Présidentielles au Brésil : beaucoup de différences avec la France

Finalement, la politique, c’est rigolo.

Sans prendre de grands risques, nous pouvons nous autoriser à penser, concernant la désignation du futur patron du géant sud-américain, qu’une majorité des lecteurs de Riposte Laïque aurait tendance à accorder son suffrage virtuel à Jair Bolsonaro, tenant du titre, face au revenant Luiz Inacio Lula da Silva.

Et bien, mes amis, figurez-vous que le profil sociologique du bolsonarien standard est bien proche, rapporté à nos latitudes, de celui du macroniste lambda. Alors que, pour ce qu’on peut en voir dans ces colonnes, notre cher président ne fait pas exactement l’unanimité.

En effet, QUI vote à droite au Brésil ? Globalement, les nantis, ou s’imaginant l’être. Retraités aisés, commerçants, hommes d’affaires, et plus généralement le monde du capital.
Cela ne vous rappelle rien ni personne ?

Avec cependant une nuance de taille, touchant à la différence de thématiques :
-Pas mal de plébéiens, vulnérables, accorderont leur suffrage au candidat qui a déjà fait une place de choix au volet sécuritaire. Thème dont Macron se tamponne complet.
-Le peuple brésilien, bienheureux sur ce coup, n’a aucune crainte à avoir quant à la préservation de son identité. Zemmour y ferait un bide, sachant que son discours et son attitude, ici unanimement partagés, semblent couler de source.

En transposant de manière (très) schématique, on a :
-Bolsonaro = LREM + LR
-Lula = RN + LFI + PC
Sachant que la mouvance écolo, bien plus pragmatique et conservatrice que de par chez nous, traite les questions sociétales à la portion congrue (Sandrine Rousseau et Aymeric Caron y seraient très malheureux !), leaders et militants se détermineront en fonction de l’attitude et des promesses de candidats, surtout concernant la déforestation en Amazonie et au peu connu mais pourtant fascinant Pantanal.

A ce sujet, nous avons trouvé un article de TF1 contrastant singulièrement avec l’habituel parti pris européen (1) :
Soyons clair : l’écologie, c’est vraiment pas son truc, à Bolso. Mais à son échelle, le très bolivarien Morales a fait bien pire en Bolivie. Et, pour le Brésil lui-même, le record du desmatamento a été battu par un certain Lula, lors de son deuxième mandat.

Oui, la manière dont les voix se répartissent en fonction de la sensibilité des électeurs peut surprendre. Mais gardons à l’esprit que les priorités outre-Atlantique n’ont pas grand-chose à voir avec les nôtres.

Les sondages les plus récents laissent supposer un deuxième tour plus incertain que prévu : tous donnent Lula vainqueur, mais avec des variations importantes d’un institut à l’autre.
En bref, ça va de 51,8/48,2 à 55/45, du plus serré au plus confortable.

Il y a de l’ambiance dans l’air. D’autant que le samedi, veille du deuxième tour, se joue la finale de la Copa Libertadores, l’événement annuel le plus important du sport latino. Et cette finale verra s’affronter le Flamengo et l’Atletico Paranaense, deux clubs… brésiliens !

Gardez la bière au frais.

Jacques Vinent

image_pdfimage_print
5
2

7 Commentaires

  1. Un point commun entre le Brésil et la France, les juges crypto-communistes condamnent leurs ennemis politiques pour des broutilles, mais absolvent leurs amis pour des délits très graves.
    Le « vice de procédure » et « la prescription » quand les dossiers ne s’égarent pas tout simplement, sont leurs armes de prédilection pour imposer leurs vues à la société.
    Ainsi ce Lula condamné à 10 ans de prison pour des malversations, détournements de fonds, corruption à grande échelle et utilisation des services de l’Etat dans son intérêt, libéré aussi sec par un petit juge parce qu’il manque une virgule ou un paraphe dans une pièce de procédure.

  2. Il me semble que le deuxième tour sera remporté par Bolsonaro, une de mes filles vit au Brésil et son ressenti de tous les jours est celui-là ! On verra

  3. Le fait que vous n’habitez pas ici au Brésil vous suivez ce que dit la presse qui ment comme dans tous les pays. Bolsonaro a tout découvert de ce qui s’est passé au premier tour où il aurait du être élu avec au moins 70%. Si les militaires n’étaient pas intervenu Lula aurait été élu au premier tour. C’est une véritable guerre ici ou le Brésil est le seul pays qui tient debout contre le communisme, tout le monde est préoccupé pour le 2º tour mais si Lula vole à nouveau les élections, le pays devra s’arrêter, personne n’en veut, il n’arrive même pas à sortir de chez lui pour aller acheter une baguette.

    • Doux pays ! Un type qui a été condamné en justice et ancien taulard peut se re-présenter à la magistrature suprême sans problème. Effectivement, rien à voir la morale de par nos contrées.

    • « Le fait que vous n’habitez pas ici au Brésil »

      Ca commence mal: Justement, j’y habite.

Les commentaires sont fermés.