Primaires de la droite et du centre : rupture ou continuité ?

Publié le 1 novembre 2016 - par - 11 commentaires - 660 vues
Share

JuppeSarkoFillonLemaireC’est dans un contexte plutôt délétère et inquiétant non seulement pour l’avenir de la France mais pour la vie quotidienne et concrète des Français que la classe politique se prépare pour l’élection présidentielle de 2017. A droite et au centre, la primaire est à présent lancée. A gauche, notamment chez ceux qui exercent le pouvoir, on s’y prépare mais dans des conditions plutôt délicates en raison notamment de l’effroi et de l’affolement créés par la publication du dernier livre de confidences du président de la République, source de critiques – certaines très virulentes – et de divisions. Pendant ce temps, la situation ne cesse de se dégrader et l’avenir s’assombrit sérieusement car il sera difficile d’échapper, sans sursaut, à cette guerre civile ethnique qui s’annonce en raison de l’aveuglement du pouvoir et de son déni de la réalité.

La primaire de la droite et du centre est donc lancée et les Français devraient, en principe, connaître dès la fin du mois de novembre le nom du prochain président de la République. Car à ce stade de la décomposition programmée du pays où le mène le pouvoir actuel manifestement inconscient du danger et des menaces qui pèsent sur la France et les Français, on ne voit pas comment il pourrait en être autrement. Cette décomposition est le résultat du refus des gouvernants – et d’une partie de la classe politique – de reconnaître officiellement (alors qu’officieusement ils l’admettent) que l’islam, incompatible avec la démocratie mais encensé par certains, a mené au communautarisme, au refus du vivre-ensemble par une partie importante de cette immigration musulmane et aux attentats de masse, prémices d’une guerre intérieure à présent inévitable. Et c’est bien ce sujet capital pour l’avenir de la nation qui doit dominer le débat de cette prochaine élection présidentielle surtout lorsqu’on y ajoute le problème des clandestins de Calais que l’on répartit sur le territoire pendant que d’autres continuent d’arriver en provenance d’Italie et dont l’immense majorité ne sont ni Irakiens ni Syriens. En revanche ils sont adeptes de l’islam qui véhicule une culture de mort.

Cependant, rien ne permet de penser que le candidat qualifié par cette primaire sera le plus capable pour rétablir l’autorité de l’État face au désordre actuel et inverser le cours funeste des choses.

C’est pourquoi les candidats de cette primaire de la droite et du centre doivent être conscients de la fracture qui s’est créée au sein de la société et qui rend possible cette guerre civile ethnique que le prochain président de la République saura ou ne saura pas éviter. Cela dépendra des choix qui seront faits en matière de politique d’immigration, d’intégration et d’assimilation, de volonté pour engager la bataille culturelle qui doit entraîner la refondation de la mission de l’éducation nationale, d’application stricte des lois de la République et de la fin du laisser-faire. C’est de cela dont il est question et qu’ils doivent traiter. Ce serait une erreur, voire une faute majeure de ne pas le faire car il s’agit de l’essentiel qui conditionnera la réussite ou l’échec des projets des candidats.

Cela dit, ce quinquennat finissant confirme bien le caractère nocif des primaires organisées pour l’élection présidentielle. Elles ne correspondent pas à l’esprit de la Vème République et renforcent finalement le déclin des partis politiques qui sont ainsi non seulement rejetés aujourd’hui par les citoyens mais également dépossédés d’une de leurs prérogatives, essentielle, qui consistait jusque là à présenter à la magistrature suprême le chef légitime du parti. De plus, la multiplication des candidatures est source, sinon de guerres fratricides à un moment délicat (quoique…), du moins de combats acharnés portés par des ambitions personnelles dont l’objectif premier est d’exister, avec cependant l’arrière-pensée de peser ensuite dans l’équipe du gagnant en fonction du score obtenu.

Pourtant l’expérience malheureuse de la primaire de la gauche avec la sélection en 2011 du candidat le moins apte – il faut bien le reconnaître – et ses conséquences désastreuses pour la France aurait dû interpeller et questionner les responsables politiques. Car elle s’est traduit par une véritable imposture puisque les électeurs – du moins ceux de gauche – considèrent avoir été trompés. Mais, plus grave, la fonction de président de la République a été dévalorisée et ce sont finalement les institutions qui ont été affaiblies ce qui est regrettable. Et ce bilan a été définitivement discrédité par les révélations ahurissantes du président de la République fournies par le dernier livre de confidences.

