Villemin et Truchelut : la justice instrumentalisée par le politique

Publié le 21 juin 2017 - par - 15 commentaires - 1 639 vues
Share

A 20 ans d’intervalle, l’avocat Gérard Welzer, par ailleurs ancien député socialiste, a plaidé dans deux dossiers où la justice a été instrumentalisée à des fins politiciennes.

Quel rapport entre l’affaire Grégory dont on reparle en ce moment et celle de Fanny Truchelut, condamnée pour discrimination religieuse après avoir prié des clientes musulmanes de bien vouloir retirer leur voile dans les parties communes de son gîte ? A priori aucun, si ce n’est leur proximité géographique. Les deux affaires se sont en effet déroulées à quelques kilomètres l’une de l’autre, le long de la départementale 11 qui traverse les Vosges.

Les deux affaires ne sont bien évidemment ni de même nature ni de même ampleur et le rapprochement devrait s’arrêter là. Pourtant, dans les deux cas, on retrouve l’avocat M° Welzer, avocat de la famille Laroche  pour la première  affaire et avocat du Mrap qui s’est porté partie civile  pour la seconde.

On se souvient sans doute, tant cette affaire fait partie de notre mémoire collective, qu’après quelques semaines d’enquête,  les gendarmes réunissent un faisceau d’indices qui les amènent à inculper un cousin des Villemin, Bernard Laroche. Celui-ci est contremaître à l’usine de textile Ancel, syndiqué à la CGT. L’usine Ancel appartient alors à Benoît Bartherotte, proche du Parti Communiste et de la CGT, l’un des ces « patrons rouges » comme il y en a dans les années 80. Il décide de défendre son ouvrier et lui fournit un avocat,  M° Paul Prompt, ancien résistant, proche du Parti Communiste, qui fait de la lutte contre l’extrême-droite, alors en pleine ascension, son cheval de bataille. Il y ajoutera un jeune avocat local, Gérard Welzer, socialiste, futur  député et Président de la Ligue des Droits de l’homme des Vosges, spécialiste des affaires sociales.

Dès leur entrée dans le dossier, l’affaire prend une tournure politique. D’un côté,  l’inculpé est un représentant de la classe ouvrière de cette vallée des Vosges industrielle et industrieuse.  En face, l’avocat de la partie adverse est  M° Garaud, fondateur du mouvement Légitime Défense, qui s’est publiquement opposé à la loi Badinter et à l’abolition de la peine de mort récemment  promulguée. Ajoutons à cela que l’un des experts en écriture, contacté par la gendarmerie,  a fait partie de l’OAS. C’est suffisant pour que M° Prompt, voit dans cette affaire un complot de l’extrême-droite et les deux avocats, lui-même et Welzer, une lutte à mener contre un ennemi de classe.   A partir de ce moment-là, ce ne sera plus l’affaire du petit Gregory mais l’affaire Villemin qui prendra un tournant  politique et idéologique. La gauche se devra de sortir un membre de la classe ouvrière des griffes du fascisme. Villemin et Laroche seront oubliés au détriment d’une lutte féroce d’avocats.

Il n’est évidemment pas question ici de désigner un coupable en la personne de  Bernard Laroche ou qui que ce soit d’autre. Il y a fort à craindre que la vérité sur cette affaire ne soit jamais découverte, précisément parce que l’instruction a négligé les faits et les preuves pour céder aux pressions des forces idéologiques à l’œuvre.  Il s’agit de rappeler qu’une affaire relevant  du drame familial est devenue un enjeu politique. La vérité et la justice n’en sont pas sorties gagnantes.

Qu’en est-il de l’affaire Truchelut ? Dans ce cas aussi, ce qui n’aurait dû être qu’un différend entre un prestataire de service et son client, à savoir un possible refus de vente, prend tout de suite  une dimension exclusivement idéologique, révélant ainsi la machination dont la prévenue avait été victime. La LDH, la Licra et le Mrap , celui-ci représenté par M° Welzer de l’affaire Villemin, qui a acquis une notoriété certaine,  se sont portés partie civile contre Fanny Truchelut, elle-même défendue par un avocat  fourni par Philippe de Villiers, très inquiet de l’islamisation croissante dans le pays. On retrouve la même opposition idéologique que dans la précédente affaire.

Avec un rare acharnement, Maîtres Tubiana pour la LDH  et Welzer pour le MRAP,  dresseront  de la prévenue le portrait d’une raciste doublée d’une catholique d’extrême-droite,  ces deux derniers éléments constituant des accusations rédhibitoires à leurs yeux. Vingt ans séparent ces deux affaires et permettent de mesurer la mutation de la société française: ce n’est plus la lutte entre patron et prolétaire  mais Français de souche et immigré. La lutte des classes a laissé la place au conflit ethnico-religieux.

L’affaire du gîte des Vosges ne posera pas la question de savoir si un gîte est ou non une propriété privée dont le propriétaire fixe librement les règlements. Le procès ne s’intéressera jamais à cette question pourtant au cœur du différend. Son but sera d’établir  si le refus de signes religieux musulmans, qui font à l’époque leur entrée dans le paysage français, sont assimilables à du racisme. La cour tranchera en ce sens. Fanny Truchelut sera lourdement condamnée en première instance et en appel à de la prison avec sursis et 8000 euros d’amende  pour discrimination envers des personnes en raison de leur appartenance religieuse.

Nous avons là deux exemples, parmi d’autres,  de ce que peut donner l’institution judiciaire lorsque l’orientation idéologique, comme c’est trop souvent le cas en France,  prend le pas sur l’examen des faits, la recherche de la vérité, et l’impartialité du jugement qui préfère le pauvre au riche, la femme à l’homme et aujourd’hui, l’immigré à l’autochtone.

