1

Père, mère c’est dépassé, place à Parent 1, Parent 2, Parent 3, Parent 4…

(parent 1, parent 2 et parent 3 en Colombie)

Désormais les termes père et mère sont jugés ringards. On va les exclure du Code civil et des formulaires administratifs. Parent 1, parent 2 semblent beaucoup plus adéquats et dans le respect non stigmatisant des 2 % au plus de personnes LGBTQ etc qui ont le droit d’être davantage respectés que les 98 % de parents normaux.

Calamité ! « normaux », qu’ai-je dit là ?… C’est un terme à bannir complètement si on ne veut pas être mis au ban, flagellé par toute la clique bien-pensante, poursuivi devant les tribunaux, etc. Je le retire donc. Mille pardons.

Donc désormais dans les écoles on n’utilisera plus les mots de père et mère, à chasser définitivement de notre vocabulaire, mais ceux de parent 1 et parent 2, bien plus poétiques. Car les LGBT sont des poètes, ne l’oublions pas. C’est pour cela qu’ils ne tiennent aucun compte de la biologie. Merci à eux. Comment avons-nous pu vivre auparavant ?…

Parent 1, parent 2, il s’agit de déterminer qui portera chacun des termes. Parent 1, par exemple. Le père, ou la mère ? Euh pardon, j’avais déjà oublié, ils sont supprimés. Il est à craindre que les deux parents se disputent âprement pour être parent 1. Car il faut bien reconnaître une suprématie au chiffre 1 en tant que tel. Même si le premier de la classe a été supprimé depuis longtemps, dans une douce euphorie.

Les parents en viendront peut-être au divorce à cause de cela. Car depuis que l’autorité parentale n’existe plus, depuis que la femme n’est plus soumise à son mari (fin de l’autorisation du mari pour qu’elle puisse travailler, fin de la prédominance du mari pour le choix du logement etc…) il n’y a plus de raison que le parent 1 soit l’homme.

Il faudra cependant veiller à ce que toutes les femmes, ex-mères marries, ne prennent pas le nom de parent 1, car inévitablement on en arriverait à la même erreur funeste. Il faudra donc les ventiler arbitrairement entre les deux termes.

Le parent 2 se sentira sans doute stigmatisé, infériorisé. Attention à ne pas jeter de l’huile sur le feu.

Et pas de parent zéro ? Pourtant c’est un chiffre primordial… pourquoi l’exclure ? À quand le parent 3 ou 4 ? Il existe déjà en Colombie, où le mariage à trois est reconnu :

http://www.leparisien.fr/international/un-mariage-a-trois-reconnu-officiellement-en-colombie-13-06-2017-7046031.php

En attendant impatiemment la polygamie halal.

Comme le dit si bien un commentateur chez Dreuz, la femme (encore un mot qu’il faudra supprimer) pourra à la naissance dire « oh, j’aurais préféré un bébé 2… »

Attention quand l’enfant apprendra ses premiers mots, il ne devra pas balbutier « pa…pa.. » mais « pa… rent 1 » ou « pa… rent 2 », ce qui lui simplifiera sûrement l’existence.

A-t-on pensé suffisamment aux grands-parents, qui figurent souvent sur les formulaires pour récupérer leurs petits-enfants à l’école ? En toute logique, on devrait les appeler grands-parents 1 et grands-parents 2. Cela vous a de la gueule… pourquoi n’y a-t-on pas pensé plus tôt ?

Dans les maternelles il y aura un problème pour la fête des pères Noël. Déjà on a tendance, pour faire plaisir aux musulmans, à supprimer le terme « noël ». Et maintenant voilà que le terme « père » ne convient plus. Il ne va donc plus rien rester du père Noël. Avouons que c’est triste. Il faudra inventer quelque chose pour le remplacer.

On parle de supprimer la fête des mères. En effet, elle est discriminante. On la remplacera donc par la fête des parents 1 et des parents 2.

Désormais quand vous aurez besoin d’une prise électrique, il faudra, au lieu de prise mâle ou femelle, demander une prise LGBTQIA2+, ce sera plus sûr.

À terme, on supprimera les prénoms masculins et féminins, il faudra avoir seulement des prénoms unisexe, comme Dominique…

Tout cela, avant d’être tous définitivement numérotés. Voilà qui remplacera avantageusement noms et prénoms. Adieu le stress des… pardon, parent 1 et parent 2, pour trouver un prénom.

La filiation, les racines, les arbres généalogiques, savoir d’où on vient, tout cela est dépassé, périmé, caduc, has been. Du passé faisons table rase.

Et bien sûr, tout cela c’étaient évidemment selon Libé des élucubrations de la droite. La droate, c’est le bouc émissaire idéal :

http://www.fdesouche.com/1158793-parent-a-parent-b-une-intox-de-droite-et-des-reseaux-catholique-selon-le-journal-liberation-dans-un-article-de-2012

mais six ans après on y arrive : https://www.fdesouche.com/1158327-les-mentions-pere-et-mere-remplacees-par-parent-1-et-parent-2-dans-les-formulaires-scolaires

Ce qui était un fantasme ridiculisé trouve soudain une légitimité dès lors que c’est la République en marche arrière qui s’en empare. Cela aussi c’est une trouvaille.

D’après Jennifer de Temmerman (LREM), éliminer les pères et les mères est une question d’égalité sociale. Car on l’aura tous compris : 1 = 2. Avec cette nouvelle formule, il y a de l’espoir pour les nuls en maths. Ils vont désormais tout comprendre.

Personne d’après elle ne devrait se sentir exclu. Et si c’étaient désormais les enfants de familles dites traditionnelles qui se sentaient exclus ? Avoir un papa et une maman ? Pouah, quel manque d’originalité !…

D’ailleurs Choupinet lui-même lors de sa campagne électorale a posé la question à des enfants dans une école : est-ce que parmi vous certains ont deux papas ?… La question n’a pas plu à cette gamine dont voici le visage incrédule :

Le cours du petit Cron sur le mariage a certainement plu à beaucoup de parents 1 et de parents 2…

https://www.youtube.com/watch?v=xKm6psCPBS0

D’après le (la) député(e) Valérie Petit, il faut ancrer la diversité partout où c’est possible. Le schéma père-mère est totalement dépassé, vous ne vous en étiez pas aperçus ? D’ailleurs Emmanuel Macron lui-même l’a dit, alors… Heureusement que LREM nous le rappelle. Il faut ancrer partout le mariage pour tous.

Le plus beau c’est que ce texte de loi s’appelle « l’école de la confiance ».

Pour la dignité des enfants élevés par des LGBT, dont le lobby fait « du bon boulot » pour reprendre le mot de Fabius sur la mouvance islamiste Front al Nosra, on efface tout. Avant de nous effacer tous. Faut-il vraiment avoir confiance en cette école ? Les pères et les mères, si toutefois il en reste quelques-uns, jugeront…

Sophie Durand