Procès : Insulté par Yann Moix, l’accusateur Renaud Camus devint accusé

Publié le 2 juin 2018 - par - 26 commentaires - 5 071 vues
Share

« J’ai voulu un lieu qui accueille la lumière. J’espère que cela améliorera la façon de rendre la justice » dixit Renzo Piano, l’architecte du nouveau Palais de Justice à Batignolles. Dans le hall d’entrée, gravé dans le marbre, une belle citation rappelant l’égalité devant la Loi. Puisse la République appliquer ce beau principe en toutes circonstances ! La dix-septième chambre, qui ferait plutôt figure de tribunal de la pensée, occupe désormais la salle 422 de la nouvelle bâtisse.

Nous y avons retrouvé le 1er juin 2018 l’écrivain Renaud Camus, qui cette fois-ci n’était pas sur le banc des accusés. Et pour cause puisqu’il poursuivait en diffamation Yann Moix, qui l’a présenté lors de l’émission de télévision « on n’est pas couché » du 3 juin 2017, comme un « écrivain assez antisémite ».

L’accusé ne s’est pas présenté, se contentant d’une banale lettre d’excuses, lue par le président du tribunal. M. Yann Moix invoque des « raisons professionnelles ». On bosse chez Ruquier ! Mais c’est bien dommage, car le public venu soutenir Renaud Camus aurait bien aimé voir sa tête et surtout entendre ses arguments !

Le juge assesseur présente l’affaire en long et en large ainsi que les prétentions des parties. L’accusation demande de dire et juger diffamatoires les propos de Yann Moix , recevoir Renaud Camus comme partie civile, verser 30 000 € au plaignant et 5000 € au titre de l’article 475-1 du Code Pénal.

La partie défenderesse demande la relaxe de Moix, la non reconnaissance du caractère diffamatoire des propos tenus et sa requalification ainsi que la répétition des frais de justice à hauteur de 3000 €.

Le juge rappelle que M. Moix a déjà fait l’objet d’une condamnation à 500 € pour délit d’injure à l’égard d’un particulier le 19 octobre 2010.
M. Camus est invité à venir à la barre afin de « renseigner » le tribunal sur sa personnalité et sur l’objet de sa plainte. Sans se démonter (il lui en faudrait plus !) Renaud Camus expose son engagement politique, de la création de son parti «  l’in-nocence » à sa candidature aux élections présidentielles. Jusque là, tout va bien ! Mais une question semble tarauder le juge : pourquoi, alors que Yann Moix avait aussi dit à propos de Renaud Camus : « en tout cas, il est raciste », ce dernier n’a-t-il pas repris cette invective dans sa plainte ? Renaud Camus revendiquerait-il son « racisme » ?

L’accusateur devenu accusé se désole que le mot « race » ait changé de sens en prenant la connotation dégradée que l’on connait aujourd’hui. Il plaide en faveur de l’acception classique du mot race, celui qui est celui de la langue française, celle de Racine, Malherbe et de bien d’autres, notamment d’un de Gaulle ou d’un Pompidou. Il a d’ailleurs récemment publié un ouvrage de 60 pages sur le sujet, intitulé : « le mot race ».
Le mot n’ayant pas la même signification chez son adversaire, il lui était difficile, explique-t-il de le poursuivre sur ce vocable, sans se dédire lui-même.

Puis le juge lui demande à Renaud Camus de s’expliquer à la barre à propos d’un tweet posté postérieurement aux faits incriminés.
Son avocat commence à s’impatienter : « vos questions laissent penser à un parti pris du tribunal ! » lance-t-il créant un effet de surprise inattendu. Le procureur intervient pour rappeler que toutes les pièces fournies au dossier sont soumises à la contradiction et peuvent donc faire l’objet d’un débat.

Le président du tribunal demande alors si les parties souhaitent que la pièce soit écartée, puis l’audience reprend.
Mais, au fur et à mesure que l’audience avance, on se demande si la question débattue est celle de savoir si les propos de Moix sont diffamatoires, ou bien si M. Camus est antisémite ! Auquel cas, on ne verrait pas bien de quoi il se plaint ! C’est ainsi que Renaud Camus est subtilement invité à se justifier de tous ces faits et gestes depuis l’an 2000 ! Et c’est l’ensemble des ennuis judiciaires du fondateur du parti de l’In-nocence qui remontent à la surface. La ficelle est un peu grosse et le président du tribunal a manifestement du mal à regarder Renaud Camus dans les yeux !

