Qu'est allée faire Marine dans cette galère sunnite égyptienne ?

le-grand-imam-d-al-azhar-sheikh-ahmed-el-tayeb-d-et-marine-le-pen-la-presidente-du-front-national-d-dans-les-locaux-d-al-azhar-au-caire-le-28-mai-2015_5348065
Au Caire, Marine Le Pen a rencontré Ahmed El-Tayeble Grand imam de la prestigieuse université Al-Azhar, fondée en 970 et  qui forme  des milliers d’imams chaque année.
L’on comprendrait tout à fait qu’une Présidentiable française aille rencontrer le Général Sissi,  pour les excellentes raisons qu’elle met en avant dans son communiqué :

En choisissant l’Egypte, civilisation de la longue durée et nation farouchement indépendante, comme premier pays arabe visité, Marine Le Pen entend ainsi manifester son soutien au Président Sissi dans sa lutte sans failles contre les islamistes, et poser les bases du renouveau d’une grande politique arabe de la France, puissance indépendante dans un monde multipolaire, soucieuse d’un retour à la paix entre les chiites et les sunnites, protectrice des chrétiens d’Orient, et aussi fière de sa propre civilisation que le sont les Egyptiens de la leur.

(NDLR : le communiqué a dû être fait dans l’urgence, il comporte de nombreuses fautes de frappe que j’ai corrigées… )
Mais celui qu’elle a rencontré, qu’elle a demandé à rencontrer, c’est Ahmed El-Tayeb…  qui a eu beau jeu de donner quant à lui une autre interprétation de leur rencontre :

Une version bien différente de celle de l’institution sunnite qui dit avoir profité de cette rencontre pour faire part à Marine Le Pen de ses « sérieuses réserves » concernant ses « positions hostiles à l’islam et aux musulmans, telles qu’elles sont rapportées par les médias internationaux ». Loin de « découvrir le véritable projet politique de Marine Le Pen », le Grand Imam aurait estimé que « ses opinions devaient être revues et corrigées ». Durant la rencontre avec le cheikh, Marine Le Pen aurait « reconnu qu’il ne fallait pas faire l’amalgame entre l’islam et les actes de violences commis par ceux qui s’en réclament », selon Al-Azhar. Tout comme elle aurait reconnu « le droit des musulmans français à pratiquer leur foi et à l’exprimer en toute liberté ». 

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/fn/au-caire-marine-le-pen-rencontre-le-grand-imam-de-la-mosquee-d-al-azhar_1684491.html
Alors, qui a ouvert les yeux à qui ? Qui a plaidé pour que la France se plie aux règles islamiques et accepte que « l’islam en toute liberté » soit traduit par une invasion de voiles, burkas, kamis, barbes dans notre espace public… sans parler de revendications communautaristes sur le halal et les mosquées ?
Qui est le dindon de la farce ? Je crains fort que ce ne soit Marine Le Pen.
Certes, elle a, par son déplacement, montré qu’en future Présidente possible elle avait une dimension internationale.

Certes, elle a peut-être pu dire certaines choses importantes (voir l’extrait de son communiqué ci-dessus) mais face au plus haut dignitaire de l’islam…. autant en emporte le vent !

Parce qu’enfin, Al-Azhar et Ahmed El-Tayeb, ce n’est pas du tout ce qu’elle croit et dit. Si ses calamiteux conseillers sur l’islam avaient pris la peine de lire les sites islamo-vigilants, ils auraient appris plein de choses sur l’islam, la mosquée et l’imam en question, qui sont très loin de l’image pour enfant qu’ils ont osé mettre en avant dans le communiqué de la Présidente du FN :

Nommé en 2010 par l’ancien président Moubarak, le cheikh El Tayeb est considéré comme l’autorité sunnite la plus modérée d’Egypte. Il s’est opposé fermement aux Frères musulmans sous la présidence islamiste de Mohammed Morsi, et soutient une vision éclairée du rôle des femmes dans la société musulmane. Il a apporté son soutien au Président Sissi dès son élection en 2014 et tient un discours clair et ferme contre l’extrémisme.

