Problèmes des demandeurs d’asile : aidons notre cher Manuel Valls à trouver des solutions

Publié le 21 juillet 2013 - par - 2 103 vues
Share

Le ministre de l’Intérieur lance une grande « concertation » sur la réforme de l’asile d’étrangers en France :

http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Asile/Concertation-sur-l-asile

Comme le dit lui-même Manuel Valls, la situation est devenue ingérable : « entre 2008 et 2012, le nombre de demandeurs d’asile a augmenté de 73%. Avec un total de 61.400 demandes, la France se place ainsi au deuxième rang européen, après l’Allemagne, des pays destination des demandeurs. Je souligne que sur les cinq premiers mois de l’année 2013, nous enregistrons déjà une augmentation de 10% par rapport à la même période en 2012. »

http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Asile/Concertation-sur-l-asile/Intervention-de-Manuel-Valls-lors-du-lancement-de-la-concertation-nationale-sur-la-reforme-de-l-asile

Il en résulte que les délais de traitement des demandes d’asile s’allongent : « 20 mois en moyenne », toujours selon Manuel Valls, qui souligne également les problèmes de logement : « Les centres d’accueil des demandeurs d’asile [CADA] qui devraient être la norme pour l’hébergement sont totalement saturés, et seuls 30% des demandeurs en bénéficient. » D’où des solutions alternatives : hôtels coûteux pour le contribuable, squats sauvages parfois encouragés par des associations comme le DAL (cf. la spoliation d’Odette à Bordeaux), etc.

Tout cela pèse lourdement sur les finances de l’Etat, et donc des Français qui paient les violons du bal.

Curieusement, le ministre de l’Intérieur n’évoque même pas l’idée que cette recrudescence des demandes d’asile pourrait provenir d’une pression migratoire économique, de la part d’étrangers attirés par notre système social très généreux envers quiconque pose le pied, même illégalement, sur le sol français.

lampedusa

Donc Manuel Valls veut lancer une grande réforme. Il omet de dire que c’est sous la pression des instances de l’Union européenne immigrationniste et droitsdelhommiste, mais peu importe.

Autre péché par omission de Manuel Valls : cette réforme ne sera pas mise sur la place publique… avant les élections municipales de 2014, tout comme d’autres projets de loi relatifs à l’entrée et au séjour des étrangers (dont le vote aux élections locales). Il s’agit de ne pas faire « monter le Front national » au mauvais moment…

Donc pour faire patienter les jusquauboutistes de cette gauche antinationale et mondialiste qui voudrait que notre pays soit totalement ouvert à tous les vents, le ministre de l’Intérieur lance une « concertation » nationale. Et il invite quiconque à donner son avis et ses solutions.

Alors ne nous gênons pas, participons nous aussi à cette grande initiative citoyenne en remplissant le formulaire que met à notre disposition le site du ministère :

http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Asile/Concertation-sur-l-asile/Votre-proposition

Vous pouvez par exemple vous inspirer des mesures que vient de prendre le gouvernement australien au grand dam d’Amnesty international :

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1671684/2013/07/19/L-Australie-ferme-ses-frontieres-aux-migrants-clandestins.dhtml

Mais évidemment, toute autre « proposition » est bienvenue. Il faut que les Français qui comptent rester maître chez eux fixent clairement les règles d’accueil des étrangers, fussent-ils des demandeurs d’asile ou pseudo-demandeurs d’asile.

Roger Heurtebise

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.