est toujours intéressant de recevoir des gens censurées »
  • Alors qu’un des zozos admettait que le vaccin n’empêchait pas la transmission du virus, cette remarque de Praud : « Oui, sauf qu’on s’est tous fait vacciner pour ça ! (…) Moi, j’ai des choses à dire sur le Covid… »
  • « Parlons des effets secondaires maintenant. Là, je ne suis pas médecin, mais j’entends, je vois bien qu’il se passe quelque chose, quand même, avec ce vaccin, je ne suis pas aveugle, ni sourd (…) C’est quoi, votre analyse ? ». Praud laisse Perronne développer pendant plus d’une minute – on est dans le temps long, télévisuellement parlant – avant de l’interrompre par une série de remarques d’une platitude évidemment calculée, qui va dans le sens de ce qu’il avait dit avant de commencer cette partie du débat : « Moi, ce qui m’intéresse, c’est de vous donner la parole, et de vous apporter la contradiction. Mais ce n’est pas une contradiction qui est étayée par des arguments que je peux avoir puisque, par définition, je ne connais rien. Mais j’entends d’autres voix. Bon ». Praud donne entre autres à Perronne l’occasion de lâcher cette bombe : « Regardez en Europe, aux Etats-Unis, ce qui se passe actuellement, depuis qu’on a lancé la campagne vaccinale : 20% d’augmentation de la mortalité dans la tranche d’âge des 20-50 ans ». Et il se paie le luxe de demander à Perronne de répéter se chiffre « parce que c’est très intéressant ». Rien que pour ça, Praud mérite notre indulgence plénière…

Donc, relax pour Praud. En revanche, amis lecteurs, si vous voulez cramer Jaku et ses deux comparses, je vous les laisse volontiers. Ainsi de celui qui a prononcé plusieurs fois « hydrochloroquine » au lieu de « hydroXYchloroquine ». Vous voyez le niveau intellectuel ? Pfff… Et ça prétend jouer dans la même cour qu’une sommité comme Perronne ? Navrant. Une remarque pour clore : finalement, inutile de brûler ces trois zozos, le ridicule les a déjà tués. Vous gâcheriez du bon bois de nos belles forêts françaises pour nada.

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni 

image_pdfimage_print
35
2

45 Commentaires

  1. SUBLIME ARTICLE ! Quelle plume !
    PRAUD s’écoute parler : il coupe la parole sans arrêt à ses invités et il parle, il parle… Il nous soûle de paroles. Finalement, ce n’est pas un débat, c’est le monologue de PRAUD où les invités ne peuvent placer qu’un mot tous les quarts d’heure !
    Pour arriver à placer une phrase entière, je soupçonne les invités de donner un pot de vin à l’animateur avant l’émission. A la fin, tout le monde explose, c’est la foire d’empoignes, la pétaudière ! PERRONNE a bien du mérite pour arriver à se faire entendre !

  2. Praud doit avoir certainement des problèmes qui devraient intéresser de prêt la psychiatrie…….OK, Perronne n’est pas juif, et n’avait pas sa calotte……, mais lui n’a pas vacciné ou laissé vacciner 80% d’israëliens…….et ses réponses sont claires, nettes et précises contrairement à l’autre « plus grand spécialiste »……du génocide covid…….

  3. PP et Tartignolle ( je le nomme comme cela car il m’agace ) sont à dégager !!!!!!

  4. Chacun son avis bien sûr mais est ce qu il faut pourtant  »bruler » ce journaliste parce qu’il n’est pas d’accord avec vous ?
    Il aura quand même abondé assez souvent dans nos idées par le passé pour mériter un peu d’indulgence, non ?