Considéré comme l’autorité sunnite la plus modérée d’Egypte ? Par qui ? Le sunnisme le plus modéré ? Marine Le Pen sait-elle ce qu’est le sunnisme ?  C’est le courant le plus dur, le plus orthodoxe de l’islam, parce qu’il prône l’application de la sunna, (étymologiquement, une voie beaucoup utilisée, au point que ses marques sont profondes et qu’on ne peut plus s’en égarer, selon René Marchand). La sunna prône le respect et la continuité de la tradition, avec comme « beau modèle » Mahomet et ses premiers Compagnons… et donc l’obligation d’appliquer les textes sacrés, coran et hadiths racontant la vie de Mahomet. Le wahhabisme, pratiqué en Arabie Saoudite avec la rigueur que l’on connaît en est un dérivé…  alors l’autorité la plus modérée… ça n’est guère rassurant !
« Il s’est opposé fermement aux Frères musulmans sous la présidence islamiste de Mohammed Morsi ». Ah ! bon. J’aimerais comprendre pourquoi, en 2011,   il a rencontré le responsable des Frères musulmans pour un projet commun :
« Lors d’une réunion entre le Grand Imâm d’ Al Azhar, Ahmed El-Tayeb, et les chefs des Frères musulmans a été discutée la nécessité de construire un discours islamique unifié. La réunion a été suivie par Ahmed El-Tayeb, Grand Imam d’Al-Azhar, Abdallah El-Husseini, chef des fondations religieuses, Osama El-Abd, dirigeant de l’ Azhar, Mohamed Badei, guide suprême des Frères Musulmans (FM), Mahdi Akef, ancien guide suprême des FM , Abd El-Rahman El-Barr, membre du bureau d’orientation des FM et professeur de l’ Azhar. Après la réunion, qui a duré une demi-heure, El-Tayeb a déclaré que le MB ont toujours été proches d’Al-Azhar, mais que les circonstances passées ( note: comprendre la situation politique avec le contrôle de l’Azhar par Mubarak, qui nommait le doyen) ne permettaient pas de telles réunions. Il a ajouté que la réunion a eu pour sujet l’importance de parvenir à une homogénéisation du discours islamique, modéré, face  aux revendications de certains mouvements islamistes. » (note: comprendre les plus extrémistes prônant l’action directe terroriste) 
http://english.ahram.org.eg/~/NewsContent/1/64/11314/Egypt/Politics-/Azhar-Grand-Imam-Meeting-with-MB-aimed-at-promotin.aspx
Il soutient une vision éclairée du rôle des femmes dans la société musulmane. On s’en étouffe. Le garant des dogmes islamiques doit, forcément, appliquer et défendre la vision des femmes qui est celle de Mahomet et du coran…  On sait parfaitement que la vision « éclairée » d’El-Tayeb est celle de la Déclaration des Droits de l’homme en islam, signée au Caire en 1990 par les représentants des 57 pays musulmans  et qui rappelle à chaque article que la loi c’est  la charia islamique, charia qui a été déclarée incompatible avec les valeurs occidentales par la Cour européenne des Droits de l’homme le 13 juillet 2001 :
Art. 6 – a) La femme est l’égale de l’homme dans la dignité humaine ; ses droits sont équivalents à ses devoirs.
b) Le mari a la charge de l’entretien de la famille et la responsabilité de sa protection.
Art. 24 : « Tous les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration sont soumis à la charia islamique »;
« Il tient un discours clair et ferme contre l’extrémisme ». On ne redira pas ici ce que nous répétons à longueur d’article, et que Raymond Ibrahim démontre magistralement, l’extrémisme c’est la sunna, c’est l’application stricto sensu du coran et des hadiths  : Raymond IBRAHIM: « La « Réforme » de l’islam est déjà là et elle s’intitule EI»

Le grand imam d’Al-Azhar est donc un extrémiste au repos… et son université un dangereux pôle de recherches islamistes :

Qui l’a entendu se repentir de l’intégration du cheikh Qaradawi dans son Conseil de la recherche en juillet 2008 ? Qaradawi soutient le Hamas, appelle à finir le travail d’Hitler sur les juifs et enseigne la nécessité de tuer les apostats et les homosexuels.
Rien de moins. Et c’est El-Tayeb qui ose donner des leçons à Marine Le Pen et lui demander de mettre de l’eau dans son vin ?
On ajoutera encore en dossier cet extrait d’un article très important paru sur l’Observatoire de l’islamisation, article ayant disparu lors de la dernière attaque subie par le site, que j’avais utilisé ici. 

 « L’Université islamique d’Al-Azhar, institution multiséculaire formant des dizaines de milliers d’imams, confirma l’effectivité de la peine de mort pour les apostats dans  une fatwa (sentence religieuse) du 21 août 2007 . Cette sentence  condamna à mort un jeune de 25 ans, Mohamed Hegazy, et sa femme, qui ont embrassé le christianisme.

Marine, dindon de la farce, je le crains…  A Al-azhar on a formé Tarik Ramadan et Qaradawi, alors on sait manoeuvrer ses interlocuteurs…
Demeure une question de Béotienne, qu’allait donc faire Marine Le Pen dans cette galère ? Je ne peux ni ne veux imaginer qu’elle aurait en tête de faire passer le vote des musulmans du PS au FN en 2017…
Si oui, à quel prix ?
Christine Tasin
http://resistancerepublicaine.eu/2015/marine-le-pen-au-caire-le-dindon-de-la-farce-et-les-patriotes-francais-avec/

image_pdfimage_print