L’avocat de Renaud Camus insiste sur le discrédit causé par les phrases assassines de Yann Moix sur un plateau de télévision à une heure de grande audience, qui revenaient à dire que Renaud Camus était quelqu’un d’infréquentable. Antisémite et écrivain en plus !
Il revient sur l’hystérie médiatique qui s’est déchaînée dans les années 2000 sur ce qu’on a appelé « l’affaire Renaud Camus » en rappelant qu’une centaine d’intellectuels avaient, à l’époque apporté leur soutien à l’écrivain. Rappelons à nos lecteurs que la pétition avait recueilli de nombreuses signatures comme celles d’Emmanuelle Carrère, Jean Luc Henning, Christian Combaz, Benoît Peeters, Dominique Noguez et celles plus étonnantes de Pierre Bergé et Fréderic Mitterrand ! Pourquoi faire renaître cette meute en 2018 et pourquoi Yann Moix n’assume-t-il pas aujourd’hui ses propos ?

Pour Madame le procureur, si elle reconnait que les propos tenus sont de nature à porter atteinte à la réputation de l’écrivain, elle laisse entendre que les faits ne sont peut-être pas suffisamment « précis » pour être qualifiés de diffamatoires, laissant la porte ouverte à une possible requalification. En clair, débouter Renaud Camus de sa demande.

Le conseil de Yann Moix prend la parole en dernier. Sans vraiment convaincre qui que ce soit, il prétend que « la preuve n’a pas été apportée que les propos incriminés ont été réellement tenus  et que les règles de procédures s’imposent à tous au pénal ». Eh oui, il aurait fallu repasser la séquence télé (vue par des millions de téléspectateurs) à l’audience, ce qui n’a pas été fait !

Puis il soutient que les propos tenus n’étaient pas diffamatoires. Dire que quelqu’un est antisémite, c’est, pour lui, la simple expression d’une opinion, justifiée en l’espèce par le fait que l’ouvrage « Campagne de France » de Renaud Camus avait été retiré de la vente par l’éditeur. Bref, ce n’est pas plus diffamatoire que de dire que quelqu’un est grand et mince… Bref un qualificatif tout à fait innocent ! Plus grave, invoquant la liberté d’expression, il nous affirme que les propos tenus sont « dans la ligne éditoriale de l’émission On n’est pas couché » et qu’en aucun cas, ils constituent la preuve d’une animosité personnelle à l’encontre de M. Camus. Ben voyons !

Cela nous rappelle une certaine affaire dans laquelle un Tribunal avait jugé que traiter Marine Le Pen de « fasciste » n’était pas infâmant !
L’affaire étant mise en délibéré, le verdict sera rendu le 6 juillet 2018.

Hector Poupon

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Anne-Marie G

On peut admirer la bonne foi de ces avocats de bien-pensants ainsi que celle des juges spécialisés dans l’examen de plaintes pour racisme ou antisémitisme. Chargés cette fois d’examiner une plainte pour diffamation, ces juges acceptent les arguments de la défense selon lesquels, dire de quelqu’un qu’il est raciste ou antisémite n’est qu’une opinion et non pas l’accuser d’un délit de racisme ou d’antisémitisme. Où l’on voit la forfaiture de ces juges chargés par le parquet et leur hiérarchie de faire la chasse aux délinquants d’opinion, comme en Chine, mais en plus soft. Quoiqu’on a pu voir dans le cas de Tommy Robinson qu’il est possible de condamner en douce un délinquant d’opinion à la torture ou pire, suffit de le condamner à la prison.

