Profs : Pourquoi tant de suicides en silence ?

Publié le 8 novembre 2019 - par - 36 commentaires - 1 254 vues
Share

6 novembre 2019. 58 suicides l’an dernier, plus 11 depuis la rentrée des classes. Tous ces morts étaient-ils : instits, profs de collège, de lycée ou d’université ?… En fait, rien n’a filtré au 20 h, dans l’étalage de ces statistiques déshumanisées. Cependant CNews, la chaîne de Zemmour, [qui, comme d’autres organes de presse, touche probablement des subventions pour se taire], devrait être remerciée d’avoir fait son métier d’informer. C’est dans un sursaut de résistance aux « fake news » que CNews a laissé échapper hier soir, sans aucun commentaire, ces chiffres alarmants qui s’inscrivent au tableau noir de la honte. Des chiffres au final recouverts par la chape de plomb non pas de la pudeur, mais de l’anonymat le plus vil qui soit.

Pourtant, ces chiffres devraient interpeller l’ensemble de notre société humaine !  Pourquoi  ces hussards de la République ont-ils choisi de mettre fin à leurs jours, de la manière la plus  tragique qu’il soit, dans l’exercice de leur mission éducative nationale ?  

Qui veut en parler ?… Personne !

Pour elles, pour eux !… Dans un ultime combat pour la vérité, ouvrons la boîte de Pandore, post mortem, et dénonçons, sans détour, les causes et le système politico-mafieux-éducatif, de surcroît abject et devenu insupportable, qui les a perfidement abandonnés, piégés comme pour mieux acculer au suicide : les plus fragiles, les plus faibles psychiquement, les moins expérimentés.

Ce que la presse aux ordres, en son temps, n’a pas dénoncé, n’a pas alerté, n’a pas commenté, n’a pas accompagné, alors faisons-le à sa place, en qualité de lanceur d’alerte ou de contributeur de la ré-infosphère.  Car, tout ce qui touche de près à la religion du prophète dans ce pays est devenu un sujet tabou en France, et nous éclaire sur les raisons du mutisme de la presse ; sur les causes et les liens des suicides de ces profs. Nul n’est dupe ! N’y a-t-il donc plus d’enquêteurs curieux et introspectifs dans la presse, pour informer ses lecteurs en toute objectivité ?…

N’est-ce pas dans un silence complice, depuis que l’école est devenue un territoire perdu de la République*, soit depuis quatre décennies que nous en sommes arrivés là ?

Qui veut l’entendre ?…  Personne !

À partir de ces tragédies inacceptables, ne lésinons pas à dénoncer cette armée silencieuse d’occupation de l’école, qui avance masquée en produisant, depuis trop longtemps, un système pseudo-pédagogique, idéologisé et politisé à gauche toute, aux couleurs rouge et vert de gris, en marche vers nulle part, sauf le néant du pire des régimes politico-éducatifs  connus à ce jour !

Or, n’est-il pas venu le temps de libérer l’école de l’emprise psychique de ces psychologues scolaires venus du néant des derniers bancs de l’école ? De ces derniers de la classe pseudo-psychopédagogues à la Bourdieu ? De ces pédants et incompétents gauchistes gavés, repus, postés et vissés à tous les étages des ministères et des rectorats ?  De cette cauchemardesque psychotique inspection et inspection générale ? De ces chefs d’établissements, devenus trop vieux, trop nuls et incompétents pour enseigner face à des élèves, mais trop pervers politiquement pour fliquer, réprimer, vampiriser, harceler, détruire psychologiquement une proie en « burn out ». La voilà cernée, encerclée, débordée, fragilisée, mais toujours à la recherche de bien exercer son métier, avec dévouement. Mais comment y parvenir dans ce contexte autodestructeur, voire suicidaire d’êtres humains ? De ces légions de syndiqués idéologisés, déculturés, planqués fainéantisés, gavés, privilégiés et islamo-communistisés qui, vue de l’intérieur, détruisent l’école et feu son projet pédagogique national. Cette observation est bien visible depuis les années 90, soit près de 30 ans déjà !

