Puisqu’il aime ses enfants, Hamon devrait écouter Aldo Stérone

Publié le 14 avril 2017 - par - 3 commentaires - 1 294 vues

A propos de l’intervention du candidat socialiste Hamon à la présidentielle ce mardi à Villeurbanne, affirmant que si les électeurs aiment leurs enfants, ils ne peuvent pas voter Marine Le Pen, il serait bon de l’informer d’une ancienne intervention d’Aldo Stérone relatée sur notre site.

Aldo y dénonçait la rigidité intellectuelle de nos élites accrochées à leurs dogmes, ainsi que le comportement moutonnier des masses bien conditionnées qui leur emboîtaient le pas.

Ces dogmes sont le relativisme culturel conduisant au multiculturalisme et à la déculturation des indigènes européens, l’islam établi comme religion d’amour de tolérance et de paix et écarté du champ critique, le choix d’un internationalisme mercantile, monde sans frontières dans lequel les individus sont interchangeables…

Et Aldo de conclure que, tant que nos responsables irresponsables préfèreront leurs dogmes à leurs enfants, ils seront incapables de prévoir un avenir assurant davantage de sécurité à ces derniers, et la situation s’empirera.

Car en effet, Benoît Hamon n’a rien compris. La question n’est pas de savoir qui aime le plus ses enfants, mais qui est capable d’être lucide quant à la prévision de l’avenir de la France. Et comme gouverner c’est aussi prévoir, Hamon ferait un très mauvais président de la République, comme tous les candidats immigrationnistes.

C’est justement parce qu’ils aiment leurs enfants, petits-enfants, nièces, neveux, ou enfants d’amis, que de plus en plus d’électeurs, se déconditionnant, vont voter contre le catéchisme des dogmes pré-cités. Ils refusent la poursuite de l’application de ces dogmes qui conduirait au Grand Changement culturel, à savoir la mise en minorité de la culture française en France face à un islam totalitaire et conquérant, à la libanisation du pays et son atmosphère de guerre civile perpétuelle. C’est parce qu’ils aiment leurs enfants qu’ils veulent leur laisser un avenir serein.

Hamon, les arguments affectifs, de soi-disant mauvais parents, ou d’une peur fantasmée d’un retour à un ultranationalisme fasciste, portent de moins en moins quand les citoyens libres décident de penser par eux-mêmes, constatant que le totalitarisme le plus actif et vigoureux en France et dans le monde est islamique. Cette manipulation dénote tout simplement que vous n’avez plus d’arguments, reposant sur la réalité de notre pays, à opposer.

Le lien sur l’article développant la vidéo d’Aldo Stérone : https://ripostelaique.com/jour-europeens-aimeront-plus-leurs-enfants-leurs-dogmes.html

Jean Pavée

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Romanin

Merci Monsieur Pavée, quelle belle homélie que je viens de lire et oui, j’aime mes enfants et j’espère avoir été un bon père c’est donc pour cela que j’ai décidé, il y a aujourd’hui 37 ans, de militer au Front National. J’ai très souvent été traité de mots et maux plus désobligeants les uns des autres, vous comprendrez donc que je suis un peu surpris de lire l’abondance d’informations et les soutiens appuyés à notre parti.
Je pense qu’il est trop tard et que nous ne pourrons pas défaire ce qui a été imposé à nos concitoyens depuis quarante ans. Force est de constater que nous sommes déjà en “minorité culturelle française”, vous avez trop souvent voté et réélu ceux qui vous ont mené là où vous en êtes.
Alors Monsieur Pavée, “croisez” simplement les doigts et priez très fort!!

Porte étroite

Oui Monsieur, je pense, hélas, que vous avez raison. Nous avons trop mal voté depuis déjà trop longtemps. Seule la Providence ou la révolte nous permettront de nous sortir de ce guêpier, mais sincèrement, je n’y crois plus. Des millions de rêveurs à l’insu de leur plein gré doivent disparaître de façon cruelle, mais c’est le prix à payer. Que Dieu vous garde !

Romanin

Merci à vous et je vous retourne votre prière. Car nous allons bientôt nous apercevoir que la bonté et l’accueil sont un vain mot pour toutes ces populations qui n’ont connu que la misère et la guerre à cause des politiques de nos soit-disant visionnaires.

Lire Aussi