Voulant, comme bien souvent, imiter la gauche, la droite commet la même erreur en organisant des primaires car, dans la situation dramatique que traverse le pays, il faut à présent percer l’abcès. Mais cela ne pourra se faire qu’avec le rétablissement d’un État fort et un courage politique résolu pour donner à la France les moyens adaptés pour enrayer l’islamisation criminelle du pays qui le mène à sa perte.

Il semble cependant, si l’on s’en tient aux sondages et aux commentaires des médias, qu’on ne s’achemine pas vers ce résultat dans la mesure où ce dernier sera faussé puisque cette primaire est ouverte. Ce n’est pourtant pas le premier tour de l’élection présidentielle mais la sélection du candidat de la droite et du centre. Et en faisant ce choix d’une primaire ouverte à tous, une seconde erreur, voire une faute est commise. Car aujourd’hui, devant les drames qui se préparent, la France n’a pas besoin d’un président de consensus – l’actuel quinquennat démontre que la recherche obsessionnelle du consensus a conduit au mieux à l’immobilisme – mais d’un président de rupture.

Et cette rupture doit signifier clairement la fin d’un état de faiblesse permanent qui a marqué la gouvernance du pays et a conduit, en fin de compte, à l’instauration d’un état de non-droit qui, de l’aveu même du président actuel, mène avec certitude à la guerre civile ethnique. Car c’est effectivement cela qui s’annonce avec cette islamisation du pays engagée à marche forcée avec la complicité de nos gouvernants. On en voit aujourd’hui les conséquences non seulement avec les attentats qui ont frappé le pays et qui le frapperont encore plus violemment, mais également avec la mise en application d’autres modes opératoires de cet islam conquérant en action qui consiste à engager des bandes de jeunes radicalisés dans des affrontements organisés et programmés contre les policiers, les pompiers, avec la volonté de tuer. Cela se passe dans les territoires perdus de la République dans lesquels règne le droit, non pas celui de la France mais celui de l’islam. Et le plus terrible – et c’est là qu’on constate le résultat du « lavage de cerveau » exercé pendant des années sur la société dans son ensemble par le politiquement correct ou les nouveaux droits de l’homme et relayé par des médias serviles – c’est l’incapacité des policiers et des pompiers qu’on veut tuer à nommer leurs assaillants. Ils évoquent la délinquance urbaine. Même sous l’effet de la colère ils sont, à l’image de leur ministre qui parle de sauvageons, incapables de nommer les assassins.

Cette rupture tant attendue doit provoquer le rétablissement de l’autorité de l’État avec la volonté de respecter la Constitution et de faire appliquer dans toute sa rigueur les lois de la République – c’est cela l’état de droit – sur tout le territoire en exerçant sa puissance, constitutive de l’essence du politique, y compris par la force. Car on ne pourra pas échapper au problème que pose l’islam dont le projet est contraire au bien commun et à l’intérêt de l’État et de la Nation. Alors, si le prochain président de la République, qui sera probablement désigné par la primaire de la droite et du centre, refuse d’admettre que l’islam est incompatible avec la démocratie parce que ce serait accepter la guerre civile, et que donc il refusera d’imposer nos règles à l’islam en France, nul doute que le prochain quinquennat renforcera non seulement cette incompatibilité mais confirmera également la guerre civile, suite logique de la libanisation bien avancée du pays.

Général (2s) Antoine MARTINEZ

Coprésident des Volontaires Pour la France

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
HJALLMAR

A part çà, on va voter à leur primaire ? Et si oui, pour qui ?

Croquignol

Bonjour OU EST PASSE ,mon petit commentaire ,pour dire un petit bonjour au GENERAL ,que j estime beaucoup !!!!

Croquignol

Bonjour mon General . Toujours avec plaisir que je vous lis ,avec une tres bonne analyse de la situation .Merci !!

PERCEVAL LE GALLOIS

« ORGUEIL ET PREJUGES » (3) .Mais ce que nous ne comprenons pas et nous n’admettrions jamais , et que nous observions avec mépris , c’est cet orgueil et ces préjugés de certains Gaulois qui ont le même programme que le FN , la même attitude patriotique , les même angoisses que ces millions de francais qui votent FN , les mêmes sentiments d’injustice et de détresse , ( ils le disent eux-mêmes ) mais ils ont quand même cette attitude de trouver qu’il leur est indigne de fréquenter ouvertement les gaulois du FN et d’avouer que ces nobles francais ont eu raison depuis le départ , même une mauviette comme Menard , même un faux Chevalier comme de Villiers ont cette condescendance

