1

Présenté comme une grosse larve par Loiseau, Mélenchon a le bourdon

Une de mes veilles informatiques, le Journal du Geek, a plaisamment salué l’apparition d’un nouveau jeu vidéo, aux dépens de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon, pris ès qualité de politiciens.

Il s’agit d’un jeu de plateforme rétro inspiré de Super Mario Bros. Lequel n’est pas de ma génération.

Aussitôt alerté, je saisis mon smartphone et pianote le superjambros en question.  

Je vois une figurine dont la coiffure ressemble vaguement à un épouvantail, celle de Nathalie Loiseau. Il faut toucher l’écran pour qu’elle s’anime et saute des obstacles.

Elle en franchit deux et faute d’instructions, percute le troisième et dégringole derrière un mur.

J’attends. Rien. Je recommence au début. Idem ; après deux sauts guidés, Loiseau est hors course.

N’étant pas un habitué de ces jeux, je comprends qu’il faut toucher l’écran à chaque obstacle.

Reprenons.

Je tape sur la dalle, le steeple-chase démarre. Je tape et retape, pan, trop tard. Et pan, trop tôt. Loiseau se cogne la tête en haut sur des fruits et légumes ou des briques. Patatras, elle rechute et doit maintenant avoir plusieurs fractures du crâne et aura tout oublié des heures sombres de son passé.

Le score s’inscrit, je n’y comprends rien.

Plusieurs essais, les yeux commencent à me piquer, je renonce sans avoir vu les insectes du RN et de LFI, la « Marus Popus » et le « Melanrus ».

Pour me consoler de ne pas savoir jouer d’une console, je regarde les captures d’écran de ces deux insectes. De quoi faire des cauchemars.

Ce que je ne saurai pas non plus, c’est si la disgracieuse libellule en mal d’insecticide inscrira la facture de son jeu dans les comptes de campagne de LaREM renaissante.

« Si le parti de Nathalie Loiseau n’a pas communiqué sur le coût d’un tel jeu, qui aura tout de même nécessité deux mois de développement, BFM TV estime un investissement financier entre 5 000 et 10 000 €. 

Pour mener à bien ce projet, la République en marche a préféré externaliser les choses, en faisant appel au studio allemand AdAsGame, spécialisé dans la création de jeux vidéo en HTML5. » source : https://www.journaldugeek.com/2019/05/10/super-jam-bros-nathalie-loiseau-lrem-a-propre-jeu-video/

On n’est jamais trahi que par les siens

Dire que Mélenchon avait toute confiance en Macron !

Les deux demi-dieux étaient chacun de son côté partis à la chasse aux patriotes. Et ces sournois de JPM (jeunes pour Macron), au lieu de réviser leurs cours, ont concocté Super Jam Bros, un jeu vidéo qui fait de lui une grosse larve.

Alors Mélenchon a le bourdon

Comment ose-t-on faire ça à Sa personne sacrée !

Il crie, il crie : « Le jeu a provoqué la réaction indignée de la France Insoumise et pour cause : le chef du parti y est représenté sous la forme d’un gros insecte, le « Melanrus », que la candidate macroniste aux élections européennes doit battre pour accéder au niveau suivant. »

« Le « Super Jam Bros » propose d’aider la candidate de la République en marche aux européennes à remporter les élections. Nathalie Loiseau doit aller récupérer les étoiles du drapeau européen volées par Marine Le Pen et Jean Luc Mélenchon. Ce dernier entre en scène au 4e niveau. Elle doit le battre tout en évitant des roquettes tirées par Matteo Salvini. »  https://www.capital.fr/economie-politique/quand-un-jeu-video-transforme-le-pen-et-melenchon-en-insectes-1337977

Pour jouer, c’est ici  https://superjambros.lesjam.fr

Méluche, comme Loiseau, est amnésique

Eh oui, l’offensé Mélenchon a la mémoire si courte que les Geeks ont cru bon de préciser, de manière assez plaisante :

« Si ce mini-jeu aura eu le mérite de faire parler (un peu) de la campagne de Nathalie Loiseau et de la République en Marche pour les Européennes, ce n’est pas la première fois qu’un politique fait appel à la nostalgie des gamers pour tenter de grappiller quelques voix. En 2017, Jean-Luc Mélenchon dévoilait Fiscal Kombat, un jeu de combat le représentant en pourfendeur des plus riches. » source : https://www.journaldugeek.com/2019/05/10/super-jam-bros-nathalie-loiseau-lrem-a-propre-jeu-video/

Jacques CHASSAING