Prolétaires de tous les pays, émigrez-vous !

Publié le 7 avril 2019 - par - 7 commentaires - 732 vues
Share

Les migrations massives du XXIe siècle ne sont pas l’effet d’un complot fomenté de toute pièce, mais étant le résultat de plusieurs facteurs au sein de la mondialisation très inégalitaire qui advient.  Elles représentent une opportunité formidable pour des puissances d’argent qui ne sont pas vraiment extra-terrestres. Et sous ses allures de fatalité anthropologique, avec la caution du thème éternel de  » l’homo viator  » l’homme se déplaçant depuis toujours, nous sommes tous des Blacks venus d’Afrique (et qui n’a pas rêvé de voyager un jour ?) le phénomène est provoqué, accompagné, amplifié : pour une bonne part, donc, il n’est pas le mouvement spontané de fuite qu’il paraît être ; et n’oublions pas de dire qu’il a toujours été, et déjà au siècle dernier, fortement inspiré par des intérêts capitalistes concernant le coût du travail.

Le salarié reste une variable d’ajustement en dépit des robots ; quoique aujourd’hui , et là gît un facteur très nouveau, il s’agisse probablement moins d’un besoin de main-d’œuvre industrielle ; et certains ont déjà fait cette remarque  que le fait de disposer d’un lumpen prolétariat d’importation est très utile à l’État stationnaire non-équilibré (ESNE) des classes sociales, de telle façon que  » tout change pour que rien ne change » comme disait L. Visconti.  Elle n’est pas naturelle cette incitation par divers biais et divers pouvoirs à faire venir en Europe, par extension de tout pays pauvre –  on évitera de dire « de merde » comme Trump – des migrants vers les pays dits « riches », là où les couches basses et moyennes plongent lentement vers un déclassement social. Les intérêts supérieurs des riches et des puissants sont la composante majeure de ce que les Anglo-Saxons appellent  les  » push factors », les facteurs qui font qu’on quitte son pays.

Et la psychologie qui dit qu’on rêve toujours d’un ailleurs est au service de ces forces-là.

Depuis 40 ans le capitalisme mondialisé et le patronat ont organisé la délocalisation massive de toutes les industries susceptibles d’être installées ailleurs en Chine, Malaisie, Tunisie, partout ailleurs, car rien n’est moins raciste qu’un conseil d’administration. Le vieux Marx (on s’en fiche ici de le justifier ou pas) ne disait pas « que des conneries ». La mise en concurrence mondiale des emplois est devenue monnaie courante. Quand on pouvait lire dans de bons articles,  vers les années 70,  qu’un ingénieur coréen très qualifié, expatrié sur des chantiers en Arabie, était traité comme un petit chien en cage par les employeurs avec un salaire au tiers des nôtres, il fallait se dire : cette concurrence là va nous détruire. Si on examine l’ensemble des données, il est vrai que  » les acquis sociaux  » en Occident obligent les dirigeants économiques à chercher ailleurs le moyen de sauver l’investissement. C’est donc aussi la gourmandise et les privilèges des travailleurs d’Europe qui ont forcé les responsables à chercher ailleurs. Il est normal désormais qu’ils paient le prix de leurs fameuses « avancées » sociales.

Il y a un rapport, signalé par beaucoup,  entre la délocalisation des moyens de productions vers des pays sans protection sociale et le courant de symétrie inverse : l’appel d’air auprès de populations d’Orient et du Sud comme pour illustrer de plus en plus l’expression libérale merveilleuse de  » libre circulation des personnes et des biens » ; et faire des ces flux devenus constants non pas une crise passagère mais une donnée pour ainsi dire « stable » de la condition humaine (comme si le sédentaire avait toujours été un parfait abruti, en marge de l’histoire déconstructive). Avec l’apologie de l’immigration, venue du Sud et d’Orient vers l’Europe, c’est donc le 2e volet de l’opération géniale, cynique, machiavélique mais drapée du lin blanc de la Morale altruiste, l’opération magique et moderniste du vieux : diviser pour régner.

Opération qui utilise des situations variées (guerres, bourgeoisies comprador ultra-corrompues, violence internationale des marchés etc.) et en dernier tour d’écrou l’impérialisme conquérant de l’Islam réel. Aux arguments altruistes, humanistes, compassionnels, le citoyen français n’ose plus objecter son misérable « égoïsme », son identité moisie et nauséabonde ; il craint par-dessus tout de passer pour un nouvel Hitler. Ce qui n’est pas bien, on est d’accord. Donc il se tait.