  5. ce journalise s’est « brulé lui même » alors l’affaire est entendue, pas besoin de se salir les mains

  6. J’ai toujours beaucoup de plaisir à suivre ces émissions, mais là, je reconnais que monsieur Praud a été très décevant quant au sujet traité, par lui, et ceux de ses invités bien mal choisis, face à un Pr Perrone devant lequel ils devraient se prosterner, plutôt que de la jouer « gros-bras intellectuels » sur un sujet qu’ils ne maitrisent absolument pas. Dommage !…

  7. Tous ces mecs outranciers qui ne connaissent rien en médecine se. Permettant d’insulter le professeur Perone ; déjà entendu et blanchi par le conseil de l’ordre ! C’est affligeant. A mon avis , le rigolmann de service perdra de l’audience. Et l’autre petit journaleux mignon qui se permet de dire que C’était pour vendre son bouquin .. m’on Dieu ils sont tellement vendus et imbus de leur misérable personne qu’ils Me font gerber. Pauvres types .

  8. Perronne est un excellent scientifique, qui lui ne s’est pas vendu à l’industrie pharmaceutique, mais il est un piètre débatteur. Sachant qu’il était invité sur une chaîne tv il aurait dû exiger de pouvoir y diffuser une ou deux courbes telles que celles exposées régulièrement par les Dr Delepine sur RL.

    • Laquelle ? Celle ou il ‘confond’ pourcentage et effectif ou celle où il compare des populations totalement disproportionnées pour en tirer des ‘conclusions’? La stat pour les nuls mdr

  9. je propose de commencer par mettre une tête au carré à ce personnage arrogant et intellectuellement limité

  10. je ne suis pas si indulgent mr Dubost ; Praud aurait pu inviter autre chose que des crapules comme Jacubowics ….

    • Ce jaku je ne peux pas le voir en peinture. Quand on voit comment il a traité l’affaire du monstre lelandais. Il était convaincu que cette ordure était innocent alors que tout indiquait que c’était l’assassin de la petite Maelys

  11. M. Dubost, je suis tout à fait d’accord avec votre analyse, Pascal Praud a fait le maximum de ce qu’il pouvait faire pour esquiver la sanction du totalitarisme de la censure audiovisuelle.
    Comme dans le film « Section spéciale » de Costa Gavras pendant l’occupation, « dans les circonstances actuelles une condamnation à perpétuité équivaut à un acquittement ».

  12. j’avais l’habitude de regarder cette émission , je suis tellement outré de leur attitude d’attaquer en meute quelqu’un de trop poli et gentil, que je boycotterais ces bouffis d’orgueil et de certitudes

    • oui , moi … cnews de 19 à 20 h …le reste , c’est comme l’afp ou france info ..

      • D’accord SAUF pour Marc MENANT qui se prend chaque soir pour Sarah Bernhard et nous joue ainsi une pièce à sa façon qui me tape sur les nerfs !!!
        D’ailleurs, il n’y a qu’à voir les échanges de regards entre les autres participants pour se rendre compte qu’il est épargné grâce à son grand âge… En plus il ouvre grand sa bouche et nous montre systématiquement ses amygdales ce qui a le don de me couper l’appétit lorsque je me mets à table. Uno vero cazzo !

  13. Praud avait dû titiller le jaja avant l’émission. Du coup, pris de confusion, il a fait du Mouchard.

  14. Praud il faut lui couper sa cravate pour qu’il se taise ? Il provoque pour avoir une reaction, c’est classique ! Mais il y a un autre malade qui n’arrête pas de dire « merci d’être avec nous » « soyez la » « restez sur cnews »c’est Desarbres ! Quel pisse-vinaigre ce type, tout le temps en train de maté les roberts de miss météo ! P…..

    • « tout le temps en train de mater les roberts de miss météo »..
      on ne peut empecher à quelqu’un de reconnaitre la beauté

      • Un homme ça se retient.Pas un potache, qui devrait peut être se taper un rassis avant l.a prise d.antenne(!) avec un exemplaire de Paris-Hollywood…

    • Et toujours en train d’appeler le général clairmont de plateau, qui vomit sur Poutine « mon général ». Il est militaire sous ses ordres Desarbres ? C’est pas son général ! Moi, ce serait monsieur et encore !

  15. Pourquoi Praud a invité hier un soi disant immunologue mondialement connu (ah? Jamais vu !) Visiblement macronard. Qui n’a pas remis les pendules à l’heure au sujet du pseudo vaccin !!

