1

Professeur Fourtillan, je vous envoie ce mot de soutien

Monsieur le Professeur,

En 1965 nous avons découvert la macrobiotique et ensuite les céréales.

De 1971 à 1974 j’ai suivi la formation de physiothérapeute à l’Institut de kinésithérapie de Tournai. Nous avons reçu une bonne formation scientifique avec les chers Rouvière pour l’anatomie, Samson Wright pour la physiologie et, puisque j’étais passionnée par l’électrothérapie,  Ledoux-Lebard et Bargy, entre tant d’autres. Un cousin médecin m’avait offert le Vademecum de Fattorusso. Je vous cite ces noms car ils fleurent bon notre bon vieux temps.

Nous avons eu des professeurs qui étaient de grandes personnalités. Ils avaient traversé la guerre et les épidémies comme la  poliomyélite et ils nous disaient : « Un bon kiné c’est celui chez qui entre un patient avec des béquilles et en sort sans » (au propre comme au figuré) mais aussi : « Avec une solide base scientifique et la conscience de votre responsabilité, vous faites ce que vous voulez, du moment que le patient guérit ».

On en arrivait à faire chanter des airs d’opéra en guise de gym respiratoire, entre autres…

Le cas de l’électrothérapie me paraît significatif. À l’Institut, nous utilisions des machines avec lesquelles nous fabriquions nous-mêmes les formes de courants selon les besoins des soins « personnalisés » adaptés à chaque patient. Vers 1980 est apparue sur le marché une machine du nom de Novodin qui était du genre « mal de tête appuyez sur 1, mal de pieds, appuyez sur 2 » et les médecins n’ont plus prescrit « stimulation » ou « ionophorèse » ni même « électrothérapie » mais « Novodin » …

Dans les années 1980 j’ai découvert la Dr Katherine Kousmine et puis les médecines orientales, etc.

C’est vous dire combien nous avons été enthousiastes en écoutant les vidéos du Dr. Joyeux et les vôtres et donc, combien nous sommes indignés de vous savoir en prison.

Ce petit mot pour vous dire que nous sommes nombreux à vous soutenir, à vous souhaiter le courage de tenir ! De plus en plus de consciences se réveillent. La folie actuelle ne peut que s’écrouler.

Courage, nous sommes nombreux à vos côtés !

Anne Lauwaert

Jean-Bernard Fourtillan

Numéro d’écrou 308673

Maison d’arrêt de la Santé

75014 PARIS