Procès contre Cassen : malmené, le maire PC Roulot a beaucoup souffert…

Publié le 18 juin 2019 - par - 10 commentaires - 2 001 vues
Share


Les faits remontent à l’année 2016. Ils impliquent la municipalité de Limay : en juillet 2016, l’incendie criminel d’un centre commercial par des racailles, l’attaque au couteau d’une femme et de ses filles dans un village de vacances par un Marocain prétextant la légèreté de leur tenue vestimentaire, enfin la quasi-disparition du porc au menu de la cantine des écoles.

Une contributrice de Riposte Laïque, Alice Chambord, met en cause la politique du maire, Éric Roulot, à travers trois articles qui sont publiés sur le site de Riposte Laïque entre juillet et novembre 2016.

Limay est une ville des Yvelines de 20 000 habitants, non loin de Mantes-la-Jolie. Population d’origine immigrée importante, chômage lié à la politique de désindustrialisation ; un terreau propice à l’ensauvagement, comme dans de nombreuses villes de la ceinture parisienne. La loi du plus fort se substitue souvent aux lois de la République et l’islamisation progresse à grand pas. Les Robert Ménard , Julien Sanchez, ne sont pas encore suffisamment nombreux pour reprendre ces municipalités en péril et comme souvent, c’est le PCF qui emporte la mise, malgré le désaveu récent des urnes au plan national.

C’est le cas d’Éric Roulot, maire de Limay depuis 2014, venu lundi au tribunal plaider sa cause à la barre. Il a déposé une plainte pour incitation à la haine et une autre pour diffamation. C’est ainsi que Pierre Cassen se trouve au banc des accusés, en qualité de directeur de publication présumé. Quatre jugements d’instance et trois jugements d’appel avaient estimé, dans d’autres affaires, qu’aucun élément ne permettait de le considérer directeur de publication puisque la gestion du site étant confiée depuis octobre 2012 à Riposte Laïque Suisse.

Maître Hacisimon, conseil de Pierre Cassen, plaide d’abord l’incompétence du tribunal, compte tenu du fait que la mise en ligne des articles incriminés est faite à partir de la Suisse. Puis vient le débat sur la responsabilité de Pierre Cassen : un débat auquel on a eu droit maintes fois ! Et comme à l’accoutumée, l’accusation utilise la notion de « directeur de publication « de fait », en s’inspirant du droit des affaires. Une invention juridique qui ne tient guère la route, car dans ce dossier, nous sommes dans une problématique de droit de la presse. Alors, on nous refait le coup du faisceau d’indices : le compte PayPal, l’adresse courriel de M. Cassen sur le site, les droits dont il dispose au sein de l’équipe de rédaction : un coupable tout désigné, faute d’investigations supplémentaires de la part du juge instructeur. Et pourtant le « vrai » directeur de publication en exercice en 2016 existe bien et son nom n’est un mystère pour personne.

Pierre reprend l’historique de Riposte Laïque, les trois volets actuels que sont le site, les activités d’édition et la branche politique, Résistance Républicaine. Il explique à la cour qui l’entend pour la première fois, les raisons qui l’ont poussé à passer la main à des militants suisses, afin de donner une dimension plus européenne au site, dans un cadre francophone. En effet, après la votation contre les minarets, une véritable résistance politique à l’islamisation s’est mise en place autour d’Oskar Freysinger. Il ne cache pas son passé comme fondateur de Riposte Laïque et comme premier directeur de publication, ni d’ailleurs son passé de militant du syndicat du livre CGT. Presque un frère de lutte d’Éric Roulot ! Je plaisante !

Il revient sur sa condamnation de 2014 avec Pascal Hilout, apostat de l’Islam, par la dix-septième chambre de Paris.

https://ripostelaique.com/pascal-hilout-un-apostat-de-lislam-lourdement-condamne-les-djihadistes-syriens-impunis.html

Puis évoque la procédure intenté par le socialo Clavreul et qui n’est pas encore terminée, puisque l’affaire est portée devant le juge de cassation.

https://ripostelaique.com/ma-condamnation-par-des-juges-versaillais-est-un-veritable-scandale.html

Avant la confrontation avec Éric Roulot, Pierre évoque l’épisode particulièrement désolant de son passage au commissariat de Magnanville, situé à 7 km seulement de Limay : les photos des deux policiers assassinés à leur domicile devant leur enfant de 6 ans et le traumatisme qui règne encore dans cet hôtel de police.

