Présidentielle : pour une enquête approfondie sur chaque candidat

Tout citoyen qui s’est tenu informé des élections présidentielles est aujourd’hui convaincu au moins d’une chose : les dés sont pipés. Même ceux qui n’ont pas encore compris l’énorme manipulation de diabolisation du FN en sont conscients. Je pense qu’il faut s’efforcer de tirer la leçon positive du lamentable exemple de subornation des électeurs que nous donnent les pouvoirs politiques, médiatiques et judiciaires.

La question pourrait se résumer ainsi : faut-il s’indigner du harcèlement juridique et médiatique contre Fillon (ce pourrait être bientôt contre Marine), ou au contraire de l’inertie de la justice et des pouvoirs en place devant la liste impressionnante des soupçons graves à l’encontre de Macron ? Notons au passage que celui-ci arrive aussi à siphonner les soutiens socialistes qui n’hésitent pas à abandonner leur propre candidat, pourtant élu ! C’est leur sens du respect des électeurs.
Je suggère donc que soit définie une règle absolue : tout candidat à l’élection présidentielle sera soumis à une enquête approfondie, à l’image de ce qui est fait vis-à-vis de Fillon à l’heure actuelle. Ce qui signifie de vérifier ses comptes et ceux de ses proches, ses collaborateurs, ses relations et tout particulièrement ses soutiens, ses cadeaux, ses déplacements et rendez-vous, la gestion qu’il a été amené à faire de toute affaire publique, les marchés qu’il a conclus et les frais qu’il a réglés avec de l’argent public, en passant en revue son passé sur une quinzaine d’années. Ainsi pourrions-nous espérer avoir une idée de l’honnêteté de chaque candidat.
Cette règle aurait de nombreux et importants avantages :
Elle éviterait les dénonciations, faites au moment opportun, dans un but évident, à l’encontre de tel ou tel candidat gênant pour certains qui détiennent quelques pouvoirs.
Elle éviterait les fuites en provenance de fonctionnaires ou d’instances gouvernementales en vue précisément de déclencher ces dénonciations.
Elle éviterait l’asymétrie flagrante de traitement médiatique et judiciaire entre divers candidats.
Elle neutraliserait ainsi un des moyens les plus efficaces dont disposent les groupes de pressions qui par leurs actions parviennent à éliminer certains candidats et diriger le vote populaire vers celui de leur choix.
Elle conduirait ceux qui envisagent de prétendre à cette fonction suprême à se montrer très vigilants sur le respect de la déontologie, car il est quasi impossible de tout masquer pendant 15 ans, il y a toujours des traces ou des fuites.
Tous les écarts relevés par ces enquêtes seraient révélés au grand public, sans que puisse être évoqué l’argument actuellement exposé par l’HATVP (la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie publique) qui refuse de fournir les détails sur la déclaration plus que douteuse de patrimoine d’Emmanuel Macron au titre que les fonctionnaires qui doivent faire respecter la transparence sont soumis au secret professionnel ! Ainsi c’est au nom de la transparence que l’on nous masque les informations les plus significatives ! Autrement dit il n’y a aucune transparence vis-à-vis du peuple.
Certains ‘écarts’ seraient définis à l’avance comme étant éliminatoires, les autres étant connus de tous les citoyens, ceux-ci pourraient faire leur choix en connaissance de cause.
Bien entendu il convient de préciser que lesdites enquêtes devraient se faire dans le strict respect de l’objectivité. Pour ce faire, les enquêteurs et juges auraient l’obligation, sous peine de sanctions majeures, de répondre aux demandes d’éclaircissement qui leur seraient adressées, avec possibilité de vérification des données de base par tout citoyen justifiant d’une pétition ayant rassemblé 10 000 signatures en appui de ses questions.
Cette règle pourrait par la suite s’étendre à d’autres postes politiques et aussi de hauts fonctionnaires, ouvrant ainsi progressivement la porte à une moralisation de la vie politique et à des élections moins manipulées donc un peu plus démocratiques.

