Le premier charnier de l’Etat islamique découvert à Palmyre

av char

Dans une rue de Palmyre, après la libération de la ville par les forces Syriennes, un premier charnier

Palmyre humiliée,  Palmyre martyrisée par les terroristes islamiques de Daech,  Palmyre libérée par les forces Syriennes. Après la reprise de Palmyre par les forces gouvernementales syriennes, le 27 mars, à l’organisation Etat islamique (EI) qui a occupé la ville pendant près d’un an, l’heure est aux découvertes des premiers charniers, avec 280 cadavres dignes des camps de concentrations nazis, du massacre des harkis en 1962 en Algérie, du goulag de Staline ou des camps de la mort Khmers Rouges de Pol Pot au Cambodge, avec des scénaris tout aussi macabres. Le quotidien Le Monde relaie l’info en oubliant de poser une question « Qui a massivement armé le mouvement Al Nostra, faux nez de Daech en Syrie ? ». Réponse : « La France de François Hollande et de Papy Le Drian ! ». Sans cette aide militaire de la France (https://ripostelaique.com/pays-a-pete-plombs.html), Palmyre ne serait jamais tombée aux mains de Daech, comme le souligne avec courage Lamia Chakkour (lire aussi https://ripostelaique.com/comment-lambassadrice-de-bachar-a-ridiculise-les-bras-casses-hollande-fabius.html ).

 av charniersLes combattants Kurdes avaient déjà découvert plusieurs charniers en Irak dans les zones tenues par Daech.

Dans la guerre face à Daech et à l’Etat islamique, trois symboles resteront à jamais gravés dans les livres d’histoire : la chute de Palmyre et les charniers de civils que l’armée syrienne annonc ce samedi 2 avril avoir mis au jour ; les massacres au cœur de Paris (lire https://ripostelaique.com/exclusif-massacres-terroristes-dus-a-faillite-renseignement.html ) et les sacrifices d’une jeune cheffe de guerre  Reem Hassan, abandonnée sur le terrain avec sa colonne de combattantes alors que la France et les USA lui avaient promis un soutien aérien (lire https://ripostelaique.com/exclusif-la-jeanne-darc-kurde-reem-hassan-est-tombee-en-heros-face-a-daech.html), comme dans l’épisode du Commandant Massoud en Afghanistan ou des harkis en Algérie. av charnUne partie de la population a été massacrée par l’Etat Islamique.

Durant la journée du 2 avril, ce fut d’abord la découverte d’un charnier contenant les corps de 42 personnes exécutées par l’organisation djihadiste de l’Etat Islamique (les Ex Al Nostra armés par la France de Hollande). « L’armée a découvert un charnier comprenant les restes humains de 24 civils, dont trois enfants, et de 18 militaires », a précisé une source gouvernementale Syrienne. Leurs dépouilles « ont été transportées à l’hôpital militaire de Homs et certaines ont été identifiées ».

Une information confirmée par l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), qui n’a aucune sympathie pour le régime de Bassar El Assad et qui estime qu’il s’agit de dépouilles d’officiers et de membres de leurs familles exécutés par l’EI, entré dans la ville en mai 2015. Le 4 juillet 2015, l’Etat islamique avait par ailleurs filmé et diffusé une vidéo montrant 25 soldats du régime syrien mis à mort par des adolescents dans l’amphithéâtre de la cité antique ; une exécution qui se serait déroulée peu après la prise de la ville, le 21 mai 2015.

« L’EI a exécuté en totalité au moins 280 personnes durant son occupation de Palmyre », estime l’OSDH. Si près de 150 victimes étaient des membres de l’armée, des miliciens et des agents du régime syrien, abattus durant la progression de l’EI vers la ville ou dans les heures et les jours suivant la déroute finale, à l’époque des forces loyalistes, les autres victimes seraient des civils, notamment  Khaled al-Asaad, expert de renommée mondiale du monde antique. Khaled Assaad, âgé de 82 ans, l’ex-directeur du site archéologique, décapité le 18 août, et dont le corps avait été exposé en pleine rue. A l’époque, rares sont les médias qui ont dénoncé le génocide (Lire aussi :   Dans Palmyre contrôlée par l’EI, « l’épuration a commencé » ).

Près d’une semaine après la reconquête de la ville symbole, la population de Palmyre, qui a fui les combats des dernières semaines, n’est toujours pas revenue par crainte des mines disséminées par l’EI, ou du fait des importantes destructions causées par les combats et les bombardements. Estimée à 70 000 personnes avant la guerre, la population de Palmyre était tombée à 15 000 habitants durant l’occupation de la ville par l’EI.

La cité antique, Patrimoine mondial de l’humanité, a par ailleurs subi de sérieuses dégradations, certaines parties ayant été dynamitées par les djihadistes. Le 21 juin 2015, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) annonce que les djihadistes de l’État Islamique ont miné le site. Fin juin 2015, les djihadistes détruisent la statue du Lion d’Athéna pièce unique de trois mètres de haut qui avait été découverte en 1977 par une mission archéologique polonaise. Le 18 août 2015, l’ancien directeur des Antiquités de Palmyre, Khaled al-Asaad, expert de renommée mondiale du monde antique, est décapité par les hommes de Daech. La destruction de vestiges imposants démarre fin aout 2015 avec le temple de Baalshamin, celui de Baal, puis sept tours funéraires, dont trois qui étaient particulièrement bien conservées. L’Arc triomphal et des colonnes, vestiges pourtant non reliés au culte, sont détruits en octobre 2015.