Ces profs morts pour un labeur devenu autodestructif ou suicidaire, ont endossé une blouse sans doute trop grande pour eux, mais ils avaient choisi le plus beau métier à l’origine du monde ! Des années studieuses à préparer le difficile concours du professorat, afin de mériter la charge  d’enseigner, chacun dans sa matière et domaine de compétence ou d’excellence. Un vrai privilège, cette mission d’instruire, d’élever, d’accompagner, de cultiver, de former les jeunes héritiers du monde futur de notre société. Or dans un contexte où toutes ces valeurs s’inversent et basculent dans l’abîme, peut-on encore parler de mission, de privilège, de culture et d’avenir ?…

Les voilà effacés des rangs, écartés à jamais du tableau noir. Ils ont choisi, la mort dans l’âme, de descendre une dernière fois de l’estrade pour ne plus jamais avoir à pénétrer dans une salle de classe et y partager ou dispenser leur savoir si durement acquis. Sans un mot, ils sont partis sur la pointe des pieds, sans même un regret, sans attendre l’hommage posthume des palmes académiques. Ils ont choisi la délivrance par la faiblesse de la mort plutôt que le courage d’affronter les impérities de leur métier : les crachats, les moqueries par-derrière, la déconsidération des collègues, les brimades totalitaires d’une administration de type stalinienne, l’impossibilité de transmettre le savoir, et d’effectuer sa mission éducative nationale surtout avec le port d’une jupe, et un salaire de misère. Ils ont courageusement dans l’arène, affronté la barbarie, la haine, les injures d’élèves venus d’ailleurs, les mépriser, leur pourrir la vie. Tant de faits qui renvoient l’insupportable image du refus de la détention d’un savoir, quel qu’il soit, par une femme. C’est alors le refus de cette déqualification morale qui vous met un pied dans l’abîme, et vous entraîne dans la tombe après tant d’années de sacrifices et de privations.

Pourquoi tant de haine, et pourquoi tant de morts ?

Rendons un vibrant hommage posthume dans ces colonnes pour faire un légitime adieu à celles et ceux qui ont rendu les armes, le dos au tableau. Qui peut objectivement oublier les vertus indispensables de la transmission du savoir, jusqu’ici, d’une génération à l’autre, sans lesquelles nul d’entre nous ne serait à jamais devenu ce qu’il avait un jour rêvé d’être ?…     Le suicide des profs, c’est le suicide de toute la société !

Des centaines de fonctionnaires, tous sortis, chaque année, des rangs  de la police, auront choisi, pour les mêmes raisons inavouables, de mettre fin à leur jour, dans l’anonymat, souvent avec leur arme de service. Ces sacrifiés des forces de l’ordre, œuvrant dans un milieu violent par nature, sont morts par eux-mêmes alors que d’autres vivaient encore tant bien que mal, avant même qu’un Harpon ne les poignarde, les égorge, les trucide, par-derrière, sur leur lieu de travail, dans le Saint des saints sécuritaire. Leur choix ultime à titre posthume pourrait se résumer  ainsi :

« Ils sont morts, sans défense, faute de trouver les mots pour décrire leurs maux » !

Qui veut le voir ?… Personne !

Trop d’élus, de responsables se sont tus, et continuent de se taire, après avoir lu, vu, et entendu l’indicible ! Qui aura le courage de dénoncer de l’intérieur l’iniquité de ce système éducatif en faillite et autodestructeur des bonnes volontés ?…

Tous ces morts, pour rien, ont finalement un point commun : c’est qu’ils ont tous succombé à la trahison de la République et ses territoires perdus à jamais pour nous tous. La raison d’être de la République n’était-elle pas de protéger les plus faibles, les plus fragiles ? Ces morts, ces suicidés, ne sortaient-ils pas de ses rangs ? Cette mission régalienne comme d’autres essentielles, ne la concerne plus. Elle semble faire semblant de résister, dans une posture d’attente passive et suicidaire, à une implosion venue d’ailleurs, qu’elle appelle de ses vœux.

Quelle véritable nation méritera-t-elle de porter ce nom?

Qui leur rendra justice un jour ?…

Patrick Granville, professeur retraité.

*Lire : Les Territoires perdus de la République, Éditions Pluriel sous la direction d’Emmanuel Brenner.

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
saurer

On est désolés de rappeler que les enseignants sont le corps de métier ou il y a le plus grand nombre de pro migrants, de pro musulmans. Pire que dans le corps judiciaire !