Raymond Riche

image_pdf
0
0

8 Commentaires

  1. mais Madeleine , ce qui a été trouvé , c’est déjà bien mais n’est pas suivi des faits comme ce fut le cas pour Fillon; il y a des plaintes qui sont en court contre Macron ( date du 15 février tout de même ) sauf que le PNF ne l’instruit pas comme ce fut le cas pour Fillon ..donc bien instrumentalisé dès le lendemain de la parution des articles de journaux . Médiapart n’a pas voulu s’en saisir non plus , et la déclaration de Macron a disparue du site officiel dès que l’affaire a été connue .c’est curieux n’est ce pas ? il y a même une pétition qui circule

  2. Il faut que chacun de nous aille sur le Net pour consulter les journaux étrangers et essayer de cueillir le plus d’informations sur Macron : sa jeunesse, adolescence, pourquoi il ne parle jamais de sa mère. Trouver également des informations sur sa femme, Brigitte.
    S’il y a une bonne cueillette, on va bien s’amuser (chacun son tour !)
    P.S. C’est urgentissime, il nous reste peu de temps.

  3. C’est un beau rêve , mais hélas faut se réveiller , vous croyez pas que tout de ce microcosme va tresser la corde qui va les pendre ?

  4. Extrait màj des droits de l’homme & du citoyen :

    ART. 26.1 Les conditions de présentation d’une pétition ne doivent PAS s’appuyer sur un nombre de signatures minimum qui pourrait être fixé par la loi, mais sur le SUJET de la pétition, d’abord en fonction du NOMBRE d’individus concernés, son URGENCE en fonction des IMPACTS sur la vie, la liberté & les droits du peuple, ou portion du peuple, actuels ou à venir.
    Elle doit également préciser, autant que faire se peut, le nombre de personnes impactées, et son caractère ne peut en AUCUN CAS violer d’une quelconque manière les articles de la présente déclaration ; enfin, les pétitions locales doivent être adressées aux élus locaux, les pétitions régionales aux élus régionaux, et les pétitions nationales aux élus du gouvernement.

  5. Pour cela il faudrait que nous puissions nous débarrasser de la dictature de la bien pensance. Actuellement nous ne sommes pas libres de nous exprimer sans risques. Si Marine ne peut pas être au pouvoir, il y a fort à parier que le courant mondialiste fera fermer les sites de rėinformation. La charia s’est déjà immiscée dans nos textes de loi, c’est très grave. Et ça pourra devenir pire…

    • Mes amis patriotes,
      J’ai entendu le « programme » de hamond : tout le monde a son compte… sauf les papous et les baleine à bosse qu’il a oublié injustement.
      Je retiens qu’il donnera le droit de vote aux « étrangers » c’est à dire aux musulmans de toute obédience : c’est à dire la France Islamique avant la fin de son mandat.
      Il n’est pas un candidat à l’élection présidentielle, il est fou tout simplement. hollande ne lui arrive pas à la cheville.
      Faut dire qu’il avait tellement à dire qu’il a bradé son discours. Il n’avait rien à perdre, l’animal.
      Cordialement.

  6. Bravo R.R! Mais ne seriez-vous pas un idéaliste, vous?
    « Certains ‘écarts’ seraient définis à l’avance comme étant éliminatoires, les autres étant connus de tous les citoyens, ceux-ci pourraient faire leur choix en connaissance de cause. »
    E :t « Pour ce faire, les enquêteurs et juges auraient l’obligation, sous peine de sanctions majeures, de répondre aux demandes d’éclaircissement qui leur seraient adressées, avec possibilité de vérification des données de base par tout citoyen justifiant d’une pétition ayant rassemblé 10 000 signatures en appui de ses questions. »
    Alors,10000 signatures de quidams! Mais y pensez-vous vraiment, lorsque plus de quatre millions de « Français » au minimum ne vont pas voter – même à bulletin secret-!!
    J’approuve vos suggestions, mais ne m’illusionne pas..

Les commentaires sont fermés.