Et bien entendu, l’engagement du maire pour la cause palestinienne n’a pas été passé sous silence !

https://ripostelaique.com/maire-pcf-de-limay-sen-fout-de-magnanville-veut-quisrael-libere-barghouti.html

Le président du tribunal invite à revenir sur les articles litigieux et le plaignant vient à la barre pour dire d’abord qu’on n’est pas entré dans le vif du sujet. Il cherche à donner une image rassurante de sa ville, grâce aux efforts de son équipe pour que les communautés vivent en paix. Bref la religion du « vivre-ensemble ». On n’en attendait pas moins ! Mais grâce aux campagnes de dénigrement de Riposte Laïque, sa ville est en danger ! Il oublie juste de mentionner la contre-offensive médiatique de la presse locale en sa faveur, qui le transforme en victime de la fachosphère.

https://actu.fr/ile-de-france/limay_78335/le-maire-attaque-en-justice-un-site-de-la-fachosphere_12687927.html

Il est intéressant de remarquer au passage que « 78actu », édité par le groupe Publihebdos est spécialisé dans les publications des collectivités locales et que sa charte précise « le groupe s’est fixé comme objectif l’information et le service aux communautés locales dans une démarche humaniste et respectueuse de la démocratie ». Nous laissons aux lecteurs le soin de le vérifier !

Il explique que dans l’affaire Boufarkouch, le forcené n’avait pas bénéficié du dispositif « vacances solidaires ».

https://ripostelaique.com/mohamed-boufarkouch-vacances-payees-mairie-de-limay-a-poignarde-4-mecreantes.html

Puis il revient sur l’incendie criminel du centre commercial de La Source et ses conséquences au plan local. L’article critiquait le rachat de la voirie pour 1 € symbolique et s’étonnait du refus du maire d’installer des caméras de surveillance. Est-ce condamnable ? Comme si les élus locaux étaient des intouchables ! Le débat politique serait-il interdit ?

https://ripostelaique.com/limay-incendie-dun-centre-commercial-a-qui-profite-le-crime.html

Enfin, pour se défaire de l’accusation de clientélisme, il tente de nous rassurer en expliquant qu’il y a toujours du porc de servi dans les cantines. Ouf !

https://ripostelaique.com/limay-le-maire-pcf-roulot-bannit-le-porc-de-la-cantine.html

Son avocate, dont Pierre Cassen fait un portrait tout à fait pittoresque dans sa dernière vidéo, nous parle d’une « situation de totale impunité » et qu’il faut rechercher le « vrai »coupable qui nous mène en bateau avec des dirigeants « de paille » aux quatre coins de la planète.

https://youtu.be/waqes5PgAA0

Bref, selon elle, Pierre Cassen a trop de talents : sa maîtrise technique du site, sa maîtrise financière et comptable le rend coupable à ses yeux. C’est ignorer les ressorts du management collaboratif !

Sur le fond, il reproche à Riposte Laique de stigmatiser une communauté et de l’accuser de clientélisme.
Mais c’est surtout l’intervention du procureur aux ordres qui a retenu notre attention : après s’être dite choquée par la référence de Pierre Cassen à Magnanville (l’instrumentalisation d’un drame), elle nous dit : «  on ne peut se faire balader par des gens qui manipulent des technologies ». Elle parle de « mensonges – envers le maire – à des fins de nuire ». Et encore « on instille un poison de doute, c’est bien cela l’incitation à la haine ! ». Elle ironise sur l’accusé qui est devant elle : « M. Cassen détient la vérité, face à une administration qui ne comprend rien ». « Vous êtes complètement déconnecté ». Puis arrive le grief que tout le monde attendait : les sympathies de M. Cassen pour l’extrêême droiiite ! Pour quelqu’un qui vient de la gauche, c’est un comble ! Elle conclut en demandant 4 000 € d’amende et 3 mois de prison avec sursis (rien que ça) plus la publication de la condamnation ! Ajoutés aux 10 000 € demandés par Roulot, cela fait une bagatelle de 14 000 € !

Maître Hacisimon rebondit sans ménagement : « C’est moi qui vous trouve déconnectée ! » dit-elle ! « J’attends du parquet la démonstration de la culpabilité sans aucun doute que M. Cassen est le dirigeant de droit ou de fait ! ». Le président du tribunal tente de modérer sa colère : « vous faites trop d’effets de manche ! » lance-t-il ! S’il n’y avait que cela ! Heureusement non ! Maître Hacisimon revient sur le droit, et plus particulièrement sur les circonstances de l’instruction : pourquoi celle-ci a été exclusivement « à charge » ? Pourquoi des investigations n’ont pas été faites par rapport aux articles ? La juge d’instruction se serait contentée de se faire rapporter les pièces relatives à d’anciennes procédures. « Je n’ai jamais vu autant d’absence de travail » conclut-elle.

