Procès des 13 Barjols « d’ultradroite » : grosse manip du régime et ses journaleux

La mobilisation des castors construisant le « barrage républicain » connut son apogée en avril 2022, afin de faire battre la représentante du « fascisme », Marine Le Pen, et de faire élire Emmanuel Macron le grand démocrate.

Et Macron fut élu. Ouf, la France venait d’éviter un nouveau Juin 1940 et le régime de Vichy.

Depuis, Macron se déchaîne contre la France et les Français, imposant sa politique à coups de 49.3 à répétition. Ce qui a pour effet de dresser chaque jour un peu plus les Français (y compris ceux qui ont eu l’intelligence de voter pour lui en avril) contre le Président, son gouvernement et sa politique.

La presse aux ordres, c’est-à-dire presque tous les organes de presse, fait tout ce qu’elle peut pour protéger le pouvoir. Cachant la réalité (immigration incontrôlée et insécurité généralisée dans tout le pays), maquillant des faits ou les transformant (crise de l’énergie), etc.

Mais pour faire bonne mesure et discréditer les opposants, la presse aux ordres (Libé, Le Monde, L’Obs…) développe également de manière constante l’argument de prétendues violences de l’extrême droite et du péril fasciste dont la France serait menacée. Histoire d’inquiéter ceux qui ne réfléchissent guère et de les garder dans le troupeau.

Ainsi, par exemple, au lieu de reconnaître qu’à Callac le peuple a imposé sa volonté au conseil municipal, l’obligeant à retirer le projet Horizon, tous les bien-pensants affirment que le maire a retiré ce projet du fait des violences et des menaces de l’extrême droite. Donc par peur.

On notera au passage que les seules violences qui ont eu lieu furent celles des antifas lors des manifestations des 17 septembre et 5 novembre. Et les élus du conseil municipal n’ont nullement condamné ces violences. Bien au contraire.

Ce fut la même chose lors de la demi-finale du mondial de foot France – Maroc.

Une quarantaine d’identitaires, voulant fêter la victoire de la France, sont descendus dans la rue avec des drapeaux tricolores. Fait absolument inacceptable…

N’ayant commis aucun délit, ils ont pourtant été arrêtés de manière « préventive ».

Le lendemain, Libé titrait en première page sur « la peste brune » qui avait envahi les rues.

Tout est bon, même au prix de mensonges éhontés, pour créer un climat anxiogène dans le pays en prétendant que « le péril fasciste » menace et qu’il est le fait de quiconque prétend défendre la France et ses intérêts.

Lundi 17 janvier, hier donc, un procès s’est ouvert à Paris. Procès d’un groupe de 13 personnes dit des « Barjols », en référence au nom des légionnaires de l’opération Barkane en Afrique.

Des accusés « d’ultradroite », comme ils disent. Le qualificatif « extrême droite » ne suffit même plus.

Quelle aubaine !

La presse aux ordres a trouvé ici un bel os à ronger. Et elle ronge dur.

Toute la presse bien-pensante en fait des pages sur ce procès qui démontre bien que la France est menacée d’un péril fasciste. Effectivement, avec 13 personnes, le danger de coup d’État est évident.

En fait le simple examen du profil de ce groupe permet de vite conclure que le péril fasciste qu’il représenterait relève d’un pur fantasme politique, de plus délirant.

Ce groupe a commencé ses activités par une page Facebook fin 2017. Ils ont aussi organisé des réunions « secrètes », une dizaine, dans lesquelles ils discutaient et prétendaient concevoir des attentats contre des mosquées, des musulmans et même contre le Président de la République à l’occasion de la commémoration du 11 Novembre dans l’est de la France.

Ajoutons que ces individus redoutables parlaient ouvertement de leurs projets… au téléphone.

Que la DGSI écoutait tranquillement.

Bref, de vrais professionnels du coup d’État. Et un authentique danger pour le pays.

