Primaires socialistes à Marseille : la tribu européenne a battu la tribu maghrébine

Publié le 22 octobre 2013 - par - 3 256 vues
Share

Patrick Mennucci remporte au second tour les primaires socialistes de la ville de Marseille. Mais son score de 57% est dans le bas de la fourchette que nous avions estimée en fonction des reports de voix de Marie-Arlette Carlotti, Eugène Caselli et Heni Jibrayel. Que s’est-il passé ?

C’est difficile à dire, puisque la participation est passée de 20.000 à 24.000 votants et que ceux qui ont tenu les bureaux de vote disent qu’il y a eu un important renouvellement de l’électorat. Samia Ghali qui semblait avoir fait le plein dans les quartiers nord au premier tour y augmente encore son score, mais elle gagne aussi dans les arrondissements du sud, du centre et de l’est :

PSMarseilleTableau1Projeté sur une carte, le vote Ghali confirme toutefois en l’atténuant la tendance au vote ethnique et géographique du premier tour :

PSMarseilleCarte1Quelles pourraient être les autres raisons de la progression de la reine des quartiers nord ? Une fronde marseillaise contre le gouvernement et le Président de la République ? Samia Ghali avait basé sa campagne là-dessus, à tel point qu’elle a fait huer Jean-Marc Ayrault et François Hollande dans son QG installé dans le bar-restaurant halal « La Suite » du Vieux-Port dimanche soir. L’entrisme de sympathisants UMP dans le scrutin du second tour qui pense qu’une femme maghrébine serait plus facile à battre par Jean-Claude Gaudin ? Cela a été constaté par plusieurs témoins dans différents bureaux de vote, au nord comme au sud. Mobilisation des enclaves musulmanes au sud, au centre et à l’est ? Hélas nous n’avons la correspondance entre bureaux de vote et lieu de résidence pour le démontrer.

Toujours est-il que Samia Ghali a réussi la prouesse de doubler son nombre de voix entre les deux tours, passant de 5096 à 10.044 :

PSMarseilleTableau3

Le Parti socialiste marseillais est donc profondément divisé. La campagne d’entre-deux-tours a été très houleuse entre les deux finalistes, et les bonnes paroles de rassemblement de Patrick Mennucci au siège de la fédération dimanche soir aux côtés d’une Samia Ghali faisant la gueule ne sont pas près de les effacer.

Evidemment, Samia Ghali a avalé son chapeau puisqu’elle a besoin du PS. Evidemment, Patrick Mennucci a besoin de Samia Ghali pour obtenir les suffrages maghrébins. Mais comme le dit l’africaniste Bernard Lugan, le « laboratoire » de Marseille montre que nous passons de plus en plus d’un vieux schéma droite-gauche à une « expression politique ethnique ».

http://www.fdesouche.com/420865-bernard-lugan-lexpression-politique-va-devenir-ethnique-comme-en-afrique


Primaire PS à Marseille : ambiance électrique… par LCP

Il suffisait d’écouter les soutiens de Samia Ghali – très majoritairement issus de l’immigration post-coloniale – à son QG halal dimanche soir. Une femme voilée qui crie sa colère, un jeune Maghrébin qui dit qu’il votera Gaudin pour faire battre Mennucci. Et des slogans « Et la fédé, c’est des pédés ! » tandis que des partisans de Patrick Mennucci scandaient comme dimanche dernier « On est chez nous ! »

« Ce n’est pas l’Afrique qui suit notre « modèle » mais la France qui se tribalise », dit Bernard Lugan. Les tribus de Marseille, qu’elles soient maghrébines ou européennes, lui donnent entièrement raison. Les socialo-guérinistes qui ont utilisé Samia Ghali pour rabattre de la chair à voter sont désormais dépassés par leurs créatures.

Roger Heurtebise

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.