  16. Conclusion …..c’est « l’ARCOM » qu’il faut bruler !
    Quant à Praud , ondoyant et visqueux , bateleur de foire , Dieu reconnaitra les siens …puisque ce « saint homme de chat » « bien fourré gros et gras » revendique régulièrement son « catholicisme » . Peut-être fera t-il miséricorde à Praud s’il se repent car dans la caste journalistique , dans un triste état , il est loin d’être le pire

  17. Je reconnais que Pascal Praud est parfois, trop souvent même, décevant, quand il se montre arrogant et même franchement désagréable, à la limite du mépris, avec ses invités. Mais le « brûler », non. Personne n’est obligé de regarder son émission. Ceux qui ne le supportent plus n’ont qu’à s’abstenir.
    C’est malgré tout dommage car certains de ses chroniqueurs et invités sont des gens très intéressants. Je ne parle évidemment pas des exaspérants Laurent Mouchard alias Joffrin ni de Jakubowicz ni du grand escogriffe échevelé Verdez qu’on ne voit plus, dieu merci.
    Parfois aussi, Praud dit des choses sympas. Alors mon avis à son sujet reste mitigé mais positif.

  18. Monsieur Dubost,
    Aurais-je mal compris ou seriez-vous en train de nous expliquer que les débats de TV s’apparent plus à des numéros de cirque qu’à de vrais échanges intellectuellement honnêtes ?

  19. Praud veut à la fois jouer le faux mécène de ceux que la censure a bannis du monde policé,tout en se faisant le porte-parole des juges et procureurs de cette sphère médiatique au discours convenu.
    Le cul constamment entre deux chaises mais fidèle à ceux qui le nourrrissent,il mordille les pieds des invités considérés comme infréquentables,tel un roquet,mais en prétendant représenter,à tort ou à raison,l’un des derniers piliers de la liberté d’expression.
    C’est pourquoi j’aime à dire que son éternel préservatif sur la langue est un gage de soumission aux policiers de la pensée.

  20. Praud est une merde de sportif qui ne respecte que les grandes gueules. Il veut rester le chef de sa petite basse-cour et n’hésite jamais à couper la parole à l’invité qui prend de la hauteur sur lui. Tandis que les vrais dresseurs de tigres se font ruiner et condamner, le petit père Praud poursuit son cirque tous les soirs. Enfin, paraît-il, car je ne suis plus cette émission depuis longtemps.

    • 100% d’accord: Praud n’est qu’un petit journaliste dit sportif de rien du tout qu’ON a fait monter en épingle à Cnews (horrible acronyme !) et qui se fout totalement de ses « invités » pour faire son beurre (son « buzz »). A mettre au ban et pas de relaxE (avec un e) pour ce c……

  21. Faites comme moi, ne regardez pas ces chaînes de télé qui ne savent que mentir et faire de la propagande pour macron et sa clique.

    • Sauf que BERCOFF ne joue pas dans la même catégorie que Prout (oups, cela m’a échappé) correction : PRAUD.

      • berkoff a un grand mérite, il invite des gens que les autres ignorent , il laisse parler, même et surtout quand il n’est pas d’accord, il le dit mais sans se montrer arrogant , sur de lui et dominateur

    • @ Salomon, merci pour la vidéo, sud radio avec Bercoff ,au moins le pr Peronne a pu s’exprimer sans qu’on lui coupe la parole ,c’était un autre niveau que sur cnews avec Praud et sa clique .

  22. C’est vraiment intéressant d’avoir l’avis éclairé d’un professionnel, merci.

    D’autant plus que cniouzes est dans le viseur, c’est à peu près la seule chaîne tv franconnaise où il y a une pseudo pluralité d’opinions.

  23. Perso, je n’ai pas vraiment reçue cette interview comme vous la décrivez Henri ! J’en suis à des années lumière. Le 48ème degré : J’ai du mal !

  24. Au bûcher comme les autres de sa race. Un covidiste qui joue au chaud et au froid pour ratisser large en essayant de plaire à tout le monde . Je suis pas dupe, un trou du cul ça sent toujours la merde.

Les commentaires sont fermés.