Patrick Granville

Exact. Ils ont été mis à ces postes pour rassurer une population qui leur ressemble à dessein qu’il suivent leur modèle de réussite sociale et en acceptent les contenus Nationaux transmis. Le hic c’est que ces profs n’ont pas joué le jeu du projet national d’intégration. D’où une école au bord de l’implosion dévorée de l’intérieur par l’idéologie Islam ou gauchiste.

POLYEUCTE

Arrêtez ! Après les suicides de France Télécom, voilà ‘E.N. ?
Bientôt les gardiens de zoos ?
Seuls, ceux des Flics m’intéressent.
La Rançon de « l’Impossibilité ».

Lucie

 » Ils peuvent changer de métier, le taux de suicide n’est pas dû à la surcharge de travail et ils ont tellement de vacances, ils sont de gauche ou d’extrême-gauche: la preuve dans les programmes d’histoire ou de français… » bien fait pour eux donc,hein? Ne les plaignons pas! Ne plaignons pas non plus les policiers, les agriculteurs, les pompiers, les urgentistes… ils n’ont qu’à faire autre chose! D’ailleurs c’est ce que décident beaucoup de jeunes profs qu’on envoie dans le 93. Les petits congés sont très largement occupés à corriger, préparer des cours. Mais les 2 mois d’été, c’est sympa. Les jaloux devraient se précipiter pour passer les concours. Quant aux programmes, ce ne sont pas les enseignants qui les font, ils sont imposés. Votez bien, mes amis!

Sniper 338

Les profs gauchiass islamos collabos et les miliciens de macrocescu ceux suicides…
Ben pour une fois qu’ils y a de tres tres bonne nouvelle. ..j’espere que sa iras créchendo. .
j’me marre a donffe …..mais le jours ou se seras les journalopes merdiatique qui ceux suiciderons a chaine ( sans jeux de mot ….quoique 😂 )…..
alors la sa seras veritablement l’orgasme….le pied integrale !
En plus sa auras le mérité de nous débarrasser d’une bonne partie de c’est parasites subventioner par le racket fiscal des francais heleno-chretien blanc occidental !

Paskal

https://www.leprogres.fr/rhone-69/2019/11/08/un-etudiant-s-immole-en-pleine-rue
Il semble y avoir aussi un malaise chez les étudiants et lycéens.

Sniper 338

Normal paskal…..
.le malaise est simple a comprendre dans tous les nids a gauchiass zombifié….
La tare de la dégénéréscence a cause du virus de la gauchiasserie purulente. ..
a transformer leurs cerveau a un imonde tas de pue en putréfaction ! 🤔

petitjean

Désolé, je ne peux pas plaindre les enseignants !
Dans leur immense majorité ce sont les premiers qui vont laver le cerveau de nos enfants. Car la prise en main des cerveaux commence dès l’école. Nous confions nos enfants à des agents de propagande, faut-il le répéter !
Il y a dans le monde enseignants de véritables fanatiques ! Je les ai approchés !
Les enseignants constituent le cœur de la gauche et de l’extrême gauche ! C’est prouvé !
D’ailleurs, et c’est un immense problème, le monde de « l’éducation nationale » n’est pas réformable !
Que faire pour libérer nos enfants de leur emprise ?……………

zéphyrin

c’est simple soit on se raidit sur ses convictions, on assume l’affrontement larvé, et on peut finir pas craquer psychologiquement,
soit on se dit, je ne suis pas responsable des choix de mon pays, je m’adapte je laisse courir, en faisant au moins pire (selon l’endroit d’affectation) je ne vais pas tomber malade pour ça ….et puis le classement pisa ça ne veut rien dire…

petitjean

Quand on vote extrême gauche, il faut assumer !
j’ai connu des enseignants chercheurs (que cherchaient-ils d’ailleurs ) qui s’en vantaient !
Et ils sont nombreux !………………..