Un autre aspect du dossier a fait l’objet de vives critiques : pourquoi le maire de Limay demande-t-il 10 000 € de dommages et intérêts pour sa « diffamation » alors qu’il ne réclame que 1 € au titre de l’incitation à la haine ! C’est bien peu de considération pour la communauté musulmane qu’il prétend défendre et beaucoup pour lui-même. À titre de comparaison, qui n’a pas échappé à la vigilance du prévenu, c’est 10 000 fois plus que la demande de dommages et intérêts de Bernard Cazeneuve qui ne demandait qu’un euro à ce titre. Comme quoi la bourse des valeurs de l’honneur bafoué renferme bien des mystères !

Éric Roulot nous donnait l’image d’un homme défait ! On ne tire pas sur un homme blessé, mais tout le monde aura tout de même compris que sa condamnation à 18 mois de prison avec sursis pour faits de violence dans une affaire de voisinage qui avait mal tourné, l’aura durablement discrédité auprès de ses administrés. Et par rapport à cela, Riposte Laïque n’est pas en cause.

Pierre Cassen revient à la barre pour le mot de la fin, selon l’usage.
Il rappela à Roulot, qui avait osé affirmer le contraire, qu’il n’était ni l’auteur des articles, ni le directeur de publication. Sans se démonter, il remet à sa place le maire de Limay, qui se plaignait d’avoir été discrédité, comme élu, par les articles de Riposte Laïque, en lui rappelant que s’il a fait la « une de la presse locale », c’est dans la rubrique « faits divers », pour avoir, à trois contre un, tabassé son voisin de 80 ans. Il dit au procureur, particulièrement haineuse, que ce n’est pas le parquet qui l’empêchera de parler de Magnanville et de l’islamisation de la France, que les accusations d’extrême-droite sont particulièrement insultantes. Il signale à cette dame qu’il a évoqué cette question dans une vidéo récente, intitulée « Ne laissez jamais un collabo vous traiter d’extrême droite ».
Et il conclut son intervention en faisant une référence au film de « l’Aveu » de Costa Gavras (1970). Cela ne dura que cinq minutes, mais tout fut dit, d’une manière calme, mais implacable.

Le jugement est mis en délibéré et sera rendu public lundi 16 septembre 2019 à 14 h.

Hector Poupon

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
POLYEUCTE

Déjà écouté le principal intéressé, Pierre… sur le sujet.
Ce Roulot dans sa roulotte ?, je me roule de rire. Lui, roule des mécaniques…
Violent par les actes, il dénonce la violence écrite ?
Les mots deviendraient-ils des maux ?
Qui comprendra ?

zéphyrin

il manque quelqu’un pour mener la meute islamocollabo…vous ne voyez pas ?
Mais manu la tremblote pardi ! hé les catalans rendez nous notre facho aux coups de menton tueurs d’humoristes (rire)

limone

Bravo pour l’article et de nous avoir tenu au courant , et bravo à Pierre , mais RAZ LE BOL ! comment travailler sereinement dans cette France continuellement attaquée par des malfaisants , c’est bien cela qui coùte plus à notre pays que les allocations chômage !

Emile jacques

Merci pour ce compte rendu
Et Bravo à Pierre et à ceux comme lui qui luttent magnifiquement contre ces fumiers

patphil

vous faire taire en vous noyant sous les procès, les amandes, avant de vous envoyer en hopital psychiatrique puis au goulag!

Philippe DRU

Je préfère être noyé sous des amandes que sous des amendes !

Raoulpierre

Toujours un régal de visionner les vidéos de Monsieur Pierre Cassen vraiment un régal. Un petit truc. Le lapsus ..je présume.. .. dire  »les mecs » au lieu de  »les nanas » a propos des viragos. Qui se nomment  »les barbes » en venant faire leur grabuge au débat Zemmour Lemaire Houellebecq. Croustillant. Pour finir. Ces dernières semaines j ai lu plusieurs livres de Nicolas Werth sur Staline l URSS et tous ses crimes ses goulags la Kolyma. Les plans merdiques les morts années 30 années 50 tout ce mensonge et on a encore des rosiers cocos des maires cocos mais où suis je de voir encore ces  »merdes »

logique

aux usa le KKK et le parti nazi sont autorisés. PAS le communisme!. c’est dire….

Gérard Boyadjian

magnifique !

wika

Oui, magnifique mais désespérant également.