Cependant, des Clubs supérieurs,  des Penseurs, des Partis, des Banques toutes pleines d’Amour comme Johnny, tel aussi le Pape, tous pour le migrant, tous dressés contre la fermeture, la frilosité des peuples nantis d’Occident. (Je n’ai pas dit ici: « Macron  » mais avouez qu’on y pense). Les grands profiteurs de la mondialisation ont trouvé un argument qui met K.-O., qui tue d’un coup  tout le progressisme classique, pris dans ce que les théoriciens de Palo Alto ont nommé un double bind, une sorte de mâchoire qui vous empêche de faire un choix clair. Ils prennent le parti des plus pauvres (il prennent la place vacante du communisme ! Il y a d’ailleurs pas mal de trotskystes et de maos chez ces nouveaux patrons internationalistes…) dressés contre l’embourgeoisement des ouvriers occidentaux. Ils sont pour le déraciné, l’homme abstrait des Droits de l’homme tout seul sans même sa valise en carton, tous unis à rebours contre le salarié qui a, lui, des papiers administratifs et qui ose même parfois avoir sa petite maison et sa bagnole, s’étant habitué à l’idée anhistorique qu’il pourrait garder une certaine maîtrise personnelle sur la suite de son existence et transmettre un petit bien à ses enfants. (le libéralisme en Marche veut s’attaquer aux héritages : des anarchistes, vous dis-je).

Or il faut savoir que pour un grand capitaliste sincère, les retraites garantie par l’État (de quoi il se mêle ?) sont une rente bourgeoise très inappropriée, (pourquoi un salaire donnerait-il droit à une rente ?) c’est une anomalie d’après-guerre,  qui représente un fond financier puissant qu’il convient vite de rapatrier, de faire remigrer vers son lieu naturel d’origine : le capital financier privatif.  C’est tout le discours anti-inégalitaire du progressisme social  qui se trouve ainsi retourné comme une chaussette par les Dominants, à la faveur de ce troisième terme : le pauvre venu d’ailleurs. Admirons le coup de génie tordu. Qui nous étouffe.

La précarité pourtant est déjà très « ressentie » chez nos concitoyens supposés nantis. Combien sera-t-elle  amplifiée avec la migration massive que nous connaissons tous les jours ? Parce que la concurrence des salaires tels quels et des prestations va devenir insupportable au plan interne comme au plan externe : tous les acquis sociaux de l’Europe doivent donc s’effondrer. « La joie de détruire est elle-même constructive » Bakounine. Notre gouvernement met en place un incroyable transfert de l’aide sociale qui, en voie de réduction pour le peuple de souche (bête comme une souche) devra servir à l’accueil des autres, accueil qui en toute hypothèse ne sera jamais princier, il faut le rappeler en dépit de certains exemples d’un profitage scandaleux : les nouveaux venus auront surtout pour moyens de survie et d’entrisme actif : le chantage aux aides publiques, sinon la casse, l’endoculturation radicale dans l’islam réel, les mafias communautaires et les trafics afférents, l’intimidation auprès des indigènes gaulois, tout cela moins parce qu’ils seraient des monstres (il y en a ) mais surtout parce qu’ils sont aussi des êtres humains, c’est-à-dire pas des anges. Ne voyons-nous pas, chers Gilets jaunes (qu’on soupçonne  de chemises brunes alors qu’il s’agit plutôt de croissant vert ou de caleçon rouge… Voir quand le salafiste crie à Finkelkraut : « la France est à nous »!  mais  qui donc est ce « nous » ? Nous les manifestants indéterminés ? Il est clair que c’est à « nous » l’islam, à nous, les musulmans, à nous les fidèles d’Allah, à qui Allah livre l’Europe !! Aidés des idiots utiles du gauchisme dur et mou dont on s’occupera plus tard) ; sachez donc, chers GJ  que si le Gouvernement et l’UE exigent des sacrifices de votre part, vous qui êtes à sec, c’est  aussi pour mieux opérer un transfert de la « solidarité »… en faveur des flux migratoires incessants et de plus en plus forts ; comme pour vous dire –   » vous, petits Blancs nantis, Français de souche, identitaires privilégiés, POUSSEZ-vous ! PAYEZ et TAISEZ-vous ! Sinon on dira que vous êtes racistes ! »  Que vous êtes des Hitlers !! Et jusqu’ici ce chantage a bien marché ! Noyant la Gauche bobo dans le flot migratoire de ses mensonges !

Dans l’hypothèse paisible et favorable, un « pauvre gars » (ou femme) venant d’Afrique va accepter un salaire de misère en espérant tout doucement « faire son trou ». Mais celui-là est encore un immigré à l’ancienne mode. La nouvelle immigration est massive et agressive : largement conditionnée par les médias de la charia, la chaîne Al Jazeera, entièrement acquise à l’idée que l’Occident doit la redevance à Mahomet ; à l’islam vrai de la (re)conquête. Étant ainsi  fortement incitée à constituer des zones de l’entre-soi hors les lois, chassant exprès les Fromages blancs des environs (au point que Stéphane Plaza serait bien inspiré de nous faire un état réel du conditionnement du marché immobilier par le facteur répulsif « banlieue », grand non-dit de notre sociologie économique…) on peut même dire qu’ils n’auront guère le choix de faire autrement. Ce calcul machiavélique du capitalisme entraînera le monde du travail dans une chute sans limite. Et nos pays de refuge encore organisés et viables vont se tiers-mondiser économiquement, culturellement, administrativement de sorte que ces « avantages » qui attirent les étrangers vont être ruinés assez vite, en une génération (30 ans).