Les dirigeants Français ne sont pas sortis de leur mutisme pour condamner « ces charniers de masse ». Probablement parce que les victimes appartiennent au camp de Bassar El Assad. probablement aussi parce que Hollande se sent toujours humilié. Après la « baffe » de mai 2012, infligée à Hollande et à Fabius par l’ambassadrice de Syrie à Paris, François Hollande veut toujours la peau de Bachar El Assad, dernier rempart contre DAECH. Incroyable, mais vrai !

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

image_pdf
0
0

12 Commentaires

  1. Al Nostra  » fait du bon boulot  » d’après Fabius. Les autres approuvent par leur mutisme hypocrite. On va trouver des charniers dans chaque endroit où sont passés ces barbares musulmans.

    • J’allais dire exactement pareil.

      Le jour arrivera où ces tristes sires seront condamnés pour complicité de crimes contre l’Humanité.

      Mais avant cela, ce qui va se passer sur le sol français prochainement sera totalement inédit, explosif et dramatique :
      C’est la premier fois dans l’histoire que des élites corrompues détruisent des pays souverains afin faire main basse sur les richesses énergétiques avant de faire venir les occupants agressés ainsi que les terroristes agresseurs en tant que « migrants » ;

      Agressés et agresseurs pourraient méchamment se retourner contre les gentils français décérébrés qui ont cru devoir voter pour les pilleurs de l’Irak et de la Syrie…

      • Quand vous parlez des occupants agressés, vous parlez des irakiens ? Ceux qui ont combattus contre les iraniens pendant près de 8 ans ? M’ont pas l’air très agressés… Ou peut être parlez vous des talibans ? Cette peuplade si pacifique qui a interdit musique et loisirs en afghanistan ? De plus sauf erreur de ma part, la France n’a pas participé à la 2e guerre du golfe alors évitez la victimisation fantasmagorique de ces populations. Et pour finir la majorité des Gaulois n’a pas fait main basse sur les richesses énergétiques polluantes et où avez vous vu que les occidentaux ont pillé quoique soit en syrie ? Je sens que votre réponse va me fasciner…

  2. Hollande et le sénile du conseil constitutionnel font sur El Assad la même fixation que les Bush sur Saddam
    Ces types ont des oeillères ou servent des intérêts occultes

  3. Hier ou avant-hier, obam* disait que bientôt, l’E.I. aurait l’arme atomique. Pendant qu’il tenait ses propos, hollandouille était assis à côté de lui, et ne disait rien.
    Quand on sait qu’il a armé les jihadistes…

  4. Comme d’habitude, les gauchiasses sont responsables mais pas coupables.
    Les socialos sont quand même des gens bizarres, plus ils veulent faire le bonheur de l’humanité, et plus ils sèment la mort, les malheurs et l’anéantissement partout dans le monde.
    Et il y a encore quelques imbéciles qui s’obstinent à voter pour ces gens-là !

    La France était une belle poule aux oeufs d’or, les socialopes l’ont tuée et en ont dispersé les morceaux aux quatre vents, au profit de hyènes assassines et d’envahisseurs haineux.

  5. Et pendant ce temps,en France,on lutte contre la radicalisation. On investit sans compter pour des résultats plus que médiocres. En fait,on juge un arbre à ses fruits,même quand on est endoctriné par l’islam. Et les djihadistes en herbe sont plus sensibles aux bombardements contre l’état islamique qu’aux conseils d’experts en désintoxication islamique. Quand on est en guerre comme le dit notre gouvernement,on utilise les grands moyens,comme les Russes. Et les djihadistes ne sont pas tous des candidats au suicide,loin de là.

  6. J’espère que de grandes voix célèbres se feront entendre pour dénoncer ces crimes contre l’humanité parce que, jusqu’à présent, je n’ai pas encore entendu un seul chef de gouvernement ou de parti proclamer le génocide et décider de représailles genre Nuremberg !

  7. Le premier charnier, peut-être, mais pas le dernier.

    La vidéo ci-dessous (censurée par Youtube mais visible dans l’article de Dreuz en date du 4/9/14) illustre la tactique des jihadis en terre conquise, qui consiste à semer une terreur abjecte dans la population civile en tirant sur tout ce qui bouge. La qualité de l’image est médiocre, mais on peut voir jihadis dans une voiture, sur une grand’ route, tirer au hasard sur tous les piétons et les véhicules qui passent, et finir les occupants blessés – le tout sur une musique allègre typiquement musulmane.

    http://www.raymondibrahim.com/islam/graphic-video-islamic-terrorists-executing-civilians/

    Les survivants peuvent remercier M. Obama qui a accéléré le retrait des troupes US d’Iraq aux applaudissements de l’Europe. Lorsque la scène se reproduira dans une rue de Londres, de Paris ou de Bruxelles, peut-être contribuera-t-elle à ouvrir les yeux des adeptes du «pas d’amalgame» et autres balivernes – mais ça n’est pas sûr.

Les commentaires sont fermés.