Premières leçons d’une formidable mobilisation des Français pour soutenir Odette contre le DAL

Publié le 17 juillet 2013 - par - 2 447 vues
Share

Je ne reviendrai pas sur l’historique de l’affaire, tracé dans l’article de Roger Heurtebise.

http://ripostelaique.com/belle-entraide-des-francais-envers-odette-84-ans-chassee-de-son-propre-logement-par-la-milice-du-dal.html

Ce qui me frappe dans cette histoire, c’est la rapidité des événements et leur conclusion heureuse. Qu’on en juge ! C’est le jeudi 11 juillet que la pauvre Odette tente de rejoindre son domicile occupé par des squatters placés là par le DAL qui a violé son domicile. En vacances chez son fils suite à une hospitalisation, elle avait été prévenue par des voisins. C’est le vendredi 12 juillet que Sud-Ouest révèle l’affaire sur son site internet. Alors tout s’emballe, la mobilisation par internet, les interpellations de responsables politiques et administratifs, etc. Et malgré le week-end du 14 juillet, dès le lundi suivant 15 juillet les occupants indélicats sont expulsés par la police de leur occupation illégale et Odette retrouve la jouissance de son logement. Affaire pliée en quatre jours !

Or chacun d’entre nous connaît des histoires de squatters ou de locataires indélicats qu’on met des mois et des mois pour s’en débarrasser. Il faut des décisions de justice que les récalcitrants font traîner, il faut obtenir l’exécution de ces décisions de justice par les forces de l’ordre. Tout cela prend un temps fou et coûte fort cher aux propriétaires lésés.

Comment expliquer que ça s’est passé très vite dans le cas d’Odette ?

Je ne vois qu’une raison. Alors que les propriétaires en butte à des squatters ou des locataires malveillants se retrouvent seuls contre leurs adversaires et la lourdeur administrative où chacun se renvoie la balle, dans l’affaire d’Odette il y a eu immédiatement un vaste élan d’information et de mobilisation.

J’en veux pour preuve les articles sur les sites de réinformation comme fdesouche.com, mais aussi la constitution d’un collectif. Et même de plusieurs qui ont admirablement collaborés au lieu de se concurrencer. Avec pages Facebook à l’appui où nous étions tenus heure par heure de l’avancement du dossier et de la mobilisation de nombreux internautes dans toute la France.

Je ne prendrai comme exemple que Quentin, électricien parisien prêt à se déplacer à Bordeaux et à « se rendre utile » pour aider à remettre en état l’appartement d’Odette à condition qu’on lui trouve un moyen de l’« acheminer » sur place. Immédiatement un appel au covoiturage est lancé, alors qu’une responsable bordelaise du collectif s’engage à héberger Quentin.

Non seulement cette mobilisation fut efficace pour forcer les pouvoirs publics à agir rapidement, mais elle ne s’est pas arrêtée à l’expulsion des squatters illégaux. En effet, le principal collectif appelle à poursuivre le combat, d’abord sur le plan judiciaire pour faire condamner le DAL Bordeaux – et l’avocat Gilbert Collard s’est engagé à défendre Odette gratuitement -, ensuite sur le plan matériel pour soutenir moralement et concrètement Odette et sa famille et pour remettre en état son logement qui doit être dans un triste état après l’occupation de plusieurs semaines par des familles nombreuses.

Un autre point a dû jouer dans l’heureux et rapide dénouement de l’affaire. Plusieurs internautes se sont engagés à aller déloger eux-mêmes les squatters illégaux si les pouvoirs publics n’agissaient pas au plus tôt. Les responsables des collectifs calmaient ces ardeurs militantes et citoyennes, mais n’excluaient pas ce moyen s’il devenait nécessaire pour mettre fin au calvaire d’Odette. Les bonnes âmes peuvent avoir des réserves sur des méthodes physiques, mais n’auraient-elles pas été une réponse proportionnée au coup de force illégal du commando du DAL qui a violé un domicile en fracturant la porte d’entrée ? Toujours est-il que ces menaces de passage à l’acte ont certainement convaincu les autorités à agir rapidement pour ne pas faire de vagues.

On a donc assisté à une formidable mobilisation de Français qui ne se sont pas contentés de rester dans le monde virtuel d’internet, et qui viennent de prouver leur efficacité. Cette entraide spontanée, rapide et aux effets immédiats est exemplaire d’une action citoyenne envers une compatriote en état de fragilité – vu son âge – et de désarroi – vu le préjudice qu’elle a subi.

On disait que les Français étaient individualistes, qu’ils ne se manifestaient que dans les urnes ou par le net. L’affaire de la violation de domicile par le DAL d’un immeuble de la rue Planterose à Bordeaux vient de nous prouver le contraire. Quand on veut, on peut agir. Quand on agit, on obtient des résultats. Quand on est efficace, la peur change de camp et les coupables y regarderont à deux fois à l’avenir.

Combien y a-t-il d’Odette en France, victimes d’une immigration illégale envahissante et des milices genre DAL supplétives du pouvoir politique en place ? On ne le sait pas encore, puisque c’est la première fois qu’une de ces affaires crève le mur médiatique et amène à un élan de solidarité sans précédent. Mais désormais nous connaissons le mode d’emploi : il faut se mobiliser, localement et nationalement, rapidement et concrètement, chaque fois que l’un ou l’une des nôtres est menacé ou victime des dangers que nous dénonçons à longueur d’articles.

C’est ainsi que nous retrouverons une communauté française, forte de ses valeurs et de son unité nationale, qui protège le faible contre le fort, qui défend Odette contre le DAL bras armé de la police politique, qui encourage le prisonnier d’opinion Nicolas contre l’in-justice de Christine Taubira, qui soutient Esteban victime des « antifas » – autre bras armé milicien du pouvoir – et de la manipulation genre Carpentras orchestrée par le ministre de l’Intérieur, qui s’engage aux côtés des victimes d’officines dites « antiracistes » qui se servent qu’à relayer le terrorisme intellectuel d’Etat.

C’est cette France chaleureuse que nous aimons, ce sont des Odette qui pourraient être nos mères ou nos grand-mères que nous accueillons dans un élan de sympathie et de camaraderie qui dépasse tous nos clivages politiques ou philosophiques. Protégeons nos aînées, protégeons nos enfants, protégeons nos frères et sœurs contre l’infâme qui ressurgit sous la forme d’une autocratie molle s’abritant derrière des ligues fascistes chargées de la sale besogne de terrain.

C’est ainsi que nous retrouverons un véritable « vivre ensemble », non pas le melting-pot multiraciste qu’on appelle « multiculturel » et qui prouve chaque jour son échec patent, mais le goût d’une France éternelle et charnelle, grande famille nationale où il fait bon vivre en sécurité sous les auspices de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

Djamila GERARD

P.-S. : Pour suivre l’actualité du comité de soutien à Odette, et participer activement à toutes ses actions, rendez-vous sur la page Facebook https://www.facebook.com/SoutienAOdetteLagrenaudie84Ans

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.