Rendant compte de l’équipée dans l’Est, qui provoqua leur arrestation, Le Monde écrit :

« Jean-Pier B, le chef, est parti en voiture, le 5 novembre 2018, en compagnie d’un jeune homme un peu faible d’esprit, Antoine D, 26 ans, vers l’est de la France, avec un poignard de commando, du matériel de survie, une bible et des croquettes pour chien. »

Effectivement, des croquettes pour chien, c’est une arme redoutable.

Un lancer de croquettes, ça peut faire de terribles dégâts …

Plus sérieusement, on prend vite conscience que tout cela n’est guère sérieux et que ces personnages, même s’ils avaient un couteau, ne présentaient que peu de danger pour l’avenir de la République. Ils appartiennent plus à la catégorie des « gentils allumés » plutôt qu’à celle de redoutables terroristes.

Il n’empêche qu’ils vont être jugés du 17 janvier au 2 Février 2023. Sans être passés à l’acte, donc juste pour avoir exprimé des intentions.

Compte tenu des chefs d’accusation, ils risquent jusqu’à 10 ans de prison.

Ajoutons un dernier élément. Ils sont presque tous pauvres. Et ne pouvant assumer leur logement à Paris, durant tout le procès, la plupart ne seront présents que l’après-midi où chacun sera interrogé.

Mais je prends le pari qu’ils vont manger chaud, même si l’accusation de « terrorisme » est « abracadabrantesque ».

En fait, le vrai message qui sera envoyé à tous, à travers ce procès, est : « Si vous vous révoltez ou que vous prévoyez de le faire, la sanction tombera. »

Une fois de plus, à l’occasion de ce procès, l’État se montrera fort avec les faibles et faible avec les forts !

Quant aux forts, deux exemples suffiront à prouver qu’avec eux l’État est faible.

Ainsi, quelles sanctions ont été prises lorsque des Marocains ont fait de multiples dégâts en France durant la Coupe du monde de football ?

À mon humble avis, il n’a pas dû y en avoir beaucoup.

En tout cas, la presse est restée très discrète sur le sujet.

Exactement comme pour le Stade de France. Aucune sanction contre les auteurs.

La raison de cette mansuétude : la peur que les banlieues, pleines de « chances pour la France », ne s’embrasent.

Autre exemple. À Callac, les deux manifestations des patriotes ont été déclarées, autorisées et tout s’est passé dans le calme.

Par contre les deux contre-manifestations de la gauche, avec violences des antifas, n’ont pas été déclarées, pas autorisées et de multiples violences ont eu lieu.

Y a-t-il eu des poursuites et des condamnations pour n’avoir pas déclaré ces manifestations ?

Y a-t-il eu des poursuites et des condamnations pour les multiples violences des antifas ?

Aucune !

Un État fort avec les faibles et faible avec les forts, vous dis-je.

Qui osera affirmer le contraire … ?

Bernard GERMAIN

image_pdfimage_print
24
1

18 Commentaires

  1. pendant ce temps les black bloc et autres islamo collabos haineux se frottent les mains, ils ne risquent rien, ne sont jamais arrêtés pour des faits qui eux, sont véritables et non inventés : ils poursuivent tranquillement leur oeuvre de destruction massive des patriotes aidés en cela par les medias collabos et l’Etat

  2. L’obsession de Macron quant à l’ultra-droite (sic) trahit son fantasme secret des bottes crantées, crânes rasés et treillis. Ironie quand tu nous tient. La phobie (affichée) d’une chose trahit souvent un fantasme refoulé.

  3. « Extrêêêême droite » n’était pas assez puissant, on passe à l’ultradroite. On peut même pousser jusqu’à la « Méga-terra-horriblement-méchante-droite-de-la-mort-qui-tue-définitivement », c’est plus crédible… lol

  4. les barjols est pas l equipe de france de handball ca?
    non plus serieusement il faudrais leur faire croire que tu prepare un attentat
    les les promener comme ca leur faire perdre leurs temps!!! les mener en bateau quoi