Patrick Granville

Ceux là ils font parti des chercheurs qui cherchent à vie, payés par nos impôts. L’idéologie qu’ils soutiennent les empêchent de voir clair et de faire partie des chercheurs qui trouvent.

wika

La pôvre, elle découvre l’eau tiède « et pourtant je suis de gauche », dit-elle.
C’est bien ça, être de gauche : se faire plaisir en votant « bien » pour avoir bonne conscience tout en essayant bien sûr d’éviter les problèmes que ce vote engendre.
Alors, la gauchiste, que va-t-elle faire ? Contourner la carte scolaire, pardi. Aux autres de rester dans leurs problèmes, parce qu’elle restera fidèle à ses idées.
Vive la gôche !

mimi

à tout hasard, je rappelle que le monde enseignant a voté à 7,5% pour Marine Le Pen face à Macron (étude post électorale IFOP) ….Globalement, il récolte ce qu’il a semé!

Patrick Granville

Il y a donc des enseignants de droite dont je fais parti. Les autres sortiront de l’arène en saignants.

Rems

Ils sont bien fragiles ! ils pouvaient changer de métier tout simplement car en effet se rouler dans cette fange toute l’année doit être épuisant mais il y a toujours moyen de s’en sortir ! ils sont quand même bien responsables de tout ça pour avoir craché leur haine du FN depuis 40 ans, seul parti lucide qui dénonçait l’invasion !!!!!!!!!!! Bref, je ne les plains pas……

Arthur 68

Les profs sont loin de tous cracher sur le RN. Ne généralisez pas.

Sniper 338

Arthur 68 …doit certainement nous parler de l’execption qui confirme une réglé général
Et qui se voudrais un argumantaire de cirque -constance atenuante du ministêre de l’education idéologique !

zéphyrin

certes, mais ils nomment de mauvais responsables

petitjean

l’immense majorité si !!

farci

N’exagérons pas ! Une cinquantaine de suicides pour près d’un million d’enseignants, on a vu pire, bien pire. Pour moi, si crise il y a, il faut y chercher l’origine dans la schizophrènie largement répandue chez les profs. En effet, dans leur très grande majorité, ils sont et demeurent de gauche, voire souvent d’extrême gauche.par exemple le contenu des manuels d’histoire, Pour trouver une preuve à cette assertion, il suffit de se reporter au choix des oeuvres étudiées en français. Donc ces gens ont le cerveau a gauche, mais malheureusement pour eux, ils ont chaque jour à gérer des situations et à se confronter à des réalités ( notamment de nature ethnique) qui sont totalement en contradiction avec leur credo. Faut il les plaindre pour autant, quznd on pense à ce qu’ils inculquent

Lionel

« les oeuvres étudiées en français »?
Je mets en lien la liste des oeuvres obligatoires en première par exemple: laquelle est gauchiste selon vous? Le rouge et le noir? La princesse de Clèves? Phèdre? les Fables de la Fontaine?

https://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=140520

Sniper 338

La mauvaise fois de lionel n’a d’égal qu’a sa dégénéréscence de taré gauchiass. …
Onts te parle d’etudier l’histoires de france dans sa trame historique jusque au jour maudit de 1789 est bien sur de la vérité sur la révolution DITE FRANÇAISE. ..et qui en fait n’est qu’une insurrection fomenter depuis longue date par les ancêtres de nos parasites qui sévit actuellement. ..la franc-maçonnerie. ..depuis la france tres chretienne a etais parasité par la ripoublique messianique franc-maçonne luciferienne !…..et la france tres chretienne renaitras l’orsque qu’elle se libereras de c’est chaines forger par les serviteurs de l’iniquiter meurtriere de satan ! Les franc-maçons !
L’histoire et la victoire de charle martel ….sa c’est de l’histoire de france ….

Lionel

Aucun rapport avec ma question. Mais c’est vrai qu’il est plus facile de rabâcher ses obsessions que de répondre à une problème précis.

zéphyrin

allons lionel, vous avez déjà entendu un prof débattre de ces livres et revenir insidieusement sur les problèmes d’aujourd’hui ? (sourire)
c’est comme si je vous parlais de la bible ou du coran, je le ferais à ma sauce et je me ferai traiter de ce que vous voulez…(rire).
les écrits ne sont serves que lorsqu’ils font force de loi.

Lionel

Le commentaire parlait du « choix des œuvres » , et non de leur interprétation.
J’ai donc répondu sur le choix des oeuvres, et non sur leur interprétation.

Comme vous le reconnaissez vous même, RL est un site où on fait souvent dire tout et n’importe quoi à n’importe qui. J’essaie d’éviter.