Denis F

La dernière fois que j’ai regardé ce cirque de ONPC, c’était par hasard, en zappant, et parce que j’ai aperçu Alain Finkielkraut!
HEUREUX passage inattendu, dans lequel le philosophe a brillé, évidemment…
Traité de façon méprisante de « papi » par la grande et incomparable Camille Chamoux, qui, d’ailleurs, ne se sent pas agressée par les musulmans mais plus par les hommes blancs…
Laquelle apparaît d’entrée de jeu, sur Wikipédia comme « petite fille de François CHAMOUX, helléniste… ».
(AUCUNE BASSESSE n’est trop grande pour exister par soi-même, ou exister simplement… non?)
ALORS, CESSEZ DONC DE REGARDER les merdes de la TV…
Autre zap bénéfique : pour Ruquier, dans « les grosses têtes », Beethoven fait partie des 3 célèbres musiciens autrichiens, avec Mozart et Haydn
FAKE NEWS

Cricri83

On en a marre de tous ces donneurs de leçons qui critiquent dans leur fauteuil et qui nous imposent des idées dont on n’à que faire ., tout cela pour faire le buzz et se donner une aide mediathique pour booster leur carrière de bobo extraterrestres !

crap2sp

dans le temps nous disions ily a 2 justices,celle des riches,et des pauvres,ce qui amene a la 3eme,celle des fraternites,ou policiers,accuses,juges,procureurs,avocats,sont dans la meme fraternite,les frères la truelle.vous avez compris?de nos jours,se greffe aux 3 1ere,clle de la pensee,au service du pouvoir et son agenda,pro,islam,immigrationiste,qui nous enverra en taule,pour cette bonne liberte d’expression,qui face a cette quasi dictature ne veut plus rien dire,Mais qu’attend cette meme justice,pour condamner l’islam de son antisemitisme,ou,aussi son role aupres du 3me reich,pour l’elimination des juifs pendant la ww2.car si a l’epoque ils faisaient dans l’apologie du nazisme ils le font encore de nos jours.alors Moix,t’es ou ,tu es avec ton equipe de clampins,toi aussi antisemite

Pierre Lesincère

La 17 ème Chambre… Mais que cloaque ! C’est un véritable repaire de gauchiasses qui ne cachent même pas leurs intentions et prétentions ! Si vous êtes gauchiasse, tout vous est permis, même l’insulte, même la diffamation.

Quant à l’ignoble Yan Moix, cet haineux complice du nauséabond père Ruquier, il disparaîtra un jour des antennes : on ne peut pas insulter toujours impunément.

pierre estrelka

« On n’est pas couché »… On verra bien si la magistrature reste assise ou comme accoutumé se couche devant la bobo-attitude.

PASSION POLICE

La France est une dictature socialiste. Courage aux Résistants, Marine et Marion vont gagner les prochaines élections. C’est sûr, maintenant. Les Français de race blanche et de religion catholique n’en peuvent plus de ne pas pouvoir traiter leur voisine noire de guenon sans que les anti-racistes (donc anti-droite et de fait anti-France) n’y voient à redire. Liberté, j’écris ton nom.

torputin

Je suis désolé mais il y a un écouillé de naissance de père en fils à la modération, donc je vais arrêter de commenter. Que mes admirateurs me le pardonnent …. kisses

dufaitrez

L’art de la Dialectique au service de l’Anti France… Une fois de plus !
Renaud et Albert ? pour « certains »intellos, dans le même sac ?

Et si.....

BRAVO Mme le juge! La politique de l’autruche aux antisémites……

Renaud Camus, le philosémite inventeur du terme « grand …
http://www.blancheurope.com/…/renaud-camus-le-philosemite-inventeur-du-terme-grand-re...

27 oct. 2017 – Renaud Camus finit par admettre que le « grand remplacement … la culture juive, à la religion juive, à des écrivains juifs, à l’État d’Israël et à sa …
Renaud Camus: « En France, il y avait un peuple, maintenant il y en a …
https://www.causeur.fr › Politique

Renaud Camus: « En France, il y avait un peuple, maintenant il y en a deux ». par …
pellet.html – Renaud Camus
https://www.renaud-camus.net/affaire/pellet.html

AU CHOIX!

eric delaitre

On se demande comment Renaud Camus ne sortirait pas coupable lui-même devant ce tribunal ? De plaignant ils vont en faire un coupable et devra verser des dommages et intérêts ? Moi, vous savez, la justice depuis Outreaux….