Florence Labbé

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Olivia

Mme Labbé : excellente analyse.
Penser que nous sommes à la Merci de ces juristes donne la nausée ! Pauvre Mme Truchelaud ! Et combien les parents du petit Grégory sont à plaindre : ils n’auront jamais la satisfaction de voir juger les vrais coupables !
Ces iniquités incroyables par la faute de la « Justice » : nous sommes en plein cauchemar…

LARIDE

Concernant cette affaire Grégory je penche toujours pour la thèse soufflée par un officier de Gendarmerie proche de l’enquête : accident de baignoire. Pour batifoler en paix avec son amant, la mère aurait mis son enfant au bain sans surveillance. Ensuite aurait été montée une mise en scène de noyade en Vologne avec lettres anonymes. Laroche aurait été assassiné surtout en tant qu’amant.

Simone GUTIERREZ

Moi , un commandant de gendarmerie proche de l’ enquête m’ a soufflé :  » Les responsables de la mort du petit Grégory sont des extra-terrestres qui , après avoir hypnotisé Mme Villemin avec des rayons gamma , l’ ont obligée à noyer son bébé ( qu’ elle chérissait ) et à se trouver à un endroit où elle ne pouvait matériellement PAS ÊTRE et , après l’ avoir violée dans leur soucoupe violante …. non , pardon , VOLANTE , l’ ont relâchée après lui avoir fait jurer de ne rien dire sous peine de représailles . Voilà la… lire la suite

Spipou

Laride et Simone : merci pour l’humour noir, ça fait du bien ! ;)

Spipou

A-t-on pensé à faire appel à un médium pour poser directement la question au petit Grégory sur la soucoupe violante ?

Olivia

Je n’aurais jamais imaginé que quelqu’un puisse croire à une telle version !

LARIDE : vous croyez vraiment à ce que vous avez écrit ?

angora

Et cette réunion syndicale qui sert aujourd’hui d’alibi au Jacob???si sa présence et sa signature avaient été fabriquées de toute pièce à cette époque??
Comme c’est seulement aujourd’hui qu’on vérifie son emploi du temps comment les témoins de l’époque pourraient ils se souvenir de sa présence ou non???
Ni vu ni connu que j’t’embrouille.

Rosa ire

Comment ne pas être révoltée par l’histoire de Fanny Truchelut ?
Et là, on découvre le côté politique et idéologique du procès. Comment Fanny Truchelut a-t-elle pu se relever après un jugement aussi inique ? Ecoeurant par le montant de l’amende accompagné de prison avec sursis quand on compare avec d’autres condamnations. JUSTICE DEGUEULASSE !

Simone GUTIERREZ

Les dirigeants de  » gôôôôôche  » ayant été lourdés par les prolétaires , ils doivent tout naturellement se tourner vers une autre clientèle s ‘ ils veulent continuer de faire tourner leur fond de commerce . Sinon , dans l ‘ affaire de Mme Truchelut , observez comment la bien pensance continue de qualifier l’ islam de  » religion  » , alors que nous sommes en présence d’ une SECTE POLITIQUE à caractère religieux . Ces femmes voilées ne sont pas innocentes , mais provocantes , et doivent être traitées comme des soldats ennemis . Si la France ne modifie… lire la suite

Spipou

Je trouve que vous faites des rapprochements hasardeux, Madame Labbé. Je me souviens très bien de l’affaire Grégory, où la France avait été scandalisée par l’assassinat d’un enfant. Et Villemin a quand même abattu Laroche alors qu’on n’a jamais prouvé sa culpabilité. On nageait dans le sordide, c’est tout.

Si vous voulez prendre un procès qui a été politisé, prenez plutôt l’exemple de Bruay en Artois, là c’était flagrant.

CIGALE

Je trouve, Spipou que vous affirmez un peu vite ! « on n’a jamais prouvé la culpabilité de Laroche » dîtes-vous : le contraire n’a jamais été prouvé non plus et il pèse beaucoup de soupçons et de preuves pour prouver qu’il peut en être l’assassin…. Au bout de tant de temps on s’aperçoit que c’est avant tout un problème d’ego d’Avocats (surtout Welzer) mais aussi politisé, même à l’époque et encore plus à présent ! Je reste persuadée (mais chacun a son avis) que c’est bien Laroche « l’exécutant » mais que beaucoup du « clan » sont au courant, y compris les grands-parents Villemin… lire la suite

angora

Apres la relaxe de Laroche les gendarmes pendant une semaine n’avaient pas arrêté de dire à Villemain: »c’est Laroche mais on ne peut rien faire ». Et çe tous les jours!!!!

Spipou

Ah, c’est possible, ça je ne savais pas.

Mais ça ne fait pas une preuve de sa culpabilité.

Spipou

Contrairement à vous, je ne suis persuadé de rien du tout.

Quant au problème d’ego d’avocats, je veux bien, mais… Il s’agit tout de même d’une affaire criminelle ! Je veux bien que la justice soit politisée – même à l’époque – mais la mort d’un petit enfant, ça avait quand même secoué tout le monde en France.

Et si vous voulez prendre l’exemple d’un procès qui avait vraiment été politisé, rappelez-vous celui de Bruay en Artois.

Yves ESSYLU

Et oui la fameuse lutte des classes qui détruit tout et montre que le marxisme est une idéologie mortifère à éradiquer en préalable à la remigration de son auxiliaire importée qu’est l’islam