Procès d’Amsterdam : Geert Wilders contre-attaque victorieusement

Publié le 24 janvier 2011 - par
Share

Procès d’Amsterdam contre Geert Wilders, procès de Vienne contre Elizabeth Sabaditsch-Wolff, bientôt peut-être procès de Paris contre Riposte Laïque : la critique de l’islam est risquée, qu’on se le dise ! Les menaces judiciaires qui pèsent sur notre journal nous donnent l’occasion de faire le point sur le procès de Geert Wilders et sur la façon dont il a réussi à le transformer en procès de l’islam. En tous cas, quel que soit le verdict, Geert, qui a toujours contre-attaqué avec courage, a gagné politiquement : après une première percée électorale aux élections municipales, son jeune Parti de la Liberté obtient 16 % des voix aux législatives de juin 2010, et son soutien devient incontournable pour pouvoir former le gouvernement :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Geert_Wilders

Tout commence, avec un court métrage d’un quart d’heure réalisé par Wilders, Fitna. La dénonciation de l’islam y prend la forme d’images de scènes de violence et de terrorisme et d’extraits de prêches violents, antisémites, sexistes ou homophobes. L’islam est comparé au nazisme. La critique est sans concession mais parfaitement documentée, accompagnée d’une voix qui lit des citations violentes du Coran et de photos de manchettes de journaux évoquant des actes précis de terrorisme. Une telle critique documentée est en théorie permise. En théorie.

Censuré de tous les côtés, le court-métrage n’est visible qu’à la suite de jeux de pistes qui aboutissent sur des sites différents selon les moments, et son séjour sur un site est toujours provisoire.

Les menaces de mort pleuvent, tant sur Geert Wilders que sur les sites qui diffusent son film, et elles sont à prendre au sérieux en ce pays qui a vu récemment les assassinats de Pim Fortuyn et de Théo Van Gogh. Al Qaida s’en mêle. Cependant, dans un premier temps, on croyait au moins Geert à l’abri d’un procès. En juin 2008, le Procureur avait décidé de ne pas le poursuivre, estimant que ses propos étaient insultants et blessants, mais ne relevaient pas du pénal.

Las ! La police de la pensée ne lâche jamais sa proie. En matière de critique de l’islam, abandons de poursuites et relaxes ont vocation à être provisoires.

Voilà donc Geert inculpé quand même :

http://www.bivouac-id.com/billets/geert-wilders-sera-finalement-poursuivi-en-justice/

Un procès est programmé pour le 20 janvier 2010. Les accusations d’origine ne tiennent pas trop la route ? Ce n’est pas grave. On va les élargir (méthode qui sera également utilisée dans le procès de Vienne contre Elizabeth Sabaditsch-Wolff) :

http://www.postedeveille.ca/2010/01/paysbas-.html

Cette période de fin janvier 2010 s’avère un point de bascule qui va permettre à Geert de passer résolument à l’offensive. Les discours de dénigrement de la bien-pensance cessent d’être les seuls audibles, en particulier grâce à un article du Wall Street Journal, qui demande l’arrêt immédiat du procès. Bivouac-ID a traduit cet article en français :

http://www.bivouac-id.com/billets/faut-il-stopper-le-proces-de-wilders/

Ce qui gêne l’auteur de l’article, ce n’est pas que Wilders soit traîné en justice pour délit d’opinion. C’est surtout qu’il se rend compte que le procès est en train de mal tourner :

« Ce qui devait au départ être un procès contre Geert Wilders accusé d’” islamophobie” a presque été transformé en son contraire : un procès historique sur le message du Coran.
Le tribunal d’Amsterdam poursuivant l’homme politique néerlandais controversé est aujourd’hui obligé de répondre à la question si oui ou non ce livre sacré pour plus d’un milliard de croyants, peut être comparé au livre d’Hitler ”Mein Kampf”, l’une des publications les plus vils dans l’histoire de la civilisation occidentale. Demandez vous ce qui pourrait mal tourner. »

Le procès pourrait finir par causer des incidents diplomatiques, figurez-vous :

« Plus important encore, les poursuites contre M. Wilders pourraient au bout du compte, créer sans le vouloir une crise entre les Pays-Bas et le monde islamique. »

On pourrait même voir -horresco referens !- un livre « saint traduit en justice :

 » Ce qui se retrouve sur la sellette n’est pas tant Geert Wilders, mais le livre saint de l’Islam. »

Comment de telles horreurs sont-elles devenues possibles ? Parce que Wilders entend faire venir des témoins qui connaissent bien l’islam et qui entendent témoigner contre cette religion sans faiblesse et données scientifiques en mains.

A la même époque, la bien-pensance se déchaîne et dépasse toutes les limites de l’odieux. A titre d’exemple, une station d’Etat « multiculturelle » trouve drôle de passer un court-métrage sur l’assassinat (heureusement fictif !) de Geert :

http://www.bivouac-id.com/billets/scandale-aux-pays-bas-une-station-detat-multiculturelle-produit-un-film-parodique-sur-lassassinat-de-geert-wilders/

Après encore quelques péripéties, le procès est programmé pour octobre 2010, et, là encore, il faut s’y reprendre à deux fois pour qu’il se tienne. Wilders réussit à faire récuser des juges ayant montré des indices de partialité :

http://www.bivouac-id.com/billets/flash-les-juges-de-geert-wilders-recuses-son-proces-va-recommencer/

Le procès recommence recommence le 4 octobre 2010. Un grand moment en est le témoignage de Wafa Sultan :

http://www.europe-israel.org/2010/10/proces-de-geert-wilders-le-temoignage-de-wafa-sultan/

Ceux qui craignaient que le procès devienne celui de l’islam ne sont pas déçus du voyage, car cette grande dame ne mâche pas ses mots :

« Le Coran est pire que Mein Kampf. »

 » … en Syrie, je n’ai jamais entendu parler d’un islam modéré ou d’un islam strict. Il n’y a qu’un seul islam et c’est l’islam dont je parle. Récemment, le premier ministre turc a aussi déclaré que « islam modéré » était une expression horrible. »

« Quand vous lisez, dans le Coran : « Coupez leur la tête et le bout de leurs doigts », vous ne pouvez pas parler d’une religion de paix. »

La relaxe est requise :

http://www.fdesouche.com/144017-pays-bas-la-relaxe-requise-pour-geert-wilders

Le jugement aurait du être prononcé le 5 novembre 2010, mais il semble s’être perdu dans quelque méandre.

En contrepoint, à la même période, un rappeur menace Wilders de mort : il est acquitté :

http://www.bivouac-id.com/billets/pays-bas-acquittement-pour-le-rappeur-qui-menace-de-mort-geert-wilders/

Quand je pense qu’il fut un temps où nul n’était inquiété pour ses opinions, et où par contre les menaces de mort entraînaient des condamnations … ça s’appelait la démocratie et l’Etat de droit, si je me souviens bien, et c’était plutôt pas mal comme régime. Mais bon … là, je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaïtre …

Oh ! à propos …

Si vous avez aimé Fitna, vous adorerez Islam Rising, du même auteur :

http://www.bivouac-id.com/billets/bande-annonce-du-nouveau-film-de-geert-wilders-islam-rising/

Et, si vous n’avez pas aimé, faudra vous y faire ….

Martine Chapouton

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.