Prières de rue à Clichy : une condamnation en trompe-l’œil

Publié le 5 septembre 2018 - par - 18 commentaires - 1 810 vues
Share

L’information a été révélée par Le Parisien, l’union des associations musulmanes de Clichy (UAMC) et son président Mohand Kazed ont été condamnés le 04/09/2018 par le tribunal correctionnel de Nanterre à un total de 10 000 euros d’amende et à verser la somme de 17 000 euros au titre de dommages et intérêts à la ville de Clichy-la-Garenne pour avoir organisé, entre le 24 mars et le 10 novembre 2017, 34 prières de rue sans déclaration préalable à la préfecture. L’avocat de l’association, Me Arié Alimi, a immédiatement annoncé son intention de faire appel.

Prières de rue à Clichy-la-Garenne (2017 – Reuters/Benoit Tessier)

Cette condamnation, qui de prime abord semble apporter une juste réponse judiciaire à plus d’une trentaine d’occupations illégales de la voie publique pendant près de neuf mois sans aucune réaction de l’autorité en charge de faire respecter la loi et l’ordre public (le préfet), est pourtant bien insuffisante au regard du fait qu’elle ne se focalise que sur la déclaration préalable prévue par l’article 431-9 du Code Pénal. Elle sous-entend donc que si les déclarations avaient été faites à la préfecture des Hauts-de-Seine en temps et en heure, ces prières de rue auraient revêtu un caractère licite.

Or, comme l’attestent les nombreuses images et vidéos circulant sur Internet, il y a eu entrave à la circulation, nombre de ces prières se déroulant sur la chaussée, aux heures de pointe, sur la principale artère de la ville, et ce en présence des forces de l’ordre. Pour mémoire, l’entrave à la circulation est un délit prévu et réprimé par l’article L-412-1 du Code de la Route, encore faut-il que ce délit soit constaté, ce qui est le rôle des agents et officiers de police judiciaire.

Pourquoi ne l’ont-ils pas fait ? La réponse est simple : lorsqu’ils sont en unité constituée (en opération de maintien de l’ordre), les policiers et gendarmes perdent leur qualité d’agent ou d’officier de police judiciaire. En l’espèce, seul le préfet ou son représentant pouvait donner l’ordre d’intervenir… ou pas.

Par ailleurs, plusieurs voix ont dénoncé des appels à combattre à mort collectivement les « mécréants » prononcés à l’occasion de ces prières de rue, dont celle d’Aldo Sterone, sans susciter le moindre émoi de la préfecture :

De nombreux internautes avaient été scandalisés (et c’est heureux) par l’inaction des autorités, créant un climat délétère, certains d’entre eux fustigeant les forces de l’ordre, ignorant sans doute leur impossibilité d’agir d’initiative dans ce contexte, comme je l’ai énoncé supra.

Des élus en étaient arrivés à manifester eux-mêmes, écharpe tricolore en bandoulière, pour réclamer la fin de ces prières de rue illégales, toujours sans faire sourciller le préfet des Hauts-de-Seine, à savoir Pierre Soubelet.

Bien décidé à désigner les vrais responsables, je n’ai pas hésité à le qualifier publiquement d’islamo-collabo sur Twitter. Et là, enfin, il a réagi… en déposant plainte contre moi pour « outrage » :

Je serai donc jugé le 08/02/2019 suite à la plainte de celui qui, alors qu’il avait pour prérogative d’éviter que ne se produisent les prières de rues pour lesquelles le tribunal correctionnel de Nanterre vient de condamner les organisateurs, a décidé de ne rien faire. 

Le préfet Pierre Soubelet estimerait-il que la loi ne doit s’appliquer dans toute sa rigueur que dès lors qu’elle est susceptible de servir son seul intérêt ?

Nos lecteurs apprécieront, et la Justice tranchera.

Sébastien JALLAMION

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Rudolph

Total soutien à M. Jallamion ! Bravo pour son courage !