  5. La justice française a définitivement tourné en faveur des mahométans et de la gauche en général. Parler d’ultra droite est insensé puisque ça n’existe pas. Dit-on ultra gauche pour la NUPES et tous les tarés qui en sont partisans ? Nous devrions, car il n’y a pas plus dangereux pour notre pays que ces individus qui trahissent leur culture, leur religion, leur famille et surtout l’avenir de notre Nation. Quoi de plus dangereux que ces crevures de gauchistes ? Rien, niet, que dalle ! Que fait notre gouvernement contre les gauchistes révolutionnaires appelés black blocs qui s’attaquent aux commerçants, à la police, aux voitures et au mobilier urbain ? ENCORE RIEN ! Il y a de quoi se poser des questions au sujet de Macron et de sa clique d’incompétents

  6. ultra droite, néologisme remplaçant estrême droate, préparant des lancer de croquettes pour chien (bergers allemands?

  7. aujourdh’ui il faut sauver la France. Il faut aller à l’elysée le chercher le merdeux

  8. Excellent article monsieur
    Rien à changer
    Hekas à quand le jour où les français se réveilleront avant se se retrouver detroussé, submergé, anéanti… Urgence il y a

  9. Et cela continue avec la dissolution des Zouaves de Paris ce 5 janvier 2023.Bonne année à tous les antifas et autres Jeunes Gardes lesquels vont pourrir le mouvement de contestation de la réforme des retraites à venir en commettant des violences probablement incitées et couvertes par le pouvoir macroniste et ses cabinets noirs pour encore faire peur et discréditer ce mouvement social avec l’aide de nos merdias habituels.

    • Je serai curieux de savoir le traitement judiciaire de deux autres affaires menées de main de maître par l’immense DGSI quand il s’agit d’intervenir dans cette mouvance ultra dangereuse qu’est l’ultra droite française avec ses projets ultra renversants des institutions : l’affaire dite des FAO (1 dizaine d’interpellations dans toute la France avec à sa tête un policier retraité) et cet autre mouvement qui avait repris à son compte l’acronyme OAS dont au moins un membre présumé est encore en détention provisoire après plusieurs années d’instruction comme pour les Barjols. Toutes ces affaires relevant soit disant du terrorisme ont un dénominateur commun : elles sont toutes restées à l’état de projet non abouti car il n’y a jamais eu de véritables intentions de ces groupuscules de passer à l’acte. La DGSI le sait.

      • La DGSI est un repaire de branleurs et d’incapables jouant les gros bras avec leur carte. Ils sont soumis à leur hiérarchie elle-même soumise à la gauchiasserie politicque française. Une bande de trous du cul de première.

  10. C’est exactement le même comportement que des gamins dans une cour de récré, la grande gueule ( genre Mélenchon ) qui veut jouer les caïds du coin, du bahut ou du bled, qui roule les mécaniques pour faire peur aux petits et aux malingres et qui dès qu’il voit un costaud s’approcher de lui d’un air menaçant prend la poudre d’escampette vite fait de peur de s’en prendre une avant d’avoir eu le temps de dire ouf !… Macron, Darmanin, Véran, Attal, et toute la clique de ces minables pantins ridicules est faite du même bois, un bois qui casse facilement si peu qu’on cogne dessus, tout le contraire de ces vieux meubles en chêne qui pèsent une tonne et qui durent un siècle. C’est la génération « camelote et pacotille » !

  11. De la lourde Manipulation par les service de barbouzeraie de l’Etat pour faire diversion et dresser un rideau de fumée pour masquer les vérités qui dérangent. Exactement comme lors de l’assassinat du préfet Erignac, très vraisemblablement par un tueur à gages professionnel au service très probable de Sa Majesté la Mafia, l’Etat a immédiatement bastonné et harponné une bande de branquignols un peu chelous qui passaient par là et maintenant que le soi-disant assassin a été liquidé en prison, tout baigne, circulez y’a plus rien à voir! On est dans une scénario assez proche.

1 Rétrolien / Ping

  1. Procès des 13 Barjols « d’ultradroite » : grosse manip du régime et ses journaleux – PAGE GAULLISTE DE RÉINFORMATION . LES MÉDIAS NOUS MANIPULENT ET NOUS MENTENT, SACHONS TRIER LE BON GRAIN DE L IVRAIE

Les commentaires sont fermés.