Prix Nobel de littérature : promotion d'une stalinienne vendue à Soros

SvetlanaprixnobelDepuis des décennies déjà, le prix littéraire le plus prestigieux du monde a cessé de récompenser une parcelle de cette beauté stylistique qui sauvera le monde comme l’a supposé Dostoïevski et n’est là que pour marquer les tendances idéologiques du gouvernement planétaire en cours d’installation accélérée. Le lauréat du Prix Nobel n’est plus un artiste de la plume – je suis sûr que l’Académie suédoise ne lit même plus les œuvres de ceux qu’elle promeut –, mais ne constitue qu’une idole, totalement interchangeable comme le veut la marchandisation de l’humain, dressée sur un piédestal en plastique jusqu’à l’année suivante.
Le 8 octobre 2015, à Stockholm, était rendu public le nom de la lauréate, Svetlana Aleksievitch, dont les produits auraient stupéfait Alfred Nobel. En effet, durant l’ère soviétique, cette bonne apparatchik de ce système qui a engendré le Goulag était une fonctionnaire docile, lauréat du Prix du Komsomol (1986), décorée d’ordres créés par Staline. C’est à ce moment-là qu’elle a publié, obéissant à la commande sociale, son unique bouquin connu rédigé dans la langue banale exigée par l’Union d’écrivains dont elle était membre. L’URSS a implosé et sa gamelle idéologique s’est vidée. Tous les plumeux ex-Soviétiques qui ne se respectaient pas se mirent à la recherche d’autres maîtres. Le Prix Nobel littéraire de 2015 a eu beaucoup de chance, ayant réussi à se vendre à la Fondation Soros. Ses parutions sont devenues de plus en plus triviales, indignes du qualificatif de « littéraire » : le mondialisme est là pour fabriquer une idiocratie sans frontières, des Alexievitchs en étant les instituteurs. Pour cette raison, un lecteur de Nabokov ou même de Tchékhov ne peut supporter ces publications indigestes, cependant financées par toute sorte de Soros, grands ou petits. C’est également pour cela qu’un lecteur de langue russe, idiome dans lequel s’exprime cette citoyenne biélorusse, ne connait absolument pas le nom de cette baudruche gonflée en Occident.
Bien sûr, le salaire obtenu par l’heureuse ex-Soviétique exige une totale adhésion aux thèses de ses chefs, thèses qu’elle est censée répéter sans cesse. Pire encore pour la littérature : ce psittacisme médiatique du politiquement correct est son unique « œuvre » ! Le Poutine actuel avec son allié réservé Loukachenko sont des résistants à abattre. Or, nous trouvons dans les médias occidentaux ou chez leurs confrères russes stipendiés par de célèbres officines la doxa habitant les discours de la nouvelle nobelisée : « Poutine est l’envahisseur de l’Ukraine et de la Crimée », sa Russie étant comparée à la Corée du Nord (que cette dame ne connaît bien sûr pas). Durant l’un de ses séjours payés par Soros en Italie, ce génie des lettres s’est même joint aux généreux élans d’Italiens visant à soutenir l’installation d’Africains dans les Apennins ! Et naturellement, chaque mouvement de résistance d’Européens est comparé par cette bonne élève au NSDAP hitlérien : née dans un univers poststalinien, cette graphomane maîtrise tous les instincts des despotes actuels et sait les flatter.
Ce qui est insupportable naturellement, c’est que par cette nouvelle décision de l’Académie suédoise, Big Brother dresse de futures vagues humaines incapables de générer de nouveaux Rembrandt, Claudel ou Mozart.
Anatoly Livry, docteur de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, Professeur-invité à l’Université d’État de Russie, Envoyé spécial de la « Gazette littéraire »

image_pdf
0
0

11 Commentaires

  1. J’ai écouté la dernière conférence de Livry.
    Maintenant, c’est lui qui est accusé – dans un rapport officiel du Conseil National des Universités ! – d’être « fasciste » par une de ses concurrentes de la Sorbonne.
    Vous vous attaquez au système ? Il se venge !

  2. Certes Poutine n’est pas le Père Noël … Mais je ne pense pas que les autres chefs d’état le soient … Par ailleurs, je trouve suspect cet acharnement à vouloir absolument le faire passer pour un tyran (qu’il est peut-être) mais visiblement son peuple le soutient. Au risque de choquer je trouve que ce type est un vrai stratège, on sent qu’il est un excellent joueur d’échec… il a quand même bien mis la balle au milieu à l’ONU et envoyé dans leur 42 Obama et Hollande, même nos fameux journaleux désinformateurs l’ont reconnus du bout des lèvres, certes, mais quand même. Je ne pense pas que nous ayons des leçons de démocratie à donner à Poutine lorsque je vois à quels points de plus en plus de lois (discrètes) liberticides sont mises en place dans notre « beau » pays.. Obama ne souhaite pas que l’Europe se rapproche de la Russie, donc il fait passer Poutine pour l’ogre de Russie.

