Procès Mélenchon : Macron et les Insoumis sont complices

Publié le 20 septembre 2019 - par - 536 vues
Share

Les auspices judiciaires ont parlé : le procureur a requis contre Mélenchon trois mois de prison avec sursis ! Et 8 000 euros d’amende. Ce à quoi s’ajoute 10 000 euros requis contre le conseiller d’État Bernard Pignerol, 8 000 euros contre trois députés Insoumis, dont l’ineffable Corbière, et 2 000 euros contre l’attachée de presse. Voilà qui marque les esprits (ceux du populo surtout).

Ce n’est pas lourd, à peine de l’argent de poche pour notre Méluche qui est pourtant réputé très solvable… et ça m’étonne d’autant plus que les prédateurs sont nombreux, notre justice – tous corps confondus – n’étant pas en reste !
Bizarre… J’ai des doutes…

Les « gouvernances » et leurs alliés faussement opposants me semblent en effet prêts à mettre en œuvre les scénographies les plus tordues, les plus perverses, pour ouvrir une trappe sous les votes du populo souffrant.
Mais si Méluche est prêt à relancer son crédit en tant qu’opposant au régime (l’un et l’autre un peu en berne) en agrafant trois mois de prison avec sursis au revers de sa veste, il y a fort à parier qu’il n’irait pas jusqu’à y mettre un sou de sa poche…

Le symbolique (une peine de prison avec sursis) ça ne mange pas de pain pour nos « élites » quand ça ne coûte pas un radis. Alors que dire quand ça peut rapporter gros !
Et pour Méluche, garder sa place d’opposant fictif, c’est conserver toutes ses prébendes !
Surtout que cela paie fort bien !

Touchez pas au grisbi et si possible envoyez un peu de rallonge à la caisse !
C’est pourquoi il s’est dépêché d’écrire ses récentes aventures politico-judiciaires, son procès lui offrant une rampe de lancement médiatique exceptionnelle.
Une peine de prison avec sursis n’est une punition que pour le populo qui croit qu’il y a encore une morale.
Tandis que pour les voyous d’en haut – les mondialistes – il en est comme pour ceux d’en bas : ce qui est sacré pour eux, c’est le pognon !

Et on peut se douter que pour la Méluche, devenu riche sans jamais gratter de sa vie, ça vaut bien trois  mois de prison d’opérette avec sursis, en admettant que les juges suivent les réquisitions du Parquet.
De là à penser qu’un petit coup de pouce dans cette direction, ça peut aider…
Allez savoir en effet ce qui se trame en coulisses…

On sait que les coachs politico-théâtreux y sont en vogue et que les scénarios se dessinent souvent longtemps à l’avance…
Dans une société pourrie de la tête, qui n’a plus rien a offrir mais tout à prendre aux peuples, il ne reste plus à ses « gouvernances » soucieuses de prolonger leur présence sur la scène politique que l’art de gouverner par la com’, c’est-à-dire le mensonge, les dispositifs de théâtre, les traquenards, les manipulations, l’enfumage, la désinformation, la propagande…

Avec Méluche, le scénario commençait chez lui par du Grand-Guignol et il se termine par une reconnaissance judiciaire de rebellitude assortie d’une promotion éditoriale !
Qui dit mieux ?

Verdict le 9 décembre (pour fêter la laïcité !)

Victor Hallidée

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.