Clamp

Bah, de toute façon, une condamnation sérieuse qui n’oublie aucun chef d’accusation ni aucun coupable envoie directement 10 000 politiciens en prison d’un seul coup. Comme dit Stérone, il y a boîte de Pandore, avec cycle infernal à la clé, plus on concède, plus on nous en demande et plus on s’enfonce, plus la pente est glissante. La Justice est prisonnière de son incurie et de l’état qui l’emploie, et elle ne trouvera jamais la clé.

HIRAM 2

POITIERS 1 AN AVEC SURSIS POUR LES IDENTITAIRES .LES FEMENS A NOTRE DAME 500 E D AMENDE …SEBASTIEN JALLAMION CEST UN FLIC DONC LA JUSTICE L ALLUMERA BIEN SUR …. CAR QUAND ON EST FLIC ON RESTE GENTIMENT DANS LA VOITURE DE POLICE MEME SI DES CHANCES POUR LA FRANCE Y BALANCENT DES COCKTAILS MOLOTOF … ON CRAME ET ON SE TAIT !.. MERCI LES 68TARDS … A QUAND LA LEGION DANS LES QUARTIERS ???? BIENTOT ON L ESPERE

Peg

Excellente vidéo d’Aldo Sterone. En gros ce préfet soutient le meurtre de masse des français. Curieusement, cette attitude de la part d’un membre du gouvernement ne me surprend pas.

DUFAITREZ

Un Préfet ? Je connais bien, n’est qu’une courroie de transmission ! Frappez plus haut !
La Justice, elle, n’est qu’une courroie de trahison.
Afin de préserver la « paix civile », vous serez condamné au bagne !

patphil

la loi ne s’applique qu’aux malpensants en france!

Robert Le Priellec

Il ne faut pas dire « justice » mais « racaille judiciaire ».

BOURGOIN

OUI car quoi qu’ on en dise ILS ONT le Pouvoir ! ! ! Ils sont bien placés pour porter plainte contre le Premier Magistrat du pays si celui-ci cherche à les faire taire ! ! ! ! ! ! !
Le tout c’est d’en avoir encore une paire ! ! ! , . .

Pierre C.

Ce préfet est un traitre, puisqu’il avantage les délinquants au profit des victimes, lesquelles sont condamnée. Vivement la révolution, tout ce beau monde sera mis à la poubelle et balayé par le vent de l’histoire. Et comme je le dis souvent, nous ressortirons certainement des musées les guillotines.

MAUREL

Tous les prefets sont des incapables juste bon a toucher leur fin de mois. Leur symbole des feuilles de chênes sur la casquette pour bien montrer qu’ils sont des glands .

wika

Sébastien, vous nous rappellerez la date, l’heure et l’endroit le moment venu, svp on viendra faire une prière (non musulmane) devant le tribunal, histoire de voir

Jill

Condamnation de pure forme… Les muzzs n’ont
pas demandé l’autorisation de bafouer la loi, ce qui leur aurait éte accordé sans problème. Mais ils n’ont pas de temps à perdre en formalités.

Papy le Portugais

L’occupation illégale de la rue est un délit devant la loi mais pas pou un préfet. La preuve il porte plainte quand on lui fait remarquer. Honte à vous Soubelet.

montecristo

Je ne savais pas que traiter un préfet d’islamo-collabo était un outrage ! Je croyais même qu’ils en étaient fiers ! Mais alors ! … y aurait-il comme une contradiction entre ce qu’ils veulent paraître et ce qu’ils sont réellement ?

Marc

Traiter le préfet Soubelet d’islamo-collabo n’est pas un outrage mais un constat.

Sylvie Danas

Exact

FLEXOGREEN

Mieux, un diagnostique!

Peg

Comme vous, je comprends pas la réaction de ce préfet. En quoi être un islamo-collabo serait-il un outrage? Ils nous font tous les jours la promotion de cette « belle » idéologie, pourquoi n’est-il pas fier d’assumer son choix?