BobbyFR94

Patrick, le constat que tu fais est terrible, constat fait dans le livre que tu cites, mais il en est un autre, point de départ de l’article paru ici même :
https://ripostelaique.com/80-de-la-population-mondiale-devra-disparaitre-avant-la-fin-du-xxie-siecle.html

Ce livre, c’est :
 » L’horreur pédagogique  » de Guy MOREL & Daniel TUAL-LOIZEAU, paru en octobre 1999

Livre que j’ai lu récemment, et j’ai eu l’impression qu’il venait juste de sortir en librairie !!!

ll ne lui manque que la « dimension NAZISLAM », et celle de l’immigration, qui, d’ailleurs, ne sont pas du tout abordées, alors que nous savons, à posteriori, que cette dernière a à voir avec la déliquescence de l’enseignement en France…

Tout ça fait parti d’un tout, il faut avoir ça en tête, et en permanence !!!

.Dupond 1

Les paysans se suicident ,les flics se suicident ,les enseignants se suicident …..giscard lui avec ses 33000€ mensuel a 94ans n’a pas envie de suicider et pourtant avec son regroupement familial il nous a ruiné notre avenir . Les paysans ont voté des deux mains pour masstricht ,le syndicat alliance a appellé les FO a voter pour choupi et les enseigants ont suivi comme des cons les directives de la FSU depuis plus de quarante ans….Ils se sont tous fait avoir !!! ils ont tous fait barrage au FN ….oui il y a de quoi se suicider d’avoir été si peu lucide de ce qui se préparait

kabout

en tout cas le taux de suicide chez les profs n’est pas du a la surcharge de travail,vacances scolaires pratiquement tout les 2 mois sans compter les ponts et jours fériés plus les 2 mois plein juillet/aout de vacances ( j’aurait bien voulus avoir autant quand je bossais mais les 3/8 en usines et en interim !!) bref la cause ce serait plutot les agressions verbales et physiques,manques de respects,insultes,intimidations etc… tout ceci bien sur venant de cette clique venant des banlieues racailles et bétes a manger du foin,tout ces jeunes issue de l’immigration sans culture et donc faute de pouvoir suivre un programme quelconque préfere foutre le bordel.Mais chut pas un mot sur sur le « vivre ensemble »

Victoire de Tourtour

Puisque les profs sont des privilégiés («  »vacances scolaires pratiquement tous les deux mois », etc.), et que vous auriez aimé en avoir autant, pourquoi n’avoir pas choisi ce métier ?

kabout

et oui les profs sont bien bien des privilégiés et je n’ai pas « choisi » ce metier car il a fallu trés vite que je bosse et le 1er boulot disponible et sans diplome été les 3/8 avec 200 heures de travail par mois ( mon record 211 h !) et la priorité été le salaire.

Edouard

Vous n aviez qu’a préparer un CAPES ou une AGRÉGATION au lieu de cela vous avez fait quoi ? Ce sont ceux qui ne connaissent rien ni aux études ni au dur métier d’enseigner qui croient tout savoir et ne sont que des ignares et souvent d’anciens cancres qui en parlent ainsi car ils ont une revanche à prendre contre l’école où ils n’ont rien fichu pendant des années.

petitjean

vous étalez le complexe de supériorité du monde enseignants
Ces enseignants qui jamais ne connaitront le monde de l’entreprise avec ses exigences!……………
un cadre dans le privé a des objectifs, des obligations de résultats et….des comptes à rendre !!…………………..

Patrick Granville

Les critères du choix d’un métier restent encore presque libres à notre époque sauf bien sûr les cas de force majeure. Le cadre pouvait aussi préparer les concours nationaux ouverts à tous et choisir librement de transmettre le savoir de leur choix. Ce qui les rebutais au départ c’est un petit salaire pour travail de dingue.

Edouard

Tous les professeurs ne sont ni des gauchistes ni des fainéants , ni des gens ignorants du monde du travail contrairement à ce que vous pensez.
C est cela qui est terriblement injuste avec ces généralités à l’emporte pièce .

kabout

je le redit…les profs professionnellement ont la belle vie !! pas a bosser le samedi,le dimanche en heures sup,pas a bosser pendant les fériés,toujours en vacances,c’est a vous d’aller « essayer » de bosser en usine…..vous sauriez ce qu’est un vrai boulot !!