Puisque nous sommes en guerre, il faut dire la vérité sur l’islam aux Français

Publié le 30 septembre 2014 - par - 2 122 vues
Share

AssisesInternationalesContreIslamisationIl est temps d’en finir avec l’hypocrisie et les mensonges qui caractérisent les rapports qu’entretiennent nos autorités avec le monde musulman, aussi bien à l’étranger qu’à l’intérieur de nos frontières. Après les atrocités commises par l’Etat islamique en Irak et en Syrie, après l’épouvantable décapitation de journalistes américains et anglais, suivie de celle d’un paisible randonneur français en Algérie, parfaits exemples de la sauvagerie et de la haine anti occidentale qui animent les jihadistes de tout poil, une prise de conscience sur la réalité de l’islam radical semble se manifester dans notre pays. Mais encore faut-il parler vrai sans faux fuyants et sans raser les murs.

Face à l’émotion générale et à la colère qui s’est emparée des  citoyens, après l’exécution barbare d’un innocent, les musulmans de France, redoutant un amalgame véhiculant une image désastreuse de l’islam, ont condamné les atrocités perpétrées par les islamistes, en clamant que cette sauvagerie n’avait rien à voir avec le véritable islam, “religion de paix et d’amour”. Voilà une prise de position tardive qui étonne un peu, vu le silence habituel des autorités musulmanes de France, face à  la montée d’un islam radical toujours plus exigeant dans ses revendications communautaristes. Mieux vaut tard que jamais, certes, mais rappelons néanmoins quelques vérités.

Car certains musulmans modérés, prenant le conflit israélo-palestinien en exemple et dénonçant la stigmatisation dont ils sont l’objet, estiment qu’ils n’ont pas à s’excuser de la barbarie islamiste dès lors que nous n’exigeons pas d’excuses de la part des Israéliens pour leurs bombardements sur Gaza.

Mauvaise pioche ! Si les tirs ciblés des Israéliens ont fait d’inévitables dégâts collatéraux, c’est avant tout parce que le Hamas usait de boucliers humains pour culpabiliser Israël. Ne confondons pas guerre entre deux Etats et terrorisme aveugle visant sciemment des innocents. Car depuis trente ans, tous les attentats perpétrés à travers le monde, l’ont été par des fanatiques musulmans et pas un seul par des juifs intégristes. Nul ne peut nier que les attentats aveugles sont le mode d’expression privilégié de l’islam radical.

D’autre part, les musulmans modérés nous disent que l’islam propagé par les jihadistes de l’EI n’a rien à voir avec le Coran et que ceux qui s’adonnent aux atrocités ne seraient que des ignares. Là encore on ne demande qu’à les croire, mais encore faut-il nous expliquer ce qu’on trouve dans le Coran ! Car sur les 6235 versets du Livre sacré, plus de 500 sont des versets violents qui prêchent châtiment et vengeance ! Où est la “paix”, où est “l’amour” quand il n’est question, à longueur de sourates, que de jihad contre les mécréants ? A se demander qui, des musulmans modérés ou des islamistes a vraiment lu le Coran ! Certes, certains objecteront que les chrétiens ont connu aussi les horreurs de l’Inquisition, mais nulle part dans la Bible il n’est question de brûler vifs les hérétiques. Rappelons que ce sont le laxisme occidental et la passivité des musulmans modérés, qui ont permis l’émergence de quartiers entiers, soumis à la charia à travers l’Europe. Un système au dessus des lois nationales, sexiste, archaïque et violent, qui ne se réfère qu’au Coran et aux hadiths du prophète. Peut-on parler d’intégration réussie dans ces conditions ?

Rappelons que The Télégraph de Londres écrivait le 21 août 2014 : “Il y a davantage de musulmans britanniques qui se battent en Syrie que dans les forces armées du Royaume Uni”. C’est tout dire ! Quant à la France, elle a le triste privilège d’avoir le plus de ressortissants parmi les Européens partis combattre aux côtés des jihadistes d’Irak et de Syrie.

Enfin, n’oublions pas nos relations diplomatiques coupables avec certaines monarchies arabes, comme l’Arabie ou le Qatar, qui ont longtemps financé le terrorisme et encouragé l’islamisation de l’Europe. Sans doute en remerciement de les avoir sauvées des griffes de Saddam Hussein, lors de la première guerre du Golfe en 1991 ! Qu’avons nous en commun avec l’Arabie, qui coupe la main des voleurs, lapide les femmes et leur interdit toute liberté, ne pouvant se déplacer sans être accompagnées d’un homme de la famille et n’ayant pas le droit de conduire ? Et pourtant cette Arabie arriérée reste la référence pour des millions de musulmans, qui pratiquent le hadj et se rendent à la Mecque, ville interdite aux non musulmans. Qu’avons nous en commun avec un pays qui interdit les églises sur son sol alors qu’il finance la construction de mosquées chez nous ? Quelle hypocrisie !

Nous sommes en guerre contre l’EI, une guerre longue qui va durer des années. Mais peut-on vaincre l’islam radical, ennemi des démocraties, si d’une part les musulmans modérés se refusent à expurger le Coran de ses versets les plus violents et archaïques et si d’autre part, les Occidentaux continuent de pratiquer une tolérance à sens unique suicidaire avec certains Etats arabes aux coutumes moyenâgeuses ? Rien n’est moins sûr.

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.