Prénoms français : Eric Zemmour a fait des émules en Islande

Publié le 28 septembre 2016 - par - 7 commentaires - 1 772 vues
Share

ZemmourAristoteComme nous le fait savoir l’excellentissime magazine « l’Express » dirigé par le génial Christophe Barbier (1), les très septentrionaux Islandais ne peuvent prénommer leur progéniture totalement à leur guise, mais doivent choisir dans un panel, certes large, publié par le très officiel Comité des noms.

Ça existe encore, ce genre de truc ? Ben oui.

Et cela, en sus d’une attribution toute particulière du nom « de famille », lequel est en fait le prénom du père suivi de « sson » (pour les garçons).

On peut supposer que ces braves gens, à coup sûr emplis de bon sens, ont prévu le cas des naissances de père inconnu, sous X, ou future PMA.

Mais revenons au principal : le prénom.

Un prénom à choisir obligatoirement dans une liste, cela ne vous dit rien ? Ne vous fait penser à personne ? Et bien, ce dont Eric Zemmour rêve, un petit pays du nord de l’Europe le fait.

Sans pour autant que cela engendre une mise au ban des nations, une dépression nerveuse de l’ONU, une convergence des missiles de l’OTAN ou un blocus, voire un simple embargo ultra-light.

Donc, ça serait pas grave ? Calmos, les gars. Tout dépend de QUI suggère la mesure.

Pour EZ, c’est clair et on le sait: son discours n’est que puanteur méphitique exhalant des remugles nauséeux dont la teneur aussi rance que nauséabonde empeste les latrines des Heures Les Plus Sombres De Notre Histoire.

Bref, en trois mots, ça passe pas.

Alors que sur ce coup, c’est pas EZ mais L’ Islande qui cherche la bagarre.

Rendez-vous compte : un pays de 300.000 habitants largement devant la France à l’indice de développement humain (IDH), où chacun sait comment éviter la consanguinité, qui a pu sortir de l’effroyable crise financière de 2008 parce que n’étant pas, contrairement à la Grèce, sous la coupe de la Commission de Bruxelles, et où chômage et délinquance ne peuvent pas baisser parce que déjà proches de zéro… le crime le plus grave commis là-bas, ce doit être quand Ragnar se soulage derrière un abri-bus en sortant du bistrot.

Bref, l’Islande accumule les provocations.

Et le pire : l’immigration. Presque inexistante, et issue pour l’essentiel de pays voisins.

Ces gens-là, monsieur, recroquepliés sur eux-mêmes et fermés à la différence de la culture par l’enrichissement, eh bien, ce sont des voyous.

Mais, comme le dit l’article de l’Express, cela va changer.

Obsolète, le comité des noms devrait disparaître et avec lui, cette damnée liste.

Ciao Johann Gudmundsson, bonjour Karim Mohamedsson.

O tempora o mores

Jacques Vinent

(1) http://www.lexpress.fr/actualite/monde/en-islande-les-parents-doivent-choisir-un-prenom-autorise-par-l-etat_1833871.html

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
exomil

les islandais sont les seuls à avoir envoyé chier le système bancaire international lors de la crise de 2008 ! l’angleterre est allé jusqu’à les menacer d’une guerre si le peuple ne remboursait pas les banques !!! l’islande a foutu dehors tous ces banquiers de merde responsables de la crise, a refondu son système bancaire et , merci pour eux, s’en est sorti de la crise à une vitesse grand V alors que nous en France, nous la subissons encore malgré les milliards que Sarkozy a distribué à nos banques… tu connais : pile je gagne face tu perds ?… lire la suite

jacksoul

A noter qu’après s’être rendues compte que seule la non-appartenance à l’ U.E avait rendu possible la sortie de crise, les autorités islandaises ont mis fin au processus d’adhésion.

BUTTERWORTH

ah l islande pour mohamed pas gagne dans le pays construisant un grand temple paien et detournant une route afin de ne pas deranger les farfadets sans compter video les geants ou hommes forts islandais

leglandu

Aux bobos qui nous ressortent le classique usé jusqu’à la corde : « heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire », je leur dirai de changer d’ampoule basse consommation.
Plus sérieusement, si il y en a qui veulent prénommer leur enfant momo ou toufika , ils n’ont qu’à le faire en restant au bled.

gabriel zallas

L’EU n’a pas digéré qu’ils aient eu l’outrecuidance de ne pas rembourser leur dette et même… oh, outrage suprême, emprisonné les banquiers voleurs ! Un scandale mon bon monsieur…

Jean-Bernard

Savoureux !

Il vont encore nous pondre un gros mensonge