Markorix

Oh que je suis dégoûté ! Ils raillent, ils influencent, ils s’exhibent, peut-être, mais ils ne pourront rien contre la volonté du peuple. Car le peuple est souverain. ./

patphil

je ricane: l’affaire sera pliée, j’en assume le pari!
certains ont le droit de traiter les autres de salope, de pétain de la république, d’antisémite etc. d’autres se voient condamnés pour l’avoir peut être pensé!
le « justice » française, ah ah ah..

Colombo

Pour yann moix dans le ONPC du 02/06/2018, Marion Maréchal est « la pétain de la république » ! Il me semble mériter d’être poursuivi pour cette insulte publique ! Les propos haineux sur la droite est ses électeurs sont systématiques (signalements au CSA sans suite) ! Cette saloperie de ruquier est bien protégé et peut tout se permettre !

Joël

Donc, dire que la 17ème chambre est anti-justice n’a rien de diffamatoire, ce n’est qu’une opinion. Ce qui ne l’empêcherait pas de vous coller un procès pour outrage.
Nous voici bel et bien revenus à l’époque glorieuse de l’inquisition. C’est juste que la robe des juges ne porte pas de croix mais des légion d’honneur et ordre du mérite.

Sniper83

Cette sous-merde bobo-bienpensante de moix mérite un bon pétage de gueule !!! Y’a pas un parisien pour lui faire sa fête en le croisant dans la rue ???

Alam

Il y a longtemps que Renaud Camus aurait dû comprendre que la justice est entièrement asservie à l’idéologie dominante et qu’il n’y a rien à en attendre surtout s’agissant de ce tribunal et de cette fameuse XVII éme chambre chargée de la Police de la Pensée. Ce n’est pas au prétoire que justice sera rendue au peuple français et à ses défenseurs mais dans la rue et sur les places publiques, là où se dresseront les échafauds de la Grande Révolte des Français opprimés, rançonnés, trahis, livrés aux assassins islamistes et promis à la disparition par les juges, les politicards et les journaleux..

Maya55

Comme c’est pas pour aujourd’hui ni demain la veille les échafauds de la grande révolte , il faut bien que les gens sensés se défendent ce que fait R.Camus .
Ceux qui ont le mérite et le courage de le faire ne les critiquons pas , c’est le raisonnement spécial de la XVIIeme chambre qui est critiquable .
Espérons que cette chambre soit plus honnête et condamne l’infâme Moix .

Denis F

Au lieu de les critiquer, DEFENDONS-LES!!!
Et, par exemple, tous pour Tommy ROBINSON aujourd’hui à Paris, y compris à l’appel de Renaud CAMUS!

Denis F

Ok! A condition que le mouvement ne soit conduit ni par Danton, Robespierre, Corbière, Brossat, Poutou, un facteur, Bruno Juillard, Merluchon, Mme GUERIDON, Hamon-râ, et autres individus à l’orgueil démesuré et MALSAIN…
La liste est longue

Jean des Entommeures

Question : quel député socialiste a dit un jour « vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement minoritaire » ? (un indice : il avait été surnommé « le nain sectaire » par ses adversaires politiques).

Joël

Un insecte erre. Pété de rire.

Jean Neymar

Islam assassin : c’est une diffamation
CRS assassin : c’est rien !
Marie Lepen « fasciste » , ce n’est ni une insulte ni une diffamation

Voilà l’égalité devant la Loi de la XVII eme Chambre !
Renaud Camus traité d’écrivain assez antisémite : on attend la suite, mais on sera vigilant !!
On les aura à l’usure ces faux juges qui font de l’idéologie au lieu d’appliquer le droit !

cirrus

Cravate : la méthode Hollande fait des émules…!

Dupond

Il va en falloir des gibets pour pendre tout ces juges collabos (nuremberg fera figure de tribunal de sous prefecture)

Denis F

Et Dieu sait qu’il y en a, des sous-préfectures, en « france »!
PLEINES de fonctionnaires territoriaux, en +…