C’est le paradoxe de ceux qui viennent ici, attirés par un ordre qu’ils rêvent de détruire, important ce qu’ils ont fui, afin qu’on deviennent tous comme eux-là bas, sous un despotisme invivable et un désordre chronique. Il n’y a donc pas de racisme dans l’inquiétude légitime qu’inspire une immigration massive et disproportionnée (à rebours des accusations de l’islamo-gauchisme et de ceux  qui ont déjà besoin des voix des migrants pour être élus). Ce sont eux qui vont monter les gens les uns contre les autres grâce aux « sous-payés ». C’est donc eux les vrais diviseurs du peuple français ! Quand cette pseudo-gauche mondialiste se réveillera, si elle se réveille, il sera trop tard, même pour elle ! Et quand les exaltés du cassage des codes vont-ils se rebiffer contre le Code coranique-ta mère ?

Jean-Paul Guillaume

PS1 : policier, depuis quelques années la France compte 270 tués et plus de 1 000 blessés suite à des attentats (devinez qui le fait ?)  A-t-on le droit de se méfier des migrants ? Des gens à qui on est bien incapable, avec notre fausse charité,  bénie par le pape, de procurer les moyens de vivre décemment.  Et combien de tueurs sont arrivés sur notre sol dans ces vagues migratoires ? Comment supporter une religion agressive, inégalitaire et arrogante, véritable cerise sur le gâteau du désordre social? L’ÉTAT ne nous protège plus, refusant d’être simplement « national » ce qui est sa raison d’être. Exigeons vite  la fermeture des frontières et l’arrêt des arrivées incontrôlées. Associons-nous aux pays (Autriche, Hongrie, Pologne, Danemark) qui redécouvrent le bon sens et ne sont pas fascistes pour autant.

PS2 : accessoirement , regardons où sont les vrais racistes aujourd’hui !

https://ripostelaique.com/ni-flash-ball-ni-grenade-contre-ceux-qui-hurlaient-egorgez-les-juifs-en-plein-paris.html

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
le Franc

depuis le début marx n’a rêvé que d’une terre sans frontières avec jerusalem et israel frontiarisés pour la gouverner……marx ? c’est l’agent idéal du protocole des sages de sion.

patphil

l’homme a toujours été nomade, l’herbe étant plus verte ailleurs
mais aujourd’hui la captation des cerveaux du tiers monde par l’oligarchie mondialiste laisse les pays africains dans la mouise car les plus malins dégagent

André Léo

Bon résumé de la situation. Il faut cependant remarquer que les dizaines de millions de migrants ne sont en rien les « prolos » définis par Marx. Ils arrivent et ils sont logés nourris, soignés aidés, comme ne l’ont jamais été les prolétaires Français.
Passons sur les délocalisations et la désindustrialisation qui sont essentiellement « françaises ». L’allemagne ou les US utilisent l’usine chinoise, mais ils ont conservé leurs industries.

Dernière remarque: « associons-nous aux pays européens… » qui ont choisi le populisme et le progrès.
Ne vaudrait-il pas mieux redevenir Français d’abord, retrouver nos lumières pré-révolutionnaires, et chercher dans notre propre Peuple les ressources du changement? Refonder l’Europe des Peuples, oui! Sans Bruxelles et ses 10.800 lobbyistes.

astrid

Les interventions de plus en plus stupides, menteuses PRO-IMMIGRATION de Jadot deviennent insupportables. Ses leçons de morale aussi sous le prétexte d’humanitaire.
Son niveau est bas, très bas. Il a avalé un disque et il le passe dès qu’un journaleux lui donne la parole.

alfred

Superbe texte. Merci.

andrea

Par la propagande multiculturaliste, l’exploitation des « bons sentiments » d’un côté, une pseudo-culpabilité collective, héréditaire à sens unique et chantage au racisme de l’autre, couplé avec la diabolisation par réductio ad Hitlerum et des lois liberticides de plus en plus répressives , beaucoup ont accepté, de gré ou de force, ce qu’ils n’auraient jamais accepté autrement.
Le plus étonnant c’est que ça ait pu fonctionner aussi facilement, alors que question Logique, toutes ces idéologies de « l’anti-racisme » et de la repentance ne tiennent pas debout.

La Hire

La mondialisation est une hydre maléfique nourrie par les tenants du Nouvel Ordre Mondial,ceux qui se réunissent à Davos,qui fomentent les subtilités de l’O.M.C,qui signent les traités calamiteux que nous devons subir.Le fric,les banques,le profit a tout prix ,et l’oligarchie mondialiste,mènent l’humanite à sa perte.