  3. C’est bien le mensonge qui règne en maître dans ce bas monde. Staline l’avait bien compris, son canard officiel ne s’appelait-il pas « La Pravda », la VERITE ? Mahomet également qui recommande de pratiquer la Taqquiya, le MENSONGE pour tromper les infidèles. Quand à Hollande et Obama, mentir est pour eux une deuxième nature, leurs promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent. Et celui qui dit la vérité depuis 2000 ans aura la tête tranchée !

  4. bonjour,
    Cela va être de plus en plus difficile de faire passer les loups pour les agneaux hein…que pensez vous du match de Hockey où M.Poutine a bien sur marquer 7 buts, est ce que ça ne ressemble pas un peu quand même à de la propagande du chef, digne d’un ancien pays communiste, sinon, est se un exercice courant dans tous les pays du monde? Attention, je ne dis pas qu’un chef de l’état ne fasse pas du sport dans un cadre caritatif ou autre hein, mais là, entre les parties de chasses, les expositions à cheval torse nu quand même, le karaté, etc…etc…je ne dis absolument pas que les états unis sont un modèle, loin de là, mais faire de Poutine le summum des chefs d’états pour son entre jambe et son anti américanisme, n’est ce pas un peu trop pour un chef certes, mais qui s’arrange pour garder le pouvoir en « rotation », qui à la main mise sur tout ou presque dans le pays, etc..etc…n’est ce pas une erreur, et ne pouvons nous pas renvoyer dos à dos les USA et la Russie, sans prendre position pour l’un ou pour l’autre, juste en étant Français quoi, ce n’est plus possible ça??? Parce que les états unis sont tenus par les lobbys ok, mais la russie est tenue par un seul homme ou presque, dans les deux cas, la démocratie ne s’exprime plus, donc il n’y a aucun modèle, ni chez l’un, ni chez l’autre, à part à ne plus vouloir de démocratie hein…..

    • Petit rappel :
      Que penser d’Obama qui livrait des pizzas pendant que l’ambassadeur des Etats Unis se faisait humilier, sodomiser et assassiner en Libye ?
      Que penser d’un Hollande (ouille !) laqué au service de la mondialisation, du gauchisme et de l’islamisme ?
      Que penser d’une Merkel, « transfuge de l’Est », entièrement dévouée, général docile chargée de mettre au pas (de l’oie ?) la vieille Europe ?
      A qui obéissent ces dangereux pantins ?
      Alors Poutine ? Il fait du cinoche (peut-être) mais il a des couilles et se comporte encore en Président responsable qui défend les intérêts supérieurs de son Pays.
      Il est certain que ça change… Quant à la démocratie dont se gargarisent les « officiers de la pensée uniforme »… téoupapaouté ? Chez les empapaoutés sans doute ?

      • bonjour Gaulois Ruthène,
        Oui, Oui, faîtes semblant de ne pas comprendre ce que je dis, c’est plus efficace que de s’avouer que finalement, un régime qui boucle les médias, fait devenir les ong terroristes, regroupe tous les pôles d’activités sous son contrôle ou ceux de ses sbires, reste au pouvoir par un jeu de dupe et la falsification d’élections, envahi des pays et dit qu’il n’y est pour rien alors qu’il est clair que c’est faux, enfin, on peut toujours lui trouver des qualités, mais dans ce cas là, il ne faut rien renier au cocos, ils faisaient exactement la même chose hein….sans compter les chansons qui lui portent grâce, si c’est pas de la propagande de kermesse de fête de l’huma, vous m’expliquerez à quoi ça ressemble hein….il est facile de dire que le peuple est d’accord une fois que l’on a la main mise sur tout et que rien ne sort, même les opposants se font dézinguer prêt de la place rouge, désolé mais ce n’est pas du tout un exemple à suivre…..

  5. Et s’il ne s’agissait que du Nobel de littérature. C’est la même chose pour tous les prix littéraires, mais aussi pour d’autres prix Nobel. En 2009 Obama qui avait pris ses fonctions moins de deux ans plus tôt a reçu… le prix Nobel de la paix. Raison officielle : « pour ses efforts extraordinaires en faveur du renforcement de la diplomatie et de la coopération internationales entre les peuples ». Plus vague que ça tu meurs. Ça rappelle les discours-langue de bois des dirigeants soviétiques. Vous dites ? C’est parce qu’on voulait à tout prix honorer le premier président noir élu aux E.U. ? Sale raciste, je ne discute pas avec vous.

  6. arrêtons de rêver: l’idéologie dominante est l’idéologie de la classe dominante, disaient Marx et Engels il y a déjà quelque temps…Le prix Nobel de littérature, et encore plus celui de la Paix décerné par la Norvège, ne sont que le reflet de cette vérité essentielle…n’espérons rien de ces mascarades!

  7. Le prix nobel de littérature et le prix nobel de la paix sont tout deux devenus des moyens pour récompenser et crédibiliser les pions de l’oligarchie.
    J’avais listé ce lundi, alors que Bild propageait la rumeur d’une Merkel récompensée, une quinzaine de lauréats du prix Nobel de la paix depuis la 2nde guerre mondiale qui l’ont reçu afin de poursuivre un agenda idéologique en les légitimant.

  8. Très juste ! Encore un Prix Nobel octroyé pour des raisons politiques !

Les commentaires sont fermés.