PERCEVAL LE GALLOIS

« ORGUEIL ET PREJUGES » (2) : …Nous comprenons aussi parfaitement que les délinquants , les prédateurs , les parasites , les prêtres islamiques , les fiches S , les clandestins , les arrivistes , les opportunistes , de l’immigration islamique et ses agitateurs qui vivent sur le dos des pauvres travailleurs francais ainsi que tous leurs protecteurs des maffias de l’UMPS , des medias , du gauchisme et de l’écologisme merdique , s’en prennent aux Gaulois du FN et les injurient en les traitant de fachosphère ,d’extrême droite , et autres calomnies puisque le FN promet de mettre fin à leurs rapines et leur filouterie , tous ces gredins et ces fripouilles qui usurpe la France par le chantage

PERCEVAL LE GALLOIS

« ORGUEIL ET PREJUGES  » ( 1) question Islamisation de la France , et question patriotisme , parlons sans détours et parlons vrai .. nous comprenons que les Oligarques au sang bleu trouvent « infréquentables » et « Nauséabonds » ce qu’ils considèrent la « Roture » gauloise du FN ( des millions de francais ) , ils ont un motif tribal de caste et sont de toute façon les promoteurs de l’immigration et de l’Islamisation de la France comme étant un segment de leur Projet de toujours, de dissoudre la nation française organique et la remplacer par une espèce de démocratie oligarchique communautarisée , métissée et multiculturelle .. les oligarques ne ratent aucune occasion d’insulter les FN de nazillons

Les primaires de la droite (et de la gauche…) sont un outil formidable pour METTRE MARINE A L’ELYSEE à condition de s’en servir, donc d’y participer et de voter… Sarkozy (et Hollande) ! Toutes les analyses rationnelles le confirment à tous points de vue :
http://resistancerepublicaine.eu/2016/09/27/pour-mettre-marine-a-lelysee-nous-avons-deux-armes-imparables-primaires-plus-bookmakers/
http://resistancerepublicaine.eu/2016/10/22/pour-eliminer-juppe-allons-voter-en-masse-pour-sarkozy-aux-primaires-afin-que-marine-gagne/
http://resistancerepublicaine.eu/2016/09/28/sarkozy-laissait-blacks-et-beurs-casser-les-blancs-anti-cpe-mais-il-faut-voter-pour-lui-aux-primaires/

BALT

Aucun gouvernement de droite ne pourra résoudre les graves problèmes actuelles sans une alliance avec le Front National.

Martin(duGard)

Personnellement, je crois davantage à la complicité volontaire du pouvoir qu ‘à son aveuglement et son déni de réalité. Il est impossible qu ‘avec les antennes qu ‘ils ont les pouvoirs- christianianophobes- qui se sont succédés depuis 40 ans ne sachent pas la réalité de l’islam et de son projet sur nos nations. Pétrodolars et stipendie islamique obligent ! Sans compter le rôle épouvantable de l’ UE, vassale des USA, sur nos « décideurs » qui ne décident plus rien depuis longtemps, sauf pour oeuvrer à l’ interdiction les crêches de Noël et la promotion du ramadan à la mairie de Paris et aussi la ponction sur nos économies durement acquises en vue d’ assurer leur super train de vie.

JEV

Je m’adresse au général Martinez qui comme d’habitude ne fait que nous rabâcher le quotidien, le vécu, le passé, ainsi soit-il… Tout ce que vous venez de dire on le sait, on le connaît, on le subit, alors… Stop!!! Volontaires pour la France , OUI! Mais volontaires pour faire quoi??? That’s the question??? Alors cessez de pondre de tels posts qui ne servent à rien, sinon qu’à faire en sorte que tous les «  »volontaires pour la France » », ne finissent par démissionner… Deux mails transmis et toujours pas de réponse de votre part… Ai-je dit la vérité? Vous êtes vous senti visé ou offusqué? Quoi qu’il en soit, j’en ai fait mon parti… Ou bien qui ne dit mot consent, ou bien…

JEV

Au général Martinez 2è partie… Ou bien le silence est le plus grand des mépris, et c’est bien ce que j’ai ressenti concernant votre silence… Mais bon, pas de problème, j’ai déjà eu à faire dans le passé à un de vos collègues, donc, je connais vos mentalités… Ceci étant, il serait temps que vous agissiez et que vous cessiez de vociférer du fin fond de votre retraite pour laisser place, enfin, à l’agissement et passer ainsi à l’acte… Vous nous en verriez ravis… Et le peuple, ainsi que tous les «  »volontaires pour la France » »… Il ne tient qu’à vous de vous décider et d’agir, tout en motivant vos collègues de 2è section… Qui apparemment n’osent bouger… Tant leur silence est..00000